Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [PV Red + libre] Red, ou celle qui s'enfuit de chez elle en sautant par la fenêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Dim 23 Juin - 20:52
La Lune sereine se reflétait dans les eaux calmes de la mer, tandis que les vagues s'échouaient dans une ronde infinie sur le rivage, s'en allaient pour mieux revenir en suite. Parfois apparaissaient dans le ciel de sombres taches éparses qui dissimulaient un court instant l'éclat argenté de l'astre. Dans cette quiétude à la fraicheur maritime, derrière le fin clapotis des vagues éphémères et le fin murmure du vent, se dressait une jeune femme. De longs cheveux blond clair tombant délicatement ondulés dans le creux de ses reins, elle était vêtue assez simplement, ceci mettant plus en valeur sa fine silhouette et son jeune âge. Une courte robe de lin blanc l'enveloppait, légère, s'arrêtant au dessus des genoux, accompagnée par une fine ceinture brune servant plus d'accessoire qu'autre chose, et non-loin gisait à l'abandon sur le sable une paire de ballerines blanches. La fraicheur de l'océan mordait ses pieds, impitoyable, qui se baignaient dans cette eau glaciale. Mais la jeune femme n'y prêtait aucunement attention, pas plus qu'elle ne parlait d'ailleurs. Le silence régnait en maitre tandis que la jeune femme continuait à contempler d'une admiration muette l'astre lunaire étendre son emprise sur la nuit.

Puis il se brisa, soudainement. Un éternuement étouffé retentit dans l'air, non-loin de l'endroit où se tenait la jeune femme. Pourtant, celle-ci ne se retourna pas, la personne avait révélé sa présence de toute façon. Et Nina continua à repousser doucement de son pied les minuscules vaguelettes vers le large.

- Tu as pris froid on dirait petite. Tu te promènes souvent dans la nuit, tu n'as pas peur ?

Peur du noir, peur de l'inconnu, des mauvaises rencontres ? Une insouciante donc, car les plus intelligents, s'ils sortaient dehors tardivement, essayaient de rester discrets pour la plupart. A part... pour une autre espèce de personnes, méprisables, qui auraient sans doute été attirés par une silhouette féminine pataugeant dans l'eau noir. Et qui auraient facilement été découragés par une simple menace de mort, voire peut-être plus...

Une personne non-discrète, insouciante. La respiration calme et vive à la fois, un petit éternuement étouffé, une jeune fille sans aucun doute, petite. Pas très discrète, un peu maladroite sur les bords, et qui n'hésitait pas à s'approcher d'inconnu. Le visage de la demoiselle tourna légèrement, la lune se reflétant sur ses traits qui affichait une mine... surprise.

- Valshe te laisse sortir à cette heure-ci ? C'est étonnant.

Etonnant, pour l'homme prévenant qu'il était habituellement. Il semblait tenir à elle, et pourtant celle-ci se baladait à une heure beaucoup trop avancée de la nuit pour une petite fille, qui pouvait être à la merci de n'importe quelle mauvaise rencontre. Etait-il seulement au courant de ses agissements, la demoiselle en doutait. Intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Lun 24 Juin - 20:08
La nuit était belle. Red avait commencé par nouer ses draps ensemble et descendre le long de sa fenêtre, avant de sauter les quelques mètres qui la séparaient du sol. Ça lui arrivait souvent, les nuit où elle n'arrivait pas à dormir. Une petite balade au clair de lune, il n'y avait rien de mieux ! Elle longeait les murs, tentant de se fondre parmi les ombres, le plus silencieusement possible. Quelque part, ça lui permettait de s'entraîner pour ses missions d’espionnage, et elle risquait bien moins de choses en se promenant ainsi qu'en espionnant vraiment le loup. Sauf peut-être quelques ivrognes ? Mais il était facile de s'en débarrasser. Ses pas la menèrent à la plage. Ou alors c'était là où elle voulait aller ? La lune se reflétait en éclats d'argent sur les vagues et un calmes apaisant régnait sur les lieux, accentué par la mélodie des criquet. Et juste là, au bord des flots, une fille. Red aurait bien voulu pouvoir conservé ce paysage enchanteur, mais il en fut autrement.
"Atchoum !".
Elle avait beau avoir plaqué ses mains sur sa bouche, ce fut en vain. Elle fut repéré. Non pas qu'elle cherchait à ne pas se faire repérait, sa curiosité la poussait à faire connaissance avec cette fille sur la plage. Mais il y avait quand même mieux qu'éternuer, pour se faire remarquer...

- Tu as pris froid on dirait petite. Tu te promènes souvent dans la nuit, tu n'as pas peur ?

La fille n'avait même pas tourné la tête. En tout cas, Red aurait dû se vêtir un peu plus. La nuit devait être plus fraiche que ce qu'elle avait évalué. Pourtant elle n'avait pas froid. Etant repéré, elle s'avança de l'inconnue.

- Je n'ai pas vraiment de raison d'avoir peur. répondit l'agente rousse.

Après tout, elle savait se défendre ! Et elle n'était pas du genre à être impressionné par la noir. Naïve ? C'était certain. Red ne voyait pas vraiment les possible danger tant qu'elle ne les rencontrait pas. Elle préférait agir plutôt que de trop réfléchir, elle laissait ça aux adultes, ceux qui ne savaient plus s'amuser. Puis la fille tourna la tête et Red pu voir son visage qui fut... Surpris ?

- Valshe te laisse sortir à cette heure-ci ? C'est étonnant.

Valshe ? Alors comme ça, elle connaissait Gray ? Et plus encore... Elle la connaissait ? Pourtant Red ne se souvenait pas avoir déjà vu cette fille. Peut-être croisé dans la rue ? En tout cas, si elle lui avait parlé, elle s'en souviendrait, et ce n'était pas le cas.

- Tu sais qui je suis ? Tu es une amie de Gray ? Et puis en fait... Il est pas vraiment au courant que je vais me promener le soir. Chuuuut, c'est un secret !

Red lui sourit. Elle avait oublié de lui demander qui elle était, mais elle aurait le temps de le faire après ! La nuit était devant elle. Enfin pas la nuit entière quand même, elle comptait au moins dormir quelques heures, histoire de ne pas avoir trop l'air d'un zombie le lendemain.[/b]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Ven 28 Juin - 19:56
- Je n'ai pas vraiment de raison d'avoir peur.

- C'est courageux.

Et insouciant. Même si l'insouciance était une forme de courage, celle d'ignorer tout ce qui du monde extérieur pourrait nous menacer, nous ou nos proches. Et... c'était une forme de courage que de l'être alors qu'à tout moment on pouvait être... brisé ?

- Tu sais qui je suis ? Tu es une amie de Gray ?

- Oui, on se connait depuis très longtemps lui et moi.

Elle sourit, faisant une courte pause.

- Mais ça fait longtemps que je ne lui ai pas parlé, ni vu en fait, ça me rend triste.

La jeune femme avait pris une moue désolée et détourna le regard vers la mer. L'odeur du sel lui chatouillait les narines tandis qu'elle humait doucement l'air marin. Elle resta immobile, attendant que la petite reprît la parole et espérant que celle-ci serait comme toutes les autres petites filles. Naïve, idiote, crédule. Après ça, elle n'aurait plus qu'à appliquer son... plan.

- Et puis en fait... Il est pas vraiment au courant que je vais me promener le soir. Chuuuut, c'est un secret !

- Je garde très bien les secrets, déclara-t-elle en lui faisant un clin d'oeil. Je serais aussi silencieuse qu'une ombre.

L'ombre qui pesait sur la vie des autres et qui de sa noirceur masquait l'éclat de la vie, de beaucoup de vies. Qui les gâchait aussi, immanquablement. Mais au fond, cela lui importait bien peu. Elle avait beau être un vecteur de l'Enfer comme le disait le Chapelier, c'était elle qui avait décidé de sa vie, et non pas un hypothétique destin qui croyait pouvoir la manipuler. Elle était libre de faire ce qu'elle voulait, quand elle le voulait. Personne ne pouvait l'obliger à faire une chose qu'elle ne désirait pas. parce qu'au fond, c'était eux qui se faisaient manipuler.

- Nina, je m'appelle Nina.

De tout façon, dire son nom de code nuirait aux projets de la jeune femme. Comme celui de garder son... anonymat, pour le moment. Surtout aux yeux de la petite fille de la patronne de Cooki.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 29 Juin - 10:57
- Reeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeed ! REEEEEEEEEED ! REEEEEEEEEEEEED !!

Ce qu'elle pouvait me faire tourner en bourrique celle-là... Non mais sérieusement, quelle petite fille saine d'esprit tenterait de se barricader en passant par la fenêtre de sa chambre ? Elle aurait pu prévenir ! Quoi que je l'aurais empêché de sortir... Ah oui... Elle devait s'en douter la peste ! Et pourtant c'était pour son bien que je le faisais, moi, j'avais pas envie qu'elle fasse de mauvaise rencontre ! Ca faisait plus d'une heure que j'étais frigorifié, la cherchant à tous les endroits possibles et inimaginables. Et si elle était tombé sur un psychopathe ? Un violeur ? Un meurtrier ? J'étais en train de m'imaginer la retrouver dans une ruelle sombre, même si là on était sur une plage et je flippais parce que les mauvaises rencontres pouvaient arriver si facilement que...


- Nina, je m'appelle Nina.

...
Mauvaise rencontre : VASS' LAISSE MA REDDIE TRANQUILLE ! Ah oui mais elle n'était pas en train de l'égorger mais de lui dire son prénom. Même pas son nom de code. C'était quoi la ruse ? Gagner la confiance de Red pour mieux lui faire de mal ? Ca semblait si simple il faut dire... Ah mon Dieu... Dans quelle galère je me suis encore fourré pour arrêter de me faire un sang d'encre sur la santé et la protection de ma meilleure amie ?


- Red, sauter par la fenêtre, c'est dangereux, tu sais... Et se promener la nuit aussi... Même si tu sais te défendre... T'aurais au moins pu prévenir que mon avis comptait pas pour ta balade nocturne, ça m'aurait évité de frôler la crise cardiaque en voyant les draps qui pendaient de ta fenêtre... J'ai cru que j'allai retrouver ton cadavre dessous.


Dernière édition par Agent Gray le Mar 2 Juil - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Sam 29 Juin - 21:36
- C'est courageux.

Courageux ? Pas vraiment. En tout cas, elle n'avait jamais songé qu'il fallait du courage pour aller se promener. En pleine nuit, certes, mais ça restait une balade.

- Oui, on se connait depuis très longtemps lui et moi.

Elle sourit, faisant une courte pause. Tant que ça ? Alors elle avait aussi dû connaître le loup avant cette histoire de rocher...

- Mais ça fait longtemps que je ne lui ai pas parlé, ni vu en fait, ça me rend triste.
- Il va falloir que tu passe à la maison alors ! Si tu es une amie, je suis sûr qu'il sera content de te voir !

Elle détourna le regard vers la mer. Gray devait sûrement lui manquer... Mais pourquoi l'appelait-elle Gray ? Généralement, les gens qui le connaissaient depuis longtemps l'appelait Valshe. Parce que c'était son prénom et qu'avant il n'avait pas encore de nom de code.

- Je garde très bien les secrets, déclara-t-elle en lui faisant un clin d'oeil. Je serais aussi silencieuse qu'une ombre.

Red sourit de plus belle. Et puis il lui sembla entendre l'écho de son nom. En fait, c'était pas un écho, quelqu'un l'appelait. Et elle connaissait cette voix. Gray. Zut ! Si il la trouvait, il allait la disputer ! La petite rousse attrapa le bras de... La fille et la fit pivoter en direction de la mer, se cachant derrière. Si elle avait de la chance, il ne l'avait pas encore vu !

- Nina, je m'appelle Nina.
- Red. Mais tu le sais déjà. ... Par contre, je suis plus là ! murmura-t-elle, espérant que se voix se perdrait dans le bruit des vagues qui venaient doucement mourir sous la plage.
- Red, sauter par la fenêtre, c'est dangereux, tu sais... Et se promener la nuit aussi... Même si tu sais te défendre... T'aurais au moins pu prévenir que mon avis comptait pas pour ta balade nocturne, ça m'aurait évité de frôler la crise cardiaque en voyant les draps qui pendaient de ta fenêtre... J'ai cru que j'allai retrouver ton cadavre dessous.

Sauter de sa fenêtre, dangereux ? C'étai une acrobate, le vide ne lui faisait pas peur ! 'Fin, acrobate était un bien grand mot... Elle faisait juste de la gym, mais elle avait déjà marché sur une corde et tout et tout ! Mais elle ne lui en voulait pas. Il s'était inquiété au point de penser qu'elle était morte, assassinée par ses draps... Ou quelqu'un d'autre ? En tout cas, elle resterait caché jusqu'au bout, retardant l'heure où elle devrait rentrer ! Elle aurait bien passé toute la nuit dehors sous cette lune éclatante.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Dim 30 Juin - 19:44
- Il va falloir que tu passe à la maison alors ! Si tu es une amie, je suis sûr qu'il sera content de te voir !

Très content en effet... D'ailleurs, son ouïe percevait un appel plus loin. Un appel de quelqu'un cherchant désespérément son amie partie. Tiens tiens, la petite était vraiment sortie sans prévenir pour que Valshe vînt jusqu'ici la chercher. Dommage, il n'y aurait pas de cadavres sanguinolents, de fontaines de sang crachant la mort, de vies détruites, anéanties. Pas trop... déçu ?

- Red. Mais tu le sais déjà. ... Par contre, je suis plus là !

Et c'est alors qu'elle... pivota, pour se retrouver derrière la jeune femme, faisant mine de se servir d'elle comme bouclier humain pour se cacher du nouvel arrivant. Etonnant pour une fillette de dix-sept ans de se comporter comme une... gamine, Valshe n'avait pas exagéré en fin de compte.

- Red, sauter par la fenêtre, c'est dangereux, tu sais... Et se promener la nuit aussi... Même si tu sais te défendre...

Un éclat argenté apparu brièvement dans la main frêle de la jeune femme, qui paraissait pourtant aussi inoffensive qu'un agneau. Elle n'était pas si désarmée que cela finalement...

- Vaaaalshe ! Ca fait tellement longtemps que je ne t'ai pas vu !

Elle leva et secoua la main dans sa direction d'une manière si... improbable, déplacée et surtout étrange pour toute personne connaissant ses penchants pour le meurtre. Elle paraissait soudainement aussi... naïve et enfantine que la petite se cachant dans son dos, qui au passage lui serrait l'autre bras. Et si l'on ne faisait pas attention au poignard apparu succinctement tout à l'heure ni à son regard bleu toujours aussi... acéré, on aurait vraiment pu croire que la jeune femme se tenant debout sur la plage n'était pas une meurtrière, une tueuse, une psychopathe, une... folle. Une folle, dont les actes étaient toujours aussi imprévisibles et à qui personne ne pouvait dicter sa loi. Une folle tueuse, au bras de qui Red s'accrochait pour ne pas se faire voir par son ami, qui était véritablement moins dangereux à la santé, ou à la vie, qu'elle l'était. Une folle... qui paraissait comme la personne la plus normale du monde.

- T'aurais au moins pu prévenir que mon avis comptait pas pour ta balade nocturne, ça m'aurait évité de frôler la crise cardiaque en voyant les draps qui pendaient de ta fenêtre... J'ai cru que j'allai retrouver ton cadavre dessous.

La jeune femme se rembruni légèrement néanmoins en entendant la seconde partie de la phrase mais ne fit pas de commentaires. Elle garda ces propos juste dans sa mémoire, pour s'en souvenir et les ressortir au moment opportun, puis se remit à sourire comme si elle n'avait pas fait attention.

- Heureusement que je l'ai trouvée alors, elle aurait pu faire une mauvaise rencontre.

A moins que ceci ne soit déjà fait. Même si dans l'esprit de la petite, Nina n'était sûrement qu'une gentille fille, sûrement une personne à mettre dans la liste de ses nouveaux amis. Pitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 30 Juin - 20:18
- Vaaaalshe ! Ca fait tellement longtemps que je ne t'ai pas vu !

Je cligne des yeux. C'est... plus étrange de voir Vassilissa La Belle se comportait normalement que de la voir prête à poignarder quelqu'un. Je cherche ce qui cloche. Elle ne peut pas agir comme ça sans raison, c'est pas possible... Et je le trouve rapidement. Dans sa main. Un poignard. Je déglutis. Oh non... Non. Si elle essaie de faire du mal à Red... C'est hors de question... Voilà la jeune femme était vraiment inconsciente. Inconsciente et moi terriblement coupable. S'il lui arrivait quelque chose... Je serre le poing. Et deux regards bleutés, durs, limite menaçants se croisent.

- Oui... Ca fait longtemps.

On aurait dit des banalités échangées entre deux amis, mis à part la tension étrange qui plane entre nous. Mais de nous deux qui pouvait réellement y croire ? Je ne pense pas qu'on puisse être ami de la demoiselle... Ou un ami mort. J'ai jusqu'à maintenant eu l'honneur d'être dans l'entre deux, ni ennemi, ni ami, cependant pas totalement neutre non plus. Elle n'a pas juré de ne pas faire de mal à Reddie. Mais je sais que je peux lui apporter des informations, rien qu'avec cette menace : Alors pourquoi prendrait-elle le risque de lui faire du mal... ? Je ne sais pas mais ça ne me rassure pas pour autant. Et quand j'ai peur, je ne chouine pas, moi. Je montre les crocs plutôt. J'ai été élevé en loup.

- Heureusement que je l'ai trouvée alors, elle aurait pu faire une mauvaise rencontre.
- Oui. Elle a eu de la chance. Moi aussi d'ailleurs. Je ne sais pas ce que je ferai s'il lui arriverait quelque chose. Je ne serai sans doute plus utile à rien ni à personne...


C'était assez clair comme message subliminal. Pourtant elle le savait sans doute déjà... C'était juste pour souligner que je ne voulais pas qu'elle fasse de mal à Red et que je ferai tout ce qui était nécessaire pour ça. Après tout, je le faisais déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Lun 1 Juil - 19:30
- Vaaaalshe ! Ça fait tellement longtemps que je ne t'ai pas vu !
- Oui... Ça fait longtemps.

Il n'avait pas l'air si content que ça de la revoir... En fait, une tension venait de s'installer dans l'air, et malgré sa grande naïveté, Red était capable de la sentir.

- Heureusement que je l'ai trouvée alors, elle aurait pu faire une mauvaise rencontre.

Eeeeeeeeeeeeeeh ! Elle avait dis chut, c'était un secret d'abord ! Pourquoi est-ce qu'elle venait de dire qu'elle l'avait trouvé ? Pas juste... Snif...

- Oui. Elle a eu de la chance. Moi aussi d'ailleurs. Je ne sais pas ce que je ferai s'il lui arriverait quelque chose. Je ne serai sans doute plus utile à rien ni à personne...

En fait... Il semblait même à Red que l'éclat de la lune s'était reflété sur quelque chose que tenait Nina dans la main. Il paraît que Red à beaucoup de chance. Alors que Yellow se retrouve poursuivit par un dragon qui compte la tuer, elle se retrouve face à une louve qui à l'intention de la ménager. Elle a une grand-mère qui tiens une fabrique de cookies, ce qui lui permet d'avoir sa friandise préférée à longueur de temps et gratuitement. Elle a beau aller se balader la nuit, elle n'a jamais fait de vraiment mauvaise rencontre, jusqu'à ce soir, même si pour l'instant elle l'ignore. Mais quelque part, elle a de la chance. Paraît-il que si Gray n'avait pas répondu "correctement" elle aurait été bléssé et la blonde aurait même pu sucer son sang. Comme un vampire, bouuuuh ! Même si c'était le bruit du fantôme ça.
Donc en fait, Red a une chance pas possible, et elle eu le réflexe de lâcher Nina, tentant de discerner ce qu'elle avait dans la main. Pourquoi un mauvais pressentiment ? Elle avait l'air d'être gentille ! Peut-être la façon dont Gray répondait ? Elle l'avait déjà vu avec certains de ses amis d'avant, c'était avec Yel. Elles s'étaient portées volontaires pour s'entraîner avec eux, mais finalement, elles avaient dû partir pour une raison que la rousse avait oubliée. Mais il avait l'air plus... Content de les voir. Mais que cachait-elle dans sa main ?



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Mar 2 Juil - 9:30
- Oui... Ça fait longtemps.

Il paraissait... surpris, ce qui tira à la demoiselle un sourire en son for intérieur. La comédie paraissait innée en elle, et pourtant le jeune homme trouvait toujours le moyen d'être étonné par les différents masques qu'elle portait. C'était une erreur de dire qu'on pouvait la connaitre, elle trouvait toujours le moyen de surprendre les gens...

- Oui. Elle a eu de la chance. Moi aussi d'ailleurs. Je ne sais pas ce que je ferai s'il lui arriverait quelque chose. Je ne serai sans doute plus utile à rien ni à personne...

La jeune femme prit une moue étonnée avant d'éclater d'un rire cristallin. Sa déclaration l'amusait visiblement, même si cette apparence de façade n'avait rien à voir avec le ressenti en profondeur. Il n'avait pas besoin d'être aussi implicite, elle le savait déjà avant qu'il en parlât. Peut-être était-ce l'une de ses vagues tentative qu'il avait pour se rassurer.

- Si ça peut te rassurer, tu me seras toujours utile.

Elle lui adressa un sourire charmant, chaleureux, carrément flippant pour quiconque connaissant son certain... penchant pour le meurtre. Il devait cependant faire attention, la jeune russe venait de proclamer haut et clair à la Lune que tuer la petite ne lui tirerait aucune émotion, et qu'une seule parole de travers ferait céder la pâle couverture de poupée fragile pour se transformer en machine à tuer.

Elle ne représente rien pour moi, pourquoi ne lui ferais-je donc rien ? Elle est comme les autres humaines, elle grandira et perdra son innocence. Tu n'y peux rien Valshe, rien du tout...

Profitant du fait que la petite s'était écartée, la jeune femme s'étira doucement avant de tourner sur elle-même. Il lui restait encore des courbatures du fait de sa fatigue. Courbatures qui n'étaient pas prêtes de s'estomper si Nina continuait à ignorer sa santé comme elle le faisait.

- Le hasard fait bien les choses, non ? Je n'aurais jamais imaginé que je te trouverais ici en pleine nuit. Ni toi ni elle.

Bien... bien... le bien était une vision subjective, et absolument pas celle de la jeune femme. Le fait qu'elle ait croisé la petite et Valshe cette nuit-là ne lui faisait ressortir aucune émotion, juste une simple curiosité. Celle de rencontrer deux personnes de sa connaissance dans un lieu qui d'habitude était désert... surtout à cette heure tardive.

La curiosité est un vilain défaut.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 2 Juil - 10:31
- Si ça peut te rassurer, tu me seras toujours utile.

Ca c'était ce qu'elle croyait. Seulement ce qu'elle croyait. Parce que d'accord, Red était le meilleur moyen de chantage de Vassilissa mais sans ça... Qu'est-ce qu'il lui restait pour obtenir des informations de ma part ? Rien. La mort ne me faisait pas peur et elle le savait. Et Reddie était la seule à être si proche de moi. Ou alors, les autres étaient soudées à d'autres et aussi forte la demoiselle soit-elle, elle ne pourrait pas les battre tous à la fois. Même Luna savait où trouver de l'aide. Sincèrement... Je sais qu'elle pourrait s'efforcer de trouver un autre moyen de chantage mais elle ne pourrait pas mettre sa théorie en pratique. Red était la seule faiblesse sur laquelle elle pouvait compter. Ce n'était pas un moyen de me rassurer. C'était une certitude. Alors, lorsqu'elle me sourit de manière à m'effrayant, je lui rendis son sourire charmant, d'une fausse douceur.


- Serait-ce une façon de me dire qu'elle restera toujours à mes côtés... ? Oh non, je n'en espère pas tant... Elle partira un jour, comme tout le monde... En espérant que ça lui fera moins de mal qu'à moi.

Ca sentait la confidence entre amis qui n'était en fait pas du tout une confidence entre amis. Étrange, avec Vassilissa, comment les choses pouvaient tourner. Être naturel sans l'être, faire attention à ses paroles sans pour autant être hypocrite parce qu'elle pouvait le sentir, difficile de survivre avec une rencontre avec la demoiselle. Jusqu'à maintenant, j'avais réussi à glisser entre les mailles du filet... et franchement, j'accepte de jouer avec ma vie pour voir combien de temps ça dure, mais pas celle de Red. Ca je refuse. Mais à cause de son innocence, je risquais de ne pas avoir vraiment le choix ce soir... Improvisation totale. Soit ça lui plaisait, soit pas. Je pouvais pas prévoir en plus. Mais je n'avais pas envie que ça cause du tort à Reddie.

- Le hasard fait bien les choses, non ? Je n'aurais jamais imaginé que je te trouverais ici en pleine nuit. Ni toi ni elle.
- Oui c'est... Un hasard assez... amusant.


Un hasard, qui, malheureusement, faisait risquer la vie de Red. Or si j'aimais bien discuter avec Vassilissa quand j'étais tout seul et quand mourir était ma dernière préoccupation, que ma meilleure amie en risque sa vie me plaisait cependant beaucoup moins. Il fallait bien que je trouve une solution pour y remédier, même si j'avais bien peur que ce soit une tentative vaine.

- Mon chaperon, on devrait y aller. On devrait déjà être en train de dormir à cette heure-ci. Et puis, on ne va pas ennuyer... Nina plus longtemps.

Elle s'était présentée ainsi à la jeune femme alors si je disais son nom de code, elle risquait de s'énerver que je foire sa... couverture. Si c'en était une. Comment savoir avec une jeune femme aussi... aussi elle-même. Psychopathe, peut être. Parfois j'entrevoyais une part d'humanité en elle qu'elle dissimulait aussitôt derrière son apparence habituelle que beaucoup caractérisaient par des noms d'oiseaux mais aussi et surtout de monstre.


Dernière édition par Agent Gray le Mar 9 Juil - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Jeu 4 Juil - 20:54
[quote="Agent Gray"]- Si ça peut te rassurer, tu me seras toujours utile.

Utile ? Oula... Ils l'avaient perdues... Peut-être qu'elle commençait à fatiguer, finalement ? Ou pas. Aucune envie de bailler ni rien.

- Serait-ce une façon de me dire qu'elle restera toujours à mes côtés... ? Oh non, je n'en espère pas tant... Elle partira un jour, comme tout le monde... En espérant que ça lui fera moins de mal qu'à moi.

Elle n'avais pas l'intention de partir, pas du tout. Pourquoi partir en laissant ceux qu'on aime ? Parce que c'est là qu'est nôtre vrai maison. Celle de Red en tout cas. Elle est chez elle là où sont ses amis. Et puis na ! Elle serait bien intervenu pour le gronder d'avoir osé penser une chose pareil, mais l'ambiance était déjà assez bizarre comme ça... Comme si les banalité des deux amis cachaient quelques chose. c'était le cas, mais Red l'ignorait.

- Le hasard fait bien les choses, non ? Je n'aurais jamais imaginé que je te trouverais ici en pleine nuit. Ni toi ni elle.
- Oui c'est... Un hasard assez... amusant.


Et Gray ne l'avais sûrement pas imaginé non plus. Ça choquait tant de gens qu'elle aille se promener au clair de lune ? Elle était presque majeur pourtant ! ... Officiellement seulement. Dans sa tête, ça l'arrangeait bien de ne pas être majeur, responsable, vacciné et blablabla... Au moins, si elle piquait des cookies à sa grand-mère malgré le fait qu'elle les avait gratuit, elle n'était pas responsable de ses actes. Enfin si mais non.

- Mon chaperon, on devrait y aller. On devrait déjà être en train de dormir à cette heure-ci. Et puis, on ne va pas ennuyer... Nina plus longtemps.

Maiiiiiiiiiiis ! Elle ne voulait pas rentrer, elle ! Elle avait envie de courir pied nu sur la plage, sentir le sable humide entre ses orteils et les vague venir lui s'échouer contre ses chevilles. La nuit était douce... Pourquoi pas un bain de minuit, tiens ? Dans une séries, des filles se retrouvaient transformer en sirène à cause de la lune etc. Red la sirène. Ce devait être super de fendre les océan de ses nageoires, ses cheveux plaqués dans son dos comme lorsqu'elle plongeait à la piscine ! Et elle n'aurait plus besoin de remonter à la surface et pourrait parler aux poissons ! ... Mais elle divaguait. D'accord, il y avait des loups parlant dans on entourage, mais il ne fallait pas pousser jusqu'à se faire transformer en sirène...

- J'ai pas envie de rentrer, moi >_<



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Ven 5 Juil - 8:28
- Serait-ce une façon de me dire qu'elle restera toujours à mes côtés... ? Oh non, je n'en espère pas tant... Elle partira un jour, comme tout le monde... En espérant que ça lui fera moins de mal qu'à moi.

Nina retint un sourire. Il ne comprenait pas, bien. Son masque tenait apparemment si lui aussi se laissait aussi facilement berné. Elle avait pourtant... espéré. Dommage, il était comme tous les autres finalement, il s'arrêtait aux apparences.

- Tu remarqueras... que je n'ai jamais dit ça, fit-elle d'un ton léger.

Jamais, cela ne servirait guère d'essayer de comprendre la demoiselle, ses pensées demeuraient impénétrables pour quiconque ne la connaissait pas. Même l'on pouvait se poser la question, de qui donc serait assez arrogant pour oser prétendre qu'il en connait un minimum sur Nina. Personne. Les morts ne parlaient pas. Heureusement d'ailleurs, sinon ils auraient long à dire sur l'existence des vivants. Vivants en apparence, mors dans leur esprit.

- Mon chaperon, on devrait y aller. On devrait déjà être en train de dormir à cette heure-ci. Et puis, on ne va pas ennuyer... Nina plus longtemps.

L'ennui est un des visages de la mort.

- Tu ne m'ennuies pas, déclara-t-elle en lâchant un petit rire.

En réalité... c'était même le contraire. Les humains ordinaires étaient tellement prévisibles, cela en devenait vite... lassant. Non seulement ils jugeaient sans connaitre, mais en plus ils étaient effrayés à la moindre scène d'horreur et ne cherchaient jamais à comprendre plus loin que le bout de leur nez. La jeune russe retint un soupir. Et même s'il ne pouvait que s'arrêter aux apparences comme les autres, les réactions de Valshe étaient toujours aussi... inattendues. Comme ses piques quand il cherchait à protéger des personnes chères qui risquaient leur vie.

- Tu m'aurais ennuyée, je serais déjà partie, et toi aussi.

Mais définitivement. C'était amusant de jouer ainsi avec les mots, presque autant qu'un vrai combat où l'on croisait le fer.

- J'ai pas envie de rentrer, moi.

La jeune femme rit à nouveau.

- Moi non plus, ce n'est pas tous les jours que des gens acceptent de me parler.

Souvent ils criaient et n'attendaient pas même un geste menaçant de sa part pour tenter de la blesser. Pour épargner leurs vies, même s'ils ne faisaient qu'aggraver leur cas. L'autre possibilité étant qu'ils lui parlassent pour échapper un court instant à la mort. Ceux-là non plus n'intéressaient pas la demoiselle, surtout s'ils tentaient de la comprendre pour mieux lui filer entre les doigts.

Etre faible, c'est être mort.

- Puis la nuit est douce, et moi aussi j'ai envie de me baigner.

Comment le savait-elle, mystère... Même si les petites filles avaient toutes les mêmes envies lorsqu'elles se promenaient sur la plage au soir. Puis elle avait envie de voir comment il réagirait pour la protéger. Une envie, un caprice du soir. Et au pire, elle était venue pour cela au départ. S'immerger dans l'eau fraiche, sentir le sel glisser sur sa peau. C'était comme si elle se sentait purifiée, sereine. La neige aussi avait cet effet sur elle, mais en apparence seulement. La jeune femme savait bien que l'eau, même sur toutes ses formes, ne pourrait jamais laver ses blessures passées, cicatrices d'une certitude désormais inébranlable. Ne jamais dépendre de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 9 Juil - 16:21
- Tu remarqueras... que je n'ai jamais dit ça.

Second sourire. Ca je le sais bien. Je hausse les épaules avec un léger soupir blasé, comme si j'avais tenté quelque chose alors que je n'y croyais pas vraiment et dont le résultat ne m'étonnait finalement pas du tout. Il faut dire que c'était un peu le cas. Si elle avait confirmée, j'aurais été bien plus étonnée. Je me doutais bien qu'elle n'allait pas me confirmer avec un grand sourire ravi "mais oui, je ne lui ferai rien, promis" ou alors quelqu'un avait pris possession de son corps mais pour imiter aussi bien son caractère, j'en doutais beaucoup.

- Tu ne m'ennuies pas. Tu m'aurais ennuyée, je serais déjà partie, et toi aussi.
- Oh. Tant mieux.


Ou celui qui fait comme s'il n'avait pas compris le jeu de mots. Ba, j'aurais tenté le coup. Mais que Red accepte de me suivre et Nina de nous laisser partir aurait été un miracle dans lequel j'avais eu peine à espérer. Là l'espoir c'était carrément envolé. J'ai l'habitude, c'est pas grave. J'ai plus qu'à espérer que Vassilissa soit d'assez bonne humeur pour la laisser tranquille. Bien sûr, si elle l'attaque, je tenterai de la défendre. Mais pour l'instant, la tête de la rouge n'est malheureusement plus entre mes mains. Ou plutôt, c'est à Vassilissa de voir si je dois repartir avec sa tête entre mes mains... Brrrr. Ca fiche la chair de poule. Mais là j'y peux plus rien.

- Puis la nuit est douce, et moi aussi j'ai envie de me baigner.

C'est vrai... J'étais allé sur la plage en désespoir de cause. Si je n'avais pas trouvé Red, j'avais prévu de faire une pause et me rafraîchir avant de reprendre les recherches. Mais là, puisqu'elle était trouvée mais que je ne pouvais pas la ramener, c'était une option. Et puis qui sait, peut être que ça la fatiguera assez pour qu'elle veuille repartir ensuite. C'est beau de rêver mon cher Gray. J'y peux plus rien de toute façon. Vass' pourrait nous tuer immédiatement si elle le voulait, non ? Autant passer un bon moment et voir ensuite. Je sais. Je suis maso. Et tout à fait inconscient. Mais dîtes ça à Red avant qui s'est échappée en pleine nuit avant de me faire la leçon.

- C'est une idée. Ca te dit toi aussi, mon chaperon ?

Je souris, lui fais un clin d'oeil et lui fais signe de me suivre en faisant entrer mes pieds dans l'eau qui vient me les chatouiller. J'ai viré mes chaussures juste avant. N'empêche qu'elle est froide. Tant mieux, j'ai justement besoin de garder la tête froide. Et en plus, ça fait toujours beaucoup de bien d'être pieds nus sur une plage. Autant mourir dans de bonnes conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Mer 10 Juil - 21:22
- Puis la nuit est douce, et moi aussi j'ai envie de me baigner.
- C'est une idée. Ca te dit toi aussi, mon chaperon ?
- Viiiii !

La jeune fille sauta au coup de son ami pour lui faire un câlin, histoire de le remercier de ne pas l'obliger à rentrer tout de suite. Elle s'était déjà débarrassé de ses chaussures, ses pieds foulant le sable humide, à la plus grande joie de la jeune fille. Lâchant le coup de Gray, elle se dirigea vers les vagues, sautant presque dans l'eau. Elle était soudainement prise du désir de s'immerger dans les eaux froides et la pale splendeur du reflet de la lune. Si l'endroit avait été plus profond, elle aurait plongé tête la première pour pouvoir se noyer dans ces cieux sous marin. A quoi peut bien ressembler l'océan en pleine nuit ? Est-ce que certaines algues fabriquent de la lumière pour permettre aux poissons de vivrent dans un monde aux allures fantastiques comme dans Avatar ?
Red se retourna, un grand sourire sur les lèvres vers ses... Amis ? Pour Gray, pas de doute. Mais Nina ? Elle n'avait toujours pas élucidée le mystère de ce qu'elle avait vu briller dans la main de la jeune blonde et n'osait pas poser la question. Oubliant vite ses pensées là, la petite rousse se mit à chantonner, avançant toujours dans l'eau :

- Promenons-nous dans les bois, pendant que loup n'y est pas. ♪



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Dim 14 Juil - 8:34
La jeune russe haussa un sourcil, visiblement amusée en voyant le jeune homme capituler, et soupira. Faiblesse, douce faiblesse... Cela devenait trop facile à ses yeux. Dommage. Jouer avec la vie des autres devenait vite lassant, et lorsque que le jouet est cassé, il faut songer à le jeter. Ou, cas plus rare, à la réparer.

- C'est une idée. Ca te dit toi aussi, mon chaperon ?
- Viiiii !

Et la petite lui sauta au cou pour lui faire un câlin. Yerk. L'espace d'un instant, une grimace de dégoût apparu sur le doux visage de la demoiselle, avant de redevenir aussi impassible qu'avant. Ces marques d'affection la répugnaient à un point inimaginable. En fait, elle était incapable de dire si ce dégoût provenait d'un manque d'amour devenu presque traumatisant qu'elle avait vécu durant son enfance ou la conséquence d'une vie au jour le jour où que le simple fait de penser à être "gentil" aurait pu la tuer sur le champ. Elle penchait plus pour la première option, car au final c'est avec les marques du passé que l'on trace son avenir. Bien que pour ce dernier, la demoiselle n'était pas sûre d'en avoir un. La jeune femme se fit songeuse, son regard bleu se perdant dans le vide, comme à chaque fois qu'elle pensait à cette question. Un avenir. Etrange chose que le destin fasse mourir en premier les personnes aux futurs les plus prometteurs, et laissât ainsi qu'autres qui arrivaient même à douter de l'existence de leur existence même. En d'autres termes, vivaient-ils vraiment, eux, au fond d'eux-mêmes ? Ou n'étaient-ils que... morts ? La mort au final, n'était pas la fin, plutôt un commencement, un passage. Peut-être que elle y était, de l'autre côté. Peut-être, et pourtant Nina ne voulait pas. La rejoindre, là-bas. Elle s'en voudrait, de lui causer de la peine par ce qu'elle est devenue. Puis, elle n'avait pas envie de mourir. Pas maintenant. Il lui restait des choses à faire, comme...

Elle sourit sans s'en rendre compte. Comme quand elle jouait la comédie tout à l'heure, le même sourire. Sans l'être. Celui-ci paraissait plus sincère, plus doux, même si l'on pouvait toujours douter de la véracité de ses émotions. Et lorsque Nina s'en rendit compte, elle détourna la tête. Et le sourire retourna dans ses souvenirs, perdu. S'accroupissant sur le sol, la jeune femme enleva ses ballerines qu'elle posa sur le sable rugueux, tout en jetant un regard vers la mer. Ses yeux faisant des aller-retours entre l'eau, Valshe et le sol, elle se décida enfin. Un sourire vaguement amusé sur les lèvres, elle porta ses mains à sa cuisse droite et y dessangla une chose sombre qu'elle jeta sur le sable, non-loin de ses pieds. Un fourreau. Avec une ravissante dague argentée qui en dépassait. Et quelques secondes à peine plus tard, un second vint rejoindre le premier, renfermant cette fois-ci non plus une arme blanche mais un revolver. Chargé. Comme quoi, la demoiselle savait aussi se servir d'armes à feu, bien qu'elle trouvât cela assez déshonorant et... trop rapide, sans plaisir.

- Je préfère être désarmée quand je nage, fit-elle à l'attention de Red, contrairement à Valshe qui lui a la mauvaise habitude de garder un revolver même quand il dort, conclut-elle, railleuse.

Paranoïa, douce paranoïa... La jeune femme glissa doucement sur le sable avant d'entrer à son tour dans l'eau et se retrouva rapidement mouillée jusqu'aux genoux. Elle contemplait, enfantine, les vaguelettes dans leur va-et-vient continu. Cela lui rappelait son premier contact avec l'océan, très tardif en réalité. Elle n'en avait jamais entendu parlé auparavant autrement que dans les livres, où souvent des images mensongères décrivaient l'océan au coucher de soleil comme le plus bel endroit de la planète. Nina haussa les épaules. Elle préférait de loin la neige, et si son arrivée ici se liait avec sa découverte de l'océan, elle trouvait celui-ci beaucoup moins magique que l'étendue blanchâtre si rassurante qui avait bercé son enfance. Même si l'eau faisait ressortir l'éclat des milliers de lanternes somnolentes, qui illuminaient quotidiennement la nuit, et qu'elle faisait revêtir à l'environnement une ambiance... sereine et mystérieuse.

- Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère... légère...

Elle avait murmuré pour elle-même, désireuse de se souvenir de la fin du poème qu'elle avait oubliée. En une quinzaine d'années,on oubliait forcément beaucoup de choses, même si à l'époque nous nous étions forcés à connaître sur le bout des doigts le moindre vers. Nina en avait même oublié le nom du poète, et n'avait jamais eu l'envie d'éplucher tous les livres à sa recherche. En réalité, il se pouvait même qu'elle ne l'eût jamais su, et que ces vers-ci n'étaient qu'une improvisation de son coeur face à son cerveau qui tentait de se souvenir. Peut-être, allez savoir. La vie est remplie de mystères.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 14 Juil - 19:54
- Viiiii !

Et la petite rouge me sauta au cou, trempant donc ses pieds dans l'eau à son tour. Je souris et tapote gentiment le sommet de sa tête, une manière à moi de réagir à son étreinte parce que je n'ai pas l'habitude répondre aux gestes d'affection mais plutôt de les éviter à tout prix. Je ne suis absolument pas à l'aise avec les contacts physiques. Enfin... En général, il y a des exceptions. Red est la première de cette courte liste. J'évite cependant soigneusement de regarder la grimace dégoûtée de Nina : Oui moi aussi je réagis comme ça avec les autres mais je ne veux pas être aussi peu affectueux avec Red, cette si gentille petite fille. J'ai pourtant eu des doutes au départ, je me suis dis que peut être elle dissimulait autre chose sous cette apparence de mignonne jeune femme mais on dirait bien que non... C'est le plus touchant j'imagine. Une fois le "câlin" terminé, mon regard glisse vers Nina qui s'approche de nous, déposant étrangement sa ceinture sur le sable avant ça. Tiens, j'ai pris le pli de l'appeler comme ça, maintenant. Il faudra faire attention à l'oral, quand ce n'est pas devant Red, je ne sais pas si elle le prendra bien ou mal si je fais la gaffe de l'appeler autrement que par Vassilissa ou Vassilissa La Belle. On verra, au pire comme ce sera un test sans Red justement, je ne risquerai pas grand-chose -à part une mort stupide.

- Je préfère être désarmée quand je nage. Contrairement à Valshe qui lui a la mauvaise habitude de garder un revolver même quand il dort...

Gnagnagna. Je m'autorise à lui tirer la langue, sortant juste le bout sur ma lèvre inférieure pour la faire rentrer aussitôt, comme si le geste m'avait échappé. Comment elle peut savoir ça d'abord, hein ? Elle est déjà venu me rendre une petite visite dans ma chambre pendant que je dormais ? Ca m'étonnerait. Ca fait bien longtemps que dormir est devenu mission impossible pour moi. Et malheureusement je ne suis pas James Bond 007 alors sans somnifère, je ne peux vraiment rien y faire. Et comme je ne veux pas devenir drogué aux médocs, j'évite d'en prendre trop régulièrement même si je passe des nuits blanches à cause de ça. Donc. Ca m'étonnerait fortement qu'elle ait pu vérifier, c'est du bluff ! Elle ne sait pas que je cache des armes sous mon oreiller et que je suis parano (enfin... parano, si, à mon avis elle l'a vite deviné quand même) ! Nina la bluffeuse. Là c'est sûr, si je sors ce surnom pourri, je suis mort. Plus de Gray. Niet. Nada. Capout. Fini. Bref, paradis pour Blue et ceux qui m'adorent tout autant qu'elle. Je ne leur ferai pas ce plaisir.

- Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère... légère...

- ...caresse, avant de s'endormir, le contour de ses seins.


"Vous ne ressemblez à personne ce qui est la première des qualités. J'aime votre âpreté avec ses délicatesses de langage qui la font valoir, comme des... damasquinures sur une lame fine." Disait la lettre de Flaubert pour Baudelaire à propos de poème. Mais Nina et moi ne venons que de citer la première strophe du poème, Tristesse De La Lune étant un poème que j'ai appris il y a... longtemps. Longtemps, longtemps. C'est ainsi qu'on nomme le temps où, petit écolier, on apprenait par cœur les poésies que la maîtresse nous donnait à apprendre. Je trouvais pourtant ça idiot d'apprendre des poésies par cœur, sans comprendre le sens en général et même tous les mots d'ailleurs. A cause de ça, je n'arrivais pas à les apprendre et Luna devait tout m'expliquer pour que je puisse réussir à les connaître. Mes maîtresses d'école étaient rarement heureuses que je leur demande des explications d'ailleurs si mes souvenirs sont bons. J'énervais déjà beaucoup les gens étant petit j'imagine. Pourtant j'étais aussi gentil que Red, aussi naïf qu'elle même et je ne me souviens pas d'avoir fait autre chose que de sourire et d'obéir pendant cette période. Ca remonte à vraiment loin maintenant. Je n'aurais plus cette confiance aveugle et gratuite envers la vie aujourd'hui. Je n'en aurais ni l'espoir ni la force. Dommage. Enfin... Peut être.
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Ven 19 Juil - 18:41
- Je préfère être désarmée quand je nage. Contrairement à Valshe qui lui a la mauvaise habitude de garder un revolver même quand il dort...

Elle tourna la tête à ces mots et... Une dague et un revolver. Décidement, tous le monde aimait être armée jusqu'au dents... En tout cas dans son entourage.Gray gardait toujours son pistolet -comme venait de le dire la blondinette, même en dormant, Blue aimait bien jouer avec un couteau, Gold n'en parlons pas et sa grand-mère aussi avait quelques atouts dans sa manche. Red la trouvait décidément bien active pour une vieille dame.
Gray tira la langue à Nina et Red sourit un peu. Finalement, la tensions de toute à l'heure avait peut-être été imaginé par son cerveau. Peut-être... Ou peut-être pas.

- Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
Ainsi qu'une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d'une main distraite et légère... légère...

- ...caresse, avant de s'endormir, le contour de ses seins.


Un poème ? C'était joli, même si elle ne l'avait jamais entendu. Ou alors elle avait oublié, à part peut-être les fables de la fontaine, elle ne se souvenait pas de beaucoup de poème... Dommage, parce que parler de la lune devait être bien plus beau qu'un renard qui vole du fromage à un corbeau, m'enfin.
La petite rousse se laissa glisser dans l'eau fraîche, laissant l'eau imbiber ses vêtements et ses longs cheveux flotter autours d'elle au grès des vagues. Elle se sentait légère, comme si elle allait pouvoir s'envoler dans l'océan. C'était toujours cette sensation qu'elle avait quand elle pouvait nage, et c'était aussi pour ça qu'elle adorait se baigner. Même si avec ses vêtements mouillés elle se sentirait lourde sur la terre ferme, elle aurait flotter librement sous le regard bienveillant de la reine des cieux. C'était un beau nom pour la lune ça. Et le soleil était le roi et ils se vouaient un amour impossible, tragique. Comme c'était beauuuu ! Hum... Flotter, voilà, c'était bien flotter. Et un jour elle adopterais des pingouins pour faire de la luge avec. Le rapport ? Aucun, mais ça devait être drôle d'avoir des pingouins domestiques.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Dim 21 Juil - 14:12
La lune qui dominait le ciel sombre lui faisait penser à ces soirs, où elle tentait de ne pas penser au présent ni à l'avenir et tentait de compter les étoiles pour s'endormir. Une fois, elle en avait compté 1254 tellement elle n'arrivait pas à dormir. Cela lui avait pris la nuit, et elle avait dû se résoudre le lendemain à s'évanouir de fatigue pour ne se réveiller que quatre heures plus tard. Depuis, elle avait arrêté, et se contentait de rêvasser en fixant la voute céleste. Grande, sa fascination n'avait pas été atténuée, et elle adorait toujours autant se promener au clair de lune. Le calme, le silence. Il y en avait un qui avait... marché dessus, si la demoiselle se rappelait bien. Après qui l'avait fait, elle s'en fichait éperdument. La lune était là tous les soirs, cela lui suffisait amplement.

- ...caresse, avant de s'endormir, le contour de ses seins.

Hop, jolie demoiselle qui rêvasse failli de se prendre la tasse. Se rattrapant au dernier moment sur son pied, Nina évita ainsi de se retrouver dans l'eau et pivota ensuite sur elle-même pour faire face aux deux autres. Bien qu'en fait, elle fixait surtout Valshe. Parce qu'elle se fichait du fait que la gamine barbotait gentiment à côté, elle faisait ce qu'elle voulait la petite. Du moment que la jeune russe ne se retrouvait pas mouillée par sa faute. Sa tête légèrement penchée sur le côté, elle faisait penser à un chat qui observait une souris. Un chat curieux. Même si au final on pouvait douter de qui était le chat et de qui était la souris.

- Tu...

Elle se tut. Ses mots lui avaient échappée, et elle n'arrivait plus à formuler sa demande. En français, elle pouvait toujours parler dans sa langue natale mais cela ne changerait rien. Ils ne comprendraient pas plus, la petite encore moins. дерьмо.

- Oublie.

Même si ça ne servait à rien de lui dire cela, puisqu'au final il faisait rarement ce qu'elle lui demandait. Demandait. Pour les ordres. elle avait toujours une carte dans sa manche pour l'y contraindre. En règle générale, cela ne durerait pas éternellement. Il y aurait bien un moment où elle n'aurait plus aucune influence. Et se ferait effacer, d'une manière radicale ou non. En attendant, elle espérait que le statut quo demeurerait. Nina se mordit la lèvre. Elle détestait... ça. Cette... envie bizarre, qui la prenait parfois. Parler, sans aucune arrière-pensée. L'avantage et l'inconvénient majeurs des morts : ils ne parlaient pas. Or elle en ressentait le besoin, le désir, pour ne pas finir folle à se parler toute seule. Bien sûr, elle parlait beaucoup avec Arina. Mais, c'était différent. Très, peut-être même trop.

Nina jeta un coup d'oeil à la petite et sourit. Pardon, se força à sourire. Même si la différence était difficilement observable, vu que la jeune femme souriait rarement. Cela l'étonnait qu'elle soit rentrée aussi rapidement dans l'eau. Vu la température, elle ne tarderait pas à grelotter. Nina pensait qu'elle ne devait pas être bien résistante au froid, vu sa frêle apparence.

- Tu n'as pas froid ?

Son ton était doux, presque protecteur. Presque. Une tueuse ne protégeait personne, on pouvait même se demander si elle tenait vraiment à se protéger elle-même. Sûrement que non, comme pour laisser un espoir, une illusion. Qui se désillusionne et crève en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 26 Juil - 12:58
- Tu... Oublie.

"Tu oublies" ? Ou "tu... non, oublie" ? Oui parce que ce n'est pas la même chose. Mais je crois que c'est plutôt la deuxième option, elle n'avait pas l'air de me donner un ordre, elle n'a même pas pris la peine de me regarder avec son regard flippant habituel quand elle veut que j'obéisse. Elle avait juste l'air surprise que je connaisse le poème, elle a même failli tomber. Et en plus elle me regardait de la même façon que Tiago quand je lui parle et qu'il ne semble pas tout comprendre. Seulement, pourquoi... ? Baudelaire, c'est assez connu. Je ne devais pas être le seul à connaître ce poème. N'importe qui aurait pu compléter ce qu'elle venait de dire. Enfin... N'importe qui sachant survivre à la grand Vassilissa La Belle. Pas tout le monde en somme. Mais je ne voyais pas ce qu'il y avait de particulièrement surprenant à celà...

- Quand on commence une phrase, on est censé la terminer, Nina.

Masoooooo. Mais je plaisantais, j'avais d'ailleurs le ton léger sur cette phrase, ce n'était ni un ordre ni un conseil. Elle faisait ce qu'elle voulait après tout. Je lui souriais même un instant, avant de me passer de l'eau sur le visage. Si j'avais appris une chose avec Nina, c'était ne pas la considérer comme tout le monde mais pas non plus comme une bête enragée et se mettre à courir en hurlant en la voyant. C'était débile et en général, ça réduisait l'espérance de vie à quelques minutes voire même quelques secondes. Je jette un coup d'oeil à Red, barbotant tranquillement dans l'eau. Petite fleur... En espérant qu'elle serait toujours une honnête petite fleur. Même si c'était sans doute trop espérer.

- Et le printemps et la verdure
Ont tant humilié mon cœur,
Que j'ai puni sur une fleur
L'insolence de la Nature.


Je ris et éclaboussais gentiment Red. Pas Nina, hein. N'exagérons rien.

- Je me calme sur les poèmes de Baudelaire. Ca va, Red ?
- Tu n'as pas froid ?
- C'est vrai, ça... Je n'aimerai pas que tu tombes malade.
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Ven 26 Juil - 20:55
- Tu... Oublie.

Elle pencha un peu la tête sur le côté, se demandant ce qui avait pu trotter dans tête de Nina. Ce n'était qu'un poème, non ? Ou alors c'était autre chose. Un code secret ? Fréquenter des agents la rendait un peu parano, il fallait qu'elle arrête de voir des secrets partout. Après tout, rien ne disait que Nina était un agent de GML, non ? ... Ah bah si, maintenant qu'elle y pensait, elle l'avait vu lors de la mission où Yel avait été blessé. A croire que les deux ennemis avait réussi à engager toute la ville dans leur conflit... Mais ce ne serait pas la première fois que la petite rousse était amie avec un agent du loup, alors bon.

- Quand on commence une phrase, on est censé la terminer, Nina.

Hop, une jolie petite vague qui venait s'échoué dans le dos de Red. La jeune fille regarda l'eau argenté couler entre ses doigts tandis qu'elle enfouissait ses pieds dans le sable.

- Et le printemps et la verdure
Ont tant humilié mon cœur,
Que j'ai puni sur une fleur
L'insolence de la Nature.


Et soudain, de l'eau sauvage attaquait. Red regarde Gray, lui tira la langue et l'arrosa a son tour. Non mais ! Bon d'accord, elle trouvait quand même ça drôle d'arroser les autres... Est-ce que Nina s'énerverait si elle l'éclaboussait ? Hum... Elle n'avait pas autant envie que ça d'essayer. Elle ne se souvenait pas de ce qu'elle avait pu voir dans le dossier de Mère-Grand, peut-être ne l'avait-elle tout simplement pas lu. En tout cas, si c'était une amie de Gray et qu'il ne l'avait pas éclaboussé, mieux valait attendre encore un peu.

- Je me calme sur les poèmes de Baudelaire. Ca va, Red ?
- Tu n'as pas froid ?
- C'est vrai, ça... Je n'aimerai pas que tu tombes malade.


Elle hocha négativement la tête.

- Pas froid du tout, l'eau est même plutôt bonne ! dit-elle avec un grand sourire en prime.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Anonymous
Invité
Sam 27 Juil - 14:36
- Quand on commence une phrase, on est censé la terminer, Nina.

Gnagnagna. Il se croyait intelligent à lui faire la morale ? "Censé", un mot presque comique en la présence de Nina, qui ne ferait jamais rien de censé. Trop barbant, trop banal. Et surtout trop... prévisible. Dangereux d'être prévisible, facilement compris. Les autres n'avaient que moins de mal à vous en faire par la suite. Ce fut pour cela que Nina, fille parfaitement censée, fit l'une des dernières choses que l'on pouvait attendre d'elle. Elle lui tira la langue.

Il est insensé d'être censé, pensa-t-elle en le fixant de son regard bleu.

- Censé, allons Valshe, tu sais aussi bien que moi que rien ne peut me contraindre à faire quelque chose.

La jeune russe lui fit un grand sourire, un fond moqueur, celui qu'elle faisait souvent en la présence du jeune homme. Elle s'amusait de ses réactions, c'était presque... divertissant. Presque, cela pouvait facilement devenir agaçant, et Demoiselle n'avait plus envie que de casser son jouet pour aller le remplacer.

- Et le printemps et la verdure
Ont tant humilié mon cœur,
Que j'ai puni sur une fleur
L'insolence de la Nature.


Joli poème, même s'il était récité, et surtout par lui. Même s'il... avait une jolie voix, qui mettait bien en valeur les quelques vers qu'il venait de déclarer. Énoncés, les mots perdaient de leur pureté.

- Je me calme sur les poèmes de Baudelaire.

Baudelaire ? La jeune femme n'en avait jamais entendu parlé, première raison de son haussement de sourcil. Mais en étant logique... c'était sûrement l'auteur du poème de tout à l l'heure. Néanmoins, ce n'était pas le point le plus important de la phrase. 'Je me calme'... Pour se calmer, il fallait être énervé. Nina avait entendu parlé du mariage, mais cela n'était sûrement pas la seule raison. L'autre était parti en plus, alors en faisant les calculs, il ne restait plus que la petite qui était encore assez importante à ses yeux. Manque d'ami, de confiance. Une paranoïa qui irait en croissant. Hum, il allait finir par prendre le même chemin qu'elle s'il continuait dans cette direction. Oulah, pente glissante. Et ça finirait mal au final. Après, en oeuvrant bien, elle arriverait sûrement à faire tourner les choses... à son avantage.

- Tu te calmes ?

Elle n'avait pas besoin d'une confirmation, elle avait besoin d'un mensonge. Parce que ceux-ci en disaient toujours plus long sur la vérité. Comme si celui qui les disaient acceptait cette dernière par exemple. Elle savait bien qu'elle ne serait jamais de ces personnes à qui il dirait aussi facilement la vérité. D'ailleurs... y en avait-il ?

- Pas froid du tout, l'eau est même plutôt bonne !

- Peut-être, mais je crois que tu vas devoir rentrer. Le sommeil est une chose précieuse, même s'il faut le perdre pour s'en rendre compte.

La jeune femme lui fit signe vers la plage, toujours en souriant. Même si elle détestait plus que tout l'hypocrisie. Elle se rapprocha en même-temps d'elle, assez pour lui murmurer quelque chose dans le creux de l'oreille.

- Veille bien sur lui, et évite qu'il se retrouve à faire des choses idiotes. Il tient beaucoup à toi, essaye de garder un oeil sur lui aussi en retour.

Nina sortit de l'eau et se dirigea vers ses effets personnels qu'elle réenfila, avant de prendre ses ballerines dans sa main et de se retourner une dernière fois en direction des deux amis. Elle agita sa main dans leur direction, geste parfaitement puéril pour une psychopathe, et un grand sourire sur les lèvres.

- N'oublie pas de me contacter Valshe, et j'ai été ravie de te voir, Aliya.

Sur ces mots, la jeune fille se mit en marche, légère.
Revenir en haut Aller en bas
Agent Red
Messages : 4108
Arme de prédilection : Arts Martiaux / Dague
Arme non maitrisée : Tout ce qui demande de viser
Grande déesse des Cookies
Grande déesse des Cookies
Jeu 8 Aoû - 18:45
- Peut-être, mais je crois que tu vas devoir rentrer. Le sommeil est une chose précieuse, même s'il faut le perdre pour s'en rendre compte.

Elle haussa les épaules. Elle n'avait pas vraiment besoin de dormir beaucoup, si elle faisait la grasse matinée quand elle le pouvait, c'était surtout parce qu'elle en avait peu l'occasion et que c'état tellement confortable de rester blotti au milieu de ses couvertures ! Mais la nuit était faite pour être exploré, le monde y était totalement différent que la journée, elle aurait l'occasion de dormir plus tard.
La jeune femme lui fit signe vers la plage, toujours en souriant. Elle se rapprocha en même-temps d'elle, assez pour lui murmurer quelque chose dans le creux de l'oreille.

- Veille bien sur lui, et évite qu'il se retrouve à faire des choses idiotes. Il tient beaucoup à toi, essaye de garder un oeil sur lui aussi en retour.

Red se redressa, mimant un garde à vous signifiant qu'elle n'y manquerait pas. Elle tenait beaucoup à Gray, pas question de le laisser se sauver ou faire n'importe quoi sous prétexte que... Enfin sous un prétexte.
Nina sortit de l'eau et se dirigea vers ses effets personnels qu'elle réenfila, avant de prendre ses ballerines dans sa main et de se retourner une dernière fois en direction des deux amis. Elle agita sa main dans leur direction, un grand sourire sur les lèvres.

- N'oublie pas de me contacter Valshe, et j'ai été ravie de te voir, Aliya.
- A bientôt, peut-être !

Red lui fit un autre grand signe de la main, grimaçant quand même en entendant son prénom. Comme Nina avait-elle pu l'apprendre ? Il n'y avait plus personne pour l'appeler comme ça, à part peut-être son amie d'enfance et sa mère lorsqu'elle se faisait gronder. C'était un peu comme si ce nom ne lui appartenait plus.
Puis Red sourit à Gray et commença à avancer doucement en direction de la plage, prête à rentrer. Après tout, elle allait quand même devoir subir sa grand-mère le lendemain matin, alors autant se reposer pour être en pleine forme et profiter de quelques minutes de calme pour aller grignoter quelques gâteaux. En cachette bien-sûr.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agencecooki.lebonforum.com
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Red + libre] Red, ou celle qui s'enfuit de chez elle en sautant par la fenêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Une petite baignade [libre]
» Représentation de Sterne [LIBRE]
» Observation [libre]
» Tutoriel: caméra libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-