Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [PV Alice + libre] Quand le hasard fait bien les choses...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Lun 17 Juin - 19:06
Le soleil tapait fort en ce début d'après-midi. La chaleur de plus en plus persistante s'abattait à présent sur la ville. Quelques mouettes égarées volaient dans le ciel azuré à la recherche de nourriture. Le printemps touchait à sa fin, laissant sa place à l'été. Boucle d'Or profitait de son temps libre pour se balader à travers la ville, sa marche la conduisant dans des lieux le plus souvent pittoresques.

Elle s'arrêta finalement devant une boutique de prêt à porter qui proposait de jolies robes et des maillots de bain.
Le Temps des Cookies, ça lui disait vaguement quelque chose... Le vieux loup, pardon GML lui avait dit quelque chose là dessus mais elle n'arrivait pas à se souvenir de quoi... Roh et puis zut ! Au pire elle demanderait à un agent... 
Elle entra dans la boutique et commença à chercher la robe de ses rêves parmi les étals sous l’œil avisé de la vendeuse :

- Vous cherchez quelque chose de particulier, mademoiselle ?

- Non, je ne fais que regarder pour l'instant...

Bah oui, elle venait juste d'arriver, qu'elle lui laisse seulement de jeter un coup d’œil avant. Ces vendeuses, pour vendre...

- Si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas !

Elle hocha la tête et continua de chercher, le nez dans les rayonnages, ne faisant guère attention à ce qu'il se passait autour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 17 Juin - 20:31
♫ Watch all the flowers dance with the wind
Listen to snowflakes whisper your name
Feel all the wonders lifting your dreams!


Des cheveux dorés flottant dans le vent, un petit nœud papillon bleu festonnant une jolie frimousse joyeuse, un regard innocemment profond et  une apparence extravagante… ne serait-ce pas la petite Alice, qui chantonne à tue-tête dans les allées de la ville ?

Et bien si, c’est elle ! Mais que vient-elle faire ici ? La demoiselle continuée, les mains derrière le dos, de trottiner, toute joviale. Jusqu'à que son regard croise une sublime robe, clairement exposée dans une vitrine. Elle s’arrêta, posa ses deux petites mimines sur la vitrine, colla son visage sur la devanture de la boutique, elle était si proche que de la buée, du à sa respiration l’empêcha de contempler correctement l’objet tant convoité. Eh bien, je n’ai plus qu’à entrer, après tout, rien ne m’y empêche. Sans plus attendre, la jeune fille  poussa la porte du « Temps des Cookies" et pénétra à l’intérieur de cette caverne d’Ali-Baba !  Qui d’ailleurs, avait déjà ses chercheurs d’or.

-Vous cherchez quelque chose de particulier, mademoiselle ?
- Non, je ne fais que regarder pour l'instant...
- Si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas !

Alice se précipita vers la robe, son regard emplit d’étoiles. Machinalement elle toucha cette merveille pour déterminer la matière dont était faite. 

"Oh de la soie, provenant sûrement d’Asie … Comme la robe que porte maman pour les jours de fête."

Elle décrocha la robe avec la vivacité d’un faucon, et couru vers les cabines d’essayage. Obsédée par l’envie d’essayer sa « découverte », elle ne remarqua pas la jeune fille qui obstruée le passage. Et fonça, maladroitement, sur elle. L’impact projeta Alice sur les fesses, et la robe sur la tête de la jeune fille. Après une vilaine grimace de douleur, elle leva sa bouille vers celle-ci, qui avait toujours la robe sur elle.

-Oh je suis navrée! Je ne vous avez pas vu ! Ou plutôt je n’ai pas fait attention, car il est vrai que mon esprit s’est plongé dans la Préoccupation.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mer 19 Juin - 17:20
Argh. Trop petite, trop large, trop sombre, trop courte, trop... TOUT. Elle ne trouvait pas de robe à sa convenance et ça commençait un peu à l'agacer. Elle était légèrement difficile, il était vrai, mais de là à rien trouver... 

Elle continua tout de même à chercher, elle n'allait pas se décourager pour si peu. Au contraire, si elle trouvait sa robe après de maintes recherches, ce serait toujours mieux que d'acheter une robe qui lui plaise moyennement pour ensuite ne jamais la mettre. C'est ce que lui aurait dit sa mère, si elle était restée à la maison, là-bas, en Angleterre. 

Mais pourquoi penser à ça alors que le soleil resplendit dehors hum ?

Elle chassa cette pensée négative de son esprit et se concentra sur sa mini quête de la robe parfaite. Elle finit par dénicher en bout de rayon une jolie robe vert pomme se mariant à merveille avec sa broche et ses bottes marron. Elle se dirigeait vraisemblablement vers la caisse lorsque quelqu'un la percuta violemment. Elle manqua de trébucher sur le choc, et ce à cause du tissu qui lui cachait la vue.
Il n'y a plus de lumière maintenant ?

- Oh je suis navrée! Je ne vous avez pas vu ! Ou plutôt je n’ai pas fait attention, car il est vrai que mon esprit s’est plongé dans la Préoccupation.

Hein ? Dans la quoi ? Préoccupation... Quelle étrange manière de parler qui lui rappelait quelqu'un...

- Oh, non c'est pas grave ! Je me doute bien que vous n'avez pas fait exprès de me foncer dessus !

Elle se força à enlever la robe de sur sa tête et fixa la jeune fille blonde par terre à ses pieds. De longs cheveux blonds, des yeux bleus pétillants de malice, des lèvres aussi rouges que les cerises, ça ne pouvait qu'être que...

- A... Alice ? bredouilla-t-elle en lui tendant la main pour l'aider à se relever
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 13:20
- Oh, non c'est pas grave ! Je me doute bien que vous n'avez pas fait exprès de me foncer dessus !

-Eh bien, me voilà rassurée!

Le sourire habituel de la petite Alice se glissa sur ses lèvres. Ravie de ne pas avoir causé de tort à cette jeune fille, dont la voix claire et pure lui disait vaguement quelque chose... La demoiselle se dépêtra pour retirer la robe qu'Alice lui avait dardée, maladroitement. Et ... à peine cela fait ... Alice reconnut ce regard ambré, ce minois innocent et ces fameuses anglaises, que seul une personne avait le secret, Élise.

- A... Alice ?

-Eliiiiiiiiiiise!

Elle se révéla, à la vitesse d'une comète, poussa la main que la jeune fille lui avait tendue, et sauta allègrement sur celle-ci. Elle enroula ses bras autour du cou d’Élise, heureuse, ne se préoccupant pas du reste du magasin, pas même des clients qui les regardaient, ébahis, devant se manque de maturité. Alice, innocente enfant.

-Après tout ce temps écoulé, tu réapparais comme ... comme un portrait effacé!

Ses yeux bleus se baignèrent de larmes, sans lâcher son étreinte, l'émotion l'emporta dans le souvenir. Élise est l'amie d'enfance d'Alice, sa confidente, sa complice. Et un jour, la famille Benson avait déménagé, sans aucune raison. Laissant derrière eux, la petite Alice, seule. Qui trouvait le temps interminable sans son amie. Le Temps, un étrange phénomène n'est-ce pas?
Elle se décolla d'elle, la regardant dans les yeux.

-Comme tu as changé! Que s'est-il passé? Tu as déménagé et ... Oh racontes-moi s'il-te-plait!

Elle ne laissait aucune chance à son amie de répondre, trop émue et curieuse de savoir la vérité. Elle sautillait de tout les côtés!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 23 Juin - 8:48
-Eliiiiiiiiiiise!

- Ouiiiiiiiiiiiiiiii ! cria-t-elle, son visage s'illuminant de mille feux

Elle était ravie, non plus que ça. Il n'y avait pas de mots pour exprimer ce qu'elle ressentait là, à cet instant. Alice, en lui repoussant sa main, avait carrément sauté sur elle pour l’étreindre dans ses bras sous les regards médusés des clients et de la vendeuse. Elle se laissa faire, profitant de cet instant unique, riche en émotions. Elle aurait bien dansé la danse de la joie mais elles étaient tout de même dans un magasin. Un minimum de tenue s'imposait.

-Après tout ce temps écoulé, tu réapparais comme ... comme un portrait effacé!

- Ou plutôt comme un fantôme venu te hanter jour et nuit ! répondit-elle malicieusement en faisant mine de faire des chatouilles

Elle n'avait pas revu Alice depuis... Combien de temps déjà ? Cinq, six ans... Ça lui semblait tellement long, une éternité... Et là par un heureux hasard, elle la revoyait...

Alice choisit ce moment pour se mettre à pleurer. Oh non, si elle commençait, elle allait forcément suivre et pleurer ensuite comme une madeleine ! Un peu comme dans les comédies romantiques à l'eau de rose, où le mari qui est censé être mort réapparaît et fait une déclaration à sa femme qui se retrouve au septième ciel. Bon d'accord, ce n'est pas tout à fait la même chose, à quelques détails près, mais vous avez compris l'idée. /MUR/

-Comme tu as changé! Que s'est-il passé? Tu as déménagé et ... Oh racontes-moi s'il-te-plait!

C'est surtout la fin qui retint son attention. Elle fit une grimace, qu'elle espérait pour elle, passerait inaperçue. Elle allait devoir raconter les plus mauvais moments de sa vie, ceux qu'elle s'efforçait d'oublier et de regretter. Paf, une question et tout resurgissait à la surface comme une soupe indigeste qu'elle n'aurait toujours pas digérée. La vente du manoir. Le déménagement. Les colères imprévisibles de ses parents. Les disputes. La proposition. L'escapade chez les ours puis la fuite... Que raconter de beau, d'intéressant dans tout cela ?
Alors elle allait faire ce que jamais elle ne se saurait cru capable. Mentir. Mentir à Alice, sa meilleure amie, celle avec qui elle avait les quatre cents coups petite. Pourquoi ? Pour se protéger, à la manière des hérissons, pour ne pas avoir honte tout simplement.

- Ah tu trouves ? Moi pas tellement... Donc euh... Oui, j'ai déménagé à cause du travail de mon père, mes parents m'ont ensuite envoyé à Princeton, tu sais l'école dont je t'avais parlé... Puis il y a quelques temps j'ai pris mon indépendance, je suis partie de la maison avec l'accord de mes parents et maintenant me voilà ici dans cette charmante petite ville !

Elle n'était pas prête à lui dire la vérité, peut-être le serait-elle un jour. Elle reprit d'un ton nettement plus joyeux :

- Et toi Alice ? Qu'est ce que tu as à me raconter ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 24 Juin - 15:03
Sa jeune amie était aussi, ravie et surprise qu’Alice. Les deux filles enlacées, ne pensaient plus à rien d’autres, que leur retrouvailles.

- Ou plutôt comme un fantôme venu te hanter jour et nuit !



Élise taquina Alice, qui elle, riait laissant découvrir ses dents parfaites.  Elle la bouscula de façon complice. Le bonheur se lisait dans son regard. Après tout ce temps … comme quoi, le hasard fait bien les choses …

-Comme tu as changé! Que s'est-il passé? Tu as déménagé et ... Oh racontes-moi s'il-te-plait!

Son amie esquissa une mine gênée voir honteuse. Alice s’arrêta de sautiller, et pencha la tête sur le côté. Enfantine mais inquiète.

- Ah tu trouves ? Moi pas tellement... Donc euh... Oui, j'ai déménagé à cause du travail de mon père, mes parents m'ont ensuite envoyé à Princeton, tu sais l'école dont je t'avais parlé... Puis il y a quelques temps j'ai pris mon indépendance, je suis partie de la maison avec l'accord de mes parents et maintenant me voilà ici dans cette charmante petite ville !

-Oh mais c’est merveilleux ! S’exclama-t-elle, applaudissant un court instant mais … ouvertement, toute jovial, oubliant qu’elle se trouvait dans un magasin. Et que la vendeuse commençait à en avoir assez de cette situation faisant fuir pratiquement tous ces clients.
Alice n’avait donc pas à s’inquiéter autant, Élise avait trouvé le bonheur c’est tout ce qui comptait.


-Ah Princeton … maman répété souvent que, jamais je ne serai accepté, du à mon manque de sérieux et de concentration, dit-elle amusée. Et elle avait raison, finit-elle par déclarer en riant.

- Et toi Alice ? Qu'est ce que tu as à me raconter ?


Alors moi … Il faut que je lui raconte la destruction du Pays des Merveilles. C’est d’ailleurs, la seule personne, qui croyait aux amis « imaginaires » d’Alice. Elle passait ses après-midi à lui conter les choses qu’elle avait vécues là-bas. Il faut également que je lui raconte que, moi aussi, j’ai pris mon indépendance, mais auprès du Grand Méchant Loup. GML … un loup vraiment différent, mais il m’avait mise en garde. Ne jamais dévoiler ce secret. Et encore moins mes activités. Dois-je ne rien dire à Élise ? Nan. Elle chassa cette idée de son esprit. Je lui ai toujours raconté tout. Et ce n’est pas maintenant que je vais arrêter. Alice n’en faisait qu’à sa tête, et on avait beau lui rabâcher plusieurs fois le règlement, elle n’écoutait qu’elle. Et personne d’autre.

-Que de choses merveilleuses ! Mais tu sais très bien qu’avec moi, même un bouton d’or est merveilleux !  Elle ria de plus belle … J’ai beaucoup de choses à te dire. Mais pas ici. Dans un endroit à l’abri des regards, où les murs seront dépourvus d’oreilles.
 
Elle se baissa,  ramassa la sublime robe, qu’elle avait dénichée et se  releva  d’un coup faisant virevolter ses cheveux dorés en arrière, puis retombés autour de son visage d’enfant.


-Tu viens. On va l’essayer.


Elle prit la main d’Elise, l’emportant avec elle, vers les cabines d’essayages.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 27 Juin - 19:38
-Oh mais c’est merveilleux ! s'exclama Alice en applaudissant bruyamment pendant un instant

Ce qui était bien avec Alice, c'était que tout était merveilleux avec elle. Et visiblement son mensonge passait aussi facilement qu'une lettre à la poste. Elle n'aurait donc pas à embêter Alice avec la vraie version des faits... Ce fut un véritable soulagement pour elle, qui détestait mentir comme ça à tout va. C'était l'un de ses plus gros défauts selon GML. Un défaut, qui l'avait empêché d'avoir le statut d'agent double pour infiltrer l'Agence Cooki. Le regard noir de la vendeuse et la voix d'Alice la ramenèrent brusquement à la réalité.

-Ah Princeton … maman répété souvent que, jamais je ne serai accepté, du à mon manque de sérieux et de concentration, et elle avait raison !

Cette pensée la fit sourire. Si c'était dur pour Alice, qu'est ce que ce serait pour elle, qui courait partout à l’affût du moindre oiseau/papillon et qui était plus douée pour grimper dans les arbres plutôt que de faire des calculs. Inutile de dire qu'elle avait jamais mis les pieds dans cette école.

- Et toi Alice ? Qu'est ce que tu as à me raconter ?

-Que de choses merveilleuses ! Mais tu sais très bien qu’avec moi, même un bouton d’or est merveilleux ! J’ai beaucoup de choses à te dire. Mais pas ici. Dans un endroit à l’abri des regards, où les murs seront dépourvus d’oreilles.

- Je comprends. Au parc, à la plage ou peut-être dans la forêt ? On sera au moins au calme et tu pourras tout me dire comme ça !

Elle entendit d'où elle était le soupir de la vendeuse qui devait sûrement se dire qu'elles étaient vraiment très bizarres comme clientes. Si "bizarres" était le mot approprié... Elle savait qu'avec Alice, les histoires pouvaient prendre des heures entières et elle ne se lassait jamais de l'entendre. Peut-être lui parlerait-elle de ses dernières escapades au Pays des Macarons Merveilles. Ou peut être de nouvelles choses qui sait...

-Tu viens. On va l’essayer.

Elle se laissa entraîner par la main d'Alice, qui la tirait vers les cabines d'essayage, impatiente d'essayer sa nouvelle robe.

- Tu veux qu'on essaye ta robe ensemble ? Comme au bon vieux temps ? demanda-t-elle à la hauteur de la première cabine, sa robe vert pomme toujours à la main
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 28 Juin - 13:23
- Je comprends. Au parc, à la plage ou peut-être dans la forêt ? On sera au moins au calme et tu pourras tout me dire comme ça!


 -A la plaaaaaage ! s’écria-t-elle. La vendeuse fulminait dans son coin. Elle finit par s’avancer et taper le sol d’un pied impatient, les bras croisés. S’en était trop. La goutte d’eau qui fait renverser le bocal à croco. C’est une des nombreuses expressions de la petite blonde.
 
-Oups, je fais trop de bruits ? Ou bien je ne suis pas assez calme… chuchota Alice, baissant sa petite bouille sur ses chaussures rouges. Elle leva les yeux vers son amie, et glissa un sourire malicieux. Comme quand un enfant se fait gronder, et ne peut s’empêcher d’être satisfait de sa bêtise.
 
Arrivée vers les cabines, Alice en chercha une. Si possible vide, c’est plus pratique. Mais pour l'instant elles étaient toutes prises. Il n'y a plus qu'à attendre qu'une se libère.

 
- Tu veux qu'on essaye ta robe ensemble ? Comme au bon vieux temps ?
 
-Bien évidemment ! Et puis, il faut aussi que je m’achète un maillot de bain, pour aller à la plage ! Oh, et on pensera aux tongs. Ou des sandales. Ou bien des claquettes. Oh non, des spartiates comme chez les romains. Tu crois qu’ils en vendent ?
 
Alice est une éternelle bavarde, et ne peut s’empêcher de parler parler parler, à donner des maux de têtes. Et en plus d’être un moulin à parole, c’est une vraie curieuse. Elle dirigea son regard vers la robe verte-pomme d’Elise.
 
-Oh elle est magnifique ! Elle se mariera très bien avec tes bottines ! Oh, et toi aussi tu veux un maillot de bain pour aller à la plage? On achètera le même, comme ça on sera accordées, hein dis on achètera le même?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 1 Juil - 11:20
-A la plaaaaaage ! s’écria joyeusement Alice  

Elle affichait une légère préférence pour la forêt mais la plage lui convenait très bien. Elle n'y avait jamais été excepté une fois quand elle était petite et à vrai dire elle ne s'en souvenait plus très bien. La vendeuse tapait à présent du pied, excédée et Boucle d'Or se retenait de justesse de rire à la barbe de la vendeuse.

-Oups, je fais trop de bruits ? Ou bien je ne suis pas assez calme…

Alice baissa les yeux, se sentant fautive puis elle adressa à la jeune fille un sourire malicieux sans équivoque, tout bonnement irrésistible. Boucle d'Or ne put réprimer un gloussement qu'elle s'empressa d'étouffer en plaquant sa main contre la bouche.
Elles s’arrêtèrent finalement devant les cabines, qui étaient tout prises. Mince, il allait falloir attendre...

- Tu veux qu'on essaye ta robe ensemble ? Comme au bon vieux temps ?

-Bien évidemment ! Et puis, il faut aussi que je m’achète un maillot de bain, pour aller à la plage ! Oh, et on pensera aux tongs. Ou des sandales. Ou bien des claquettes. Oh non, des spartiates comme chez les romains. Tu crois qu’ils en vendent ?

- On a qu'à regarder et tout déval... essayer ! On verra bien ce qu'il nous conviendra le mieux et on achètera ensuite ! Par contre, on devrait faire ça plus ou moins discrètement, pour ne pas contrarier Madame la Rabat-Joie derrière le comptoir ! en adressant à Alice un clin d’œil

Ne jamais encourager Boucle d'Or à faire n'importe quoi, ça risquait d'être mauvais pour la suite ! Du genre engueulades et compagnie...

-Oh elle est magnifique ! Elle se mariera très bien avec tes bottines !

- Merci ! C'est pour ça que je l'ai prise et puis j'aime beaucoup la couleur ! La tienne aussi est très jolie !

-Oh, et toi aussi tu veux un maillot de bain pour aller à la plage? On achètera le même, comme ça on sera accordées, hein dis on achètera le même?

- Bah oui, autant en profiter puisque nous sommes là ! Oh oui, ça serait vraiment sympa ! On se ressemblera pratiquement comme deux gouttes d'eau !

Il n'y avait pas à dire mais les deux jeunes filles se ressemblaient beaucoup ! Et pas uniquement du point de vue du caractère. Même taille, même cheveux blonds... Seules la couleur des yeux et leur coupe de cheveux permettaient de les distinguer.

- Here we go ! lâcha-t-elle en pointant du doigt la cabine qui venait de se libérer
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 1 Juil - 13:51
- On a qu'à regarder et tout déval... essayer ! On verra bien ce qu'il nous conviendra le mieux et on achètera ensuite ! Par contre, on devrait faire ça plus ou moins discrètement, pour ne pas contrarier Madame la Rabat-Joie derrière le comptoir !

Son amie lui adressa un jolie clin-d’ œil. La petite blonde pouffait dans son coin, n’essayant pas de se faire remarquer. N’empêche qu’Elise avait raison. Elle risquerait de se retrouver dehors un coup de pied au popotin, si elle continuait son vacarme. En tant que vrai petite fille extravertie, Alice a du mal à contenir sa joie. Ou plutôt à cacher ses émotions tout simplement. Mais là, c’était, soit son après-midi shopping soit son énergie débordante. Pas les deux.

-Oh, ne t’inquiètes pas, je serai aussi sage qu’une image. C’est promis, dit-elle, en levant la main comme pour prêter serment. Elle se réserva de tirer la langue à la vendeuse car ce n’est pas très convenable pour une soi-disant Lady.

- Merci ! C'est pour ça que je l'ai prise et puis j'aime beaucoup la couleur ! La tienne aussi est très jolie !

-Merci, mais il faut d’abord l’essayer car on a souvent de mauvaises surprises.

Les robes paraissent toujours très jolies sur le mannequin. Mais quand il en vient à les essayer, soit on ressemble à une planche à repassé, soit à un tablier chiffonné ou en encore un boudin ficelé.

Pendant qu’Alice plongeait dans ses souvenirs « essayage de vêtements », la jeune fille déclara joyeusement :

- Bah oui, autant en profiter puisque nous sommes là ! Oh oui, ça serait vraiment sympa ! On se ressemblera pratiquement comme deux gouttes d'eau !

-Oh oui ! Chuchota Alice. Elle avait enfin compris la leçon. On sera de vraies jumelles !

-Here we go!

-Oh yes! Elle tira la jeune fille dans la cabine, qui était assez spacieuse. Voilà !

Elle enleva ses petites chaussures, sa robe. Et s’empressa d’enfiler la nouvelle… Elle le fit tellement rapidement qu’elle s’emmêlât les pinceaux, et finit encore une fois sur les fesses.

-Ouille ouille ouille ! Je pense que je devrai faire don de mon énergie, dit-elle, toujours à terre, ne pouvant s’empêcher de retenir son fou-rire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 4 Juil - 19:14
-Oh yes!

Elle se fit tirer sans ménagement par Alice qui l'emmenait dans la cabine. Pourquoi était-elle aussi pressée ? Elle voulait à tout prix essayer les robes ? Les maillots ? Ou peut être impatiente de tout lui raconter à la plage ? Alice était Alice et son comportement restait parfois un mystère...

-Voilà !

La cabine était suffisamment spacieuse pour contenir elles deux, il y avait même de la place pour deux personnes supplémentaires. Elle referma le rideau sur elles, les cloisonnant de l'extérieur. Alice, avec son ardeur habituelle, enleva ses vêtements la première et enfila sa nouvelle robe alors que Boucle d'Or était toujours en train d'enlever ses bottines.
Sauf que tout ceci se passa trop vite, du moins pour Alice, qui en perdant l'équilibre tomba sur les fesses.

-Ouille ouille ouille ! Je pense que je devrai faire don de mon énergie.

Ne pas rire, ne rien dire, ne pas...

- Hoouu ! Mais fais doucement ! s'exclama-t-elle, hilare T'es pire que moi maintenant que quand j'avais 8 ans ! Peut-être que tu devrais donner ton énergie à ...

- Mesdemoiselles, ÇA SUFFIT MAINTENANT ! Encore une fois et je vous fais sortir du magasin !

Oh là là mais elle est jamais contente celle-là ! Heureusement qu'elle n'était pas en mission parce que là, niveau discrétion c'était zéro, voire moins mille. Elles étaient aussi discrètes qu'un groupe d'éléphants barrissant en plein désert. Non l'exagération n'était pas de trop.

- C'est bien ce que je disais... murmura-t-elle tout en se rendant compte qu'Alice était toujours par terre à demi empêtrée dans sa robe. Attends, je vais t'aider...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 9 Juil - 17:39
- Hoouu ! Mais fais doucement ! T'es pire que moi maintenant que quand j'avais 8 ans !

Elise se moquait d’Alice. Mais-euh, ce n’est pas gentil ! Bon, il est vrai que mon attitude est parfois risible…Oui bon, je l’admets, mon attitude est tout le temps risible. Mais ce n’est point ma faute.

Peut-être que tu devrais donner ton énergie à ...

- Mesdemoiselles, ÇA SUFFIT MAINTENANT ! Encore une fois et je vous fais sortir du magasin !

Mince ! Je crois que ça va barder. Alice se cacha le visage de ces deux mains, toujours à terre, et tenta un œil hésitant. Pas de canons, ni catapultes dans les parages. Ouf, mon dieu, ce que cette domestique peut être agaçante. Alice considérait tout fonctionnaire comme domestique. Elle a toujours ses petites manies de fille riche et modèle. Enfin pas si modèle que ça…

- C'est bien ce que je disais... Attends, je vais t'aider...

Alice accepta avec joie l’aide de son amie, et se releva avec beaucoup de souplesse. Finalement, les aventures dans les terriers et endroits étroits aidaient parfois. Elle épousseta la robe, qui à présent était chiffonnée.  Flute !

-Merci, mais (effectivement, avec la jolie blonde, il y avait toujours des « mais ») dépêchons-nous avant que cette furie des limbes nous tombe dessus !

Elle eut une légère minute de réflexion. « Le temps des cookies » ? GML, lui avait vaguement parlait d’un magasin spécialement conçu pour les agents, pour se ravitailler en équipements, tenue de mission ect... Est-ce, ce magasin ? Pour l’instant, elle n’avait rien vu de tout ça, mais, est-il possible qu’une porte secrète soit dissimuler, et donnerait accès à cet endroit ? Alice s’interrogeait, mais elle n’était pas venue pour ce genre de chose, d’ailleurs, elle n’avait pas prévu tout court de faire les boutiques, jusqu’à ce qu’elle tombe nez à nez avec cette robe. Imprévisible petite fille qu’elle était.

Cette fois, avec plus de précautions et moins de vivacité, elle enfila la robe bleue, qui s’accordait merveilleusement bien avec le teint velouté de la petite blonde. Elle se regarda dans le miroir, et se tourna sur elle-même.

-Alors, qu’en penses-tu ?
demanda-t-elle à son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 13 Juil - 20:39
-Merci, mais dépêchons-nous avant que cette furie des limbes nous tombe dessus !

Boucle d'Or secoua la tête en signe de dénégation.

- Ah ça non, ça risque pas ! Tu crois vraiment qu'elle va regarder dans chaque cabine pour voir où nous sommes ? Nous ne sommes pas toutes seules dans le magasin Alice, il y a d'autres clients.

Mais le comportement de la vendeuse intriguait quand même Boucle d'Or. Certes, elles étaient trop bruyantes mais de là à être aussi énervée, il n'y avait qu'un pas. Ça lui rappelait un peu le caractère ronchon de GML. Peut être que c'était une connaissance du patron après tout... Si c'était le cas, il valait mieux qu'elle se fasse le plus discrète possible, elle avait pas envie d'avoir une entrevue après avec le patron pour... cette petite folie. Roh et puis zut ! On s'en fiche après tout, le loup a sûrement autre chose à faire et puis je suis même pas sûre de ce que j'avance...

-Alors, qu’en penses-tu ? demanda Alice, la tirant une fois de plus de ses pensées

- Hum, tu es vraiment jolie dedans ! La robe n'est pas trop ample, elle a l'air de ne pas trop te serrer non plus... Elle convient parfaitement ! En plus, elle fait ressortir tes yeux bleus, dit-elle en souriant au reflet d'Alice dans le miroir. Je serais toi, je n'hésiterai pas ! Bon à moi, d'essayer maintenant !

Joignant le geste à la parole, elle enfila soigneusement la robe verte en faisant bien attention à ne pas la salir ou à l'abîmer. Elle avait craqué sur cette robe simple à manches ballons dans les tons vert et beige avec quelques touches de marron de ci et là. Elle ajusta et resserra les 2-3 rubans de la robe, remit un peu d'ordre dans ses cheveux puis se tourna vers Alice, rayonnante.

- Tadaaaa ! Alors tu me trouves comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 16 Juil - 18:57

- Ah ça non, ça risque pas ! Tu crois vraiment qu'elle va regarder dans chaque cabine pour voir où nous sommes ? Nous ne sommes pas toutes seules dans le magasin Alice, il y a d'autres clients.


-Peut-être bien. Mais envisageons le pire. Souvent dans les films, le méchant fouille toutes les cabines (en générale ce sont celle des toilettes) pour trouver les gentils qui se cachent du mal.

Le ton et la mine d’Alice étaient graves. C’était même amusant de la voir s’inquiéter pour ce genre de futilités absurdes. La petite blonde fonctionne en marche arrière. Et, applique tout le contraire de ce que devrait penser un être conscient. Elle se soucie de choses « banales » et se fiche de choses « importantes ». Le début ou la fin de la folie progressive ? Aucun des deux….

- Hum, tu es vraiment jolie dedans ! La robe n'est pas trop ample, elle a l'air de ne pas trop te serrer non plus... Elle convient parfaitement ! En plus, elle fait ressortir tes yeux bleus. Je serais toi, je n'hésiterai pas ! Bon à moi, d'essayer maintenant !

Alice pétillait de joie devant les dires de son amie. Elle lui sourit pour la remercier de son avis, et de ses compliments. Sautillant joyeusement devant le miroir. Toute mignonne dans sa robe bleue. Elle aimait particulièrement cette couleur. Le bleu… cela reflétait tellement de merveilles dans ce monde. Comme le ciel, l’océan, ou pour les plus poétiques, la pureté et la sagesse.

- Tadaaaa ! Alors tu me trouves comment ?

-Oh, you are so beautiful !! Hanw, tu vas faire des ravages! Parole d’Alice !

Élise était resplendissante dans cette robe, mettant en valeur ses atouts potentiels de jeune femme. Et la jolie blonde le lui avait fait remarquer… avec beaucoup de finesse (ironie). Quand elle disait « tu vas faire des ravages », c’était surtout auprès de la gente masculine.

-Allez, direction la caisse où se trouve la vilaine madame ! Mais avant… je veux m’assurer de quelque chose. Suis-moi.

Alice sortit de la cabine, portant toujours la robe cobalt sur elle, et se dirigea comme une ombre, au fond du magasin. Elle s’assura qu’il n’y ai personne derrière elle, a part son amie, et tata de ses délicates mains le… miroir ? Il y a quelque chose qui cloche avec ce miroir. Il ne se mari pas bien avec le  papier peint. Je dois avouer, que raisonnement reste peu convaincant, mais ...

-Elise, je suis sure qu’il y a un passage secret. J’en suis même persuadée.


La folle intuition féminine...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 18 Juil - 19:50
-Peut-être bien. Mais envisageons le pire. Souvent dans les films, le méchant fouille toutes les cabines pour trouver les gentils qui se cachent du mal.

Le ton d'Alice était grave comme si une énième catastrophe allait leur tomber sur la tête. Elle regardait sans doute un peu trop de films. Ah, sacrée Alice !

-Alors, qu’en penses-tu ?

- Hum, tu es vraiment jolie dedans ! La robe n'est pas trop ample, elle a l'air de ne pas trop te serrer non plus... Elle convient parfaitement ! En plus, elle fait ressortir tes yeux bleus, dit-elle en souriant au reflet d'Alice dans le miroir. Je serais toi, je n'hésiterai pas ! Bon à moi, d'essayer maintenant ! Tadaaaa ! Alors tu me trouves comment ?

-Oh, you are so beautiful !! Hanw, tu vas faire des ravages! Parole d’Alice !

- Hé hé ! Si tu le dis... sourit-elle les joues un peu plus roses qu'à l'accoutumée

Ça la gênait toujours un peu qu'on lui fasse des remarques là-dessus. Non, pas que le sujet soit tabou mais elle ne mesurait pas toujours très bien l'effet qu'elle pouvait avoir sur le sexe opposé. Elle n'était pas non plus complètement stupide, elle savait très bien que les garçons, ces pervers focalisaient leur regard à certains endroits plutôt qu'à d’autres.

-Allez, direction la caisse où se trouve la vilaine madame ! Mais avant… je veux m’assurer de quelque chose. Suis-moi.

Le ton direct d'Alice invita Boucle d'Or à ne pas discuter, ni à poser de questions. Elle sortit de la cabine, pieds nus, la robe verte encore sur le dos et suivit Alice qui se dirigeait vers le fond du magasin, en lançant de temps à autre des regards vers l'avant du magasin. Qu'est ce qu'elle a bien pu remarquer ? Elle eut la réponse à sa question au moment où Alice stoppa net devant le grand miroir. Elle entreprit de tâter les rainures du miroir tandis que Boucle d'Or restait un peu plus en retrait au cas où le mal la vendeuse arriverait.

-Elise, je suis sure qu’il y a un passage secret. J’en suis même persuadée.

Oubliant la menace de la vendeuse qui pouvait arriver à tout moment, elle s'avança et observa plus attentivement le miroir. Il était grand et assez large, il occupait un bon pan du mur et faisait face aux rayons des pantalons et des chaussures à talons. Pas vraiment de grande utilité sauf peut être pour les chaussures et encore... Le papier peint semblait être aussi en moins bon état qu'ailleurs et ne concordait pas vraiment avec l'esthétique du miroir. Comme si on voulait cacher quelque chose en toute hâte et qu'on avait rien trouvé de mieux...

- Hum... Je te crois. Tes intuitions sont souvent bonnes et puis il y a quelques détails qui rendent l'emplacement de ce miroir... inapproprié. dit-elle d'un ton sérieux (oui les blondes peuvent être sérieuses u.u)   Je me demande ce qu'il peut bien y avoir derrière... Et comment on fait pour rentrer...

La découverte ne faisait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 20 Juil - 15:40
- Hé hé ! Si tu le dis...

Son amie rougissait légèrement montrant la gêne causait par la petite Alice. Mais cette dernière ne s’en formalisa pas, connaissant parfaitement le caractère un peu plus retiré d’Elise (qui reste tout de même extravertie). Après tout, c’est une femme, et  il faut qu’elle s’assume, naméoh.

Alice continua de trifouiller par-ci par-là, les cannelures du mur. Il faut que je trouve le moyen d’ouvrir ce miroir, mais comment ?

- Hum... Je te crois. Tes intuitions sont souvent bonnes et puis il y a quelques détails qui rendent l'emplacement de ce miroir... inapproprié. Je me demande ce qu'il peut bien y avoir derrière... Et comment on fait pour rentrer...

Alice approuva de la tête. Voilà, Elise a le même sens de l’observation que moi. Aussi aiguisé qu’une lame. Elle aussi, avait remarqué ces légers détails mais qui titillaient la vue. Et dérangeaient. La blonde continua de faire glisser ces délicates mains entre les sillons… jusqu’à ce qu’elle tombe sur un loquet. Yes !

-C’est bon, chuchota-t-elle pour éviter d’attirer l’attention, j’ai trouvé.

Elle l’actionna, et le miroir bascula sur lui-même. Elle sautilla d’excitation et, à peine ouvert à moitié, s’empressa de pénétrer à l’intérieur. Oh là là, c’est comme dans les films ! Cela lui rappelait beaucoup ses escapades nocturnes dans les grottes, et autres endroits mystérieux.

-Elise, vite, viens voir c’est fabuleux !

Sous ses yeux bleus extasiés, se découvrait une immense salle, où tout l’équipement nécessaire aux missions se trouvait ! Le Temps des Cookies est donc allié à l’organisation du GML. Bien. Elle commença à se diriger vers les tenues spéciales mission.

-Hanw, regarde cette armure, et ces lunettes vision nuit, et ce lasso, et ce filet !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 2 Aoû - 21:08
- C'est bon, j'ai trouvé. chuchota son amie

La jeune fille tira sur quelque chose, provoquant un léger déclic puis le miroir finit par s'ouvrir lentement sur lui-même, à la manière d'un coffre-fort. Alice trépignait d'impatience à ses côtés tandis que son cœur battait à tout rompre comme à chaque fois qu'elle bravait un interdit.

- Alice, tu es un génie ! murmura-t-elle, admirative

En y regardant de plus près, le dispositif d'ouverture était assez simple mais le loquet se fondait si bien avec les rainures du miroir, sur les côtés, qu'il fallait carrément le toucher pour se rendre compte qu'il était bien là. Au moins, le passage ne s'ouvrira pas à n'importe qui... Le miroir n'avait pivoté qu'à moitié qu'Alice s'engouffra à l'intérieur plantant Boucle d'Or devant le passage. En temps normal, elle aurait été la première à se précipiter à l'intérieur sans réfléchir aux conséquences, mais la présence de clients éventuels et de la vendeuse à l'avant de la boutique l'incitait à être plus prudente. Elles s'étaient déjà faites suffisamment remarquer comme ça ! Elle jeta un regard rapide derrière les rayonnages. Personne à l'horizon, parfaait.

-Elise, vite, viens voir c’est fabuleux !

- J'arrive ! Trente secondes ! Je referme le miroir pour que personne puisse y rentrer après nous !

Elle s'était attendue à tout : à déboucher dans un souterrain, dans les égouts, dans une caverne, même dans un appartement. A tout, mais pas à cette grande salle exposant dagues, épées, pistolets, gilets pare-balles, tenues de camouflage etc... Sans oublier le plus important pour la jeune fille : des fusils !

-Hanw, regarde cette armure, et ces lunettes vision nuit, et ce lasso, et ce filet !

Il y avait tellement de choses à regarder qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Et elle comprenait très bien à présent le lien entre la boutique et GML.

- Wouah... On se croirait dans la taverne de James Bond ! Il doit sûrement y avoir des agents secrets ou des espions dans la ville...  lâcha-t-elle innocemment

Comme moi ! Je voudrais bien le lui dire, c'est pas l'envie qui m'en manque, mais évidemment j'ai pas le droit de le faire... Les ordres sont les ordres et puis de toute façon, le principe d'un agent secret c'est que la nature de son travail reste secrète pour ses proches...

- Dis, tu crois qu'on a quand même le droit de prendre quelque chose vu qu'on a découvert cet endroit ?

Dans son cas, prendre incognito un fusil par exemple.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 3 Aoû - 16:16
- Alice, tu es un génie !

Oh, ce n’était qu’un simple et banal loquet, pensa Alice quoique ravie du compliment. Une fois rentré à l’intérieur de cette pièce secrète, elle appela son amie, émerveillée de toutes les choses improbables qui s’offraient à elle.

- J'arrive ! Trente secondes ! Je referme le miroir pour que personne puisse y rentrer après nous !

La Prudence n’était pas vraiment l’ami d’Alice, et heureusement qu’Elise était assez vigilante, sinon la vendeuse les aurait surprises depuis bien longtemps. La jeune blonde touchait à tout, elle avait besoin de se contacte pour comprendre l’objet. Et trouver tous les secrets enfouit en lui.

-Hanw, regarde cette armure, et ces lunettes vision nuit, et ce lasso, et ce filet !


- Wouah... On se croirait dans la taverne de James Bond !

Il semblerait qu’elle ne soit pas la seule à être une adepte des films d’espionnages et d’actions. D’ailleurs c’était surtout grâce à eux, qu’elle tirait son inspiration, et son imagination débordante. Et puis, James Bond, un classique. Ce n’était pas l’agent 007, mais l’agent Alice. Et elle n’était pas au service de sa majesté mais au service du Grand Méchant Loup. Voilà tout ce qu’elle avait rêvé. D’aventures, et GML le lui avait offert.

...Il doit sûrement y avoir des agents secrets ou des espions dans la ville...

Ce n’est pas « il doit sûrement y en avoir » mais « Il y en a ». C’est une affirmation très chère. Et la pure vérité. Oh il faut vite, que je lui dise que j’en suis une ! Alice était pressée, impatiente, elle ne tenait plus en place.

-Dis, tu crois qu'on a quand même le droit de prendre quelque chose vu qu'on a découvert cet endroit ?

-Ouiii, et puis il me semble que s’ils sont ici, c’est bien pour une raison. Tu sais, c’est comme chez les pirates. Quand ils découvrent un trésor, ils leur appartiennent à la fin. Alors, pourquoi pas nous ?

La petite aventure en herbe était d’un enthousiasme, flagrant. Et voyait bien que son amie miroité sur ces jolis fusils. Elle n’aimait pas vraiment les armes à feu, elle. Cela fait beaucoup de bruit. Et beaucoup de mal. En fait, elle n’aimait pas du tout les armes. Et pourtant GML, lui avait dit que dans ce monde, il fallait être armé. Et jusqu’aux dents si possible. Contrainte, elle choisit donc, une petite dague, parfaitement aiguisée, exposée sur une étagère de la pièce. Cela devrait suffire.

- Je pense qu’on devrait y aller Elise.


Il fallait bien payer les robes, et récupérer leur affaire dans les cabines. Et ce n’était pas vraiment rassurant de rester dans cet endroit. Avec tout plein de choses dangereuses. Comme cette grenade par exemple.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 13 Aoû - 6:53
- Ouiii, et puis il me semble que s’ils sont ici, c’est bien pour une raison. Tu sais, c’est comme chez les pirates. Quand ils découvrent un trésor, ils leur appartiennent à la fin. Alors, pourquoi pas nous ?

Le sourire de la jeune fille s'agrandit jusqu'à laisser entrevoir ses jolies fossettes.

- Oui, ce sera notre trésor, notre secret qu'on conservera précieusement ! On ne dira rien à personne, ce sera seulement entre nous deux ! 

On disait souvent qu'avec la distance et le temps, l'amitié finissait toujours par se dégrader ; un peu comme deux grains de poussière, qui se réduisant peu à peu, finissaient par s'envoler, éparpillés par le vent. Il n'en était rien avec Alice. La complicité était toujours là malgré ces années de vide où elles ne s'étaient plus vues, ni parlées. Elle est là maintenant, dans la même ville que moi, c'est tout ce qui compte ! On rattrapera toutes les deux le temps perdu !

- Je pense qu’on devrait y aller Elise.

- Oh, déjà ? s'exclama-t-elle, surprise.

Elle n'avait pas encore choisi ce qu'elle allait prendre. Les fusils, accrochés sur un pan du mur l'attiraient comme un aimant mais elle allait devoir se résoudre à choisir autre chose, pour ne pas attirer l'attention. Vous croisez souvent, vous, une blonde de 17 ans qui se balade avec un fusil dans la rue ? Evidemment non. Elle opta donc pour un accessoire plus discret : des lunettes à vision infrarouge. Qui sait, ça pourrait toujours servir pour une mission...

- On peut y aller maintenant !

Pleine d'entrain, Boucle d'Or passa devant Alice, ouvrit avec précaution le miroir, puis une fois le danger écarté, elle traversa l'arrière du magasin sur la pointe des pieds avant de regagner leur cabine.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 15 Aoû - 17:01
- Oui, ce sera notre trésor, notre secret qu'on conservera précieusement ! On ne dira rien à personne, ce sera seulement entre nous deux ! 

Oh chouette alors ! La petite aventurière en herbe, adooorait les secrets, faire sa confidente auprès des autres, ect … Curieuse, curieuse, curieuse et encore curieuse. Ce n’était pas pour rien qu’elle était au courant de toutes les nouveautés, et autres endroits branchés. Mais ce qu’elle aimait le plus, c’était les partager avec Elise. Oh oui, maintenant qu’elles s’étaient retrouvés, hors de question de la perdre à nouveau. Elles iraient tout le temps explorer et s’amuser toute la journée ! Enfin, n’oublions pas le travail, sinon GML allait lui tirer les oreilles. Ou la gronder fort fort fort. Qu’est-ce qu’il pouvait être grognon et grincheux ce vieux loup. Il faudrait, qu’il sorte de son bureau de temps à autres. Faire une promenade dans les bois avec lui serait une bonne idée, pensa-t-elle, je devrai lui proposer, ça lui fera surement plaisir !

- Oh, déjà ?

Alice hocha positivement de la tête, navrée. En plus la vilaine madame pourrait surgir à tout moment et faire « Bouuuuh » comme les fantômes. Et puis, elle aurait un drap blanc sur elle pour faire plus vrai, avec un boulet accroché à son pied. Mais, moi je n’ai pas peur des esprits maléfiques, parce que j’ai lu quelque part qu’il ne pouvait pas s’attaquer directement à nous. Il faut un sort d’invocation et de re ... La jolie blonde partit dans un autre univers, sa petite tête dodelinait et son regard était presque vide.

- ... y aller maintenant !

-Hmm ? Ah oui, allons-y !

Elle suivit son amie, également sur la pointe des pieds, la dague qu’elle avait choisie, en main.

-Pfiiiouu, on a eu chaud, mais je trouve qu’il faudrait faire ça, plus souvent, dit-elle amusée, et encore excitée. Tu as pris des lunettes ? Oh je sais, c’est pour explorer le fond de mystérieuses grottes !

Elle sautillait sur place, enleva la robe, remit la sienne, et enfila ses souliers rouges. Tout ça en même temps …


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 26 Aoû - 14:49
- Pfiiiouu, on a eu chaud, mais je trouve qu’il faudrait faire ça, plus souvent ! fit Alice, une fois dans la cabine

- Oh oui ! Ça me manquait ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait ce genre de choses...

Un vieux souvenir remonta à la surface, la faisant revenir neuf ans en arrière. Celui du jour, où elle s'était aventurée dans la grenier, pièce interdite pour la petite fille qu'elle était. Elle avait subtilisé la clé au majordome et était rentrée dans la pièce, encombrée par les cartons, bouteilles de vin, tableaux et autres objets de valeur et en étant ressortie couverte de poussière de la tête aux pieds. Elle laissa échapper un petit rire et renfila sa robe et ses bottines après avoir posé ses lunettes sur le petit tabouret à côté du miroir.

- Tu as pris des lunettes ? Oh je sais, c'est pour explorer le fond de mystérieuses grottes ! s'exclama Alice qui sautillait sur place en enfilant sa robe et ses souliers

- Il y a des grottes par ici ? J'étais pas au courant ! Non, je les ai prises parce que je me disais que ça pouvait toujours servir pour des sorties la nuit... Et arrête de sauter comme ça, tu vas finir par tomber comme tout à l'heure ! fit-elle amusée

Mais là n'était pas sa préoccupation, elle voulait faire une surprise à Alice.

- Tu m'attends ici, je reviens dans trente secondes ! D'accord ?

Elle fila avant d'avoir eu la réponse de son amie et se précipita dans les rayons à l'avant du magasin. Elle avait vu brièvement, en arrivant, deux maillots de bain deux pièces sur les mannequins à côté de la vitrine et comme elles se rendaient à la plage, c'était l'occasion ou jamais d'en acheter avant qu'il n'y en ait plus. Elle attrapa à la va-vite les deux maillots et revint en trombe dans la cabine sous le regard réprobateur de la vendeuse.

- Dis, tu préfères lequel entre les deux ? Il n'y a que ces deux modèles, demanda-t-elle en montrant d'un côté un ensemble vichy rouge et de l'autre un ensemble bleu et blanc à rayures. Je te laisse choisir pour nous deux, je payerai le tout ensuite.

Elle avait vraiment envie de lui faire plaisir à son amie après tout. Pour le choix des maillots, elle pariait que son amie allait choisir le deuxième, mais connaissant son caractère imprévisible elle lui laissait le choix. On sait jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 30 Aoû - 14:03
- Oh oui ! Ça me manquait ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait ce genre de choses...

Alice laissa un petit rire nostalgique s’échapper de ses lèvres. En une après-midi, elles se sont amusées comme si elles ne s’étaient jamais quittées. Toutes les choses merveilleuses qu’elle avait vues dans l’arrière-boutique défilaient dans sa tête. Grand Méchant Loup est une personne- ou plutôt un  animal surprenant. Mais … ces armes étaient-elles seulement destinées aux agents de son organisation ? Peut-être que les agents de Cooki venaient également se réapprovisionner ici. Qui sait ? Après tout, rien est impossible …


- Il y a des grottes par ici ? J'étais pas au courant !

-Siiii, j’en ai aperçu une dans les bois la dernière fois ! Mais il faisait beaucoup trop sombre pour que je puisse continuer mon exploration sans tomber. Les rochers ça fait assez mal tu sais
, dit-elle la mine grave.

-Non, je les ai prises parce que je me disais que ça pouvait toujours servir pour des sorties la nuit... Et arrête de sauter comme ça, tu vas finir par tomber comme tout à l'heure !  fit-elle amusée

Oh oui, des sorties la nuit ! Le monde est un autre univers, une fois le soleil couché. La petite blonde arrêta de sautillait, et fit lui fit un grand sourire.

- Tu m'attends ici, je reviens dans trente secondes ! D'accord ?

Perplexe, Alice pencha la tête sur le côté. Trente seconde c’est énorme pensa-t-elle en faisant une mine d’enfant capricieuse. Je n’aime pas le mot « attendre », je trouve ce verbe inutile.  Mais elle s’exécuta. C’est peut-être une surprise ? Ou bien une autre cachette secrète ? Elle se mordillait les lèvres d’impatience. Son amie avait éveillé sa curiosité, mais elle réapparut quelque secondes plus tard.


- Dis, tu préfères lequel entre les deux ? Il n'y a que ces deux modèles. Je te laisse choisir pour nous deux, je payerai le tout ensuite.

-Le bleeeeeuuu ! S’écria-t-elle, avant d’attraper le maillot de bain et de le regarder sous toutes ses coutures. Il est magnifique, merci !

Elle lui sauta au cou pour la deuxième fois de cette journée.

-Attends, moi je vais acheter les tongs et les tropéziennes qui vont avec,

lui dit-elle, avec un grand sourire.

Elle prit ses affaires, et se dirigea vers les chaussures, calmement. Je suppose qu’Elise doit faire la même pointure que moi. Car quand elles étaient petites, elle faisait la même taille, le même poids, et en l’occurrence la même pointure. Ça n’a pas du bien changé depuis, elle attrapa donc les chaussures :

-C’est bon, on peut y aller !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 7 Sep - 9:36
-Le bleeeeeuuu ! Il est magnifique, merci !

Bingoooo ! Elle ne s'était donc pas trompée. Alice lui sauta au cou encore une fois et faillit la faire basculer en arrière.

- Haha, de rien ! Je suis contente que ça te plaise !

Tant qu'elle avait de l'argent de reste, elle pouvait toujours se permettre quelques petites fantaisies et faire plaisir à quelqu'un, c'était du moins sa philosophie. Elle ne se saurait pas permis d'entrer dans cette boutique si ça n'avait pas été le cas. Elle reposa sur l'un des présentoirs le maillot vichy et s'apprêta à se diriger vers la caisse mais Alice l'arrêta.

-Attends, moi je vais acheter les tongs et les tropéziennes qui vont avec.

Boucle d'Or hocha la tête et suivit son amie dans le rayon des chaussures. Elles se partageaient ainsi les achats et seraient parées pour l'été. De véritables petites serial shoppeuses, voilà ce qu'elles étaient. Elle laissa Alice choisir les chaussures, elle lui faisait confiance, elle avait en général plus de goût qu'elle en matière de vêtements.

-C’est bon, on peut y aller !

- Direction la caisse alors !

Ou de son autre nom, le repaire du maaaaal. Elle attrapa le bras d'Alice, comme pour l'inciter à affronter "ce danger" et l'entraîna devant la vieille madame pas contente. Elle posa sa robe, les deux maillots, et les lunettes sur le comptoir et fit son plus beau sourire, dans le but d'attendrir la vendeuse grincheuse.

- On est ensemble mais on paye chacune séparément, s'empressa-t-elle de préciser.

La vendeuse grommela quelque chose d'inintelligible et commença à scanner les articles. Elle tiqua lorsqu'elle passa les lunettes mais s'abstint de tout commentaire. Ces deux trublionnes étaient des agentes, il n'y avait aucun doute là-dessus vu la facilité avec laquelle elles étaient rentrées dans la pièce secrète. Elle les avait surveillées via une caméra dissimulée et avait choisi de ne pas intervenir, les laissant explorer la pièce. Elle aurait pu éventuellement les faire sortir bien avant, mais ça, ça aurait été une autre histoire.

- Quarante cinq euros quatre-vingt dix-neuf s'il vous plaît, fit-elle d'une voix neutre.

Boucle d'Or tendit une liasse de billets, puis prit ses achats, les mettant dans un sac et fit signe à Alice qu'elle l'attendait dehors.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 20 Sep - 16:13
Elles se dirigèrent enfin vers les caisses pour déposer leur petites emplettes afin d’être prête pour leur sortie à la plage. Désormais, il fallait simplement espérer une journée aussi radieuse que celle-là car si le mauvais temps pointait le bout de son nez, leur après-midi shopping et les risques prit auraient servi à … pas grand-chose.

Les voici donc devant la vilaine madame, dont le caractère ressemblait tout bonnement à celui du patron, GML. La similarité de leur personnalité était frappante. La petite blonde lui offrait son plus beau mais également son plus malicieux sourire. Elle disposa sa dague près des lunettes  nocturnes de son amie.

- On est ensemble mais on paye chacune séparément s'empressa  de préciser Elise.

- Quarante cinq euros quatre-vingt dix-neuf s'il vous plaît,

Elise tendit quelques billets à la vendeuse et Alice fit de même. Puis elle sortit de la boutique en s’étirant comme un chat, les paquets en main. Elle arrêta ce geste anodin car ce n’était pas très distingué de faire cela.

-Et bien voilà, je pense que je vais rentrer à présent. Merci pour tout Elise, j’étais ravi de te revoir. Et je ne compte plus te perdre de vue, lui dit-elle la mine grave. Demain direction la plaaage !

Elle lui colla une bavouille sur la joue en riant, souvenir d’enfance, et s’éloigna en chantonnant et sautillant, un sourire angélique sur ses lèvres vermeils …

FIN



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Alice + libre] Quand le hasard fait bien les choses...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le hasard fait bien les choses ! [PV Elisan]
» Le hasard fait bien les choses (Luna)
» [Capture] Le destin fait bien les choses (ou pas). [Terminé]
» La nature fait bien les choses... et certaines personnes. [PV Sejan]
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-