Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [PV Alice + libre] And I've always lived like this, keeping a comfortable distance ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mar 25 Mar - 22:46
- Purée y’a marqué « sucre de canne » ! Pourquoi y’a pas ce fucking sucre dans le rayon alors ?!

Green ou comment en chier pour trouver du sucre à sa coloc, Tigrou. Le jeune homme continua de bifurquer dans les diverses allées du magasin. « Si tu veux des gâteaux Ethan, tu vas me chercher les ingrédients qu’il faut ! Et avec le sourire s’il te plait ». Ben vu la tronche qu’il tirait, il n’avait pas l’air heureux de se coltiner cette tâche.

Une petite vieille continuait de l’observer péter des câbles, avec des yeux ronds … devant le rayon lessive. Oui, le petit brun était vachement doué pour faire les courses, vraiment. Il nous manque pas de l’assouplissant ? Ah et j’ai plus de Gel-douche ! Et du déo … Green en choisit un au hasard – non pas sans critiquer le slogan-. Je sais pas pour vous, mais personnellement, pour faire tomber une fille en mettant du deo Axe, il faut que je vise les yeux. Pas besoin de ce genre de chose quand le charme naturel suffit. Évidemment. Cependant, si je cocotte le chien ça risque de les faire fuir. N’est-ce pas. Donc autant assurer une réussite totale (même si elle l’est pratiquement déjà) auprès des meufs. Faut pas croire, il prenait soin de lui quand il voulait plaire, et ne paraissait jamais négligé devant la gente féminine. Je vous interdis de repenser à moi en boxer trainant les pieds dans l’appart comme un gros shlag de la life, c’est clair ? Superbe vision qu’il vient de nous transmettre. En plus ce soir, il comptait aller se défoncer en boite et surement  être le mec d’une nuit de la bimbo du coin. Je vous vois venir avec vos remarques « mais il a jeté sa caaaarte ! », «il va se faire cogner pas les videurs » … nan nan nan, quand on est un Cooper on sait se faire un répertoire si vous voyez ce que je veux dire. Alors emprunter l’identité de quelqu’un est un jeu d’enfant quand on connait un bon faussaire.  Le jeune homme avait plus d’un tour dans son sac quand il s’agissait d’arriver à ses fins. Et là c’était de s’amuser. Il est jeune que voulez-vous ? Il avait besoin de ces breaks nocturnes pour ne pas sombrer dans de mauvaises pensées et faire des choses regrettables. Quand on a vécu la majeur partie de sa vie dans des endroits dont la fiabilité laissait à désirer, le Night’s Club c’était un bac à sable à côté.

Bref. Il tourna encore un moment dans l’épicerie avant de trouver ce qu’il convoitait tant. SHOKO-BOOONS ! Green lâcha son panier et se précipita vers le paquet de Kinder, des étoiles dans les yeux comme un gosse de quatre ans. Tant pis pour les gâteaux, c’est ça que je veux maintenant. Il choppa deux paquets et se dirigea vers les caisses. Bon ben Tigrou pourra toujours les attendre ses ingrédients. Dispersé comme il était, impossible de lui demander quoique ce soit.
 
Ah merde j’ai oublié mon panier ! Oui ça lui arrive souvent de semer ses affaires un peu partout autour de lui à la manière du Petit Poucet. Avec un peu de chance, peut-être qu’une fille tombera dessus comme pour Maelyss et … nan j’ai rien dis, vaut mieux que je me la ferme sinon ça va arriver et je vais le regretter amèrement. Ethan récupéra son panier en ramassant tous ce qui était tombé au sol, et le temps de se relever, se trouva nez à poitrine nez avec une jeune fille. Qu’il en avait marre de croiser. Ethan se décala en se redressant d'un coup sec pour être à la même hauteur que la blonde et frotta ses cheveux qui avaient perversement frôlé son buste.

- Alice si t’as décidé de me pourrir la vie, dis-le moi maintenant qu’on en finisse.

Rainy mood ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Mer 26 Mar - 13:29
Si la Vie était une tasse de thé, tout le monde verrait la Mort avec moi, pensa joyeusement Alice en fixant avec attention les différentes saveurs de thé qui s’offraient à elle. Elle avait pris une grande décision aujourd’hui. Gouter le thé chinois. Certains lui avaient conté les vertus thérapeutiques de cette boisson assez amère. Les pupilles gustatives de la jeune anglaise étaient accoutumées à ne gouter que du sucré, car entre les macarons antillais et les pancakes américains, Alice commençait à détester les autres agréments acides ou salés. Elle sautilla joyeusement en dégotant la perle rare. Le thé Wu Long. Elle trouvait son nom amusant et le plaça avec soin dans son caddie, qui ne contenait que des boites de son rafraichissement favori. Vingt-quatre en tout. De quoi désaltérer tout un régime pendant un bon moment. Sauf que la petite blonde ne partagerait en aucun cas avec eux, na ! Seule Elise aurait le privilège d’y gouter.

La jolie demoiselle s’était sauvée en douce de l’Organisation pour pouvoir se promener dans la ville à la conquête de nouvelles découvertes. Grand Méchant Loup n’était évidemment pas au courant de sa petite fugue, et n’allait probablement pas tarder à savoir qu’un agent manquait à l’appelle. Oh après tout il connaissait Alice maintenant, et se demandait encore s’il avait fait le bon choix de la recruter. Une petite folle qui n’en faisait qu’à sa tête, il s’en passerait bien lui. Ce n’est pas ce qu’il manquait à l’Agence. Quoique, Alice mettait une touche de fantaisie dans cette atmosphère lugubre. Pour avoir un jour croisé leur mine de meurtrier, la blondinette savait de quoi elle parlait. Ou plutôt de quoi elle songeait.

Hum il manque quelque chose pour accompagner mon thé … Des biscuits secs ? Non des bonbons gélatineux comme je les aime ! Oh oui alors ! La jeune fille fit pivoter le caddie sur ses roulettes et s’engagea maladroitement dans le rayon où se trouvaient les sucreries. Elle bousculait et écrasait les pieds de chaque personne se trouvant sur sa route, en lâchant des petits « sorry » accablés aux clients pressés. Ils étaient tous plongés dans leur liste de course aussi longue que la barbe de Dumbledore dans Harry Potter, et ne faisaient aucunement attention à la petite folle, qui tentait désespérément de se frayer un chemin vers les fraises Tagada. Elle abandonna donc son caddie dans le passage bloquant le trafic, et accouru vers les bonbons. Un jeune homme aussi maladroit qu’Alice était juste en dessous et ramassait ses affaires disséminées un par-ci par-là. Je ne vais pas attendre qu’il finisse tout de même ! Son Impatience n’a d’égale que sa Folie. Elle se hissa donc sur la pointe des pieds, formant comme un arc corporel au-dessus de la tête du jeune brun. Ils sont trop hauts ! Elle redoubla d’effort et étira au maximum ses frêles bras pour atteindre les bonbons. Je ... Je les tiens ! Ouilleuh ! Alice relâcha le paquet, et massa sa poitrine qui venait de se prendre un sacré coup de tête par le jeune homme. Elle grimaça et … écarquilla ses grands yeux bleus quand elle reconnut la personne devant elle.

- Alice si t’as décidé de me pourrir la vie, dis-le moi maintenant qu’on en fini...

- ETHAAAAN ! le coupa-t-elle en criant de joie.

La jolie blonde lui sauta au coup, ne ressentant déjà plus la douleur, et lui colla un énorme baiser sur la joue. Ba vi, ça faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Pis elle faisait ce qui lui chanter avec lui, c’est son ami naméo ! Bon il ne semblait pas très réjouit de la voir. De toute manière, Ethan était toujours ennuyé de tout le monde alors elle ne tint pas compte de sa mauvaise humeur. Elle finit par le lâcher, sentant des regards outrés braqués sur elle, et lui offrit un magnifique sourire dont elle seule avait le secret.

- Tu dois l’admettre, le Destin à tendance à nous réunir.

Un peu trop souvent d’ailleurs. Mais ce n’est pas dramatique parce qu’Ethan, elle l’adorait.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mer 26 Mar - 20:18
- ETHAAAAN !

Mes oreilles puréééée ! La petite blonde lui sauta dessus manquant de le faire tomber à la renverse et lui bava comme une enfant de quatre ans sur la joue. Yeeeerk ! Le jeune homme se rattrapa au rayon derrière lui pour rester debout. Il détestait qu’on le prenne par surprise. M’enfin avec Alice -qui n’était pas capable de vous saluer sans contacts physiques- fallait s’en douter. Il la laissa terminer ses bavouilles avec son air de blasé au visage et ses SB à la main. Pas question de lui rendre son câlin. Si elle en voulait elle n’avait qu’à s’acheter un Bisounours … Bon, c’est bon ? T’as fini oui ? La blondinette se décala comprenant surement que c’était ni le moment ni l’endroit pour se faire des mamours.

- Tu dois l’admettre, le Destin à tendance à nous réunir.

- Ne confond pas le destin et la poisse.

Avouez qu’il est adorable ce mec ? Quand c’est pas Maelyss, c’est Alice ! Fallait bien trouver un nouveau bouc émissaire sur qui remettre la faute. N’empêche qu’il avait super bon feeling avec les gamines blondes, c’est dingue. Le jeune brun, égoïste comme pas deux, prit son panier rouge et le laissa dans un coin pour faire du travail aux employés. Ranger ? Lui ? ‘tendez vous vous adressez à Ethan là. Hors de question de faire le boulot des personnes qui sont payées pour ça. Parfois on se demandait s’il n’avait pas subit un lavage de cerveau après la mort de ses parents. Parce que quand il était petit, c’était le premier à respecter les leçons de vie du genre tenir la porte, ne pas parler la bouche pleine etc. Là vous pouvez crever pour qu’il daigne respecter tout ça. Il se tourna vers Alice et lui montra du doigt son caddie qui bloquer le passage.

- Perturbation du trafic sur l’autoroute A6 dans les deux sens. Bison Futé prévoit de nombreuses difficultés sur les allées, et ce, sur l’ensemble du rayon bonbons.


Il lui esquissa un sourire malin et attendit qu’elle règle le problème pour lui parler tranquillement, sans que des clients leur grognent dessus comme des ours mal-léchés. A croire que tout le monde était de mauvaise humeur aujourd’hui. Peut être c’est parce qu’il ne faisait pas super beau dehors. En effet, le ciel était plutôt grisâtre et le vent soufflait assez fort sur la ville. Le temps tournait vite à Chantilly, et il se peut que d’ici la fin de la journée un orage éclate. Ethan aimait bien les tempêtes. Il se souvenait qu’en maternelle, les filles se cachaient sous la table quand elles entendaient le tonnerre gronder. Lui, ce qui le fascinait, c’était de loin les éclairs. Avec un peu de chance on avait le temps d’en voir un déchirer le ciel en deux d’une ligne craquelée. Enfin bref, on s’éloignait du sujet. Quand Alice fut de retour avec son caddie contenant … beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup de boites de thé, Ethan leva un sourcil surpris. Comment on peut boire autant de … ce truc dégueulasse ? Pis elle doit avoir la vessie solide parce que moi rien qu’une tasse me donne envie de pisser dans la minute qui suit.

- C’est impressionnant, murmura-t-il. Osef, hrrm on peut savoir c’est pour qui tout ça ? Je suppose que tu fais une Tea party chez toi ?

Alice et ses délires bizarres. Faudrait écrire un livre sur cette fille, ça serait épique. Et ça sera aussi un thriller au passage. Oui parce que ça risque de choquer les plus jeunes vu le nombre de trucs flippants qu’elle fait à la seconde.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Ven 28 Mar - 12:28
- Ne confond pas le destin et la poisse.

- Tu m’excuseras, mais je crois ces notions assez germaines, fit-elle amusée.

Après tous, elles étaient le plus souvent complémentaires, et je parle en connaissance de causes. Tous ceux qui croyaient en la providence étaient le plus souvent déçue par celle-ci. C’est pour cela qu’il faut vivre au jour le jour et ne pensait qu’au présent. Alice fronça les sourcils en voyant que le jeune homme ne se décarcassait pas pour remettre les choses à leur place. Non mais ils croyaient qu’elles allaient se ranger toutes seules par l’opération du saint esprit ? Et en plus il se permettait de lui faire une remarque sur son caddie qui bloquait le passage ! Quel culot !

- Perturbation du trafic sur l’autoroute A6 dans les deux sens. Bison Futé prévoit de nombreuses difficultés sur les allées, et ce, sur l’ensemble du rayon bonbons,
déclara-t-il en lui souriant, malin.

Alice réprima un gloussement et essaya de paraitre indifférente devant se pitreries en haussant les épaules. La demoiselle prit tout son temps pour récupérer le chariot et le garer dans un coin où il ne dérangerait personne, à part peut-être les gens intéressés par des bonbons d’une liqueur vraiment écœurante. Qui pouvait apprécier ce genre de sucreries ? Même le réglisse était plus appréciable en bouche que ces raclures gustatives. Dans son royaume imaginaire, il n’y avait que des douceurs que tout le monde aimait. Tout le monde aimait les fraises Tagada, tout le monde aimait le chocolat au lait, tout le monde aimait les Dragibus, tout le monde aimait les Schoko-bons. Pour preuve même Ethan, qui était un jeune homme très difficile, adorait les Schoko-bons. Cela se déduisait à la façon dont il agrippait le paquet, comme un petit garçon qui avait peur que sa maman n’accepte pas de les lui acheter. It’s so cuuute !

- C’est impressionnant … marmonna-t-il dans sa barbe.

Plait-il ? Qu’est-ce qu’il trouvait de si impressionnant ? Alice essaya de deviner ce qu’il fixait avec attention et surprise, en suivant le regard noir du jeune homme. Son caddie ?

- Osef, hrrm on peut savoir c’est pour qui tout ça ? Je suppose que tu fais une Tea party chez toi ?

- Owh ça ?
dit-elle en pointant toutes les boites de thé qu’elle avait empilé avec soin. Non ce n’est pas assez pour une Tea Party voyons ! C’est pour mes après-midis « séries » avec Elise !

Alice se balança joyeusement d’avant en arrière sur ses petits petons et pensait déjà à quelles séries elle allait pouvoir regarder. Après avoir fait tous les policiers et enquêtes, notamment Sherlock Holmes qu’elle dévorait toute la journée au lieu d’écrire ses rapports, elle était passée à quelque chose de plus … prosaïque. Au point de s’endormir devant ce qui n’était pas du tout dans ces habitudes. Ou presque. D’ailleurs, tant qu’elle y pensait, ça serait sympa qu’elle invite un de ces jours Ethan à prendre le thé chez elle ! Elise ne devrait pas y voir trop d’inconvénients si elle lui disait que c’était pour faire gouter au jeune brun les spécialités anglaises … Ne se faisant pas d’illusions, la demoiselle fit la moue. Elle ne voudra jamais … Déjà que le croiser à l’extérieur lui donnait de l’urticaire, alors si en plus Alice le conviait chez elle, la pauvre Elise allait piquer une crise. Ah pourquoi tant de complications ? A moins qu’elle l’invitât en secret … Mais oui ! Elise n’était pas obliger de savoir ce détail ! Elle avait juste à attendre patiemment que son amie sorte s’entrainer aux tirs en forêt pour faire entrer Ethan à la maison et le tour était joué ! Mais Alice détestait mentir, qui plus est à sa meilleure amie. Le mieux serait de réconcilier ces deux-là ! Oui mettons les choses à plat. Après la guerre, on fait l’amour ! La jolie anglaise vira au rouge cramoisi à cette pensée. Oh gosh …

- Uh on … on va payer ? L’épicerie ne devrait pas tarder à fermer ses portes.

Lui faisant signe de la suivre, la blondinette récupéra son caddie et alla se placer au bout d’une file d’attente qui s’étendait jusqu’au fond du supermarché. Oh là là, il y a bien trop de monde, à ce rythme-là on ne passera jamais ! Elle lança un petit regard désespéré à Ethan, espérant qu’il avait une idée pour passer toute cette file, sans attendre des lustres. Il allait bien trouver quelque chose. Il avait toujours de bonnes idées le jeune brun. Enfin « bonnes » …
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Lun 31 Mar - 19:31
- Owh ça ? Non ce n’est pas assez pour une Tea Party voyons ! C’est pour mes après-midis «séries» avec Elise !

Ethan roula des yeux devant cette évidence indéniable. Oh excuse-moi, cela paraissait teeeeellement évident. A croire qu’elle est mariée avec Elise. Ces filles sont tout le temps ensemble, c’est fou. Pas que je suis jaloux mais, autant Alice ne me dérange pas vraiment -même si son attitude me désespère parfois- autant Elise me court sur le haricot. Ces attitudes de protectrices m’énervent, on peut pas faire la bringue tranquille, l’humour chez elle c’est comme de l’eau en Somalie, limite aller dans un couvent c’est son grand kiffe plus tard, ‘tain elle est vieille avant l’âge ! Je lui offrirai une bobine de laine et des aiguilles pour qu’elle puisse se dévergonder à sa manière. Green afficha un sourire narquois rien qu’en imaginant la scène "Oh merci Ethan, tu es mon sauveur !".

- Uh on … on va payer ? L’épicerie ne devrait pas tarder à fermer ses portes.

Pourquoi elle est toute rouge ? … Vive les débauchées au moins elles sont décontractées. Green, toujours son paquet de Schoko-bons dans les mains, suivit la jeune fille sans discuter. Sans discuter parce que de un, il n’avait pas envie qu’elle fasse une crise d’impatience devant tout le monde et de deux, s’ils ne se dépêchaient pas, ils allaient finir les derniers aux caisses … Chouette ! Devinez quoi ? Ils sont derniers ! La petite folle lui jeta un de ces regards de mignonnes blondinettes qui ne voulaient pas attendre et qui allaient se mettre à chialer si ça n’avançait pas, là maintenant, tout de suite. Green lâcha le plus long soupire blasé dans toute l’histoire des mecs saoulés et décida de passer à l’action. J’ai compris ... Après avoir mis son paquet de chocolat dans le caddie parmi les boites de thé, il passa son bras autour de la taille de guêpe d’Alice et commença à doubler tout le monde en tirant le charriot de son autre main, derrière lui.

- Excusez-nous ! Pardon pardon, laissez passer, femme enceinte, dit-il à haute voix sans faire attention aux protestations des clients.

- Ouais c’est ça ! Elle est même pas enceinte !

- Écoute, commença-il en se tournant vers l’homme qui avait l’air d’être fatigué de la file d’attente, nous essayons de préserver notre fœtus, OK ?

Green avait fait exprès de prendre une fausse voix préoccupée et de poser sa main sur le ventre plat de la petite blonde. Mais ça seule envie là, c’était de libérer son fou rire qu’il sentait monter vicieusement. Un dernier rictus hypocrite et il continua son ascension fulgurant vers la caissière. Qu’il n’hésita pas une seconde à charmer pour qu’elle s’active à passer leur affaire. Sourire de tombeur, regard irrésistible, clin d’œil coquin, la jeune apprentie se pressa de lui passer son ticket en rougissant. Son attitude provocatrice avait l'air de dire "Oui j’ai une femme mais je ne fais rien de particulier ce soir." Jouer le débauché ne le dérangeait pas du tout. Au contraire c’était même tordant, si si je vous assure ! Green prit les sacs de courses comme un « époux » admirable, et sortit de l’épicerie.

Une fois dehors, Ethan explosa franchement de rire en se pliant en deux. Sa connerie parfois le dépassait. Comment on pouvait être aussi culotté ? Humainement parlant, c’était impossible, après tout le monde savait que les idées du jeune brun n’étaient pas humaines. A travers la baie vitrée - et sans gêne comme pas deux-, il provoqua les clients qui étaient encore à l’intérieur du magasin en faisant mine de les fister par derrière. Voyant le vigile se diriger dangereusement vers les portes automatiques, le jeune homme prit Alice par la main, les sacs de l’autre, et tapa un sprint loooiin de l’épicerie, continuant de rire. Il se plaint des ennuis mais c’est lui qui les cherchent en même temps.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Ven 4 Avr - 12:41
Et une chose impensable se produisit … Ethan emboita le pas de la jeune blonde sans tempêter ni même protester. Cette coopération prouvait bien ce qu’elle pensait de lui : Ethan était quelqu’un de très réfléchit quand il le voulait. Ainsi, il se doutait surement que tenir tête à Alice c’était comme essayer de faire parler un muet ; c’était impossible. La petite anglaise savait se montrer persuasive au point d’employer des techniques peu loyales et assez enfantines, telles que pleurer à chaudes larmes, ou insister jusqu’à ce que son interlocuteur cédât à ses caprices. Devant la mine désespérée et implorante de la jolie demoiselle, le jeune brun digne des plus grands chevaliers venant au secours de leurs princesses en détresse, décida de voler à son secours en improvisant un plan plutôt étranges. Il entoura la taille de la jeune fille, qui ne savait pas trop ce qu’il mijotait, d’un bras protecteur et commença à doubler chaque client :

- Excusez-nous ! Pardon pardon, laissez passer, femme enceinte, publia-t-il ne laissant paraitre aucun indice de mensonge.

Alice se laissa entrainer par Ethan et essaya tant bien que mal de ne pas rire. Diantre Alice ! Il faut paraitre le plus crédible possible et faire honneur à cette idée très spéciale. Retiens toi de ne pas glousser, sois sérieuse, se répéta-t-elle inlassablement en son for intérieur.

- Ouais c’est ça ! Elle est même pas enceinte !

- Écoute, essayons de préserver notre fœtus, OK ? mentit-il en posant délicatement sa main sur le ventre d’Alice.

Fœtus ? Oh my gosh !
La jeune lady en apprentissage trouva cette remarque déplacée tout comme le fait de se faire passer pour une femme enceinte. Je n’ai que seize ans moi ! Puis extérieurement je n’ai rien d’une jeune fille engrossée. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas réaliser pour satisfaire ses désirs d’enfant capricieuse ? Encore une leçon de vie qu’elle ne retiendra pas, tout comme les autres. Ethan débuta un plan séduction sous le nez de sa soi-disant amante. Alice fronça les sourcils et lança un regard noir à … la caissière. Naméoh ! Ne te laisse pas embobiner ! Sois une femme censée et … Visiblement la jeune employée de l’épicerie céda sous le charme intensif du beau ténébreux et lui tendit son ticket de caisse, laissant ses joues prendre de jolies teintes rosées. Décidément il faisait tomber les filles comme des mouches ; des moustiques attirés par cet halo lumineux machiavélique qui ne leur apportera que des ennuis. Les deux imposteurs précoces sortirent enfin du magasin, hilares. Le jeune homme libéra son fou rire et charia les clients s’étant fait rouler par son esprit tordu. Il était malin l’énergumène. Très malin. Un magnifique et rayonnant sourire se peignit sur les lèvres rouges de l’anglaise qui se laissa emporter par le rire cristallin du beau brun. C’était sans compter sur la mauvaise humeur du vigile qui décida de faire déguerpir ces fauteurs de troubles des espaces publiques. Oh quelle mauvaise foi ! La réactivité de Green les fit s’éloigner de l’épicerie le plus loin possible. Après une course effrénée dans toute la ville, il s‘arrêtèrent enfin sur le porche d’une boulangerie, à bout de souffle. Alice se recoiffa, en replaçant ses mèches de cheveux blonds correctement derrière son nœud papillon, à travers la vitre de la Little Bakery et tenta d’arranger sa robe froissée.

- La prochaine fois, prévoyons un balai magique pour ne pas être obligé de courir inutilement, proposa Alice de sa petite voix fluette et innocente.

Bien sur que si ! Les balais magiques existent tout comme les tapis volants ! A l’Agence il y en avait, "soigneusement" entreposés dans la salle d’entrainement. D’ailleurs elle n’avait toujours pas remboursé le balai qu’elle avait maladroitement briser en deux … Malgré les avertissements du Grand Méchant Loup sur l’utilisation de ses objets enchantés, la demoiselle, qui n’en faisait qu’à sa tête, était  montée dessus et avait sauté par la fenêtre du premier étage pour le tester quelques minutes. Sauf que, à son grand malheur, elle n’était ni une magicienne, ni une fée, ni même une sorcière, donc les armes enchantées ne fonctionnaient point sur elle.

- Ethan ? Cela te dérangerait de m’accompagner jusqu’à chez moi pour déposer mes provisions ? Après on pourrait aller se promener un peu en ville, qu’en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Lun 7 Avr - 19:25
- La prochaine fois, prévoyons un balai magique pour ne pas être obligé de courir inutilement, proposa Alice de sa petite voix fluette et innocente.

- Tout à fait Thierry ! s’exclama-t-il encore hilare et éberluée par cette remarque enfantine. Je dirais même plus : une licorne magique qui pète des confettis en forme de balais magiques, ironisa-t-il.

C’est trop mignon cette innocence ~ Ethan regarda la jeune blonde se faire belle à travers la vitre de la boulangerie. T’imagine les mecs qui sont derrières, achetant tranquillement leur baguette de pain, ils doivent bien se rincer l’œil. « Oh téma gros ! Et j’vais bien m’la faire, sévèèèère ! ». Le jeune brun soudainement irritable, se rapprocha de la baie vitrée et regarda à travers en plissant ses yeux. Ha ! C’est bien ce que je disais ! Y’a … une mamie qui est en train de choisir des chouquettes -surement pour son Club Señor amateur de Scrabble-. Ahrrm … Oui bon ça va ! Aucun commentaire. C’est … c’est juste qu’Alice est une fille facilement « croquable » c’est tout. Elle est trop innocente. J’ai pas particulièrement envie qu’on la mate devant moi … Q-quoi ? Nan je suis pas jaloux ! J’m’en fous moi si elle se fait draguer … Rooh c’est bon là ! Arrêtez de me regarder comme ça ! Le jeune homme secoua la tête et prit une bonne bouffée d’air … pollué. Yaaargh ! Il venait de se prendre tout la fumée d’un pot d’échappement de vieux coucou dans la gueule. Connard. Il toussa un bon coup et se racla la gorge.

- Ethan ?

- Hum ?

- Cela te dérangerait de m’accompagner jusqu’à chez moi pour déposer mes provisions ? Après on pourrait aller se promener un peu en ville, qu’en dis-tu ?


- … Sachant que si je rentre maintenant chez moi les mains vides, Tigrou va m’éjecter dehors … autant se promener, puis comme ça, ce soir je vais directement au NC, je ne rentrerai que demain matin et Tigrou aura déjà oublié ! s’exclama-t-il ne remarquant pas que, depuis tout à l’heure, il réfléchissait tout haut.

Après avoir passé une main lente dans ses cheveux en bataille, il reprit les sacs de la jeune fille et lui fit signe de passer devant lui d’un mouvement plein de grâce et de classe. C’est ça avoir la côte : être stylé au bon moment et avec les bonnes personnes.

- Après vous Lady Alice.

Son sourire se fit amical. Vous vous demandez surement pourquoi ce changement soudain d’humeur ?  Ben de un, sa coloc ne lui fera pas la moral –enfin c’est ce qu’il croit- de deux, en y repensant Alice n’était pas une si mauvaise compagnie –elle savait vous amusez avec ses délires chelou (tant que ça restait supportable niveau dignité)- et de trois, on a un beau début de soleil. Quand je vous disais que le temps tournait vite. Même s’il aimait les orages, le soleil c’était vachement plus pratique pour se promener. Où ça ? Aucune idée. Aujourd’hui c’est pas moi le meneur pis c’est fatiguant de jouer ce rôle. Tous ce que je sais, c’est qu’on va chez elle quelques minutes et … ‘tendez … Oh putain de merde. Mais je risque de croiser Elise ! … Nan Alice est trop futée pour m’emmener chez elle alors qu’Elise s’y trouve. Elle doit surement être sortie. Ahaha, je verrais peut-être sa chambre …  Don’t worry babe, je n’irais pas faire un tour dans tes sous-vêtements. On ne fait pas ça à une femme. Ou presque …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Jeu 10 Avr - 11:57
- Tout à fait Thierry ! blagua-t-il devant l’exclamation de la petite blonde.

Non, moi c’est Alice. Et puis Thierry me parait plus approprié comme nom pour un homme que pour une femme. La jeune anglaise, qui ne comprenait strictement rien à l’humour douteux d’Ethan, continua de s’épousseter méthodiquement et de vérifier si tout était parfait. Première règle à respecter pour une future lady : ne jamais paraitre négligée.

- Je dirais même plus : une licorne magique qui pète des confettis en forme de balais magiques, la railla-t-il.

Tout en arrangeant sa sublime chevelure dorée, la blondinette finit par lâcher un petit gloussement amusé et incliner légèrement sa tête sur le côté lui donnant un air tout mignon. A travers la vitre de la Little Bakery, elle vit le jeune brun l’observer et s’approcher pour y coller son visage. Faisait-il du lèche-vitrine ? Il y avait de quoi quand on sentait la délicieuse odeur de croissant tout chaud émanait de là. Mmh, ça donnait envie de dévaliser la boulangerie sans retenue. Eh bien, je pense être présentable. Alice tourna sur elle-même faisant voltiger ses longs cheveux soyeux et sa robe bleue. Légère. Après lui avoir exposé sa proposition, Ethan s’éclaircit la voix pour établir toute une stratégie afin d’éviter le courroux de sa « petite sœur ».

- … Sachant que si je rentre maintenant chez moi les mains vides, Tigrou va m’éjecter dehors … autant se promener, puis comme ça, ce soir je vais directement au NC, je ne rentrerai que demain matin et Tigrou aura déjà oublié !

La jeune fille n’avait retenue qu’une chose dans tout ça ; il allait retourner en boite de nuit ce soir. La soirée de la dernière fois ne lui avait donc pas suffit ? Il fallait encore qu’il aille se débaucher dans ce genre d’endroits peu fréquentable mais extrêmement fréquenté ? Soit, c’était sa réputation qui était en jeu pas la sienne … Mais étrangement, Alice ne voulait pas que son ami côtoie le Night’s Club. Généralement, on y sortait toujours pompette près à faire tout et n’importe quoi. Et elle savait Ethan inconscient. Totalement inconscient. Je ne vais pas le laisser faire ! pensa-t-elle, déterminée à protéger ceux qu’elle aime des vices du monde.

- Après vous Lady Alice, s’inclina-t-il en prenant ses sacs et en arborant un magnifique sourire.

La demoiselle le lui rendit pour le remercier de cette délicate attention et passa gracieusement devant lui pour lui indiquer le chemin de son appartement. Ses cheveux d’or se balancèrent légèrement au fil de ses pas, chatouillant parfois le petit nez du brun. Un soleil éclatant avait brillamment chassé les vilains nuages gris qui attristaient la ville de Chantilly. Il faudra qu’elle pense à remercier son astre lumineux qui avait décidé de tout faire pour leur permettre de jouir pleinement de leur après-midi. Alice se mit à trottiner, installant une petite distance avec Ethan, et respirer les effluves printaniers du parc, qu’elle traversa rapidement. Ils passèrent ensuite les diverses boutiques, le fleuristes,  le marchand de glace que la blonde salua, et arrivèrent enfin à la résidence Otelo.
Montant calmement les marches du grand bâtiment parfaitement entretenue, Alice se retourna pour voir si Ethan la suivait toujours. Un sourire se peignit sur ses lèvres quand elle aperçut la petite bouille du jeune homme. Arrivé sur le porche, elle introduit sa petite clef qu’elle avait sortie de son décolleté et la tourna deux fois de suite dans la serrure pour ouvrir la porte. La demoiselle, toujours avec de très bonnes manières, retira ses souliers au pas de la porte et laissa Ethan passer.

- Je t’en prie, entre. Tiens tu peux déposer les sacs dans la cuisine, et faire chauffer de l’eau ? Moi je vais chercher le service !
s’exclama-t-elle en refermant soigneusement la porte derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Jeu 10 Avr - 19:44
Décidément je suis fan de son sourire. Comment tenir tête à cette fille j’vous jure ? C’est impossible. Tous les gars sont obligés soit, de plier devant sa frimousse, soit de sourire à leur tour. C’est comme un mécanisme naturel. Quand vous regardez quelqu’un bailler, vous faite de même juste après. Eh ben là c’est pareil : quand elle vous sourit on a envie de le lui rendre. C’est un cycle vicieux parce que, vu qu’elle est polie, elle vous le rendra aussi et on est parti pour être de gros zozo qui ne s’arrêtent jamais de smile. Ah Alice, t’es vraiment une fille à l’influence chelou … Pendant qu’ils traversaient la ville, les cheveux de la blondinette ne faisaient que titiller le nez d’Ethan, qui se retenait d’éternuer. C’est horrible, j’ai l’impression d’avoir affaire à des poils de chats. Green se décala un peu, sentant qu’il allait finir par avoir les larmes aux yeux. Bah ouais, je suis un grand sensible moi. LOL. Alors qu’Alice trottinait pour saluer le marchand de glace, le jeune brun fit signe au barman. Et c’est là qu’on voyait que même leurs fréquentations étaient complétement différentes. Ca n’empêchait pas Ethan de connaitre le marchand de glace de Chantilly et de lui faire un bref mouvement de tête en guise de « bonjour ».

La résidence Otelo ? Tiens, elle habite aussi ici ? La petite blonde avait une petite avance sur lui, mais le jeune homme réussit à rattraper son retard. Wow moi je suis chargé contrairement à elle qui profite de la situation pour taper des petits sprints de dernière minute. Attendez tout à l’heure, je vais lui mettre une petite tempête, sans pression. Pour lui, tout sonnait comme défis. Et chaque défi devait être relevé et gagner évidemment. Une fois devant la porte d’entrée, Alice les fit entrer tout en enlevant ses chaussures.

- Je t’en prie, entre.

Pour ne pas paraitre impoli et tâche devant tant de jolies manières, Green fit de même. Étonnant venant d’une personne comme lui. Alors c’est ici qu’elle vit ? Pas mal, j’aime bien, c’est chaleureux et ça sent … le parfum de femme à plein nez. Pouah ! Ça se voit que ce sont des filles super coquettes qui habitent ici. Le jeune homme s’apprêtait à lui demander où il devait poser les sacs mais celle-ci le devança.

- Tiens tu peux déposer les sacs dans la cuisine, et faire chauffer de l’eau ? Moi je vais chercher le service !
s’exclama-t-elle en le laissant en plan.

… Bonjour je m’appelle Ethan et je suis réduis à l’état d’esclave. Elle est pas belle la vie ? Nan mais elle peut crever, je pose ses sacs ici et j’attends que ce soit ELLE qui me serve. Ici c’est moi qui fais loi. Ahrrm, j’déconne. Le jeune brun se mit à chercher la cuisine et n’eut aucun mal à la trouver. Il déposa les sachets sur le bar américain au milieu de la pièce, oubliant de récupérer son paquet de SB. Par contre pour l’eau elle peut vraiment crever. Elle n’a qu’à engager une cuisinière. Moi je refuse de mettre un petit tablier en dentelle et de servir du thé.

- C’est bon, j’ai mis tes trucs à la cuisine, dit-il en revenant au salon.

Le jeune brun se mit à regarder par la fenêtre du salon et finit par l’ouvrir. Oui je me crois chez moi, problème ? Il sortit sur le balcon et s’accouda à la barre en croisant les jambes. Jolie vue. Respirant un bon bol d’air frai, il laissa le vent le caressait son visage. Ah purée, manque plus qu'une canette de Fanta et ça serait parfait.

- Alors ? On fait quoi cette aprèm’ ?
demanda-t-il à la blondinette, en s’adossant à la barre.

Pour une fois qu'il était déterminé à faire un truc, fallait qu'elle en profite.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Sam 12 Avr - 13:29
La petite demoiselle se mit sur la pointe de pied pour récupérer son service à thé, qui lui avait couté une fortune. En effet chaque élément était en porcelaine, sauf les petites cuillères qui étaient en argent pure. Un vrai petit trésor qu’elle entretenait tous les jours, sans exception. Elle referma soigneusement la vitrine du living de bois massif et posa délicatement le plateau en argent sur la table basse, en verre.

- C’est bon, j’ai mis tes trucs à la cuisine, dit-il en revenant au salon.

- Oh thank you. Mais … où est l’eau chaude ? demanda-t-elle en levant la tête vers le jeune homme.

Qui semblait … pensif. Tandis qu’Alice s’approchait de lui, il ouvrit la porte-fenêtre du salon qui menait sur le balcon. Laissant le vent danser avec ses pensées, il observa le panorama qui s’offrait à eux. Silencieux. La jolie blonde vint à ses côtés, sourire aux lèvres, trouvant étrange de voir le dynamique Ethan aussi calme. Il est vrai que la vue était splendide à ce niveau, et que d’ici on pouvait apercevoir chaque passant pavanait dans les rues de la ville. Un moineau se posa gracieusement sur la barre attirant ainsi l’attention assez variable de la demoiselle. Ses fins doigts caressèrent la petite tête plumeuse du petit oiseau tout mignon. Il est cute n’est-ce pas ?

- Alors ? On fait quoi cette aprèm’ ? interrogea soudainement le jeune brun, faisant fuir l’oiseau.

Alice fit la moue en voyant son compagnon s’envoler. Il s’appelle Siphyse d’abord ! Puis il est adorable. Tous les matins il vient par la fenêtre de ma chambre pour me réveiller, en chantant de douces mélodies. Alice se mit à se balancer sur ses petits pieds, habillés de ses longues chaussettes rayées.

- Je n’ai rien prévue de particulier. Et je ne vois pas l’utilité de programmer une après-midi entre amis. Allez viens, je vais te montrer comment chauffer de l’eau, petit génie !

Tout en riant joyeusement, la blondinette attrapa le poignet du jeune brun, et l’attira à l’intérieur. « Il est l’heure du thé darling ! » comme le disait si bien sa chère mère. Ridicule ! Il n’y  a pas d’heures pour boire du thé. Ce met se savoure comme bon nous semble, et non en suivant de stupides horaires à la noix ! Mon devoir est donc de faire passer ce message à tous les puristes ne comprenant pas l’âme de cette boisson magnifique, millénaire et quasi universelle qu'est le thé. Très bien commençons sa préparation. Tout d’abord, faire chauffer une eau peu minéralisée, car si elle n’est pas pure, elle risque d’altérer les saveurs, à 70 C° précisément. Alice fit chauffer une bouilloire tout en jetant des coups d’œil à la pendule, et par la même occasion à Ethan. Elle se dirigea dans le salon pour aller chercher sa théière, et déposa le thé au fond avec beaucoup d’habilité.

Une fois l’eau chaude, elle mit des gants de cuisine, et retira la bouilloire du feu pour verser son contenu dans la théière. La vapeur chatouilla la peau lisse de la jeune fille et envahit la cuisine laissant de la buée sur les vitres. Désormais, il fallait laisser infuser. Alice ramena tout cela au salon, agrémenté de quelques gâteries : des macarons aux chocolats. Ses préférés évidemment. Elle s’assied délicatement sur le fauteuil en cuir blanc et entreprit la difficile tâche de servir comme une véritable lady. Bien sûr elle manquait encore un petit peu d’entrainement, mais sa façon de verser dans les tasses était déjà excellente. Toujours servir les invités en premier. L’une des règles d’or.

- Combien de sucre très cher ?
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mar 15 Avr - 20:07
- Je n’ai rien prévue de particulier. Et je ne vois pas l’utilité de programmer une après-midi entre amis.

Ethan leva un sourcil surpris. « Entre amis » ? Hn, si j’étais elle je ne m’avancerais pas si vite. C’est pas parce qu’elle m’a invité à boire un truc qu’on est amis. Mais laissons-la croire ce qu’elle veut, après tout, l’innocence est éphémère et elle finira par comprendre que je ne suis pas quelqu'un de fréquentable … Bon, si j'ai tout capté, cette aprèm c’est totale freestyle quoi. J’ai bien envie de faire une escapade au Skate Park. Mais je suppose qu’elle ne sait pas en faire. Tant pis elle regardera le dieu du skate à l’œuvre. Oui je parle de moi. Trop de modestie j’sais.

- Allez viens, je vais te montrer comment chauffer de l’eau, petit génie ! s’exclama-t-elle, en entrainant le jeune homme à la cuisine.

"- Après-midi ludique : aujourd’hui les enfants nous allons apprendre à faire bouillir de l’eau. - Waaah … Et comment qu’on fait bouillir de l’eau maicresse ?" … C’est à cause de la chaleur, faite pas attention au sens si profond de mes conneries que je débite à la vitesse d’une Alice devant des  sucreries en vente. La jeune fille s’affaira donc à la préparation du thé. Elle s’attendait surement à ce que le jeune brun soit super attentif et tout … Mais nan ! Green s’était familièrement assis sur le bar américain et était en train de siffloter un petit air de musique attendant que tout vienne cuit dans sa bouche. Rien à foutre des bonnes manières et de la préparation du thé. Pis t’façon il n’aimait pas ça. La Fanta c’est dix fois mieux parce que de un, ça pétille dans la bouche et de deux, ça vous détend. Eh ouais man, mieux que de l’alcool ! Le thé c’est une boisson de vieux et c’est fade. Alice retourna au salon avec son service alors Ethan fut contraint de quitter son perchoir pour la suivre. Roh nan ! On va quand même pas jouer à la dinette ?! ‘taaaain, ça sert à rien puisque je n’y gouterais pas !

- Combien de sucre très cher ?

- Aucun. Je sais que t’as eu du mal à le préparer mais je suis au regret de te dire que je ne bois pas de thé, déclara-t-il d'une voix faussement désolé, en s’asseyant à côté d’elle, par contre si t’as du Fanta je suis preneur.

Comment ça mal-élevé ? Pff n’importe quoi. C’est juste qu’elle était trop mignonne à préparer son truc que je n’ai pas voulu la déranger en lui disant qu’elle sera la seule à le boire. Nan c’est pas un mensonge. M’en fiche si vous ne me croyez pas, c’est pas ça qui va m’empêcher de dormir. Il détacha son regard noir d’elle pour le poser sur un objet peu banal.

- On peut savoir ce que tu fiches avec un fusil accroché dans ton salon ?

Ethan se dirigea vers l’arme et la retira de son socle pour l’examiner de plus près. Elle n’est pas super légère mais à mon avis on arrive à obtenir de jolies résultats vu la précision du calibrage. Le jeune brun se mit à viser quelque chose, maniant le fusil avec beaucoup d’expérience. Il fronça les sourcils et replaça la lunette de vision à sa vue. Green ou comment trafiquer vos armes à sa guise ! Il se tourna brusquement et visa la tête d’Alice avec un grand sourire malsain … jusqu’à ce qu’il finisse par remarquer qu’il était chargé. Le jeune brun baissa l’arme vers le sol et interrogea la petite blonde du regard.

- C’est à toi ? T'sais, tu devrais pas mettre ça à la portée de tout le monde. Il pourrait tomber sur des personnes malintentionnées …

Genre moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Sam 26 Avr - 14:20
- Aucun. Je sais que t’as eu du mal à le préparer mais je suis au regret de te dire que je ne bois pas de thé …

La petite blonde braqua ses grands yeux bleus ronds comme des cookies sur le jeune brun qui venait de lui annoncer quelque chose de terrible. De terriiiible ! Comment pouvait-t-on ne pas boire de thé ?! Comment était-ce possible ?! Comment faisait-il le matin ? Que buvait-il au gouter ? Par quoi finissait-il le soir ? Quand il était déprimé que prenait-il pour se consoler ? Pourquoi n’aimait-il pas cette perfection incarnée de la race des boissons ?! Pourquoiiiii ? Alice lâcha le sucre qu’elle allait mettre dans sa tasse en porcelaine, continuant de le regarder mais cette fois avec la bouche entre-ouverte.

- … par contre si t’as du Fanta je suis preneur.

Du … Fanta ? Alice avait les yeux brumeux encore sonnée par sa déclaration précédente. On … on ne peut pas ne pas aimer le thé … Surtout pas pour les contrefaçons des sociétés industrielles rendant les adolescents innocents, obèses avec le trop de sucre que les producteurs pourris jusqu’à la moelle ajoutent systématiquement pour masquer le gout exécrable originel ! Alice s’avachit sur le canapé puis se recroquevilla sur elle-même et rentra sa petite tête blonde entre ses bras veloutés pour marmonner des choses totalement incompréhensibles auditivement parlant et humainement parlant. C’est un monstre … Un monstre … Un monstre … Un monstre … Un monstre … Un monstre …

- On peut savoir ce que tu fiches avec un fusil accroché dans ton salon ?

- Tu es un monstre !
cria-t-elle les larmes aux yeux.

Paf ! C’était sorti tout seul. Pis il le méritait ce tubercule de service. Se renfermant sur elle, la petite anglaise replongea sa tête dans ses bras, laissant sa chevelure dorée couler tel un fleuve une après-midi d’été, sur ses genoux qu’elle avait ramenés près de sa poitrine. Monsieur Le Fanta. A partir d’aujourd’hui c’était l’ennemi numéro un d’Alice. Elle allait porter plainte contre lui et ses magouilles de scélérats qui tentaient de corrompre ses amis. Car en effet, Ethan n’était pas le seul à aimer cette boisson gazeuse … Élise était sur la liste des suspects ! Un soir elle l’avait surprise à boire du Fanta sur le balcon. Quand Alice lui avait demandé ce qu’elle faisait, elle s’était trouvée dépourvue et avait lâché la canette dans le vide. Puis elle lui a dit que c’était de l’eau … Monsieur le Fanta va passer à la moulinette ! Pis on rajoutera du sucre sur sa dépouille. L’ironie d’un triste sort.

- C’est à toi ?

- … Non.

Sa voix était étouffée. Alice ne daigna pas relever sa tête pour parler distinctement afin que môsieur puisse comprendre.

- T'sais, tu devrais pas mettre ça à la portée de tout le monde. Il pourrait tomber sur des personnes malintentionnées …


- … Es-tu sourd ? Je t’ai dit qu’il n’était pas à moi ! Alors les choses qui ne m’appartiennent pas, je n’y touche pas, moi au moins, siffla-t-elle en relevant sa tête.

Sa phrase résonnait comme un reproche. Vilain. Elle se redressa brusquement et se dirigea vers lui tout en faisant un bref mouvement hautain de tête, pour replacer ses cheveux telle une mauvaise fille. Elle planta ses yeux cobalts dans les iris noirs d’Ethan, qui faisait une bonne tête de plus qu’elle, et sans le quitter du regard, elle lui prit d’un coup sec le fusil des mains pour le reposer sur le socle prévu à cet effet.

-C’est à Élise alors je te conseille vivement de ne pas poser tes mains dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 11 Mai - 21:23
- Tu es un monstre ! hurla-t-elle les larmes aux yeux.

- Arrête, tu vas me faire rougir.

Plus connard tu meurs. Nan mais c’est pas Ethan qui irait chercher à comprendre pourquoi elle chialait et qui irait la consoler comme un bon ami. Il s’en foutait royalement de ce qu’elle pensait. C’est pas comme si son avis sur lui était irrévocable et que sa vie n’avait plus de sens. Faut arrêtez de regarder des films à l’eau de rose et revenir sur terre les petits. Ethan continuait de tripoter le fusil et de le regarder sous toutes ses coutures, ignorant complétement le mutisme d’Alice. Ca ne faisait aucun doute, Ethan venait de taper là où ça faisait mal. Il avait touché un point sensible en refusant sa tasse de thé. Quel chichi pour une simple boisson.

- Es-tu sourd ? Je t’ai dit qu’il n’était pas à moi ! Alors les choses qui ne m’appartiennent pas, je n’y touche pas, moi au moins,
siffla-t-elle en relevant sa tête.

Le jeune brun haussa un sourcil surpris. Alors, impassible et froid, il la fixa sans ciller une seule fois. Le genre de regard que vous n’osez pas maintenir. A moins d’être profondément maso et de perdre à coup sur le petit jeu qu’il avait lancé. Alice était maso. Après s’être positionnée en face de lui, elle arracha le fusil des mains du brun et le remit à sa place.

-C’est à Élise alors je te conseille vivement de ne pas poser tes mains dessus.

- A Elise ? demanda-t-il dangereusement intéressé. Alors raison de plus pour y toucher.

Bam. Que ce soit à Bidule ou Machin il s’en branlait, mais le fait que ce petit bijou appartenait à son ennemie suscitait étrangement tout son intérêt. Oh oui alors. Un rictus mauvais et ironique s’étira donc sur son visage froid, se délectant de la bêtise que venait de faire Alice. Il prit le fusil lentement et le pointa sur la petite demoiselle.

- Et qu’est-ce que ferait Elise d’un joujou à feu ? Elle chasse ? Elle s’amuse à terroriser de pauvres bêtes ? Pour se venger ? Pour se défaire de sa misérable condition ?

Et sur ses questions il se retourna brusquement et tira. La balle fusa sur l’un des vases du salon et engendre son éclatement. Il laissa échapper un sifflement d’admiration devant le dégât qu’une simple balle venait de produire. Pas mal effectivement. Alors tout en sifflotant, il retira une à une les cartouches et lança le fusil désormais vide et inutile par-dessus son épaule. Ethan se dirigea vers le balcon et une fois dehors, il tendit dans le vide sa main refermée, dans laquelle se trouvait les cartouches. Son regard noir se dirigea tout doucement vers la jeune blonde et il lâcha indifférent :

- Je pense sauver des vies en faisant ça.

Alors là, l’ironie était à son apothéose. Il ouvrit le poing et laissa tomber les cartouches. Du pure et simple gâchis. Surtout que ce genre de choses coutait assez cher. On s’en fiche c’est à Elise. Baaaaad. Il rentra à nouveau dans l’appartement et contourna soigneusement les morceaux de verres. Et au lieu de retourner auprès d’Alice il s’engagea dans le couloir en ricanant.

- Bon elle est où sa chambre ? J’ai envie de faire mumuse moi !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Mar 10 Juin - 12:57
- A Elise ? demanda-t-il dangereusement intéressé.
- Oui, à Elise.
- Alors raison de plus pour y toucher.
- …

Ethan possédait vraiment un sens de la repartie poignant et une capacité hors norme à énerver le monde. A se demander s’il ne s’était pas entrainé jours et nuits pour pouvoir obtenir de tel résultat ? Alice croisa les bras sur sa poitrine et continua de le fixer de ses magnifiques iris azur. Quant au jeune homme, il fit exprès de reprendre le fusil lentement en souriant pour la provoquer. Soit il ne sait absolument pas ce qu’il encourt en touchant les affaires d’Elise, soit il est complétement inconscient. Tout à coup, il le pointa encore une fois sur elle, ce qui la fit brusquement reculer d’un pas.

- Et qu’est-ce que ferait Elise d’un joujou à feu ?
- Eh bien…
- Elle chasse ?
- Je…
- Elle s’amuse à terroriser de pauvres bêtes ?
- Mais non !
- Pour se venger ?
- Tu dis…
- Pour se défaire de sa misérable condition ?
- Laisse-moi parler !
s’écria-t-elle, après s’être faite submergée par les questions d’Ethan.

Elle comprenait enfin la sensation de quelqu’un qui se faisait assommer par tant d’interrogations d’un coup. C’était frustrant de ne pas pouvoir y répondre. Surtout pour Alice. Soudain, il tira sur l’un des vases O combien précieux aux yeux de la jeune anglaise. La demoiselle resta sans voix devant le comportement du beau brun si… violent et injustifié. Lui, goguenard comme pas deux, siffla devant sa propre bêtise et balança le fusil par-dessus son épaule comme si tirer dans des vases chinois extrêmement couteux faisait partie de ses petites manies quotidienne. Mais le pire, c’est qu’il ne s’arrêtait pas là ! Pas en si bon chemin voyons. Après avoir soigneusement retiré les cartouches de l’arme, il les jeta dans le vide.

- Je pense sauver des vies en faisant ça. Bon elle est où sa chambre ? J’ai envie de faire mumuse moi !

- Pas question ! Non non non, pas par lààà !


La portée de la voix aiguë d’Alice était assez importante pour qu’on puisse l’entendre à des kilomètres. Alors que le jeune homme, rieur, s’engagea dans le couloir qui menait au chambres privées de ses deux amies, Alice s’accrocha à lui et essaya de le retenir, en vain. C’était plutôt elle qui se faisait trainer dans le couloir. Elle glissait sur le parquet à cause de ses chaussettes et finit par tomber. Cependant elle agrippa cette fois la jambe droite de Green, et continuait de se faire trainer en gémissant. La scène était parfaitement burlesque oui. Coriace et déterminée à ne pas le laisser entrer dans la pièce intime de son amie, la jolie blonde se redressa sur ses deux jambes et s’interposa entre lui et la porte de la chambre d’Elise.

- Tu devras me passer sur le corps ! dit-elle en écartant les bras pour protéger la porte. Et puis, on ne fouine pas dans les affaires personnelles d’une femme, on ne te l’a jamais dit !

Décidément, Ethan devrait revoir le chapitre sur la galanterie. Awn et dire que mon thé refroidiiiit !
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mar 10 Juin - 19:40
- Pas question ! Non non non, pas par lààà !
- Oh si, par là !


Ignorant le cri d’indignation perçant de la jeune fille, Green qui avait un sourire immense et très narquois, se dirigea vers l’une des premières portes sur laquelle était inscrit « WC ». Ca doit être la chambre d’Elise non ? Bon OK, c’est très petit et bas mais j’y peux rien. Cette fille je l’ai définitivement dans l’nez. Mais sa progression fut stoppée par un truc qui l’empêchait d’aller plus loin. Un truc très collant. Très chiant aussi. Oui je parle de vous, les filles. ‘fin plus précisément d'Alice. Joueur, Ethan ne s’arrêta pas et força un peu sur les muscles de ses jambes pour trainer la petite blonde dans tout le couloir qui était tombée et qui persistait à lui arracher la cheville. Trainer une blonde dans un couloir quoi… Vous voyez l’truc bien cocasse ? Si elle pouvait arrêter de pousser ses petits couinements gênants ça serait déjà mieux ! La jeune fille se releva enfin, et fit barrage entre lui et la porte qui menait surement à la chambre de l’autre.

- Tu devras me passer sur le corps ! dit-elle en écartant les bras pour protéger la porte.

Dans quel sens ? Eh ho, c’est pas ma faute si les expressions qu’elle utilise ont un double sens. Souvent pervers. Ethan lâcha un petit rire devant ses tentatives pour le stopper. Cette fille est folle ! C’est là qu’on voit qu’elle aime vraiment Elise et qu’elle n’hésiterait pas à se ridiculiser pour la défendre. L’amitié c’est vraiment spéciale en scred… Surtout l’amitié avec Alice. Une vraie boule d’énergie et de… folie.

- Et puis, on ne fouine pas dans les affaires personnelles d’une femme, on ne te l’a jamais dit !

-Je suis au courant, dit-il en souriant en coin, mais c’est plus emballant de faire ce qu’il nous a été interdit.

Sur ces mots, il passa un bras derrière la jeune fille afin d’atteindre la poignée. On s’perche dans l’ambiguïté là… Calmez-vous les jeunes. De l'autre bras, il la tint fermement et... d’un mouvement rapide et fluide, Green inversa leurs places en faisant tourner Alice comme au tango. Aight BG BG ! Dos à la porte, toujours en train de fixer la blondinette pour capter son regard, il abaissa discrètement la poignée et… lâcha Alice brusquement pour entrer dans la chambre.

- Wouhou, si c’est pas du skill ça ?

Il s’étira et balaya la pièce rapidement des yeux. Ouais c’est une chambre de meuf quoi. Tout était parfaitement ordonné, de la moindre feuille au confortable petit oreiller. Rien ne trainait. Une pile de dossiers sur le bureau attira cependant le regard noir du jeune homme. Confidentiel… Autrement dit, « A ouvrir de toute urgence petit stalker ». Green s’empara des premières pages, et entama une lecture à la diagonale. Green buta sur un mot. Boucle d’Or.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Mer 11 Juin - 10:27
Anw il est trop mignon quand il laisse échapper des petits rires comme cela. Alice fit une moue ravissante qui traduisait son émotion liée à la satisfaction d’un désir charmant. Il n’y avait rien à dire sur le fait que le jeune homme pouvait vraiment être adorable quand il le voulait. Sauf qu’il ne l’était que très rarement, au grand désespoir de la jeune anglaise qui comptait lui faire remonter son bon karma. Eh bien oui, ce n’est pas tout d’avoir une jolie bouille faut aussi que le caractère suive ce qui était loin d’être le cas.

-Je suis au courant, mais c’est plus emballant de faire ce qu’il nous a été interdit.

- Je suis absolument d’accord sur ce point mais un gentleman se doit de respecter les règles imposées ! le réprima-t-elle en levant son index devant les yeux du jeune brun. Alors s’il te pla… Mais que fais-tu ?

Ethan venait de glisser son bras droit derrière elle tandis que l’autre s’enroula autour de sa fine taille pour une deuxième fois dans la journée. Décidément, il jouait vraiment le jeune homme désirable aujourd'hui. Soudain, il la fit tourner comme pour danser, de sorte à ce que ce soit lui qui se trouve dos à la porte, faisant voltiger au passage ses magnifiques cheveux dorés et soulever les pans de sa robe. Uuuh… Leurs deux corps étaient collés l’un contre l’autre ce qui fit rougir Alice. Le jeune brun rajouta une couche en la dévisageant de son regard corbeau si intense. Oh là là là là ! Cependant, il stoppa ce petit interlude corporel en pénétrant brusquement dans la chambre d’Elise. Alice tomba sur ses genoux, surprise par la célérité que venait de faire preuve Green.

- Wouhou, si c’est pas du skill ça ?

- T’es vilain… Je vais le dire à Maelyss que tu me victimises, gémit-elle.

Le nom de son amie était sorti tout seul, inutile de chercher une explication. Tout comme le verbe « victimiser » qu’elle venait d’inventer sur le tas. La blondinette, qui faisait semblant d’avoir tout donné, se laissa tomber à plat ventre, la tête dans le parquet et les bras le long du corps. De plus, ses cheveux qui couvraient son visage renforçaient son état de larve actuelle. Elle finit par relever discrètement la tête, trouvant le silence de la patate étrange. Pour une fois, il ne faisait rien de stupide. Ethan explorait tout simplement le bureau d’Elise sur lequel se trouvaient les DOSSIIERS !! Alice se redressa sur ses jambes et sauta sans crier gare sur le beau brun.

- Ne touche pas à çaaa !

Dans l’élan, les deux adolescents basculèrent sur le lit qui se trouvait saintement à côté. Merci tendre lit qui nous a évités de blessures inutiles. Il est vrai que si elle se présentait devant son amie, avec pleins de bleus lui parcourant le corps, et Ethan à côté, les chances de survies de ce dernier étaient quasi inexistantes. Les quiproquos sont vites rois dans ce monde où les gens passent leur temps à se faire des films. Alice se retrouva à califourchon sur lui et tenta tant bien que mal de lui arracher les documents des mains. S’il venait à découvrir quoique ce soit à propos de leur fonction secrète, GML leur fera passer un sale quart d’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mer 25 Juin - 19:59
- T’es vilain… Je vais le dire à Maelyss que tu me victimises, gémit-elle.

… Alors ça c’est très bas. D’où elle se permet de me sortir Maelyss comme ça ? D’oùùùù ? Comme si cette fille était une carte maitresse dans le déroulé de ma vie et qu’elle avait une quelconque influence sur moi… Arrêtez TOUT DE SUITE avec vos regards narquois, parce que ça c’est MON domaine. M’en fiche d’abord, elle n’a qu’à aller lui dire, c’est pas ma mère après tout, puis je fais ce que je veux. Tout ce que je veux. Ethan lui adressa un rictus ironique -même si elle ne pouvait pas vraiment voir la grimace que lui faisait le jeune brun vu qu’elle était en état de grosse larve qui veut mettre fin à sa vie- avant de continuer de parcourir des yeux le dossier qu’il tenait entre les mains. Alice Liddlel et Elise Benson ? Benson… Ah ah, je vais l’appeler comme ça maintenant. Parce que vous savez que, quand quelqu’un s’adresse à vous par votre nom de famille c’est qu’il ne s’agit pas ici d’une marque d’affection. En générale cela permet de mettre en évidence une hiérarchie. Je suis le boss, tu es mon esclave et tu te soumets. Point. Au moment où il allait faire la plus grande découverte du siècle -j’aime exagérer- la blondinette poussa un cri d’attaque digne des plus médiocres films d’action en lui sautant dessus pour le faire tomber sur le lit. Et elle se mit à califourchon sur lui un peu en mode allumeuse. Sauf qu’Ethan ne supportait pas vraiment les allumeuses, je pense que vous l’aurez compris depuis la soirée au bal.

- Nah mais par contre, tu te barres. Cordialement.

Sur ces mots parfaitement "doux", il la poussa sur le côté et s’assied de suite en tailleur -pour qu’elle évite de recommencer- tout en frottant sa chevelure noire en bataille. Pouah je déteste qu’on me saute dessus quand j’essaye de me concentrer… Et même quand j’essaye pas d’ailleurs. Gardons une distance respectable de 5 mètres ! Vous êtes à 5 centimètres l’un de l’autre. C’est pareil. Le jeune agent chercha du regard les dossiers qu’il tenait un peu plus tôt, puis, abandonnant l’idée de poursuivre sa lecture qui risquait d’être tourmentée, il finit par planter son regard avisé dans celui d’Alice :

- T’es agente. Et Elise aussi.

ET VOILA LA REVELATION DU SIECLE ! … Scusez-moi, c’était d’la merde. Ethan se leva et croisa les mains derrière son dos, genre l’enquêteur des séries américaines. Et deux agents de GML mises à découvert, deux. Même quand je ne suis pas de service -OK normalement je devrai l’être mais j’ai décidé de ne pas l’être, c'est tout- je déchire. C’est qui l’patron ?

- Bon cela étant dit, on va skater ? dit-il avec un grand sourire d'ange.

… Quoi ? On ne va pas rester sur cette révélation pendant des siècles non plus. Pis si je reste une minute de plus dans cette chambre je vais faire une allergie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Jeu 26 Juin - 14:07
- Nah mais par contre, tu te barres. Cordialement.

Cordialement ? Son ton ne correspondait pas du tout au mot qu’il venait d’employer bizarrement, mais peut-être qu’en le plaçant ici, il a voulu paraitre moins froid ? Pauvre, pauvre petite Alice qui ne comprenait toujours pas l’humour spécial du jeune brun. La petite blonde se laissa pousser sur le côté, et se tourna de sorte à ce que sa bouille soit dirigée vers le jeune homme qui passa une main dans ses cheveux noir de jais. En le regardant de près, tout n’est que contraste en lui, pensa Alice en fixant ses grands yeux cobalts sur lui. Un teint si blanc pour un regard si sombre… Sa maman doit être vraiment jolie pour avoir donné un petit ange pareil. D’ailleurs, il ne m’a jamais parlé de sa maman… Peut-être que si elle lui parlait de sa famille, il serait plus enclin à s’ouvrir ? Alors qu’Ethan essayait de mettre la main sur les dossiers confidentiels d’Elise, qui se trouvaient à ce moment précis sous les fesses d’Alice, la jeune anglaise se redressa afin de se positionner comme le jeune homme en tailleurs pour lui faire face.

- T’es agente. Et Elise aussi. Bon cela étant dit, on va skater ?

Quel changement de sujet soudain ! S’il croyait qu’elle ne savait rien sur lui de son côté, monsieur le vert se trompait royalement. La jeune exploratrice en herbe en savait des vertes et des pas mures sur son compte, alors ça ne servait à rien d’aborder ce magnifique sourire de panda tout mignon pour éviter d’aborder les sujets tabous !
Annnnw... Enfin ça ne servait presque à rien.

- Noooooo, essaya de mentir Alice, en vain. Bon très bien, mais toi aussi tu l’es ! Et Yumi aussi ! Et monsieur Valshe aussi ! s’exclama-t-elle en pointant un doigt accusateur vers lui. Je l’ai découvert à la plage, toute seule, comme une grande.

De plus, je suis quasiment certaine que Maelyss fait aussi parti du complot ; mon sixième sens me le crie. Comment ne pas éprouver un semblant de fierté quand on réussissait à coincer toute une crique d’adversaires ? Toutefois, cela la dérangeait un peu beaucoup de les dénoncer au louloup, parce qu’elle les aimait bien elle… Alice ne laissa rien paraitre et croisa ses bras sur sa poitrine pour défier Ethan dans un jeu de regards coupant. En plus d’être noir, son regard était froid alors comment remporter ce duel quand  ce garçon possédait tous les ingrédients pour l’emporter haut la main.

- Et… Et si nous gardions cela secret ? concéda Alice. Si tu ne dis rien à personne je ne dirai rien aussi… Promis ce ne sont pas des mensonges !

Ma maman m’a toujours défendu de mentir, parce que c’est vilain, de plus je n’ai aucune envie de finir avec le nez de Pinocchio ! songea-t-elle totalement effrayée à l’idée de se retrouver avec un nez plus long qu’une péninsule. La demoiselle fit couler sa chevelure d’or sur le côté et commença soigneusement à la tresser en une natte épis de blé.

- Et puis pour en revenir à ta proposition si charmante, je… je n’ai pas de skate, dit-elle précipitamment en baissant les yeux tout en continuant de faire travailler ses petites ménines qui s’attelaient à donner une forme à sa frange.

En fait, c’était surtout que la jolie anglaise n’avait aucune envie de lui dire qu’elle ne savait pas skater par peur qu’il se moquât ouvertement d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mar 1 Juil - 17:13
- Noooooo... Bon très bien, mais toi aussi tu l’es ! Et Yumi aussi ! Et monsieur Valshe aussi ! Je l’ai découvert à la plage, toute seule, comme une grande.

Je viens de me prendre plusieurs punchlines dans la gueule et je peux vous dire que ça fait mal. Green ne s'attendait pas du tout à ce qu’elle lui sorte la moitié - façon de parler hein - des agents travaillant pour Cooki. Comment elle a fait pour nous découvrir tous en même temps. On s’est peut être trahis à la plage ? Ouais, je dois avouer qu’on a pas été super prudents pour le coup. Déjà y’avait Félix, puis nos noms de couleurs, et enfin le moment où Gray a emporté Maelyss sous prétexte que MG avait besoin d’eux - bien joué l’artiste -, tout ça pouvaient lui mettre facilement la puce à l’oreille. Je crois que je l’ai trop négligée et sous-estimée. Alice a un cerveau qui fonctionne à cent à l’heure, et elle comprend des choses qui nous échappent totalement… Ethan resta impassible et la défia du regard tout comme elle. OK comment gagner quand on fait face à des yeux aussi suppliants que les siens ?

- Et… Et si nous gardions cela secret ?  - Et si on gardait ça pour nous ?

Par contre ça c’est flippant. Les deux adolescents venaient d’avoir la même idée et l’avait dite en même temps. Synchro parfaite ! C’est la première fois que ça m’arrive avec quelqu’un, qui plus est une fille... C’est pas tous les jours que le jeune brun avait les mêmes idées que son interlocuteur. D’habitude ses idées à lui étaient trop chelou spéciales et masochistes pour être calquées sur celles des autres. Ethan lui sourit et baissa les yeux pour les lever juste après vu qu’elle continua de parler :

- Si tu ne dis rien à personne je ne dirai rien aussi… Promis ce ne sont pas des mensonges !

- J’aime pas le chantage en général, mais je vais faire une exception et considérer ça comme… un accord. Ca te va ?


Il suffisait d’employer les bons mots pour que tout devienne pur et honnête hein ? Quoi ? Il n’y a rien de malhonnête dans ce que nous faisons. C’est pas comme si je mentais à MG vu que je ne lui dirai rien sur ce que je sais. Bon j’aurai pu obtenir une petite prime mais si ça avait été le cas, je n’aurai pu en bénéficier longtemps vu qu’Alice nous aurait dénoncés à son patron en retour. MG sera forcément mise au courant de notre incompétence et on se fera tous renvoyer comme des déchets. Je préfère encore garder ça secret, puis… Puis j’sais pas, mais j’ai envie de faire confiance à Alice. Rien que dans sa voix on sent qu’elle se soucie de bien faire et qu’elle est loyale malgré ses nombreux défauts de schizo. La jeune fille se mit à se tresser les cheveux d’un air innocent, ce qui tira un sourire amusé au brun qui la regardait faire en silence.

- Et puis pour en revenir à ta proposition si charmante, je… je n’ai pas de skate, dit-elle précipitamment en baissant les yeux comme si elle avait peur de quelque chose.

Peur de quoi ? Surement que tu te foutes d'elle comme tu sais si bien le faire. Pfff... Ethan lui releva le menton avec son index pour qu’elle le regarde dans les yeux.

- C’pas grave je t’en prêterai un… Pis j’habite aussi dans cet immeuble très chère, donc j’y serai en moins d’deux. Milliana, ma coloc, ne se sert plus du sien et je pense que si on le lui emprunte elle n’y verra pas d’inconvénients, dit-il en lui faisant un clin d’œil complice.

En fait tu ne comptais pas lui demander sa permission. Dans l’mille Sherlock !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Mar 8 Juil - 12:27
Alice rit à gorge ouverte lorsque qu’ils clamèrent en même temps leur idée peu réfléchie. Car il fallait bien avouer que cacher ces informations aussi importantes à leur patron n’était guère recommandé. Qu’est-ce qu’ils encourraient après tout ? Juste le fait d’être renvoyé, rien de grave en somme. Enfin surtout pour la jeune anglaise qui avait largement de quoi subvenir à ses besoins. Elle possédait plus que le nécessaire car depuis le jour de sa naissance ses parents avaient déposé sur un compte de l’argent. Le jeune brun lui offrit un beau sourire timide, rarement visible sur son joli minois habituellement.

- J’aime pas le chantage en général, mais je vais faire une exception et considérer ça comme… un accord. Ca te va ?

- Parfaitement, opina-t-elle, souriante. Ça sera notre petit secret, alors pas un mot.

La demoiselle au regard malicieux, lui fit un clin d’œil en posant son index sur les douces lèvres du jeune homme. Avoir un secret, qui plus est avec Ethan, c’était tout simplement … merveilleux sans vouloir paraitre excessive. Ce garçon était si inaccessible que la seule complicité avec lui la rendait satisfaite sur ce point difficile à aborder. L’impression d’avoir remporté une bataille s’emparait d'elle, toutefois la guerre était loin d’être finie. Elle ne faisait que commencer, songea Alice. Elle continuait de tresser habilement sa longue chevelure blonde sous l’œil curieux du jeune homme. Une fois finie, elle attacha le bout à l’aide d’un élastique noir et passa ses fins doigts sur l’épi tout doux et soyeux.
De son index, le jeune homme releva la petite frimousse gênée de la jeune blonde qui écarquilla ses magnifiques yeux cobalts devant ce geste compatissant. Cela l’étonnait beaucoup de lui. Encore plus quand elle vit l’air rassurant qu’il prit. Que lui arrive-t-il ? Ce n’est pas son genre…

- C’pas grave je t’en prêterai un… Pis j’habite aussi dans cet immeuble très chère, donc j’y serai en moins d’deux. Milliana, ma coloc, ne se sert plus du sien et je pense que si on le lui emprunte elle n’y verra pas d’inconvénients.


Bonté divine, pourquoi insistait-il ? Alice crispa ses petites mimines sur sa robe bleue, et baissa de nouveau la tête se dérobant doucement de la main d'Ethan. Que pourrai-je bien inventer comme idée saugrenue pour qu’il me laisse tranquille avec ce satané skate ? Son cerveau bouillonnait à feu vif et elle ne savait plus quoi dire si ce n’est que la pure et simple vérité. Douce idée.

- Ethan, je… Ce n’est pas ton idée qui ne me déplait, enfin un peu, mais je… je… balbutia-t-elle en fuyant désespérément le regard intense qu’il était braquait sur elle.

Diantre, je perds mes Mots. Eux qui ont toujours étaient fidèles et abondants jusque-là, les voilà qu’ils se dérobent lorsque je fais appelle à eux ! Vilains !
Alice se releva souplement en glissant sa natte sur le côté et se mit à marcher en direction de la fenêtre d’une démarche élégante. Elle se retourna et lui montrant ainsi sa gêne évidente :

- Je n'arrive pas à rester en équilibre sur une planche à roulettes.

La honte. Elle souffla un bon coup libérant ce poids par la même occasion tandis que ses petites joues pêcheuses prirent de jolies teintes pourpres s’accordant parfaitement aux rideaux pour le coup. Elle s’approcha de lui, les mains derrière son dos, en trottinant et se pencha en avant un sourire timide aux lèvres :

- Serais-tu habilité à m’enseigner ce noble sport de la « Swagg Street » ?
demanda-t-elle en encadrant les deux derniers mots, parfaitement prononcés d’un bel accent anglais, par des guillemets imaginaires à l’aide de ses doigts.

Elle se redressa d’un coup comme assommée par une idée lumineuse, ou du moins c’est ce qu’elle laissait paraitre, et attrapa soudainement le bras de son ami pour le trainer difficilement  jusqu’à sa chambre qui se trouvait en face de celle d’Élise. Elle lui dit de patienter quelques minutes en lui désignant le fauteuil qui se trouvait à proximité d’un sublime piano à queue rouge et s’engouffra dans son immense dressing qui regorgeait de divers vêtements plus excentriques les uns que les autres. Elle se mit à fouiller tiroirs, étagères, penderies à la recherche de quelque chose en envoyant valdinguer toutes les affaires qui ne l’intéressaient point pour le moment. Ne faisant pas attention où elle jetait ses habits, une longue chaussette atterrit sur la tête brune qui attendait silencieusement dans le fauteuil. Distraite, elle ne remarqua rien et continua de balancer ses petites tenues dans la pièce.

- Trouvés ! S’exclama-t-elle en tirant d’un tiroir un short en jean et un débardeur. La tenue idéale pour skater non ? J’ai mis du temps à les trouver car comme tu peux le remarquer, je ne porte pratiquement que des robes.

Elle sortit de son armoire des chaussures en toile qu'elle enfilerait à la place de ses souliers rouges.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Jeu 7 Aoû - 21:48
HRP:
 

- Ethan, je… Ce n’est pas ton idée qui ne me déplait, enfin un peu, mais je… je…

- Tuuu ? insista-t-il voyant bien qu’elle arrivait à peine à aligner une phrase correcte sans bégayer.

Je lui fais autant d’effets que ça ? C'est abusé nan, pour quelqu'un qui n'a aucune arrière pensée ? C'est vrai quoi, c'est pas le genre d'Alice de se faire des films... Ah je crois savoir ; elle a peut être peur que je la mate pendant qu’elle sera en train d’effectuer quelques back flip ? Un énorme sourire espiègle vint lui fendre sa gueule d'amour. Je ne me permettrai pas de faire ça avec elle, mais quoiqu'il en soit la règle à respecter quand on fait du skate c’est d’éviter de porter des robes, jupes, vêtements pouvant potentiellement dévoiler vos jolies cuisses et voire un peu plus. Le jeune brun suivit du regard Alice, qui s’était levée pour méditer devant la fenêtre, et afficha une mine perplexe face à la gêne qui se faisait de plus en plus voir sur le visage de la blonde. Y’a clairement autre chose.

- Si t’as pas envie, je comp…

- Je n'arrive pas à rester en équilibre sur une planche à roulettes, le coupa-t-elle finalement en faisant volteface vers lui, honteuse.

OK tout s’explique ; elle avait bel et bien peur que je me foute d’elle. Je suis si méprisable que ça ? C’est une question rhétorique ? Si c'est pas le cas, la réponse est oui. Mais c'est pas pour autant qu'il fallait voir tout noir. Quand Ethan se moquait de quelqu’un qu’il appréciait - de loin ou de près - ce n’était pas bien méchant au fond. Je peux vous assurer qu’il pouvait être bien pire. Genre avec Benson. Tu la détestes hein ? Je ne la déteste pas … Mais si elle était dans le feu et que j’avais de l’eau, je boirai l’eau. Il la déteste. Pendant que Green exerçait son esprit de tordu pour choper Bouclette - ça lui va bien comme surnom -, Alice s’était dirigée vers lui et avait rapproché son visage du sien si bien que, quand il releva la tête, son nez frôla le sien. Prudent parano, il recula la tête en fronçant légèrement les sourcils. La distance j’ai dit, la distance…

- Serais-tu habilité à m’enseigner ce noble sport de la « Swagg Street » ?

- Mais tu… Quoi ? s’exclama-t-il. T’sais que le skate ça ne s’apprend pas en cinq minutes. A moins d’être doté de qualités exceptionnelles ce qui n’est pas vraiment ton cas. Il regarda la blondinette se redresser soudainement, le visage illuminé. Enfin j'crois.

Alice agrippa le bras du jeune homme qui râla - argh je déteste qu’on me traine comme ça sans prévenir - et le tira jusque dans sa chambre pour le faire asseoir sur un fauteuil au coin de la pièce. Le coin de la pièce quoi... JE MERITE MIEUX QU'UN FUCKIN' COIN ! Pendant une party hipe, si on te fout dans l'coin c'est que wesh mec t'as rien à foutre ici. On te néglige comme le jardinier de ton voisin. Sauf que t'es pas en soirée. ... Vrai. Mais même ! 'tain en 18 ans de carrière (en fait ça fait que 5 ans parce que ça serait étonnant que, quand il portait encore des couches, on l'invitait à des fiestas où l'alcool coulait à flot) j'me suis jamais pris la chaise du fond et c'est pas maintenant que ça va commencer, 'kay ? Il essaya de voir ce qu’elle cherchait en allongeant son cou mais il abandonna vite quand elle commença à balancer ses culottes dans la pièce. Cette meuf me déborde... Il regarda d’un air consterné ses vêtements voltiger et se déposer doucement au sol. Et accessoirement sur sa tête. OK jusque-là j’ai pas posé de questions mais j’aimerai bien savoir ce qu’elle trafique. Il soupira longuement en retirant la chaussette qui s’était crashé sur sa chevelure en bataille et finit par poser son regard sur le piano à côté de lui. Wow… Ce petit bijou est une merveille... Un sourire d’enfant scotché au visage, il se leva et effleura du bout des doigts les touches.

- Trouvés ! s’exclama-t-elle ce qui fit sursauter le brun. Putain, ça aussi je déteste. La tenue idéale pour skater non ? J’ai mis du temps à les trouver car comme tu peux le remarquer, je ne porte pratiquement que des robes.

- Yep, lâcha-t-il en détaillant la tenue qu’elle tenait, c’est parfait.

C'était même trop parfait. En effet, s'il ne voulait pas faire tache à côté d'elle s'ramenant avec sa panoplie so sex au skatepark - le spot des mecs et meufs dégoulinant de style - il avait intérêt à envoyer du lourd. Sauf qu'Ethan ne maitrisait pas la mode. Nah mais déjà, je ne suis pas la Fashion Week donc voggles. Thx. Lui, il avait son charme naturel d'où ses nombreuses conquêtes, alors pas besoin de mettre le dernier sweet qui pue le flow parce que, même avec la chemise de ton grand père et le fut' de l'éboueur du quartier, il gardait beaucoup de classe. Car oui mes amis, ce n'était le vêtement qui mettait Ethan en valeur, mais bien Ethan qui mettait en valeur le vêtement. (T'essayes de me vendre ou quoi ? Shht.) Mais bon, quand on était en compagnie d'une bimbo toute pimpante comme Alice, fallait se bouger le uc sinon les mecs en dalle allaient le négliger et sauter directe sur l'occaz pour la lui pétah sec. Cependant, c'était bien beau tout le bling bling et compagnie, mais si tu savais pas pratiquer bah t'avais plus qu'à te foutre un carton Ikea sur la tête.

- J'veux bien te filer deux ou trois conseils mais je ne pourrais pas tout t’apprendre en une aprèm. Pis j'te préviens : je ne suis absolument pas pédagogue et ma patience est très limitée. Donc c'est à tes risques et périls, jolie demoiselle.

Au moins, elle était prévenue. Avant de sortir de la pièce, il lui indiqua qu'il montait chez lui se changer et qu'elle n'aurait qu'à le rejoindre là bas quand elle aura fini de se préparer. Ethan habitait deux étages plus haut donc le trajet n'était vraiment pas conséquent hein. En passant dans le couloir, il jeta un dernier coup d'oeil à la chambre d'Elise, et sourit. Pauvre petite Benson. Si tu savais...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Ven 8 Aoû - 16:06
HRP:
 

- Mais tu… Quoi ? s’exclama-t-il en reculant son visage de quelques centimètres.

- Je réitère ma demande, dit-elle posément en se raclant la gorge pour débiter précipitamment sa question, pourrais-tu m’apprendre à en faire ? S’il te plaaait Ethan ! Tu es le seul qui puisse m’aider !

Quelques secondes de silence s'écoulèrent, alors Alice fit papillonner ses longs cils pour le faire crouler sous la pression qu'elle tentait d'exercer sur lui. Il prit alors la parole pour déployer ses arguments.

- T’sais que le skate ça ne s’apprend pas en cinq minutes. A moins d’être doté de qualités exceptionnelles ce qui n’est pas vraiment ton cas.

Le jeune homme observa un instant Alice qui se redressa subitement pour l’emmener de force dans sa chambre.

- Enfin j'crois.

Évidemment qu’elle était dotée de qualités exceptionnelles ! Après tout, elle faisait partie de l’agence la plus puissante de Chantilly, na ! Le Grand Méchant Loup avait recruté essentiellement des agents aux capacités hors normes, des personnes surpuissantes, déficientes mentales, dont le gout pour la cruauté et le pouvoir était tout particulièrement développé. Allez savoir pourquoi de tels choix… Alice n’était certainement pas classé dans cette catégorie, mais personne ne connaissait le véritable potentiel de la jeune anglaise et c’était beaucoup mieux ainsi car comme disait certain ; moins on en savait sur le personnage que l’on était mieux c’était. Malgré sa langue bien trop souvent pendue, elle avait gardé une part de mystère en elle. C’était ce qui la rendait comme qui dirait invulnérable…
Une fois la tenue adéquate en main, elle se tourna pour la présenter à Ethan qui semblait subjugué par son choix des plus étonnants. D’accord, les shorts en jeans, débardeurs moulants et tout le tralala des jeunes adolescentes de son âge ne faisaient en aucun cas partie des gouts vestimentaires préférées de la petite british, mais au moins elle était sûre de ne pas être gênée par les dentelles et tissus imposants de ses robes habituelles lorsqu’elle sera entrain de skater. Laissant sa petite tête se penchée sur le côté, elle esquissa un doux sourire amusé.

- Yep, lâcha-t-il en détaillant les vêtements qu’elle tenait, c’est parfait. J'veux bien te filer deux ou trois conseils mais je ne pourrais pas tout t’apprendre en une aprèm.

- Oh thank you so much Ethan ! S'exclama-t-elle en lui sautant au cou, puis se retira derechef et essaya de reprendre contenance et distinction. Ce n’est pas grave, essaye de m’enseigner le principal et je serais satisfaite, le rassura-t-elle.

- Pis j'te préviens : je ne suis absolument pas pédagogue et ma patience est très limitée. Donc c'est à tes risques et périls, jolie demoiselle.

Alors qu’une belle grimace se tira sur son minois de poupée, il lui expliqua qu’il partait changer lui aussi de vêtements, même si elle trouvait qu’il était très bien ainsi. Enfin c’était lui le professionnel donc il savait ce qu’il avait à faire, non ? Le laissant y aller, elle se plaça devant son grand miroir dont l’encadrement était orné de magnifiques dorures et inscriptions elfiques digne de celui d’une princesse ou d’une créature mystique des contes de fées. Elle se souvenait l’avoir acheter lors d’un marché aux puces chez une vieille femme à l’apparence d’une sorcière. Qui sait, peut-être en était-elle une ? Parfois quand elle se regardait dans celui-ci, les écritures brillaient pendant un court laps de temps… Peut-être que cette vieille femme avait ensorcelé le miroir pour donner à la blondinette l’impression d’être, chaque jours, toujours aussi jolie ? Dans ce cas-là, il s’agissait d’une gentille sorcière non ? Pendant qu’elle s’admirait sous toutes ses coutures, les minutes s’écoulaient petit à petit… Flute ! Se décrochant difficilement de son miroir qu’on pourrait qualifié de magique, elle se précipita sur les vêtements qu’elle avait soigneusement préparés. Elle enleva en vitesse sa robe bleue, la laissant tombée au sol dans un froissement, puis retira ses longues chaussettes. Sans les ramasser, elle enfila de suite son short en jean et son débardeur blanc qui lui moulait un peu trop sa poitrine à son goût. Elle chercha des socquettes dans son tiroir pour ensuite mettre ses tennis. Dans la précipitation et grâce à l’opération vile de sa maladresse, elle tomba au sol en glissant sur les vêtements qu’elle avait jeté un peu plus tôt.

- Ouch !

A son retour, un peu d’ordre et de rangements ne feraient certainement pas de mal à cette pièce. Elle se releva docilement et se précipita dans la salle de bain pour perfectionner sa préparation. Pas de maquillages, mais juste de la crème pour conservait son éternelle peau douce. Vala ! Le résultat était parfait. Elle balaya le salon de son regard cobalt, ne portant pas plus d'attention au vase cassée par le jeune homme au coin de la pièce, et pris simplement ses clefs qu’elle rangea dans son soutien-gorge. Pas de sac, par peur que cela la gênât.
Fermant la porte à double tour cette fois ci, elle monta les escaliers afin de rejoindre Ethan qui devait avoir fini depuis belle lurette. Ou pas. Une fois arrivée à l’étage qu’il lui avait indiqué, elle dirigea son regard sur le nom des personnes sous la sonnette de la seule porte entre ouverte. Cela devait être ici. Elle sonna tout de même pour lui indiquait qu’elle était là et appela son ami d'une voix peu sûre :

- Ethan ?

N’entendant pas de réponses de sa part, elle pénétra dans l’appartement à la manière de Boucle d'Or une boule au ventre, abandonnant ses tennis à l’entrée. Seigneur, ce que je n’aime pas faire ça. Elle continua sa progression non pas sans observer de ses grands yeux bleus l’appartement du jeune homme. A première vue il habitait en colocation car il y avait plusieurs chaussures déposées près d’une commode magnifiquement décorée et rangée. Ce devait être des personnes très ordonnées car rien n’était laissé au hasard ou ne trainait, à part un skate à l’entrée qui devait appartenir à Ethan. Elle regarda quelques instants les photos accrochés au mur. Photos qui la firent rire quand elle reconnut Ethan faire diverses grimaces avec à chaque fois différentes personnes. Quel pitre celui-là ! Un sourire traina sur ses lèvres rouges, puis s'effaça en une fraction de secondes quand elle entendit le jeune homme crier.

- Ethan, est-ce toi ?

Elle suivit l’écho qui provenait du couloir à sa gauche, et hésita à entrer dans la chambre du brun. Quand il faut y aller, il faut y aller… Elle poussa la porte en bois de chêne, et entra doucement dans la pièce… Pour voir le jeune homme torse-nu devant son armoire, par encore préparé. Eh bien, c’était bien la peine de se dépêcher…

- Besoin d’aide ? demanda-t-elle en rougissant un sourire timide au lèvres, s’obligeant à regarder ses yeux et non ses… abdos et pectoraux apparents.

Il avait le corps élancé d'un mauvais garçon, ou plutôt d'un nageur professionnel. Délicatement musclé... La petite blonde s’approcha de sorte à scruter elle aussi son armoire, très mal ordonnée il faut le dire, et se mit à trifouiller dans la penderie sans son autorisation. On pouvait trouver toute sorte de vêtements, c'était une vraie caverne d'Ali Baba sauf que c'était tout mélangé ! Elle prit de ses délicates mains un pantalon noir décontracté proche du baggy mais en moins large, très à la mode et un sweat-shirt blanc large également, qui s'accordera parfaitement avec son teint. Plissant ses grands yeux bleus, elle l'observa quelques minutes en calquant le haut sur son torse. Aucun doute là-dessus, quoiqu'il mettrait tout lui irait car il avait une jolie musculature. Oh ! J'oubliais ! Elle examina les tiroirs du brun et trouva un bonnet noir. Parfait.

- Essaye ça, ça et ça, lui ordonna-t-elle d'une voix non pas ferme mais fluette en lui tendant les vêtements qu'elle avait scrupuleusement sélectionné d'une main experte. Les tennis que tu portes feront parfaitement l'affaire. Crois-moi, c'est la tenue stéréotypée du skateur.

Même si elle aurait préféré courir après les papillons avec sa chatte Dinah dans le jardin au lieu de jouer les mannequins précoces, elle savait bien que ces séances fashion model avec sa cousine Victoria allaient lui servir tôt ou tard. Que de souvenirs...
Son sourire réconfortant ne pouvait que le mettre en confiance.
Elle jeta un coup d'œil à sa montre à gousset qu'elle gardait toujours accroché à la bretelle de son soutien-gorge et dit d'une voix pressante :

- Dépêche-toi un peu, sinon le Skate Park risque d'être plein. Je n'ai aucune envie d'être au milieu d'adolescents moqueurs dont les hormones bouillonnent...

Alice laissa échapper par mégarde un soupir ennuyé et referma l'armoire d'un coup sec qui fit trembler la pièce.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 10 Aoû - 23:04
HRP:
 

N’importe qui me dirait d’arrêter de psychoter. Merde, Ethan, t’es pire qu’une meuf, arrête. Ton t-shirt est bien, ton futal est bien, tes putains de cheveux sont biens, d’ailleurs ARRÊTE DE LES TRIPOTER SANS ARRÊT. Soupir. Un regard circulaire pour sa chambre en bordel. Soupir again. Décidemment, je fais parti de ces gens qui ont un lit qui leur sert de bureau, un bureau qui leur sert de dépotoir et une chaise qui leur sert d'armoire.
Ca faisait une bonne quinzaine de minutes que Green était monté chez lui se preparer pour sortir avec Alice au Skate Park. Et ça faisait une bonne quinzaine de minutes qu'il était planté devant son miroir. Pourquoi ? Aucune idée. Le jeune brun croisa le regard d'ombre de son reflet. Qu’est-ce que tu mates ? Ouais il se parlait à lui même, problème ? Quelques mèches noires lui tombèrent comme d'hab sur les yeux qu'il vira d’un mouvement de tête. Nan, nan, ça suffit les réflexes de mécheux. Il passa ses doigts dans ses cheveux, une fois, deux fois, histoire d’avoir le visage dégagé. Ça fait coiffé mais pas trop. Pff... Le jeune homme frotta énergiquement sa chevelure pour lui rendre son aspect habituelle. C'est à dire du nawak en puissance. Trouver LA tenue so perfect pour faire bonne impression devant ma petite lady c'était tout sauf simple. Sauf qu'il ne savait pas qu'Alice était déjà impressionnée par Ethan, pas besoin de... Toute cette prise de tête qu'il le rendait dingue. Il avait opté pour un t-shirt gris très (trop) près du corps, avec imprimé en majuscule "OMG AKA ME." (mais wtf je sais pas à quoi je pensais le jour où j’ai acheté ça, sérieux, ah nan wait, c’est peut-être un cadeau… ou alors c’est à l'une de mes coloc'... Oputaing.) Ethan retira le haut qu'il venait de mettre illico presto en le jettant violemment au fond de sa chambre.

- QUI A MÉLANGÉ LES FRINGUES BORDEL DE MERDE ?

La seule réponse qu'il eut fut l'échos de sa propre voix qui couvrit le son de la sonnette. Blasé, il enfila un autre t-shirt regardant bien si ça lui appartenait. OK, c'est bon... Ethan regarda le résultat puis tira une belle grimace. Un look trop réfléchi qui est loin de m’aller. Parce que d’habitude j’en ai rien à foutre, je prends les premières fringues que je trouve et j’y vais, tout le monde sait que je m’habille n’importe comment. Mais là nan. Allez c’est bon, ça roule. Faisant un demi-tour, il sortit de sa chambre en prenant son fidèle sac à dos noir et... Stop. Quoi encore ? Il baissa les yeux et fixa ses godasses un petit moment. Des Vans rouges. Mais je porte pas de rouge. Ouais nan, du coup c’est pas assorti ça va pas. Mais j’aime bien mes Vans… Donc au pire je change de haut.

- GODDAMMIT ! Je vais jamais réussir à sorrir de ma putain de piaule !

- Ethan est-ce toi ?

Holly shit, voilà Alice.

- Dans la chambre du fond ! lui indiqua-t-il en prenant une voix beauuuucoup plus posée.

Bref, il retira son haut encore une fois pour rester torse nu et revint devant son armoire en se frottant la nuque. Je sais pas ce que j’ai, sérieux je fais pas exprès. Je vais pas à un mariage, ni à une réception classieuse, ni dans un club huppé rempli de cassos d’hipsters. Je vais au Skate Park, retrouver des gens cools, skater musique à fond, me poser sur une rampe de ride, et accessoirement aider Alice à ne pas se ridiculiser. En plus on sera surement beaucoup vu le temps dehors, alors tout le monde s’en balance de la couleur de mes godasses. Mais j’ai envie que ça soit bien, j’ai envie d’être bien, j'ai envie de faire un effort et de faire plaisir à Alice. Parce que c'est une chouette fille au fond et je suis con de ne pas l'avoir remarqué plutôt. Aujourd'hui j'ai été un vrai salaud avec elle et elle ne m'a pas jeté dehors. Ce que j'aurai fait depuis longtemps à sa place mais bon. Et puis merde pourquoi je...

- Besoin d'aide ? dit alors une petite Alice toute intimidée, surement par la tenue du brun très... Très gênante pour une prudette comme elle quoi. Enfin prudette seulement quand elle est sobre.

Lui il souriait en mode "relax meuf on est venu au monde nu alors pourquoi mettre des vêtements ?". EXHIBITIO. Roh ça va j'ai encore mon froc. Tandis qu'il jeta le shirt sur sa chaise, la jeune fille vint se placer à côté de lui après l'avoir maté ouvertement. M'okay, fais toi plaiz' surtout...

- Un peu ouais. J'galère pas autant d'habitude j't'assure.

Sans dire un mot, elle commença à foutre un pur bordel dans ses affaires en fouinant un peu partout où elle pouvait fourrer sa tête blonde. Pire que lui sérieux. Ethan restant Ethan, il s'apprêta à la dégager de là fissa - il détestait qu'on touche à ce qui lui appartenait, puis imaginez qu'elle tombait sur ses calbars ! Pas qu'il avait quelque chose à cacher mais question d'éthique quoi - jusqu'à qu'elle lui mette un baggy, un sweat shirt et un bonnet sous l'nez.

- Essaye ça, ça et ça, lui ordonna-t-elle d'une voix non pas ferme mais fluette en lui tendant les vêtements qu'elle avait scrupuleusement selectionné d'une main experte. Les tennis que tu portes feront parfaitement l'affaire. Crois moi, c'est la tenue stéréotypée du skateur.

... Comment elle avait fait pour trouver des vêtements adaptés en si peu temps ? Surtout qu'elle ne connaisait pas la garde de robe bullshit du ténébreux ! Green écarquilla les yeux et se saisit des vêtements en l'observant toujours, bouche entrouverte. Alors que la blondinette lui offrit un sourire rassurant, son regard à lui devint plus méfiant. Ethan's logic ! Elle a surement déjà fouillé dans ma penderie. Obligey. Ou alors, elle a demandé des renseignements à ses informateurs pour savoir qu'est-ce que je portais comme tenue. Je sais pas à quoi ça lui servirait d'apprendre que je m'habille comme un gars normal mais voilà, toutes les possibilités sont bonnes à considérer. En plus, vous allez rire mais j'ai vu ça un jour dans un fait divers "Les Stalkers Tueurs". Ils t'espionnent le jour et ils frappent la nuit. Alice est surement l'une des leurs. Nan j'déconne, je viens d'inventer cette histoire. Les "Stalkers Tueurs" n'existent pas. Je trouvais juste que ça sonnait bien. Ethan haussa finalement les épaules.

- Qui te dis que j'ai envie de ressembler à ces idiots ? lui demanda-t-il sur un ton détaché. Croisant le regard dubitatif de sa lady il chercha à se justifier. Le temps que j'ai mis pour m'habiller n'à rien à voir !

- Dépêche-toi un peu, sinon le Skate Park risque d'être plein, le pressa-t-elle en regardant une montre à gousset. What the hell ? Les phones ça existent pourquoi elle se trimballe avec cette antiquité ? En attendant l'antiquité devait valloir un sacré paquet.

- Rah ça va, j'me dépêche si j'veux.

Le brun s'apprêta à baisser sa braguette quand il se stoppa net pour se racler la gorge. Hrrmm. Quelques secondes s'écoulèrent et il recommença. Hrrmm hrrmm.. Je... Elle compte sortir ou c'est comment ? J'vais pas lui faire un dessin, elle sait que 'fin voilà (ZÉRO IDÉE EXPRIMÉE). Moi j'dis ça pour elle hein, j'm'en fiche de me déshabiller devant une fille. Ca sera pas la première fois... So ? ... Bon... Ben tant pis. Pas du tout pudique, Green retira son fut' restant ainsi un petit moment en boxer devant Alice et enfila le semi baggy noir toujours aussi à l'aise. SITUATION AWKWARD GÉRÉE AVEC SUCCÈS. Par contre, pas d'embrouilles, notre relation est ultra saine et soft. Tant qu'elle est pas bourrée, j'm'en fais clairement pas pour mes burnes quand j'suis en sa compagnie. Elle a sans doute rien remarqué donc tranquille j'vous dis. Il mit son sweet shirt blanc et renfila ses tennis rouges. Par contre le bonnet c'est vraiment nécessaire ? Nan parce qu'il fait beau et okay c'est bon je me la ferme. Ceci est un accessoire jeune homme. Il planta le bonnet sur sa tête en le poussant vers l'arrière dégageant ainsi ses éternelles mèches rebelles qui lui retombèrent naturellement sur le visage. Il avait hérité des cheveux en bataille de son père. En revanche, la qualité du cheveu venait de sa mère.

- Je n'ai aucune envie d'être au milieu d'adolescents moqueurs dont les hormones bouillonnent... soupira-t-elle soudainement.

- Hein ? ... De quoi tu parles ?

En fait il savait parfaitement de quoi elle parlait. Car il faisait parti de ses ados provocateurs complétement immatures. C'était génant. A l'entendre, on croirait qu'elle s'était déjà faite harceler par ce type de personnes. Se moquer de quelqu'un était teeeellement simple aussi. Il ne s'était jamais remis en cause et n'avait jamais fait gaffe au mal qu'il pouvait causer jusqu'à maintenant. Ne disant rien, il sortit de la chambre en se mordillant la lèvre inférieure, le regard fuyant. Tu culpabilises enfin ? Tss, jamais...
Après avoir pris son sac à dos, son skate et donner celui de Milliana à Alice, Green était ENFIN sur la route de son second spot favori. Ladies and gentlemen, je suis DEHORS, ET JE MARCHE VERS LE SKATE PARK. Alors que ça fait une bonne vingtaine de minutes que je devrais y être. 20 minutes vraiment ? 20 minutes sans compter le retard de 10 minutes que j’ai toujours quand je dois me rendre quelque part. Nan, nan, c’est pas pour me faire désirer, j’arrive juste toujours à la bourre de 10 minutes. Depuis qu'ils étaient sortis de l'appart, ils n'avaient pas deserré les lèvres. Quelques fois Green jetait des coups d'oeil en coin à la blonde qui semblait... Hyper stressée. Allez Ethan, comporte toi en pote pour une fois.

- Au début moi aussi le skate ça me faisait  flipper tu sais, lacha-t-il, brisant ce silence génant. Il continua de regarder droit devant lui pour éviter de se crouter car sa dextérité avait ses limites. J'appréhendais beaucoup le moment où mes fesses allaient rencontrer le goudron. Mais finalement c'était pas si atroce que ça, continua t-il en prenant un air entousiaste. Bon OK la chute fait assez mal mais fuck pour avancer faut savoir tomber et ainsi mieux se relever. Ou alors c'est l'inverse ? Enfin bref tu m'as compris.

Pour le coup, il avait l'impression que c'était pas ça le proverbe. J'me suis mélangé les pinceaux. Bon c'est pas si dramatique, t'façon j'ai jamais eu la fibre poètique. Il s'arrêta au passage pièton et traversa tranquilement, son skate toujours en main. J'aurai été plus vite si j'étais monté dessus mais c'est toujours le même soucis. Alice ne savait pas en faire. Il se demandait si c'était une bonne idée qu'elle vienne avec lui finalement. Nan arrête de penser qu'à toi.

- T'inquiète, on ira dans un coin tranquille et j't'apprendrais, t'as pas à t'en faire. Ethan tourna sa tête vers elle et on pouvait voir sur son visage un sourire chaleureux. Le sourire occasionnel t'sais. Rare même. Limite faut réserver 15 ans à l'avance pour qu'il te l'offre. Je suis là, relaaaax.

Les éclats de rires, la musique, les voix, les bribes de conversations étaient de plus en plus proches. On est arrivés gal ! Aaah mon chez moi. D'un bras, le jeune homme serra son skate contre son buste, tout en prenant appui de l'autre sur le rebord du muret qui séparait l'air de game de la route, et lança une jambe de l'autre côté. Une arrivée stylée tahu. Il se dirigea vers un groupe de jeunes perchés sur une rampe en plein délire. Un coin tranquille mmh ? Bon salutations individuelles ou regroupées ? Voyant toutes les meufs qu'il y avait son choix était vite fait. On va faire dans le collectif, les gens.

- WEEESH !

Super discret, as always.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Mar 12 Aoû - 11:04
HRP:
 

- Rah ça va, j'me dépêche si j'veux.

Toujours aussi râleur, pensa Alice en soupirant et restant face à l'armoire. Parfois, la jolie demoiselle se demandait s’il le faisait exprès de montrer constamment l’image d’un jeune homme désabusé et lassé de tout le monde, qui n’en faisait qu’à sa tête. Etait-il réellement comme cela ? Ou alors c’était simplement pour se protéger d’autrui qu’il agissait de la sorte ? La dernière supposition semblait la plus probable car, ayant un esprit assez vif, l’anglaise savait au fond qu’il ne montrait pas sa véritable personnalité. Il l’avait enfoui au plus profond de lui-même. Désormais il jouait vêtu d’une cape et d’un masque qui ne lui appartenaient pas. Quand elle déclara qu’elle ne voulait certainement pas être la bête de cirque pour des jeunes immatures, Ethan semblait ne pas comprendre.

- Hein ? ... De quoi tu parles ?

- Je... Nan de rien, je ne parle de rien… Sommes-nous obligés d’avoir un sujet de conversation précis pour parler ? Parler pour parler, voilà ce que je fais… murmura-t-elle, dos à lui, en caressant du bout de ses fins les rainures de l’armoire.

Pourtant, elle parlait bien de quelque chose de précis à cet instant. Bien sûr qu’elle s’était déjà faite harceler, des millions de fois même. Cessant de voguer dans de lointaines idées qui n’étaient pas à sa portée, elle se retourna faisant voltiger sa longue tresse dorée, et remarqua que le jeune brun était déjà changé. Tiens, comment a-t-il fait p… Soudain, une pensée jaillit tel un éclair et elle se crispa, son teint velouté prenant une belle couleur carmin. Oh… Oh g-gosh… Il a… Enfin j’étais ici et il s’est… Elle força son esprit à ne pas lui envoyer les potentielles images accompagnant cette pensée. Tout va bien, tu n’as rien fait de mal après tout, tout va bien. Il est vrai que pour une fille de son rang, se trouver en présence d’un jeune homme quasi nu était inenvisageable. Enfin, le principale c'était qu'elle n'ai rien vu. Quel sans gène tout de même.

Ethan, tout mignon avec son petit bonnet et ses mèches éparses qui lui encadraient son parfait minois, sortit de la chambre à la suite d’Alice. Elle était satisfaite du rendu. Pour conclure, je ne suis pas si mauvaise en mode contrairement à ce qui me répétait sans arrêt Victoria. Je suis même plutôt douée car pour faire aimer (il ne disait rien, j’en conclue qu’il aime, na !) quelque chose à l’énergumène devant, fallait y aller. Elle s’empara du skate que lui tendit Ethan en l’analysant comme un chat. A première vue, l'engin n’avait pas l’air très stable. Et puis... Pas de casque, pas de genouillères, de coudières, ni de protèges mains !? Peut-être que lui n’en ressentait pas le besoin mais elle oui ! Oh là là là là là dans quoi me suis-je encore embarquée ? songea-t-elle anxieuse, en quittant l’appartement du brun et cela, tout au long du chemin. Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi… Derrière le brun, elle était concentrée à regarder le chemin défilait sous ses yeux et ne voulait plus relever la tête.

- Au début moi aussi le skate ça me faisait  flipper tu sais, déclara-t-il enfin en brisant ce silence extrêmement gênant. Alice le remercia en son for intérieur.

- Vraiment ? demanda-t-elle, timide.

- J'appréhendais beaucoup le moment où mes fesses allaient rencontrer le goudron. Mais finalement c'était pas si atroce que ça, dit-il d’un air joyeux pour la mettre en confiance. Bon OK la chute fait assez mal mais fuck pour avancer faut savoir tomber et ainsi mieux se relever. Ou alors c'est l'inverse ? Enfin bref tu m'as compris.

Et sur ce proverbe déclaré d’une façon si… nul et embrouillé, Alice pouffa, une fois, puis deux et elle partit dans un fou rire incontrôlé mais discret. De douces larmes apparurent dans le coin de ses petites prunelles, qu’elle essuya de son index en riant toujours. Ethan avait décidemment un don. Il pouvait vous remonter le moral de manière si naturelle et si involontaire en deux temps trois mouvements. Il avait suffi qu’il dise n’importe quoi pour que le stresse qui envahissait petit à petit la petite blonde depuis leur départ, s’envolât instantanément. Que ça fait du bien de rire… Merci my dear.

- Oui oui, tu as sans doute raison, essaya-t-elle de dire d’une petite voix pour qu’il n'entende point ses ricanements.

- T'inquiète, on ira dans un coin tranquille et j't'apprendrais, t'as pas à t'en faire, lui dit-il en arborant un magnifique sourire.

C'était le plus beau qu'elle ait vu à vrai dire. Ce sourire diffusait une telle chaleur, une telle douceur que la jeune fille n'avait guère besoin d'autre chose pour être rassurée. C'était la première fois qu'elle le voyait ainsi ; sans son masque d'acier.

- Je suis là, relaaaax.

- Je… je... balbutia-t-elle les yeux grands ouverts, toujours obnubilée par l’air radieux qu’il abordait, uh oui, bien sur ! Tu es là, et je n’ai pas à m’en faire.

Dieu du ciel, que son aura est perturbante ! Les deux adolescents étaient enfin arrivés au lieu convenu. Le Skate Park et ses riders respiraient le fun, la joie, et les délires. Alice laissa ses jolies saphirs s'imprégnaient de cette chaleur estivale qu’elle ne connaissait pas et qu’elle découvrait au fil de sa marche. Ethan fit une entrée des plus classes en sautant par-dessus le muret à l’aide de sa main. La jeune british, qui ne songeait pas une seconde à faire comme lui (pour se payer une honte monumentale si elle venait à tomber ? Non merci), se contenta de passer par l’entrée principale en faisant touuuut le tour. Une fois à l’intérieur, elle chercha de son innocent regard le jeune brun qu’elle repéra tout de suite. En fait, il n’était pas compliqué de mettre la main sur lui car il était entouré d’une bande de jeunes entrain de rires et chahuter, tous plus classes et détendus les uns que les autres. La blonde ne s’approcha pas d'eux. Je ne les connais pas ! Vous pouvez toujours rêver pour que je m’incruste comme une... cruche ! Elle esquissa une moue boudeuse et resta à l’écart, mais un skateur lui fit savoir sans phrases détournées qu’elle lui barrait la route.

- Bouge de là, tu me gênes.

Alors elle se précipita sur le côté en s’excusant et trébuchant maladroitement. Elle se rattrapa in extremis sur le muret et s'errafla le coude. Oh là là, au secouuuurs ! Ethan reviens ! Il a dit qu'il m’apprendrait ! Visiblement, il était en proie à une discussion palpitante avec des belles jeunes filles au corps de rêve. Elle fronça les sourcils, les larmes aux yeux. Il suffisait qu’une de ces femmes dépassant le 95 C lui fasse les yeux doux pour qu’il l’oublie complétement. Pressant le skate contre sa poitrine, elle essuya rageusement ses larmes salées, non de joie cette fois ci, qui perlaient dangereusement le long de ses joues roses. Elle détourna le regard et remarqua qu’un jeune homme la fixait depuis tout à l’heure. Surprise et honteuse, elle trouva rien de mieux à faire que regarder ses pieds sans voir de qui il s’agissait. Pitié, ne me dites pas qu'il a tout vu ? Sentant toujours le regard pesait sur elle, elle releva ses prunelles vers lui en reniflant. Mais… Ces yeux rouges… Est-ce…

- Gabriel ? demanda-t-elle peu sûre d’elle en le détaillant un peu plus… Nul doute, c'était bien lui. Gabriel !

Elle lui sauta subitement au cou, comme elle savait si bien le faire, et lâcha le skate qui roula sur la piste faisant trébucher un skateur pro qui voltigea droit dans la poubelle à proximité, en hurlant. La poubelle pleine à rat bord d'ordures se renversa par terre. Oops. Tandis que tout le monde autour d'eux éclatait de rire, Alice se fit toute petite en se cachant du mieux qu'elle pouvait derrière Gabriel. Je suis une calamité... Elle se mordit le coin de sa lèvre inférieure puis se reconcentra sur le brun en face d'elle. Alice croisa le regard de feu qui lui faisait face et se mit à rougir.

- Désolée de t’avoir sauté dessus comme ça… C'est juste que... Ca fait longtemps que je ne t’ai pas vu dans le coin.

Combien de temps ? Deux mois, si elle ne se trompait pas non ? Deux mois sans nouvelles...
Gabriel était l'une de ces personnes, qu'elle avait connu grâve à l'ami de l'ami de son amie. Oui, ils ne s'étaient pas connu directement à l'école car, étant issue d'une bourgeoisie stricte, Alice n'allait pas au collège de la ville, elle prenait des cours particuliers à domicile. Ainsi, étant petite, les seuls fois où elle le croisait c'était au détour du parc, d'un magasin de jeux vidéos, ou d'une boulangerie. Et puis un jour, ils se sont retrouvés à jouer ensemble dehors, les samedis après midi avec toute une rimbambelle d'enfants. Et depuis cette journée, ils étaient devenu amis. Gabriel c'était quelqu'un de gentil, un peu fifou sur les bords, mais gentil. Elle l'aimait beaucoup.
La demoiselle décida de se jucher sur le muret derrière elle, laissant ses fines jambes se balancer dans le vide. La douce brise chaude d'une belle après midi ensoleillée vint caresser son minois de poupée, soulevant sa longue tresse et sa frange. Elle ferma un instant ses yeux, profitant de l'instant.

- Si je me souviens bien, tu n'aimais pas vraiment le sport alors que nous vaut le plaisir de ta présence au Skate Park ? lui demanda t-elle en riant doucement, passant le dos de sa main sur ses yeux légèrement rougis
Revenir en haut Aller en bas
Agent Sapphire
Messages : 2094
Arme de prédilection : Combat à mains nues
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes
Equipement : - Bombe électronique (-4 PVs) x5
- Bouclier d'acier x1
Modérateur
Modérateur
Ven 15 Aoû - 9:44
HRP:
 

Aujourd'hui, j'ai décidé d'aller quelque part mais je n'sais pas ou... Pourquoi ? Parce que... J'ai pas de raison pour y aller à vrai dire. En fait, j'ai passé les journées précédentes à jouer ou à regarder des films, et je l'avoue, à la longue ça peut devenir ennuyant. Très ennuyant. Et puis, peut-être qu'en y allant, j'allais rencontrer quelques connaissances avec qui passer le temps, non ? Enfin, ça fait pas très longtemps que je suis réveillé, et comme à chaque matin -plutôt après-midi avec moi- c'était l'heure de déjeuner et tout... Sauf que après avoir été voir ce que j'avais comme truc à déjeuner, l'horreur était devant moi. Quelque chose d'incroyable et de cauchemardesque, quelque chose qui allait me hanter... Je n'avais plus rien à manger. C'était la fin du monde, j'allais mourir. Mais, heureusement que j'avais de l'argent pour aller m'en acheter... Bon, j'avais pas de quoi me faire plaisir a fond mais j'avais de quoi remplir mes placards et ça, c'était bien... Ouais, c'était bien.

Bref, après avoir pris mon porte-monnaie et après l'avoir mis dans une sacoche que j'avais pris, parce que j'avais des bons de réduction et tout, car je suis un honorable morfale, je m'étais mis en route en direction de la supérette. Enfin, ça, c'est ce que je croyais. Pourquoi ? Bah, un type qui n'est pas très bon en orientation mais crevé en plus, ça donne quoi à votre avis ? Voila, vous avez compris. Donc... J'étais en train de marcher tranquillement, prenant des routes au hasard le plus complet pour aller vers ce que je croyais être la supérette. Sauf que, de toute évidence... Il n'y avait pas de gens qui faisaient du skate dans la supérette. Génial, je m'étais totalement planté d'endroit ou aller... Bon, réfléchis Gab'. Ou peut-il y avoir des skaters de partout, en bande et tout et tout ? Nan, pas au magasin de jeux ou dans un resto non... Raah, un endroit que je ne fréquente jamais parce que je n'aime pas le sport, j'y suis presque... LE SKATEPARK, VOILA ! Je suis un véritable génie quand je m'y mets. Dommage que ça n'arrive pas plus souvent. Enfin, toujours est-il que, alors que je marchais vers le skatepark pour couper pour aller plus vite à la supérette -enfin, c'est ce que je croyais-, je fus pris d'une crise de flemmingite aïgue, comme je les aime. L'esprit de la flemme avait pris le contrôle de moi... Allez, ouste p'tit con sinon j'vais sortir Excalibur et ça va finir en steak haché tout ça ! Sauf que... Je ne sais pas utiliser d'épées, et Excalibur n'existe pas. Quoi que, quand on a vu le Yéti, tout existe... TOUT. Même les ornithorynques.

Enfin, toujours est-il que j'étais à l'opposée d'ou je devais aller, et ça, c'était pas ce qu'il y avait de mieux. D'ailleurs, c'est étrange mais personne ne faisait gaffe à moi, pourtant, j'étais bien là... J'imagine qu'ils étaient trop occupés à faire du skate ou bien à faire des trucs du genre m'voyez. Alors que je marchais un peu, j'avais cru apercevoir quelqu'un que je connaissais avec un groupe de personnes, dont des femmes ayant des atouts plutôt... Enfin, des gros boobs quoi. Mais bon, je ne connaissais qu'une personne comme ça et c'était... Nan, je doute que ça puisse être Ethan, malgré le fait que cette personne soit son sosie parfait en ferme de physique et de caractère, ça doit toujours être la fatigue qui me joue des tours. Quoi que... Peu importe qui il était, je n'allais pas le déranger dans cette discussion... Même si je n'avais rien de mieux a faire. C'est alors que, quand je m'étais retourné, j'avais vu une personne qui m'avait plutôt l'air triste... Enfin, j'étais plutôt en train de la scruter pour savoir qui c'était, même si je l'avais déjà deviné... J'avais même pas eu le temps de me poser de questions que la personne avait relevé ses yeux pour voir qui c'était. Attendez... Donc, elle m'a vu comme ça. Alors que l'on pouvait m'apparenter facilement à un type en guenilles avec ma fatigue et mes habits que j'ai pas pu changer depuis 3 jours, mais qui sont malgré tout propres... Étrange. La personne m'avait littéralement sauté au cou, mais je n'avais pas trop eu le temps de lui faire un câlin car elle s'été cachée derrière moi, les gens riaient à cause d'un skater pro qu'elle avait fait tomber en lâchant sa planche pour venir vers moi.

- Et bien Alice, tu as gardé ton sens du fail ! Avais-je dit avec un petit sourire, qui était à la foie de la joie et de l'amusement.

Puis, alors qu'elle avait croisé mon regard, elle se mit à rougir. Je ne sais pas ce que je lui avais fait pour avoir cette réaction, mais si j'avais fait un truc plutôt gênant ou quoi que ce soit, je m'en serais souvenu. Enfin bon, il est vrai qu'en l'ayant regardé dans les yeux, je m'étais peut-être mis à légèrement rougir, bien que ça ne devait pas se voir. Puis, elle se mit à s'excuser de m'avoir sauté dessus, disant que ça faisait longtemps que nous ne nous étions pas vus.

- C'est pas grave t'inquiètes pas... Et c'est plutôt à moi de m'excuser de ne pas être venu depuis deux mois, et encore plus de ne pas avoir envoyé de nouvelles de ce que j'étais devenu...

Bon, alors, pour faire simple... Déjà, je n'ai pas connu Alice a l'école. Si je me souviens biens, elle avait des cours privés chez elle ou quelque chose comme ça, du coup elle ne venait pas à l'école. Les seules fois ou j'ai pu la croiser, c'était en allant dehors, a des endroits divers tels que le parc, près d'un magasin de jeux vidéos, la boulangerie, ou quelques autres endroits que je fréquentais pour des raisons toutes aussi diverses. Puis les samedis après-midi, on s'était retrouvés à jouer ensemble avec plein d'enfants. Au début, j'avais eu peur, j'ai cru qu'elle allait être snob et hautaine au vu de sa provenance, mais non... C'était l'une des premières personnes a m'avoir accepté avec mes yeux rouges ,et elle était sympa et nous étions bons amis, malgré les fails qu'elle pouvait faire. Je vais le dire clairement... Je l'aimais beaucoup.
Puis, je la vis se jucher sur le muret qu'il y avait derrière. J'avais décidé de faire de même, me posant à côté. Alice m'avait demandé ce que je faisais ici, sachant que je n'aime pas le sport.

- En fait... Je sens que tu vas rire mais... J'voulais aller à la supérette acheter des trucs et je sais pas le pourquoi du comment, mais je me suis retrouvé ici !

Bon, au moins, me paumer comme un abruti et aller ici n'avait pas que des inconvénients, j'avais trouvé quelqu'un avec qui parler et tout, puis de mon côté, ça m'allait, donc bon, pourquoi râlerais-je ?

- Dis... Que s'est-il passé pendant ces deux mois ? Puis, je me mis à machinalement baisser les yeux, regardant vers le sol. Personnellement... J'ai pas trop envie de dire ce qui m'est arrivé. Saches juste que... Tu as de la chance de pouvoir me parler en ce moment.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci les gens 83:
 

Ce que ma connerie peut faire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Alice + libre] And I've always lived like this, keeping a comfortable distance ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une petite baignade [libre]
» Représentation de Sterne [LIBRE]
» Observation [libre]
» Tutoriel: caméra libre
» Saloon, alcool et bagarre [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-