Forum Fermé

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 You left me burning with the embers babe. † Agent Green

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Lun 28 Jan - 22:11

agent green, a.k.a grosse pute


You left me burning with the embers babe. † Agent Green 1416950949-cadeau-green-2

Sasuke Uchiha feat [Naruto Shippuden]

Nom d'agent : Agent Green

Nom & prénom : Ethan Cooper

Surnom : [Insérer toutes les insultes possibles et inimaginables.]

Âge : Viens d'avoir 19 ans, bitch.

Nationalité : French, sir.

Orientation sexuelle : Ta mère ~

Phobies & complexes : Ethan a développé un complexe de supériorité assez marqué avec le temps.
A cela s'ajoute la peur de la solitude. Il déteste cet aura glaciale indomptable qui l’entoure lorsqu’il n’y a plus personne dans son périmètre. L’invisible l’étouffe.

Autre : Séduit TOUT et N'IMPORTE QUOI quand l'envie lui prend. Il aime bien passer ses nuits dans le pieu de jolies chaudasses. Il prend pas vraiment l'amour au sérieux, il y croit pas, c'est plus un jeu pour lui.
Adore boire comme un trou pour finir torché avec des potes.


Un merveilleux salaud, un sublime connard, un parfait enfoiré... Ethan faut que t’arrêtes d’être un paradoxe sur pattes. Faudrait que tu cesses de sauter à pieds joints dans tous ces rôles, tous ces personnages que tu t’es inventés. Parce que oui, Ethan n'est pas lui même, il porte un masque. Le masque d'un petit connard insolent et désabusé qu'il affiche au grand public. Tant qu’on ne perturbe pas le cours de sa vie, tant qu’on brise pas le cercle plein d'ambition qu’il a fait de son existence, il en aura rien à foutre de votre univers, il fera pas d’efforts pour s’y synchroniser, il voudra pas tenter de vous comprendre si vous ne forcez pas les choses. Quand tu lui parles, il te parait toujours super blasé un rien le saoule, il s'emballe pour peu de choses et il tente de cacher ce peu de naïveté qu’il lui reste derrière son masque.

Ethan c'est le type qui essaye de ne pas montrer ses sentiments car pour lui c'est une forme de faiblesse que quelqu'un pourrait exploiter afin de le détruire encore un peu plus. Pas de sentiments, pas de problèmes ma biche.
Mais c’est pas sa faute. Cette philosophie de vie ne s'est pas encrée en lui toute seule. À force de lui avoir rabâché de se méfier de tout le monde, Ethan a fini par se désintéresser de tout le monde. Faire confiance ? Haha vous êtes mignoon ~ C'est impossible car nous vivons dans un monde où tout le monde est diplômé par la puterie.

Ethan se montre aussi très capricieux, plein d’ambition, il est manipulateur parfois, beau-parleur la plupart du temps. Le brun va toujours chercher à attirer l'attention et le plus souvent, c'est par la provocation. Grande gueule confirmée, il va tout faire pour te faire courber l'échine, plier devant lui jusqu'à ce que tu finisses à terre à ses pieds. Alors crois-moi, vaut mieux être dans son camps que contre lui. Lance moi des piques et je répliquerai par des couteaux.
Charismatique à l'extrême, Ethan c'est celui qui veut toujours avoir raison, qui veut diriger, contrôler, il n’hésite pas à utiliser son charme naturel pour arriver à ses fins. Le sourire qu’il t’improvise c’est pour mieux te manipuler, pas parce que tu lui plais. C'est un démagogue né, il remarque très vite les failles et les points faibles de gens et c'est ça qu'il exploite pour s'approcher d'eux. Qui peut résister à une belle gueule qui vous fait de beaux discours ? Séduire pour mieux détruire. Diviser pour mieux régner.

Alors derrière ces apparences, ce serait quelqu’un d’égoïste et cruel ?
"Je suis quelqu'un de foncièrement mauvais."
Quand il hésite il préfère se dire ça.
Mais entre ce qu'il dit et ce qu'il est, il y a un fossé.
Si tu cherches à creuser la carapace qu'il s'est construite, tu peux découvrir une nouvelle facette de sa personnalité.
Le masque s'effrite vite quand on sait s'y prendre avec lui, car si le courant passe bien entre toi et lui, tu peux vite remarquer que c'est un type sympa avec qui tu passes ton temps à délire. Ethan et le mot "ennui" c'est une antithèse u see. Dopé à l’adrénaline et amateur de sensations fortes, Ethan c’est le gars qui t'entraine toujours dans les plans les plus foireux les plus wtf les plus OUF mais même si c’est dangereux, tu vas kiffer ça, tu vas te sentir vivant à ses côtés. Le brun a cette capacité naturelle de te réduire plus bas que terre moralement, mais ça marche aussi dans le sens inverse. Il est capable de te remonter le moral en claquant des doigts. Il va jouer le gamin avec toi. Si t'es une fille, il va te faire des chatouilles, puis t'embrasser sur la joue en esquissant un sourire lumineux. Forcément, tu craques devant sa bouille et tu te sens mieux. Si t'es un gars il va t'emmener boire un verre jouer à la play et laisser se faire battre. Tu pourras toujours compter sur lui, il t'abandonnera pas, si t'as besoin d'une épaule il sera là et t'aidera à aller mieux.
Ethan n'est pas du genre à aimer quelqu'un facilement, il met du temps. Mais quand il le fait, c'est pas du fake. C'est le bon côté de sa franchise.
Alors faut pas le laisser seul.
Parce que le jour où il aura plus personne, il fera plus d’efforts pour sortir du sentier qu’on a tracé pour lui. Il se contentera d’être tout ce qu’il n'est pas.

Caractère


Attaque : 65
Esquive : 55
Magie : 0

Armes de prédilection : Katana / Arts martiaux
Armes non maîtrisées : Armes à feu / Armes lourdes / Arc

Spécialisation : Combattant de classe 3

Coté capacité, Ethan est ce qu'on appelle un petit génie qui n'en a rien à foutre de son talent. Les mots sont sa kalachnikov. Il vous réduit plus bas que terre en vous mitraillant de ces remarques acerbes. Et si ça marche pas (ce qui est rare), alors là il sort les poings. Pratiquant le taekwondo depuis ses 6 ans, Ethan maitrise à la perfection cet art martial. Ca lui arrive parfois quand il en a envie de donner des cours à des petits jeunes qui le regardent s'entrainer. Le brun ne refuse jamais un combat, trop sûr de lui. Cependant, il ne supporte pas la défaite : c'est ce qu'on appelle dans la compétition un mauvais perdant. Alors si tu le mets au tapis, il fera tout pour s’améliorer sois en sûr. Et une fois mieux entrainé, il reviendra te proposer un combat encore et encore jusqu’à ce qu’il te batte. #DéterminationMaso
Green réfléchit avant d'agir ne perdant que très rarement son sang-froid. Il analyse la situation, cerne les personnes avec qui il travail, contrôle. Il est capital pour lui de connaitre les aptitudes et capacités de ses collègues afin d’établir un plan sans failles. Bien qu’il préfère agir en solo (il y a moins de contraintes donc plus de chances de réussir), le travail d’équipe ne le dérange pas plus que ça. Faites en sorte de suivre la cadence et d’obéir à ses ordres et il n’y aura pas de dommages collatéraux.
Son arme de prédilection est le katana qu’il combine avec ses techniques de combat. Une véritable danse mortelle en somme. Cependant MG demande à ce que tous les agents sachent maitriser avec rigueur les armes à feu, c’est pourquoi Ethan a été obligé de s’y mettre un peu bien qu'il n'aime pas particulièrement ça. Et on remarque vite que c'est une vraie chiotte dans ce domaine. On peut pas être un dieu partout pff.

MG a fortement apprécié son côté analytique des choses et sa grande méfiance. Fin stratège et manipulateur de grande classe, Ethan a une facilité déconcertante à tourner une situation à son avantage et c'est ce qui a particulièrement plus à la vieille. La parole est son arme la plus tranchante… Il fait plus mal avec ses mots que toi avec tes poings. Mais ça ne veut pas dire qu'il ne sait passe battre. Le brun fait du Taekwondo depuis ses 6 ans alors... Le provoque pas trop.

Capacités


Ethan est beau. Il est beau et il le sait.
Des traits fins et harmonieux qu'il tient de sa mère, un teint blanc crème, une peau douce... Je suis une nymphe *krev* Ethan il a une gueule d'ange en somme, encadrée par des cheveux ébènes qui vont à l'encontre de la gravité. Cet air échevelé en permanence ça le rend encore plus craquant à ce qui parait. C’est prouvé scientifiquement, un gars décoiffé c’est 8329484 fois mieux qu’un gars qui se fout quatre tonne de gel sur ses tifs.
Son sourire lumineux il fait fondre, t'as l'impression d'être unique à ses yeux... Ses yeux, deux onyx, d’un noir profond, dans lesquels on a envie de se noyer.
Insaisissables.
Son corps suinte le charme, il dégage quelque chose d’étrange, d’unique, de cooperesque.
Athlétique et assez grand (1m 85 à peu près), c'est pas le genre de gars qui te laisse indifférent. Si tu te prends pour un dieu, à côté de lui tu serais Bouddha et lui Apollon.
Grâce à son apparence désirable, il arrive à obtenir n'importe quoi de n'importe qui. C’est d’ailleurs la principale caractéristique qui définit un Cooper.

Il possède un look lambda. Ca peut aller du t-shirt large à motifs chelou à la chemise à carreaux (souvent assez près du corps pour mettre en valeur sa V-line) ou du skinny noir anthracite noir au jogging décontracté histoire de trainer dans l'appart (à l’aaaaise oklm tmtc). De toute façon, t'auras beau lui mettre la chemise de ton grand père, Ethan arrivera quand même à être classe. Ce n'est pas le vêtement qui rend beau le brun, mais le brun qui rend beau le vêtement.
RMQ : Il porte toujours son alliance et une bague en argent qui trône fièrement sur son pouce. Elle appartenait à son père, il s’en sépare jamais, c’est une partie de lui limite.
Quand il tire la langue, tu peux y voir une boule argentée briller. Petit piercing qui lui rappelle l'une de ses premières folies dont il ne veut bizarrement ne pas oublier.

Bref pour conclure, si Ethan était une fille, ça serait une bombasse, on est d'accord.

apparence


— 6 juin. 6 heures du mat'. Surprise. Un garçon. Petit prématuré de 3 semaines qui fut sous surveillance intensive à cause de sa respiration irrégulière, ladies and gentlemen je vous présente l’histoire d’Ethan Cooper, un mec dont la vie est semblable à un champ de bataille sur lequel s'affronte en permanence le bien et le mal.

— Ethan. Prénom pas super commun pour un français quand on y pense, dérive du banal, donné par des parents qui se réclamaient marginaux. Sa mère, Maelyss Ekaterina Sharapov, une brillante jeune fille d’origine russe, venue faire ses études en France. C’est là qu’elle a rencontré Alphonse Cooper, un jeune homme plein d’ambition, déjà à la tête d’une multinationale en étroite collaboration avec son frère, Marc. Arrivistes à l’extrême, les deux frères ont gravit les échelons de la société d’une vitesse fulgurante suivant la voie de leur père. C’était leur destin. Suffit de traîner cinq minutes avec eux pour comprendre qu’ils sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche et des lingots dans l’cul. Ouais, on se douchait dans le fric chez les Coopers. L’argent ça rend beau mais ça dilue chaque aspect de votre personnalité, on se noie dedans, on devient fade et acerbe, ça rajoute un filtre terne par-dessus tout ce que vous regardez. C’est pourquoi Alphonse préféra quitter sa résidence principale dans la banlieue huppée de Paris pour élever son fils. Il ne voulait pas faire d’Ethan une personne matérialiste, cupide et pourris gâté. Payer le nouveau smartphone à la mode - nouveau parce qu'il est encore plus plat et encore plus fragile que le précédent, à la mode parce qu'il coûte un bras - pour obtenir l’attachement de son enfant (comme l’avait fait son père avec lui) n’était pas ce qu’il voulait. Si Alphonse avait pu choisir, il aurait préféré vivre dans une famille à la dèche. Juste pour ne pas avoir un père si peu présent, jamais là, toujours ailleurs. Putain tu vas lâcher ton téléphone 5 minutes et regarder le dessin que t'as fait ton fils ? Mais non, trop occupé à vérifier qu'il gagne toujours autant de fric, qu'il a toujours autant de pouvoir sur ses employés minables qu'il traite comme de la merde. Alphonse a donc mis de côté sa vie d’urbain sous pression pour venir s’installer avec sa femme et son fils dans une ville tranquille : Chantilly.

10 ans plus tard, 6 juin, 7h30 du matin.

- Ethaaaaaaan ! Éteins moi cette console et va prendre ton bain !

- Attends deux minutes m’man, j’suis au niveau cent j’vais battre Gabriel !

-Si tu n’éteins pas cette console, c’est la fessée que tu vas recevoir qui va être de niveau cent !

Gloups. Le petit brun saute de son lit et cours éteindre sa playstation contre son gré. Il lâche un soupir avant de sortir de sa chambre. Voyant le pied de la jeune femme qui venait de lui criait dessus, tapait frénétiquement le sol il déglutit. Mauvais signe. Il lève la tête et voit des sourcils foncés et des bras croisés. Très mauvais signe. Ethan, faut que tu sortes le grand jeu. Yeux larmoyants check. Lèvres qui tremblent légèrement, ok. Tête toute triste mine de dire « tu veux jamais m’faire plaisir… tu m’aimes plus hein ? », opérationnelle. Oui, Ethan était un escroc dès son plus jeune âge. Mais sa comédie ne prenait pas avec elle. La jeune femme le choppe par la peau des fesses, lui retire ses vêtements, et le plonge dans le bain qui l’attendait depuis une demi-heure.

- C’est frooooid… Brr brr…

- A qui la faute ? La prochaine fois, tu viendras tout de suite…


Elle rajoute de l’eau chaude tout en trempant sa main pour vérifier la température. Parfait. Elle finit par s’accroupir au niveau de la baignoire, ses lagons fixant d’un amour maternel le petit garçon qui était en train de se mousser les cheveux, la mine boudeuse. Elle penche sa tête sur le côté cherchant le regard du petit brun, un sourire aux lèvres. Le brun détourne le regard vers la porte qu’elle suivit immédiatement. Elle tira une grimace pour le faire rire, joueuse. Il esquisse un petit sourire mais se reprit très vite en gonflant les joues. Très bien, voyant qu’avec le temps il résistait de plus en plus, elle fut obligée de sortir l’arme fatale la plus déloyale de la terre. Les chatouilles. Il éclate de rire, se débattant comme il peut, éclaboussant la jeune femme et inondant le sol de la salle de bain.

- Tu triches c’est pas juuuste !

***

Emmitouflé dans son peignoir de bain, les jambes en tailleur, il attendait patiemment sur son lit que la jeune femme lui donne ses vêtements de cérémonie. Car aujourd’hui ce n’était pas n’importe quel jour ; déjà c'était son anniversaire. Ensuite, c'était aujourd'hui que chaque enfant devait présenter devant un jury composé de professeurs d’autres écoles leur projet de science de l’année. En collaboration avec son meilleur ami Romain et sa petite voisine de table Maelyss, il avait construit la maquette d’un volcan très connu : Le Piton de la Fournaise. Le faux volcan rentrait en éruption dès qu’ils auraient appuyé sur le bouton de la manette qu’il avait également élaboré. Un mécanisme simple. Une bouteille de coca, des mentos, et un peu d’intelligence. Une fois le bouton enclenché, les mentos tomberont dans le coca coloré ce qui déclenchera une éruption volcanique over 9000 !

- Dis maman… Papa sera là ce soir… ?

- Hum... Tu sais mon chéri... En ce moment papa est très occupé.
Elle referme le placard doucement et rejoint finalement le jeune garçon avec l’un de ses nombreux costumes en main. Il a dû partir en urgence ce matin à Paris, surement des petites modifications de dernières minutes avant de présenter son projet à la convention. Elle lui fit enfiler sa chemise et son pantalon puis remarquant sa mine triste, elle lui colla un baiser péteur sur la joue. Eclat de rire. Mais moi je serai là, et je vais te préparer un bon gâteau !

- Avec plein plein de crème et de chocolats ?
s’exclama-t-il des étoiles dans les yeux.

- Oui avec plein plein de crème et de chocolats ! rit-elle en le chatouillant.

***

"Tu as ton exposé ? Ta maquette, elle est où ta maquette ? Et des mouchoirs ? Bon dis bonjour sois poli et souriiis !"

Et c'est parti pour les 10 commandements d'une maman. Le brun regarde l'heure. Je vais être en retaaard mphf...
Le recoiffant de ses mains alors qu’il était déjà bien assez coiffé(reflexe de maman que voulez vous), elle le regarde une dernière fois. Son bébé avait grandi… Elle le prit dans ses bras et le serra fort contre sa poitrine. Pendant plusieurs minutes au moins. Euh maman ? Maman ? Mamaaaan j’respire puuuu ! A l’aiiiiide ! Commençant à étouffer sérieusement, le jeune brun se déroba finalement de son câlin. Elle déposa un dernier baiser sur son front et le laissa filer, lui faisant coucou jusqu’à qu’elle ne le voit plus.
La jeune femme s’apprêta à rentrer pour préparer le fameux gâteau et sortir les cadeaux mais au moment où elle allait fermer la porte, une berline noire déboula.
Un homme y sortit.

- Alphonse ?

Mais l’homme n’était pas comme d’habitude. Il était baigné de sueur, comme s’il avait été poursuivi, sa mallette de dossiers était dans un sale état comme s’il s’était battu avec. Mais le pire dans tout ça c’est qu’il était blessé. Des hématomes, et une tache écarlate sur le bras. Affolée, la jeune femme se précipita vers lui, et l’aida à gravir les marches qui menaient au porche. Une fois la porte verrouillée, il lui expliqua tout. L’appel d’étrange de ce matin, les menaces qui pesaient déjà sur lui, l’agression, la façon dont il s’était débarrassé de ses poursuivants, tout. Mais il se pourrait bien qu'ils l’aient suivi jusqu’ici...
La jeune femme s'effondra en larmes, une main plaquée sur sa bouche tandis que son époux ne cessait de s'excuser. Il aurait voulu leur donner une meilleure vie à elle et Ethan, les éloigner de tout ça, quitter le pays tant qu'il était encore temps. Mais il s'est obstiné et maintenant il a condamné sa famille avec lui. Car oui, tout ce qui était attaché de près ou de loin à lui était sur la même ligne de mire.
La nature humaine est horrible.
Froide.
Insensible.
Prête à retirer la vie juste pour empocher de l'argent et accéder à un pouvoir. Ils croyaient qu'en déménageant cela les éloignerait des tensions, mais rien à faire. La FMN était toujours aussi convoitée, ça ne changeait rien.
Ils étaient condamnés.
Appeler la police était inutile, leurs bourreaux étaient en chemin. Non. Juste devant la porte d'entrée.
Alphonse s'accroupit et la prit dans ses bras.

- Ethan est en sécurité... ? murmura-t-il, comme s’il ne voulait pas qu’on l’entende, comme s’il savait qu’ils étaient déjà là.

La jeune femme leva les yeux vers son mari. Et c'est à ce moment-là qu'elle réalisa que son bébé n'aurait plus de maman. Que ce soir il ne trouvera personne pour lui souhaiter bon anniversaire, pas non plus de gâteaux pour le récompenser. Rien. Promesse envolée.
Trois coups de feu.
Deux cadavres.
Un orphelin.

***

Orphelinat des Enfants Perdus, 23h.

- Bah alors, encore en train de chialer Cooper ?

Il lève ses yeux gonflés et rougis vers ses interlocuteurs, fronce les sourcils lorsqu'il les reconnait. Doigt d'honneur.
Bam.
Tête dans la cuvette des toilettes. Ils le maintenaient fermement, et voyant qu’il avait suffisamment savourer l’eau des chiottes, ils se sauvèrent en ricanant.

- Pleure, tu pisseras moins !

A terre, il tousse, crache ce qu’il avait ingurgité, reprends doucement son souffle… Il finit par s’adosser contre le mur des toilettes, l’eau sale perlant le long de ses mèches brunes, se mêlant à ses larmes et finissant leur course sur le carrelage froid et insalubre.
Ca faisait un an jour pour jour que ses parents étaient morts.
Il se souviendrait toujours de ce soir, où il rentrait tranquillement de l’école, heureux d’avoir remporté le premier prix (avec les félicitations du jury svp)… Il se souviendrait toujours de ce soir où il n’avait malheureusement pas trouvé le gâteau au chocolat promis le matin même, mais à la place… Ses parents sur le plancher de la cuisine, allongés dans une flaque de sang, un trou dans le crâne, le regard éteint. Surprise. Bon anniversaire Ethan.
Il a dû aller dans une cellule psychologique pendant plusieurs mois, puis on l’a transféré ici, dans cet orphelinat pourris au fin fond de Chantilly : l’orphelinat Des Enfants Perdus. Aucun de sa famille oncle tante cousin germain n‘avaient voulu le recueillir. En même temps, qui aurait été assez inconscient pour vouloir avoir sous son toit l’héritier maudit de la FMN des Cooper ? Légitiment, Ethan devait être le futur PDG de l’entreprise. Mais sa famille a préféré « oublier » cette information, pour le protéger. Car s’ils venaient à réclamer la firme, le scénario se reproduirait.
Ils ont été prévenus.
En attendant, ça faisait un an qu’il subissait les pires moments de sa vie.
C’était pas la première fois qu’il faisait connaissance avec les gogs. Et c’était pas la dernière fois non plus. Les grands prenaient un malin plaisir à mener la vie dure à tous les petits nouveaux. C’était pour les former d’après les anciens. Mais Ethan était celui qui prenait le plus cher. Il refusait de se plier à la dictature des grands. Par conséquent, il devait payer. Il essuya rageusement ses larmes.

- Chier…

***

— Orphelinat des Enfants Perdus, 5h du mat'.


- Bambi, Agnès, Cal, Pepito… J’me casse.

Silence. Les quatre ados le regardèrent.
Ethan avait 16 ans, demain il en aura 17. Beaucoup de choses avaient changé entre temps. Déjà, c’était plus la victime de l’orphelinat. Au fur et à mesure des années, Ethan avait pris de l’assurance. Beaucoup d’assurance. Il a fait de nouvelles connaissances. D’abord Juan. Qui l’a présenté à Bambi. Bambi les ayant présenté à Cal, Cal à Pepito et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils montent une bande. Il a appris à se battre, à mentir, à t’arnaquer. Oui, car Ethan se FOUT de ta gueule et ça en permanence. A partir du moment où il a capté qu'il avait une bouille à faire fondre le pire des insensibles, il s'est pas gêné pour mettre à profit cet atout. Il a oublié tout ce qu’on lui avait inculqué quand il était petit. Honnêteté, sagesse, politesse ? Ethan répondit « Bullshit.» Il a vite compris que pour survivre ici, fallait être le pire des malfrats. Et c’est ce qu’il est devenu. Le connard sans gêne qui vous connaissez. Ethan était malin mais avec le temps il a peaufiné son intelligence pour obtenir tout ce qu’il souhaitait. Et ça n’est pas passé inaperçue. Toute la ville savait qu’Ethan Cooper était LE vandale de la ville par excellence, celui qui ne se faisait jamais avoir, celui qui te menait la vie dure. Les rumeurs allaient vite ici. Et ces performances n’ont pas laissé indifférente une personne… Une boite de cookies et un joli papier avec une adresse, voilà ce qu’il avait reçu un beau matin. Il s’y était rendu, avait fait la rencontre de Mère Grand qui lui avait expliqué qu’elle avait besoin d’éléments comme lui dans son agence. Ca vendait du rêve, il y croyait pas... Mais il avait pas le temps de douter car il n'avait trois jours pour lui donner une réponse. Vous vous doutez de sa réponse… Il s'est dit qu'en acceptant, il aurait plus de chance de retrouver les meurtriers de ses parents.
Voilà pourquoi il est là, dos à la fenêtre de sa piaule, en train d’annoncer son départ aux membres les plus fidèles de sa bande qu'il avait fait réunir.

- Qu’est-ce qu’on va faire sans toi ?! s’indigna Cal et Pepito en même temps.
- C’que vous avez toujours fait, répondit-il en esquissant un sourire en coin. Voler les réserves du pion.
- Tu vas nous manquer…
- Tss, arrête tes conneries Bambi, t’sais que le sentimentalisme et moi ça fait 26.
- Dis… Tu penses qu’on se reverra ?

Agnès…
Le brun évita le regard noisette de la jeune fille aux cheveux d'un blond sauvage. Il remonta son sac à dos et mit ses gants avant d’enjamber le rebord de la fenêtre. Il scruta l’horizon, le vent faisant doucement voler ses mèches rebelles. Le soleil était à peine levé, la ville dormait encore, tout comme leurs surveillants. C’était le moment de partir.

- Qui sait… La vie est une pute alors c’est sûr que j’vous reverrai.

Sourire narquois avant de leur tirer la langue. Ca c’était méchant. Mais c’était pour ne pas à chialer. Vous allez me manquer les gars… Rabattant la capuche de son sweat sur sa tête, il sauta agilement sur la branche d’arbre qui pendait vers leur fenêtre – combien de fois avait-il pris ce chemin pour faire le mur ? - Il leur fit une dernière fois signe, et avec dextérité, quitta l’enceinte.
Mais cette fois c’était pour toujours.

Histoire


You left me burning with the embers babe. † Agent Green Lien_e10
Prénom / Surnom : Maxence #hashtag #panda #doudou #ukette #inspecteur #bitchslave

Age : 19 ans

Comment as-tu connu le forum ? Grâce à mon pulcino Yellow <3

Fréquence de connexion : Surtout en week end mais la semaine c’est possible genre tard le soir

Code du règlement : Bouh. ♥

Derrière l'écran


cap ou pas cap ?



♦ Cap 1 : Dire à quelqu'un pendant qu'il discute avec toi:" T'en a pas marre de parler à personne?" Et de partir en le laissant en plan
♦ Cap 2 : Mettre un vent à MG/GML
♦ Cap 3 : Appeler quelqu'un "Papiiiii ! ... ah nan, c'est bizarre mais tu lui ressemblais beaucoup."
♦ Cap 4 : Marcher sur le lacet défait de quelqu'un et, du coup, de le faire tomber
♦ Cap 5 : Avaler une mouche en baillant
♦ Cap 6 : Mettre des lunettes de soleil et dire"Tu m'éblouis trop...Nan j'déconne"!
♦ Cap 7 : Se prendre pour un prince et d'exploiter ses compagnons de RP

caps à faire


♦ Cap 1 : Dire à mon coloc' de chercher Charlie dans une image ou il n'y est pas et de lui promettre une grosse récompense en surprise ici

caps faits


Dernière édition par Agent Green le Jeu 30 Juil - 22:08, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

You left me burning with the embers babe. † Agent Green

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Burning Doll [Sylver & Tabata]
» Un joli pissenlit, pissenlit, lit, lit... [FINISHED OH YEAH BABE]
» ~ recherches des membres à destination des invités.
» Besoin d'aide pour -peut être- deux futurs membres *-*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives-