Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Jamais deux sans trois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 17:23
Alexandar était dans son bureau. Non qu'il y fasse grand chose, étant donné qu'il était en “vacances”... Horreur sans non que cette chose, synonyme d'ennui profond. La routine s'installe et rien ne vient plus animer les journées. La vie est calme, tranquille... Seule sa sortie pour aller voir Nina avait été dangereuse... légèrement. Au moins il s'était senti vivant pendant quelques minutes, là-bas dans les bois... Le souvenir revint, encore frais, avant de faire écho à d'autres, plus vieux. Plus nombreux aussi. Il jeta un coup d'oeil au pan du mur qui n'avait pas de fenêtres... à côté de son armoire, un pan de mur avec le drapeau et des portraits, tous avec une barre de tissus noir. Ces amis. Tous morts.

Alexandar se leva et soupira, touchant de sa tête le tissu de camouflage qu'il avait placé dans la pièce comme faux plafond, la tamisant du même coup. Il était chez lui. Mais il n'était pas à sa place. Le souvenir d'un médecin anonyme avant sa première opération... “Syndrôme post-traumatique”. Il donna un coup de main dans l'une des vitres, avant de l'ouvrir, mouvement de fuite symbolique. L'air était lourd et chaud dehors. Le soleil était encore haut dans le ciel. Un bruit de moteur qui remontait son allée. Il referma la fenêtre qu'il venait d'ouvrir et alla observer se placer derrière celles qui donnaient sur le garage. Sa colocataire Seraphina, et l'amie dont celle-ci lui avait parlé. Une certaine Anna... Quand celle-ci lui avait demandé si son amie pouvait venir ici, il avait accepté. La jeune femme semblait intelligente, et il ne pensait pas qu'elle lui proposerait comme colocataire une personne turbulente. C'était le calme et la bibliothèque qui l'avaient attirées ici, et elle n'aurait fait sauté ce “sanctuaire”. Enfin, il l'espérait. Au fond il ne connaissait pas vraiment la jeune femme. Et il se demandait si ça l'intéressait.

-A quoi ça m'avancerai ?
-Te tenir informé, toujours tout savoir... Ce sont des inconnues dans ta maison...
-Le monde ne se résume pas à une guerre et à une survie permanente.
-Le monde n'est que Mort et Conflits...
-Pas ma maison, mon domaine.
-Nul secret n'est jamais assez bien caché, nulle demeure ne reste à jamais inviolée...
-Silence. Le simple fait de te parler est une marque de folie !
-La folie n'est-elle pas ce qui te permets de vivre dans la réalité ? Un sain d'esprit est un naïf candide qui croit agir pour le mieux... Magnifique illusion que de ce dire que toutes nos actions sont bonnes non ? Toute action est une lame. Il y a le vainqueur et le vaincu. Le bon et le mauvais côté. La Vie et la Mort. Deux amies qui nous sont chères non ?
-Je salue la Vie comme une mère que j'ai déçue, et je cracherai dans l'oeil de la Mort comme une ennemie qui aura finit par me piéger.
-Ennemie ? Compagne de tes pas, cher ami...
-Par nécessité. Et nécessité fait loi.
-La nécessité de se protéger est une loi...
-Paranoïa inutile.
-Il n'y a jamais eu de fumée sans feu...


 Alexandar chassa ses sombres pensées, et sortit de sa chambre, refermant la porte coulissante derrière lui, avant de descendre l'escalier qui menait au rez-de-chaussée. Des portières claquaient, ses deux colocataires étaient là, constata-t-il alors qu'il traversait le hall.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 19:56
Finalement, c'est pas si compliqué que ça de trouver une maison. Faut juste le laisser entendre, pendant une conversation - ou un déjeuner pas comestible - et paf, en voilà une qui tombe du ciel. Et pas des moindres, en plus. La villa.
Ses yeux scrutèrent la bâtisse d'un regard curieux et méfiant. Méfiant. Ah, la bonne blague. Un gardien de cookies, d'après la Reine ? Elle n'avait donc rien à craindre. Enfin, elle ne craignait pas la personne à qui appartenait les lieux, mais bien sa capacité à se mêler de ce qui ne le regardait pas. Si Reine venait vivre ici, c'est qu'il devait savoir se tenir. Elle n'avait pas dit grand chose sur lui, d'ailleurs. Un mec, approchant la trentaine, pas très bavard, possédant un intérêt certain pour les livres, militaire et gardien de cookies, à ses heures. A ce moment-là, Anna avait hocher la tête, avant d'accepter. Trop longtemps à son goût qu'elle n'avait plus de réelles maisons et puis, si ça ne lui plaisait pas, elle pourrait toujours partir.
En parlant de partir, elle venait tout juste de s'arrêter devant la maison. Encore plus grande qu'elle le pensait. Et voulant constater d'elle-même, la Chasseuse sortit de la voiture, observant les lieux avec attention. Le véhicule, loin d'être un bolide, elle l'avait depuis un petit moment, même si elle ne comptait pas la garder plus longtemps. Dès qu'elle en aurait l'occasion, une moto suffirait à faire les quelques trajets qu'elle faisait au quotidien. Et puis, les sensations sur une moto étaient beaucoup plus fortes et bien plus délicieuses.

Un bruit de voiture lui fit tourner la tête, et elle put apercevoir au loin l'éclat d'une carrosserie qui approchait. Aucun doute, ce devait être la Reine des Neiges.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 21 Juin - 10:17
Une voiture était déjà garée devant la propriété. Serafina ne savait pas à qui elle appartenait mais il n'y eut plus de doute lorsqu'elle vit la Chasseuse en descendre. Celle-ci voulait probablement mieux apercevoir la demeure qui était joliment cachée par la haie touffue et quelques feuillus. La jeune femme aux cheveux blancs arrêta sa nouvelle acquisition dans un doux ronronnement à l'entrée de la rue. Et une fois n'est pas coutume - enfin si ça l'était depuis peu - elle s'émerveilla du bruit du moteur et de la douceur du freinage. La veille à peine elle avait eu un coup de coeur en voyant la voiture dans la vitrine du show-room et elle avait décidé de l'acheter sur le champ. Un petit cabriolet dans sa version sportive qui lui avait fait les phares doux dès qu'elle l'avait vu. Et la chance s'était alliée à elle pour lui permettre de trouver un modèle disponible dans l'immédiat ... et qui plus est en blanc ! Cette voiture était bien plus voyante que ce qui entrait en général dans ses habitudes, mais cette voiture était un caprice qu'elle avait voulu satisfaire.

Elle redémarra, se dirigeant presque au ralenti vers l'endroit où était garée la voiture de la Chasseuse. En passant à son niveau elle lui fit signe de la suivre, avant de se diriger vers le garage. Serafina retrouvait avec joie l'allée de la demeure qu'elle allait à présent partager. L'agent immobilier avait bien sûr semblé surpris, mais tout s'était déroulé sans accrochage majeur et ses nouvelles clés tintaient dans le sac à main - de cuir blanc bien entendu - posé sur le siège passager. Elle dut d'ailleurs les sortir pour pouvoir déclencher l'ouverture de la porte automatique. Elle la regarda s'ouvrir en coulissant sur le côté, puis profita d'une ouverture suffisante pour entrer et gara la voiture dans l'une des place libre prévues à cet effet.

La Reine sortit de sa voiture, prenant le sac à main sur le fauteuil au passage, et délaissant les valises ; elle aurait tout le temps de les récupérer par la suite. Elle préférait d'abord s'assurer que la rencontre entre Alexandar et Anna se déroulerait bien, étant à l'origine de la situation. La voilà justement qui arrivait, tandis qu'elle entendait les pas du propriétaire dans le hall d'entrée ...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 21 Juin - 16:25
Le garage s'ouvrit, et un moteur vombrit doucement, s'enfonçant dans le garage, les ronronnements du véhicules résonnant doucement sur les murs. Alexandar alla ouvrir la porte qui menait en ce lieu, et y découvrit, pendant qu'il allumait la lumière en prévision de la future fermeture de sa porte électrique, avant d'observer le véhicule et sa propriétaire. Un coupé sport blanc. Rapide et puissant. Il sourit. Ce genre de véhicules ne l'avaient jamais attiré, mais c'est parce qu'il trouvait qu'il n'y avait pas assez de carrosserie pour le protéger en cas d'accident. De toute façon, aucun modèle n'avait de base suffisament de carrosserie. Raison pour laquelle ses voitures étaient blindées. Il y jeta un coup d'oeil, ombres à l'autre bout du garage, avant de revenir à l'heureuse propriétaire du véhicule, Serafina, et de la saluer:

-Bonjour, comment allez-vous ? Lui demanda-t-il en souriant, tandis qu'il entendait le ronronnement d'un autre véhicule remonter l'allée et rentrer dans le garage. Une jeune femme de taille moyenne aux cheveux longs en sortit. Sûrement la fameuse Anna... songea Alexandar avant de se présenter:


-Bonjour, je suis Alexandar Von Virtus, heureux de vous recontrer et de vous accueillir dans ma demeure, qui est sera aussi la votre comme elle est devenue celle de Seraphina, si vous le souhaitez.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 21 Juin - 20:57
La voiture d'un blanc immaculée s'approcha, avant de ralentir à sa hauteur. A l'intérieur, Serafina lui fit signe, désignant le garage, un peu plus loin. Elle remonta dans son propre véhicule et la suivit, s'arrêtant à l'intérieur du bâtiment. Ça semblait encore plus grand vu de l'intérieur.
Elle sortit de la voiture et remarqua la présence d'un grand brun. Sans doute le propriétaire et cela fut confirmé de suite :

-Bonjour, je suis Alexandar Von Virtus, heureux de vous rencontrer et de vous accueillir dans ma demeure, qui est sera aussi la votre comme elle est devenue celle de Serafina, si vous le souhaitez.

Elle s'en approcha et tenta un sourire, sans y parvenir, avant d'abandonner et de se contenter de ne pas grimacer. La première impression est la plus importante, non ? Sans doute pour ça aussi qu'elle n'avait pas ses vêtements habituels, troquant sa tenue de "chasseuse" contre un jean noir, un débardeur rouge, une veste noir - trop de noir ne tue pas le noir - et des chaussures blanches. La flemme de trouver une tenue où toutes les couleurs sont parfaitement accordées.

- Ravie de vous connaître, Alexandar. Je m'appelle Anna Mirror, je suis une collègue de Serafina.

Collègue... Ce n'était pas tout à fait un mensonge. Appelons ça plutôt, une demi vérité. Enfin, cela n'avait guère d'importance, sa conscience n'était plus à ça près.
Elle attendit que sa "collègue" - même si elle n'avait jamais eut l'occasion de travailler avec - les rejoignent, ne sachant quoi ajouter. Après tout, elle devait un peu le connaître et faire la conversation à un inconnu, c'était pas sa tasse de thé. Et d'ailleurs, elle n'aimait pas le thé.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 22 Juin - 14:23
Serafina surprit le regard d'Alexandar sur sa nouvelle voiture et camoufla un sourire amusé. Il était sûr et certain que si ce véhicule n'entrait pas dans les habitude de la jeune femme, il entrait encore moins dans celles de l'homme qui venait à sa rencontre.

-Bonjour, comment allez-vous ?
-On ne peut mieux puisque je suis de retour dans cette magnifique demeure ...

Elle n'eut pas le temps de lui demander comment il allait en retour : Anna venait d'entrer dans le garage à son tour. Serafina l'observa, un peu surprise ; le moins que l'on pouvait dire c'était qu'elle avait fait un effort vestimentaire. Ses yeux se posèrent sur ses chaussures ... Enfin, un léger effort vestimentaire. La mode n'était pas la priorité de la Reine, mais il y avait un minimum à assurer. Il faudrait qu'un jour elle lui en parle, lorsqu'elle en aurait le courage parce qu'au fond ce n'est pas tous les jours qu'on se lançait dans ce genre de discussion avec une tueuse professionnelle.

-Bonjour, je suis Alexandar Von Virtus, heureux de vous rencontrer et de vous accueillir dans ma demeure, qui est sera aussi la votre comme elle est devenue celle de Serafina, si vous le souhaitez.
-Ravie de vous connaître, Alexandar. Je m'appelle Anna Mirror, je suis une collègue de Serafina.

Ce fut à ce moment précis que Serafina prit l'ampleur de ce qu'elle avait fait ; mettre un militaire mono-maniaque en contact avec une tueuse froide et souvent distante. Comment pouvait-elle espérer qu'il y ait une quelconque entente entre ces deux-là ? Elle se racla la gorge pour gagner quelques micro-secondes puis prit la parole :

-Comme je vous l'ai dit au téléphone Alexandar, j'ai appris lors d'une conversation fortuite qu'Anna était à la recherche d'un logement ... Et même si je n'ai pas tout de suite pensé à cette maison, la possibilité qu'elle nous rejoigne m'est très vite venue à l'esprit. Cependant je ne sais absolument pas si cela vous plaira Anna ... Alors peut-être pourriez-vous, je ne sais pas, visiter la maison ou apprendre à faire connaissance ? 

Serafina savait pertinemment que la seconde solution était peu probable connaissant la Chasseuse ...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 22 Juin - 15:42
-On ne peut mieux puisque je suis de retour dans cette magnifique demeure ...

Il sourit tandis à la réponse de la jeune femme, tandis que la seconde se présentait. Il ne fit aucun commentaire sur l'alliance des couleurs et ses goûts vestimentaires, se contentant de penser que Serafina devait être la seule d'eux trois à avoir une notion d'harmonie des couleurs qui remontait le niveau.

-Ravie de vous connaître, Alexandar. Je m'appelle Anna Mirror, je suis une collègue de Serafina.

Anna... Mirror ? C'était un nom de code ou quoi ? Anna, mot qui s'écrit dans les deux sens, tel un miroir... soit mirror en anglais.

-Encore un coincidence ? Il y en a de plus en plus tu ne trouves pas ?
-Silence !

Il haussa un sourcil surpris tandis que Serafina intervenait:

-Comme je vous l'ai dit au téléphone Alexandar, j'ai appris lors d'une conversation fortuite qu'Anna était à la recherche d'un logement ... Et même si je n'ai pas tout de suite pensé à cette maison, la possibilité qu'elle nous rejoigne m'est très vite venue à l'esprit. Cependant je ne sais absolument pas si cela vous plaira Anna ... Alors peut-être pourriez-vous, je ne sais pas, visiter la maison ou apprendre à faire connaissance ? 

-Bien sûr, ce sera un plaisir, répondit gallament Alexandar tout en sentant une légère tension envahir la pièce. Il invita Anna à entrer dans la maison à proprement dite, et lui fit visiter d'un pas tranquille la buanderie puis le hall, avant de la faire monter à l'étage, lui présentant la bibliothèque puis la dernière chambre disponible, présentant chacun des lieux comme il l'avait fait lors de la première visite de Serafina :


-La buanderie, avec une machine à laver et une autre à sécher le linge, et un étendoir sur lequel le soleil vient régulièrement aider le linge à sécher. Les toilettes du rez-de-chaussée sont là...Mon bureau et ma chambre...La bibliothèque... La chambre de Serafina... Et la vôtre, si vous manifestez le désir de rester, précisa-t-il en l'invitant à découvrir par elle même la pièce, avant d'indiquer, il y a de plus une salle de bain et des toilettes attenants ici.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 22 Juin - 20:13
-Comme je vous l'ai dit au téléphone Alexandar, j'ai appris lors d'une conversation fortuite qu'Anna était à la recherche d'un logement ... Et même si je n'ai pas tout de suite pensé à cette maison, la possibilité qu'elle nous rejoigne m'est très vite venue à l'esprit. Cependant je ne sais absolument pas si cela vous plaira Anna ... Alors peut-être pourriez-vous, je ne sais pas, visiter la maison ou apprendre à faire connaissance ? 

Visiter la maison, OK. Faire connaissance... Non. Pas besoin de ça, elle voulait juste un endroit où vivre, qu'elle doit le partager ou non avec d'autres personnes, cela ne lui importait pas, du moment qu'on la laissait tranquille. Enfin, y aurait sans doute moyen d'échapper de façon plus ou moins subtile à la conversation.

-Bien sûr, ce sera un plaisir, répondit galamment Alexandar.

Il invita Anna à entrer dans la maison à proprement dite, et lui fit visiter d'un pas tranquille la buanderie puis le hall, avant de la faire monter à l'étage, lui présentant la bibliothèque puis la dernière chambre disponible, présentant chacun des lieux comme il l'avait fait lors de la première visite de Serafina.

Puis, elle le suivit à travers la maison, posant ses yeux curieux sur les différentes pièce, quoiqu'elle s'attarda plus sur celles qui se trouvaient à l'étage et en particulier sur la bibliothèque plutôt impressionnante. Tel, qu'elle songea à consulter quelques ouvrages. Enfin, si elle décidait de rester. La lecture, en dehors de ce qui pouvait éventuellement l'aider pour son travail, ne l'intéressait guère, mais au vu du nombres de livres, rien ne lui coûtait de chercher un peu. Après cela, ils arrivèrent à la dernière chambre disponible, qui allait être la sienne, si elle décidait de rester. Assez grande, bien éclairée, elle n'avait aucun défaut, enfin, pas parmi ses critères de recherche. D'ailleurs, bien qu'elle fit attention à tout écouter, elle fit quelques pas dans la pièce, sans plus regarder Alexandar, bien qu'elle ne lui tourna le dos à aucun moment. On ne perd pas facilement des habitudes comme celle-là.

-La buanderie, avec une machine à laver et une autre à sécher le linge, et un étendoir sur lequel le soleil vient régulièrement aider le linge à sécher. Les toilettes du rez-de-chaussée sont là...Mon bureau et ma chambre...La bibliothèque... La chambre de Serafina... Et la vôtre, si vous manifestez le désir de rester, précisa-t-il en l'invitant à découvrir par elle même la pièce, avant d'indiquer, il y a de plus une salle de bain et des toilettes attenants ici.

Anna fit lentement le tour, observant les lieux avec attention. Ce n'était pas aussi grand et confortable que le vieux manoir de sa mère, mais ça serait suffisant. Elle pouvait au moins accorder que c'était beaucoup mieux que l'hôtel qu'elle fréquentait depuis que la vieille demeure avait été vendue, à bon prix.

- Ça m'a l'air parfait, dit-elle en faisant face à Alexandar.

Maintenant, il fallait voir avec l'agent immobilier le prix, parce que ça ne devait pas être donné, ce genre de villa. Heureusement qu'elle avait un peu d'argent de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 23 Juin - 8:12
-Bien sûr, ce sera un plaisir

A partir de là, Serafina s'éclipsa discrètement pour leur laisser l'occasion de faire plus ample connaissance, d'apprendre à rester seuls. Elle monta à l'étage sans faire de bruit et entra dans sa nouvelle chambre. Le soleil de cette belle journée entrait à flots par les fenêtres et réchauffait la pièce. La Reine fit alors un tour d'horizon de tous les détails - certains étant bien plus gros que d'autres - dont elle ne s'était pas inquiétée lors de sa première visite. Le résultat était encore mieux que ce qu'elle pensait : les murs étaient couverts de papier peint d'une discrète couleur lait au café, et le sol était couvert d'une douce moquette un peu plus foncée que les murs mais parfaitement assortie.

"Finalement je n'aurai pas à m'inquiéter de repeindre ou de changer la moquette ... Cette maison est presque parfaite ma parole !" pensa-t-elle. "Il ne reste plus qu'à se faire livrer les nouveaux meubles pour la chambre"

Elle entendit alors Alexandar et Anna monter à leur tour. Elle en profita alors pour écouter ce qui se passait de l'autre côté de la porte. Oui, écouter aux portes n'est pas une bonne chose, et même rarement une bonne idée ; mais c'était là son meilleur moyen - pour ne pas dire le seul qu'elle ait trouvé - pour s'assurer que personne n'étriperait personne.

-...Mon bureau et ma chambre...La bibliothèque... La chambre de Serafina... Et la vôtre, si vous manifestez le désir de rester, il y a de plus une salle de bain et des toilettes attenants ici.
- Ça m'a l'air parfait

Pour le moment tout semblait se passer on ne peut mieux, mais rien n'était joué d'avance. Serafina continua de tendre l'oreille, se faisant la plus discrète possible.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 23 Juin - 9:40
- Ça m'a l'air parfait, reconnut la jeune femme après avoir observé quelques instants la pièce, sans pour autant se détourner de son hôte.
-Ravi que ça vous plaise, répondit avec un sourire Alexandar en lui faisant signe de la suivre. Il était plus tendu que d'habitude, mais il ne réussissait pas à en identifier la cause. 

-Dans ton sanctuaire ? Mais tu ne risques rien voyons ? Sauf si ce sanctuaire n'était plus vraiment tien...
-Je suis ici chez moi. Je n'utilisais pas ces pièces.
-Mais ces pièces ne sont plus les seules qui ne t'appartiennent plus. Ton sanctuaire ne se reduisait pas à ton aile du premier étage...
-Peut-être. J'ai fait un choix et je l'assume.
-Assume-le de la meilleure manière pour éviter de mourir...

Ils descendirent jusqu'au sous-sol, qu'il lui présenta sobrement. La pièce était immense, mais ne nécessitait pas beaucoup de mots: 

-La piscine, et la partie que j'utilise comme “pièce” de musculation, précisa Alexandar en plaçant des guillemets invisibles sur le mot “pièce”. Aucun mur véritable ne séparait une partie de l'autre, juste un petit muret symbolique.

Ils remontèrent quelques instants plus tard et il lui fit visiter la cuisine et le salon-salle à manger, avant de l'inviter à s'asseoir tandis qu'il lui proposait une boisson, sortant trois verres en prévoyant l'arrivée de Serafina, qui les rejoindraient certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 23 Juin - 17:33
-Ravi que ça vous plaise, répondit-il avec un sourire.

Était-ce vraiment obligatoire de sourire autant ? Elle-même ne faisait pas de réels efforts pour paraître aimable, bien qu'elle fasse en sorte de ne pas être aussi froide qu'à son habitude. Le minimum syndicale. 
Puis, ils arrivèrent dans le sous-sol, un lieu immense qui s'étendait sous toute la maison. Une grande piscine prenait une bonne partie des lieux. Pratique, il fallait avouer.

-La piscine, et la partie que j'utilise comme “pièce” de musculation.

Les machines ressemblaient bien plus à des instruments de tortures qu'autre chose et elle préféra se concentrer sur le bassin à l'eau limpide. Ça pourrait être pratique, quand elle aurait un jour de repos.

Encore bouger, comme s'ils ne pouvaient s'arrêter plus de quelques minutes. Cela ne la dérangeait pas plus que ça, mais elle aurait aimé rester un peu plus longtemps pour réfléchir. Enfin, cela n'avait guère d'importance et puis, ils se trouvaient déjà dans la cuisine, sur laquelle il ne s'attarda pas plus que ça, la conduisant directement dans un salon. Après s'être assise, elle accepta un verre d'eau.

- C'est une belle maison que vous avez là...

Presque aussi belle que celle de sa mère. Enfin, presque, elle ne pouvait pas lui en vouloir, le nombre de demeures égalant celle qui l'a vu grandir devait se compter sur les doigts d'une main. Il faut dire que sa mère avait les moyens et pouvait se permettre beaucoup de choses. Parmi lesquelles, élever une gamine qui n'est pas la sienne et ne pas se marier, ni avoir de quelconque relations avec des gens de l'extérieur, en dehors peut-être des fois où elle partait en mission.

- Alors, pourquoi une colocation ?

Quand on a la chance d'avoir une villa aussi belle, on la garde pour soit, ou uniquement pour la famille... Quand on en a une. Enfin, sinon, on n'achète pas un truc aussi grand. Autant d'espace pour une seule personne ne devait pas être très pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 24 Juin - 9:40
-Ravi que ça vous plaise

Serafina sentait son colocataire plus tendu que la dernière fois qu'elle l'avait vu. Même au téléphone il était plus détendu que cela. Aussi, elle les suivit à pas de loup vers le sous-sol ... tout en restant à une distance raisonnable et décida d'écouter de loin en restant au rez-de-chaussée ; elle aurait tout à fait le temps de réagir de là s'il se passait quelque chose.

-La piscine, et la partie que j'utilise comme “pièce” de musculation.

Quand elle les entendit remonter, elle se cacha, se fondant presque dans l'un des coins sombres près de l'escalier. Pour passer inaperçue, elle put compter sur Alexandar qui semblait avoir enclenché un turbo de tous les diables pour faire cette visite et qui donc ne laissait pas le temps à Anna de la repérer ... De même qu'il ne se le laissait pas.

Elle attendit qu'ils passent tous les deux dans le salon, pour se diriger vers la cuisine ... Et s'arrêter prendre un verre de jus de fruit. Ce qui s'avéra bien plus difficile que prévu ; "Mais bon sang où sont rangés ces fichus verres ?!" Retrouver les verres, dans cette cuisine aux dimensions en accord avec le reste de la maison - c'est à dire un peu trop grande lorsqu'il s'agit de trouver quelque chose dans les placards -, s'apparenta très vite à une mission impossible. Surtout lorsqu'il fallait ouvrir, fermer et fouiller les placards sans faire le moindre bruit.

- C'est une belle maison que vous avez là...

Attendez ... Alléluia ! Serafina venait de mettre la main sur un verre un peu normal et elle put enfin le remplir avec du jus de pomme trouvé dans le frigo. Elle n'était pas à l'aise de se servir comme ça, mais elle ne voulait absolument pas déranger Alexandar pour des raisons aussi futiles. Après avoir rangé la bouteille de jus, elle se dirigea vers le salon puisque rien ne semblait sur le point d'exploser. Et elle se trouvait dans l'encadrement de la porte, quand elle entendit cette question :

- Alors, pourquoi une colocation ?

Elle se figea pour écouter la réponse que donnerait le propriétaire à Anna ...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 24 Juin - 10:14
-C'est une belle maison que vous avez là... dit Anna en acceptant son verre d'eau, tandis qu'Alexandar se servait à son tour en la remerciant d'un sourire. Qui se figea légèrement lorsque la question qui suivait arriva:


-Alors, pourquoi une colocation ?

Alexandar soupira, et s'assit dans un siège en face de sa colocataire, tournant son verre dans sa main, réfléchissant à la réponse. Pourquoi ?


-Cette maison est trop grande pour une personne seule... J'aurai pu déménager pour trouver un logement plus petit, mais j'ai fait construire ce lieu pour me faire plaisir. C'est un peu une bulle qui permets de décompresser. Mais comme je suis militaire et qu'en tant que tel j'ai un métier dangereux, j'ai appris à relativiser. Quitte à devoir laisser cette maison à quelqu'un, autant la laisser à des personnes de confiance, expliqua-t-il avec un sourire.


-Bien, donc ces jolies jeunes femmes n'ont plus qu'à s'attirer ta confiance, puis attendre que tu partes te faire trouer la peau loin d'ici pour récupérer ta maison ? Parce que reconnaissons-le, c'est une belle maison, et notre société fonctionne à l'appât du gain...
-La confiance est une chose réciproque. Les accepter ici en est une marque. Et je suis assez dur à tuer.
-Tu trouveras toujours quelqu'un de plus fort que toi...

Alexandar revint rapidement à lui, écoutant les environs. A part le bruit de leurs deux verres ou de leur discussion, le silence était partout. A moins que Serafina ne reste immobile dans un lieu quelquonque, celà n'était pas normal. Puis il repensa au plaisir que la jeune femme avait eu en voyant la bibliothèque. Elle avait peut-être déjà trouvé une oeuvre intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 24 Juin - 12:32
-Cette maison est trop grande pour une personne seule... J'aurai pu déménager pour trouver un logement plus petit, mais j'ai fait construire ce lieu pour me faire plaisir. C'est un peu une bulle qui permets de décompresser. Mais comme je suis militaire et qu'en tant que tel j'ai un métier dangereux, j'ai appris à relativiser. Quitte à devoir laisser cette maison à quelqu'un, autant la laisser à des personnes de confiance.

Des personnes de confiance ? Si son visage resta parfaitement impassible, Anna, au fond d'elle, ne pouvait s'empêcher de tiquer sur ce mot. Elle n'avait jamais fait confiance à quiconque et ça n'allait pas commencer avec lui. Il ne serait jamais plus qu'une vague connaissance, bien qu'il possédait sa maison. La confiance est le premier pas vers le regret et il était hors de question de regretter ses gestes passé et à venir.
Et puis, il faisait ce qu'il voulait, ce n'était pas son problème s'il mourrait ou qu'il lui arrivait malheur.

- Les personnes qui pensent à leur mort ainsi sont rares.

Elle porta le verre à ses lèvres, plus pour réfléchir que pour boire. Quand on a une maison comme ça, on la garde, on essaye pas de la refiler à un inconnu dans la rue, parce qu'on a peur qu'il nous arrive quelque chose. Et puis, on ne songeait pas non plus à sa mort ainsi, soit on éludait la question, soit on ne se la posait même pas. Enfin, chacun son avis sur la question, mais cet homme a vraiment un comportement étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 30 Juin - 17:11
-Cette maison est trop grande pour une personne seule... J'aurai pu déménager pour trouver un logement plus petit, mais j'ai fait construire ce lieu pour me faire plaisir. C'est un peu une bulle qui permets de décompresser. Mais comme je suis militaire et qu'en tant que tel j'ai un métier dangereux, j'ai appris à relativiser. Quitte à devoir laisser cette maison à quelqu'un, autant la laisser à des personnes de confiance.
- Les personnes qui pensent à leur mort ainsi sont rares.


 La réponse et surtout la réaction surprise de la Chasseuse firent sourire la jeune femme. Après tout, ces deux-là n'arriveraient pas à se comprendre de si tôt et mieux valait sourire de leur incompréhension mutuelle plutôt qu'en pleurer. Serafina décida alors de mettre son petit grain de sel dans cette conversation.

- Il est vrai que c'est assez rare, mais voudrions-nous réellement d'un colocataire normal voire même banal ? demanda-t-elle à Anna avec un clin d'oeil malicieux et invisible pour Alexandar.

La question n'attendait aucune réponse, alors elle passa à côté de l'homme de la maison pour aller s'installer dans l'un des deux fauteuils encore libres. Elle posa son verre sur la table basse en face d'elle, passant d'abord sa main sous le pied afin d'essuyer l'éventuelle buée qui pourrait abîmer le bois. Puis elle se tourna vers son colocataire :

-Vous parlez néanmoins de personnes de confiance ... Pensez-vous pouvoir nous accorder votre confiance aussi facilement, aussi rapidement ? l'interrogea-t-elle, attendant une réponse claire cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 30 Juin - 18:33
- Les personnes qui pensent à leur mort ainsi sont rares. répondit sa nouvelle colocataire après un temps. Malgré son air qui était resté impassible, il avait senti quelque chose passer. De la surprise ?

-Noon voyons, tout le monde est comme toi, à refaire son testament avant chaque opération...
-Je ne suis pas les autres, la seule expérience que j'ai est la mienne.
-Expérience de la mort très certainement, de la vie et de ses plaisirs, je crois qu'on ira voir ailleurs...
-La vie n'est pas que plaisir.
-Mais elle n'est pas que mort et paranoïa...

Le silence qui entourait leur discussion se brisa soudain, des pas se rapprochant d'eux et Serafina se mêlant à la conversation en même temps que lui même fournissait sa réponse:

- Il est vrai que c'est assez rare, mais voudrions-nous réellement d'un colocataire normal voire même banal ?
-J'ai juste le recul nécessaire pour savoir que je suis loin d'être infaillible, et prévoir en tant que tel le plus de choses pour réparer mes potentielles erreurs.

-Sauf que t'as pas envoyé d'argent à toutes les veuves des mecs que t'as tué... T'as merdé mec...
-Silence !
-Je me contente de te faire remarquer un des principaux points où tu es faillible...

La jeune femme alla s'asseoir avant de poser son verre sur la table et de questionner à son tour Alexandar:

-Vous parlez néanmoins de personnes de confiance ... Pensez-vous pouvoir nous accorder votre confiance aussi facilement, aussi rapidement ?
-J'accorde ma confiance jusqu'à preuves du contraire, même si je la retire au fur et à mesure que mes doutes s'épaississent. Et ce dernier cas ne vous concernant pas, oui, je vous fais confiance, répondit le militaire en observant ses deux interlocutrices, souriant toujours malgré le sérieux qui transparaissait à présent dans ses yeux.

La remarque que Serafina avait faite à Anna était restée dans sa tête... Et cette question qu'elle lui avait posé... Curiosité, suspicion, ou incrédulité ? Elles étaient liées, puisqu'elles étaient collègues. Mais il ne connaissait toujours pas précisèment leur métier.

-Je croyais que tu étais honnête ? Tu leur fais confiance ou tu doutes d'elles ?
-Je leur faisais pleinement confiance au moment où je l'affirmais. A présent, je doute.
-Et c'est moi qui suis censé être paranoïque... Heureux que tu te ranges à mes côtés, mais c'est trop tard... Si danger il y a, tu t'es engagé à le garder dans ta maison... Et nous savons tous les deux qu'un serment est une chaîne dont tu ne te libèreras jamais...
-En effet.
-Alors oublie tes doutes, rien ne sert de t'en bercer si tu es incapable d'en sortir pour avoir des certitudes, quelles qu'elles soient...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 30 Juin - 20:44
Alors que le silence s'installait entre eux, des pas retentirent non loin, avant que la Reine des Neiges n'apparaisse dans la pièce, un verre à la main. Elle s'approcha d'eux jusqu'à s'asseoir dans l'un des confortables fauteuils, posant son verre sur la table.

- Il est vrai que c'est assez rare, mais voudrions-nous réellement d'un colocataire normal voire même banal ?

A cela, elle lui fit un discret clin d'oeil, auquel elle répondit par un petit sourire complice. Il est vrai qu'une personne normal devient très vite ennuyeuse. Au moins, il y aurait un peu d'animation, ce qui ne lui ferait pas de mal, dans son morne quotidien semé de quelques missions plus ou moins dangereuse.

-J'ai juste le recul nécessaire pour savoir que je suis loin d'être infaillible, et prévoir en tant que tel le plus de choses pour réparer mes potentielles erreurs.

Des erreurs... Chaque être naissait, grandissait et vivait avec sa part d'erreur, qui augmente à mesure que sa vie s'allonge. Si on le souhaitait, on pourrait passer sa vie à réparer ses erreurs passé et à venir, mais il en était hors de question, du moins, pour la jeune fille. Perdre tout ce précieux temps pour ça, c'est comme faire 3 pas en avant et 10 en arrière. On finit toujours par perdre, dans ce genre de bataille.

-Vous parlez néanmoins de personnes de confiance ... Pensez-vous pouvoir nous accorder votre confiance aussi facilement, aussi rapidement ?
-J'accorde ma confiance jusqu'à preuves du contraire, même si je la retire au fur et à mesure que mes doutes s'épaississent. Et ce dernier cas ne vous concernant pas, oui, je vous fais confiance.

Ouais, pas la méthode la plus conseillée donc. Accorder comme ça sa confiance, c'est jamais bon signe. Et rarement bon pour la personne qui fait confiance. C'est sans doute pour ça, qu'elle ne le comprenait pas. Elle n'arrivait pas à cerner sa personnalité, bien qu'elle eut l'occasion de connaître un peu de monde, durant sa courte vie. Mais lui ne ressemblait à personne de connue et cela l'énervait un peu. La Chasseuse n'arrivait ni à prévoir ces paroles ni à deviner ses pensées, ce qui la contrariait un peu. Il réfléchissait d'une façon qui lui échappait.

- J'espère alors que vous ne regretterez pas cette confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 1 Juil - 9:49
- J'accorde ma confiance jusqu'à preuves du contraire, même si je la retire au fur et à mesure que mes doutes s'épaississent. Et ce dernier cas ne vous concernant pas, oui, je vous fais confiance.
- J'espère alors que vous ne regretterez pas cette confiance.

Les doutes viendraient bien assez vite, Serafina en était convaincue. Après tout la Chasseuse et elle-même n'étaient pas des plus banales et elles finiraient bien par éveiller les soupçons de leur nouveau colocataire. Il ne resterait plus alors qu'à espérer qu'il ne dispose pas de ressources assez importantes pour découvrir ce qu'elles préféraient cacher.

Mais ils n'en étaient pas encore à ce stade, alors pourquoi s'inquiéter maintenant ? La jeune femme secoua sa tête, agitant sa longue chevelure blanche, comme pour chasser les idées noires qui s'amoncelaient comme autant de nuages d'orage dans son esprit. Un sourire avenant se dessina à nouveau sur ses lèvres et elle se tourna vers Anna :

- Aurons-nous alors réellement la joie de partager cette demeure avec vous ? Cette colocation vous convient-elle ? demanda-t-elle de but en blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 1 Juil - 11:54
- J'espère alors que vous ne regretterez pas cette confiance.

Un sacarsme ? Elle semblait trouver celà aussi étrange que lui cette remise en question sur sa confiance. Comme s'il s'agissait de quelque chose d'aveugle, comme si les jeunes femmes avaient des choses à cacher.

-Ce qu'elles font sûrement... La vraie question est de savoir s'il s'agit de choses innofensives ou des choses qui pourraient nous nuire...
-Ce serai indiscret de notre part après leur avoir offert notre confiance.
-Mieux vaut prévenir que guérir...
-Par où commencer à chercher ?
-Obtenir les informations de Nina serai un bon point de départ...
-Elle avait l'air très occupée la dernière fois.
-Il devrait y avoir une solution à celà aussi...



Serafina secoua sa tête, chassant les interrogations d'Alexandar de son esprit, tandis qu'il reportait son attention sur ses interlocuteurs:

- Aurons-nous alors réellement la joie de partager cette demeure avec vous ? Cette colocation vous convient-elle ?

Intéressante question. Anna était restée impassible durant toute la visite et leur discussion, et ne semblait pas particulièrement sensible à la maison. Mais si elle n'avait plus de logement, celui-ci était sans nul doute un des meilleurs qui lui serai offert. Le soldat remarqua aussi que Serafina l'avait vouvoyée. Collègues oui, amies pas vraiment... Encore un élément à éclaircir. Celà commençait à en faire beaucoup.


Dernière édition par Agent Gold le Mer 3 Juil - 10:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mer 3 Juil - 10:33
- Aurons-nous alors réellement la joie de partager cette demeure avec vous ? Cette colocation vous convient-elle ? demanda-t-elle de but en blanc.

Machinalement, Anna passa sa main dans ses longs cheveux noirs qu'elle avait aujourd'hui détachés, pour changer un peu. Un léger sourire s'étira sur ses lèvres fines tandis qu'elle réfléchissait encore, bien que la réponse, après cette visite, soit une évidence. C'était sans doute l'une des plus belle maison qu'elle pourrait trouver dans les parages et elle n'avait pratiquement aucun défaut, d'après ce qu'elle avait pu voir. Et même si la colocation avec Alexandar s'annonçait complexe voir pire, Serafina semblait faire partit de ses êtres qui ne changent pas de trottoir en la voyant et semble ne pas écouter tout ce qu'on raconte à son propos.
Tout ceci promettait d'être intéressant, bien que risqué et un éclair d'amusement passa à travers ses yeux bleus, maintenant posés sur la Reine des Neiges.

- J'accepte de rester, annonça-t-elle.

Les conséquences qui découleraient de cette phrase étaient encore loin, bien que son esprit tendait déjà à savoir ce qui allait se passer. Mais sans connaître un peu plus le militaire, impossible de prédire leur futur.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mer 3 Juil - 14:16
- J'accepte de rester

Une lueur dansait dans les yeux de la Chasseuse lorsqu'elle donna sa réponse. Serafina n'était pas vraiment sûre qu'elle allait aimer ce que promettait cette lueur ... Mais peu importe ce qu'elle en pensait ou ce qu'elle redoutait, leur sort à tous les trois était à présent scellé. Elle faillit, malgré ses petites craintes, applaudir de joie ; après tout elle avait la chance de faire plus ample connaissance avec l'Agent qui lui ressemblait le plus dans l'Organisation (bien qu'elles soient aux opposés sur le plan physique et vestimentaire) et surtout elle n'avait plus à s'inquiéter de savoir qui prendrait la dernière chambre libre.

C'est alors avec un immense sourire qu'elle dit :
- Bien bien ! Il ne vous reste alors plus qu'à signer les papiers tous les deux. Et nous pourrons bientôt nous organiser une petite sortie dans des magasins de meubles ... Il est temps de mettre en place l'Opération Couleurs de l'Arc-en-ciel !

Elle en rajoutait un peu pour l'effet bien entendu ... Elle était enthousiaste mais pas au point de se lancer dans un remaniement total de la décoration, et encore moins pour se lancer dans les couleurs de l'arc-en-ciel. Mais elle était curieuse de voir les réactions de ses nouveaux colocataires à une annonce de cet ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mer 3 Juil - 16:04
- J'accepte de rester.

Alexandar salua cette décision d'un sourire tout en levant silencieusement son verre pour saluer leur nouvelle officielle colocataire. Les trois chambres étaient à présent prises... Peut-être qu'il prendrait le temps de rénover le grenier, et il finirai par faire chambre d'hôtes. Idée sympathique. Ils commencerai par s'assurer que leur cohabitation se passe bien, même si cela ne l'empêcherai pas de rendre habitable le grenier. Chacun ses occupations après tout.

Serafina s'exclama alors avec un immense sourire:
- Bien bien ! Il ne vous reste alors plus qu'à signer les papiers tous les deux. Et nous pourrons bientôt nous organiser une petite sortie dans des magasins de meubles ... Il est temps de mettre en place l'Opération Couleurs de l'Arc-en-ciel !

Alexandar éclata d'un léger rire, franchement amusé:
-Sans aller jusque là, je me fie à votre goût dans ses secteurs là.

L'ambiance se détendait agréablement et Alexandar oublia ses soupçons, savourant, chose rare, l'instant présent. Ils reviendront bien assez vite.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 4 Juil - 12:40
- Bien bien ! Il ne vous reste alors plus qu'à signer les papiers tous les deux. Et nous pourrons bientôt nous organiser une petite sortie dans des magasins de meubles ... Il est temps de mettre en place l'Opération Couleurs de l'Arc-en-ciel !

Elle avait pu remarquer durant sa visite que la maison était, en effet, peu colorée. Sans doute voulait-elle y remédier. Enfin, ça ne l'avait pas dérangé outre mesure, la maison restant suffisamment lumineuse pour que l'absence de couleur ne se fasse réellement gênante. Alexandar éclata d'un léger rire, franchement amusé:

-Sans aller jusque là, je me fie à votre goût dans ses secteurs là.
- De même, je ne pense pas être d'une grande aide dans ce domaine.

Et c'était peu dire. Elle n'avait jamais prit la peine de décorer la chambre qu'elle occupait quand elle habitait encore chez sa mère, bien qu'on lui proposa à de nombreuses reprises de changer la décoration. Du blanc, un peu de noirs, et fur et à mesure qu'elle grandissait, quelques bibelots colorés vinrent s'ajouter, sans qu'elle n'y prête attention. Enfin, le passé, c'est le passé. Il valait mieux ne pas se baser sur ça pour cette nouvelle colocation, même si elle ne comptait pas faire plus d'effort que ça pour changer.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

Jamais deux sans trois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (07) R. Cybéline Blackheart - Jamais deux sans trois ...
» Hope is Dead : Lithium Elfensen & Vlad Siegfrey VS Dimitri Vladof
» Un, deux et ... Trois. Ça te dit ? |PV Lissandra & Vijayan [Hot]
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-