Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 And they lived happily ever after.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 11 Oct - 15:30
Principe :
 

16 mai. Un grand jour. La jeune fille posa sa main sur sa joue en regardant le miroir. Elle souriait, un peu bêtement c’est vrai, mais cela traduisait son excitation profonde. La coiffeuse achevait de réaliser un complexe chignon parsemé de fleurs blanches qui brillaient. Des petites mèches tombaient ci et là, encadrant un visage qu’il restait encore à maquiller. Simplement vêtue d’une fine robe de chambre, Maelyss se préparait pour ce qui devait très certainement être l’un des plus importants jours de sa vie. Certains rabat-joie critiquaient le fait de se marier si tôt. Le mariage était une perte de temps et d’argent.  Il est vrai que de nos jours la moitié des mariages terminent par un divorce et que lorsque l’on veut vivre sa vie avec quelqu’un il n’est pas nécessaire de se marier, si ce n’est pour empêcher le mari de fuir. Mais certains rabat-joie oubliaient aussi la magie de cette union. Sacrement suprême.

- Et voilà ! J’ai terminé mademoiselle, annonça la coiffeuse d’un air satisfait.

La jeune blonde tourna légèrement la tête sur la droite puis sur la gauche pour admirer ces délicates fleurs dans sa chevelure. Elle sourit, se mordit légèrement la lèvre inférieure par habitude et acquiesça, ravie. Son sourire s’agrandit, dévoilant une rangée de dents blanches. A cet instant, Maelyss se sentait comme une princesse. Celle qui aurait trouvé son prince. La phase coiffure finie - elle avait duré plus d’une heure -, on passa à la phase maquillage. Celui-ci était léger, très léger, quelques touches ci et là pour accentuer son regard ou faire passer ses lèvres du stade attirant au stade absolutely désirable. Le visage de la jeune fille était déjà adorable au quotidien, on n’avait fait que le rendre un peu plus charmeur. Lorsque le rose à lèvres fut mis, la jolie blonde se releva pour enfiler sa robe, faite d’une multitude de volants en tulle qui lui donnaient l’impression d’être légère comme un oiseau. On la chaussa d’une paire de ballerines blanc et argent puis on déposa sur sa poitrine un magnifique collier en argent et émeraudes qui faisaient ressortir ses grands yeux. Elle enfila également une paire de pendantes en argent. Le tout était ravissant, élégant, précieux. Elle était resplendissante. Après avoir chaleureusement remercié ses préparatrices, Maelyss sortit de la pièce puis de la boutique de robes de mariées pour rejoindre Romain qui attentait patiemment devant une jolie limousine d’un blanc immaculé. Le jeune homme vêtu d’un costume noir siffla à l’arrivée de son amie qui se contenta d’un regard au ciel comme seule réponse. Il lui ouvrit la portière puis se glissa derrière elle dans la limousine qui fila au lieu de rendez-vous.

Son cœur battait la chamade, mille et un tambours résonnaient dans sa poitrine. Elle serra les poings jusqu’à s’en blanchir les phalanges. Stress, appréhension, extase. Elle n’entendait plus ce qui se passait à côté d’elle. Les minutes semblaient secondes, le temps filait aussi follement que la veine dans le creux de son cou palpitait. Elle n’eut pas conscience de se lever, sortir, déambuler à travers une allée de monde, bouquet à la main. Les cris des uns étaient aussi inaudibles que les pleurs des autres. Elle ne les voyait plus, n’entendait plus que le bruit sourd de ses pas sur le sol dallé. Tac, tac, tac. Et lorsqu’elle arriva au bout de l’année, elle oublia la petite marche. Celle qui conduisait à l’hôtel. Elle trébucha, fut rattrapée in extremis. Son regard croisa celui de l’homme qui venait une fois de plus de l’empêcher de tomber lourdement au sol. Les tambours retentirent de plus belle. Elle voyait son regard. Elle sentait le doux contact de sa main contre la sienne, cette main qui s’efforçait de la tirer vers le haut, de la relever aux yeux de tous. Elle voulut parler, ne trouva les mots. Se contenta de sourire, le cœur en larmes. Et après s’être relevée, elle garda sa main serrée contre la sienne. Pour ne jamais oublier.

Ca lui semblait tout drôle. Après tant d’années, tant d’histoires, cela s’achevait ainsi.

- Mademoiselle ?

S’achever ? Non.

- Moi Maelyss, je te reçois comme époux, Ethan. Dans la richesse et la pauvreté, dans la misère et la santé. Pour t’aimer chaque jour de ma vie un peu plus encore.

Continuer. A jamais.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
 

And they lived happily ever after.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SUMMER • Living happily ever after

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-