Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Parce que il faut bien ce lancer ! [ouvert à qui le veux ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Messages : 9858
Membre souvenir
Membre souvenir
Ven 1 Mar - 15:07
- Вам больно молодая женщина с ножом. Вы должны хранить.

- Tu es mort. C'est dommage que je suis obligée d'en arriver là. Vraiment... dommage.

Elle venait de brandir quoi dans ses mains ? Une... mèche ? Rouge ?

- Reeeed !!!

A cet instant la jeune fille se sentit mal. Red, non pas elle. Tout sauf elle. Si ça continuait, elle allait vraiment s'évanouir. S'asseoir. Tant pis si c'était à côté de Gray. Elle n'était vraiment pas habituée à ça, à ce sentiment que toute votre vie pouvait être menacée d'un seul coup. Et elle n'aimait vraiment pas ça. A cause de ses vertiges, le mouvement de la jeune fille lui devint flou. Elle vit juste un éclair argenté fondre sur Théodore qui leva sa patte pourvu de griffes pour la frapper.

- Я люблю тебя мама.

... que venait-elle de dire ? Assez fort pour que l'ours arrête son mouvement et la regarde d'un autre oeil ? Il la gifla juste comme un père l'aurait fait avec sa fille. Ce genre de phrases existait ? magie ? Ou tout simplement des mots, juste des mots ? Elle jeta un coup d'oeil à Gray pour qu'il l'aide à comprendre ce que la jeune fille venait de dire, parce que là elle était perdue.

- Gray, c'est quoi cette histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Anonymous
Invité
Ven 1 Mar - 15:28
- Reeeed !!!

Mon cœur, plus que mon ventre cette fois, se serre également. Je ne suis pas le seul à penser à elle en voyant cette mèche. Ce ne peut pas être une coïncidence. Je ne peux pas me voiler la face. Je me fiche que l'ours épargne Vassilissa -enfin, vu qu'il l'épargne, je ne m'en préoccupe pas plutôt- et ne lui administre qu'une simple gifle presque paternel. Il FAUT qu'on sache si Red va bien. Dans ma tête, il y a une pancarte "danger Red" écrit en extrêmement gros, en rouge et qui clignote chaque seconde un peu plus fort.

- Gray, c'est quoi cette histoire...
- Va chercher Red. Je sais pas du tout où elle peut être mais va la chercher et surveille qu'il ne lui arrive rien.


Je n'aime pas donner d'ordre et c'est pour ça que ce n'en est pas un : C'est juste ce qu'elle doit absolument faire si on veut être sûr qu'il n'arrive rien à la petite-fille de Mère-Grand. C'est donc ce qu'elle va faire. Un ordre, quoi. Je viens d'expliquer que non. Ca revient un peu près au même... On s'en FOUT ! Ca urge, là ! J'appuie mes propos d'un regard inquiet et pressé. Je retiens un "je reste là pour voir si Vass' cherche à aller la voir alors qu'on pense que c'est sa poupée qui va l'attaquer" parce qu'elle aura bien le temps de comprendre plus tard, pour l'instant, on doit AGIR ! En urgences, urgences !

- Et la poupée... Si ce n'est pas Vass' alors fais attention à la poupée, je murmure comme dernier conseil, anxieux à cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Ven 1 Mar - 15:56
- Va chercher Red. Je sais pas du tout où elle peut être mais va la chercher et surveille qu'il ne lui arrive rien.

La jeune fille avait beau faire la grimace quand on lui donnait des ordres, là elle était vraiment d'accord pour les faire. Se lever, puis courir. Chercher et trouver Red, trouver un prétexte bidon pour l'enfermer à vie dans un coffre-fort, avec des cookies et des petits trous pour qu'elle puisse respirer. Au moment même où elle commençait à faire le premier, Gray reprit la parole.

- Et la poupée... Si ce n'est pas Vass' alors fais attention à la poupée.

Une poupée, c'était immobile normalement. Si Gray n'avait pas été Gray, elle lui aurait sans doute rit au nez. Mais vu le regard anxieux qu'il lui portait, c'était tout sauf une blague. La poupée pouvait tuer les gens. Cette vision était tellement proche d'un film d'horreur que Yellow ne put s'empêcher de pâlir encore plus. Là, elle ressemblait carrément à un fantôme... La jeune fille se leva alors, jeta un dernier regard aux personnes présentes dans la forêt, puis fila à toute vitesse à travers les arbres. Avec un peu de chance, Red n'avait rien. Un peu.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Anonymous
Invité
Ven 1 Mar - 16:54
La gifle ne lui avait fait aucun mal, elle n'était même pas destinée pour. Non, le pire était le poids des souvenirs. Elle avait déjà vécu ça. Une pauvre fille sans défense. Et un homme. Non, il n'était pas son père, il ne l'avait jamais été. Pourriture. Elle regarda la jeune fille blonde partir, sans ne faire aucun geste. Cela ne servait à rien, Arina, n'était même pas avec elle. Arina... Elle devrait déjà être là. Et puis Valshe savait pour elle. Cette pensée fit monter la colère en elle tandis qu'elle serrait les poings tout en gardant les yeux clos.

- Je te déconseille de continuer...

Chercher à comprendre Nina était dangereux. Pire, qu'elle sache qu'une personne essayait de la comprendre, elle et son passé lui donnait des envies de meurtre. Elle n'avait pas de passé, pas de présent, pas d'avenir. Point à la ligne. Et si cet ours croyait qu'il allait lui faire cracher le morceau, il se trompait lourdement. PERSONNE n'avait le droit de parler d'Elle.

- Mon passé... me concerne. Les choix que j'ai pu faire au cours de ma vie ne te regardent pas.

Les choix, la chose la plus horrible que l'on était amené à faire. Choisir. Vivre ou mourir. La jeune fille releva alors son regard bleu humide, dont il n'était à présent pas difficile d'y décerner des perles salées. Elle ne tentait même pas de les dissimuler.

- Je t'interdis de parler d'Elle.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 1 Mar - 17:36
- Je te déconseille de continuer...
-Continuer et bien pour quoi faire ? Tant que tu ne t'amuses plus à m'attaquer à coup de surins. Dit -il en montrant deux zones sur son pelage où perlaient du sang frais.

Ses yeux étaient toujours clos quand elle dit,

- Mon passé... me concerne. Les choix que j'ai pu faire au cours de ma vie ne te regardent pas.

Il trouvait bizarre qu'elle lui parles de son passé, si il s’intéressait au passé d'un autre il devrait parler du siens, ce qui était exclu.

Je ne m'intéresse pas au passé ni au future, nous vivons dans le présent.

Malgré ses paroles il pensa à sa mère et à ses frères et soeurs, il croyait ce qu'il disait mais il n'arrivait pas à le réaliser toujours hanté par ses fantômes.
La demoiselle ouvrit les yeux. Il y vit la toundra de son enfance, courant à travers les forêt clairsemées de la Sibérie. Au coté de sa mère, puis un éclair, la neige devint rouge. Une larme coula de son oeil gauche. Ses oreilles lui firent signe qu'on lui parlait

- Je t'interdis de parler d'Elle.[/quote]

d'Elle ? Qui que ce soit, elle ne voulais pas en parler.

-Et bien soit, dit-il avec conviction. Intérieurement il trouva intéressant de trouver quelqu'un qui aimait encore moins parler que lui. Il s'avoua que vu qu'il ne la mangerai pas il aimerait au moins savoir son nom.

-Je me prénomme Théodore.

Son ventre fit un bruit de tonnerre qui atteignit certainement les oreilles de la jeune femme.

-Dites-moi savez vous faire du feu ? Il parait que le saumon cuit à meilleurs goûts.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 1 Mar - 18:16
J'ai une histoire à vous raconter. Ca s'intitule l'ours et la psychopathe... Et la pauvre fille à la mèche rouge.

Un jour, la psychopathe rencontra l'ours. Comme c'était une psychopathe, elle l'attaqua à coups de poignards. Mais l'ours, comme c'était un ours, ne fut pas blessé mortellement et s'en sortit facilement malgré ses légères blessures. L'ours eut un comportement amical avec la psychopathe. Ce que la psychopathe détestait pourtant ! Mais comme elle ne pouvait pas le tuer, elle ne pouvait que se contenter de menaces. Alors elle se décida à reporter ses envies de meurtre sur une autre fille innocente dont elle avait étrangement la mèche de cheveux rouge dans sa poche en envoyant sa poupée qui était une poupée de psychopathe donc psychopathe également. Oui parce que la folie, ça s'attrape. Résultat, la poupée partit tuer la pauvre fille à la mèche rouge. Et l'ours devint l'ami de la psychopathe puisqu'elle ne pouvait pas le tuer ! Fin de l'histoire !

Bon, je me tape un peu (légèrement) un délire tout seul mais c'est plutôt étrange comme histoire, avouez-le. En plus, je sais pas quoi faire, moi, dans l'histoire. Ils discutent amicalement. Moi si je fais ça, couic ! Et en même temps, ça me dérange de laisser Vass' comme ça alors qu'elle vient de menacer Red. Yellow va sans doute déjà aller vérifier sur place si elle va bien. Je ne peux pas faire plus... Résultat je me retrouve à me tourner les pouces. Et ça m'énerve. Bon. Je m'assois sur le sol, sortant mon carnet, le seul que j'ai réussi à sauver des décombres de ma chambre. Au moins, Vass' a oublié cette histoire de lettre avec tout ça. Je griffonne vaguement quelques trucs, jetant quelques coups d'oeil aux deux énergumènes quand même. Le tout, c'est surveiller la demoiselle sans se faire taper dessus... Mouais.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 1 Mar - 19:39
Etait-il sérieux à lui faire la causette au beau milieu des bois ? Alors qu'elle venait pourtant de le menacer de ne pas recommencer ? Pathétique. Pendant que l'ours continuait son monologue, Nina s'appuya contre un arbre, les bras croisés sur sa poitrine. Première chose se calmer. Crier lorsque la personne en face de soit était sourde ne servait à rien. Et puis, les tuer tous les deux comme ça, dans de tels circonstances était déshonorant. Cela ne servait à rien, et elle avait beaucoup mieux à faire. Comme sourire. Un joli sourire mauvais, noir, sadique. Un sourire de mort. Dommage...

- J'ai failli attendre...

Elle était donc revenue, enfin. Si Valshe croyait qu'elle était partie jouer avec l'autre petite, il se trompait sur tout le long. Elle eut un fin rire, à peine un murmure. Assez pour vous glacer le sang en une fraction de seconde. Comment pouvait-elle changer de personnalité aussi rapidement, juste par la présence de ce petit être de chiffon était un mystère. Comme si elle avait soudainement une partie de son esprit qui s'éveillait. Trop tard pour les autres, elle était arrivée, c'était trop tard pour eux. Ceux qui l'avaient énervé finissaient toujours par payer. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 2 Mar - 9:24
Et bien elle ne l'écoutait pas, il aura essayé d’être courtois et il mangera donc son saumon crue.
En partant il remarqua une petite peluche qui s'approchait de la jeune fille, l'air déterminé. Il avait faim et ça ne le concernait pas après tout, il salua la jeune fille, le jeune homme qui lisait un carnet assis dans l'herbe et même la poupée.

-до свидания.(Au revoir) Dit-il à l'adresse de tout le monde.

Et il partit, tranquillement vers la rivière, une journée intéressantes en somme. Et il allait la finir en mangeant.


Dernière édition par Papa ours le Sam 2 Mar - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 2 Mar - 15:07
- J'ai failli attendre...

La poupée est revenu. Dieu auqueljenecroispasentempsnormal, par pitié, que Reeeeed n'ait rieeeeen ! En tout cas Vass' n'a pas l'air de bouger pour autant. Est-ce que Red en a eu pour son compte ? Vous... Vous croyez qu'elle est... ? Naaaaaaaaan ! C'est pas possible ! Elle est entière et vivante ! J'ai pas envoyé Yellow pour rien, quand même ! Je suis sûr qu'elle va bien. Yellow l'a sans aucun doute protégée. Enfin... J'espère.

Tête de blasé même si c'est sans doute pas l'effet escompté. Vassilissa vient de sourire et de rire comme les grands méchants dans les contes de fées. En même temps, C'EST une grande méchante de conte de fée. Mais quand bien même, c'est plutôt cliché comme réaction, non ? Bref. Elle rit comme une sadique et ça me blase complétement au lieu de m'effrayer.


- До свидания.
- До встречи... (à plus)


C'est une des rares expressions que je peux traduire entièrement et répondre sans avoir un accent horrible, alors autant en profiter. Je range mon carnet, adressant un léger signe de main à l'ours. Tentons de nous montrer un minimum poli et amical même si c'est pour l'au revoir. Et maintenant que ça c'est fait, passons au plus difficile... Un peu de courage ! Il parait que c'est une vertu importante.

- Est-ce qu'il va arriver quelque chose à Red... ? Tu trouves sans doute amusant de menacer mes amis mais je tiens tout de même à ce qu'ils restent tous vivants. Et entiers, quand c'est possible.

Et ouais, le plus simple, c'est peut être demander à la concernée directement si elle va l'attaquer. Pas du genre à se cacher lorsqu'elle le fait, ça m'étonnerait qu'elle fuit ma question. Et au moins, je serai fixé.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 2 Mar - 18:43
Spoiler:
 

- До встречи...

C'était la première fois qu'elle l'entendait parler russe. Un fin accent d'étranger sur une base qui ressemblait fort à celle d'un véritable habitant de la Sibérie. Elle regarda l'ours partir sans esquisser un seul geste. Ils se retrouveraient facilement s'il restait dans les environs de toute façon. Puis, la jeune fille se baissa vers le sol, cueillant au passage une marguerite coincée entre deux bois d'écorce dont elle huma le parfum s'en échappant. Soupir.

- Est-ce qu'il va arriver quelque chose à Red... ? Tu trouves sans doute amusant de menacer mes amis mais je tiens tout de même à ce qu'ils restent tous vivants. Et entiers, quand c'est possible.

- C'est mignon. De voir l'attachement que tu lui portes à cette petite fleur.

Elle avait déjà observé une fois la jeune fille. Dix-sept ans, rousse, et incroyablement gentille, et naïve avec. Si Valshe croyait que celui lui plaisait de faire ça, elle n'avait plus à lui adresser la parole et choisirait la hache lors de leur prochaine rencontre. Contrairement aux idées reçues, la jeune fille ne tuait pas sans raison. La vengeance, la provocation, ou le fait que la personne se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Trois critères.

- Tu sais, je suis différente de ce que tu crois.

Elle savait qu'il répondrait sûrement par une remarque sarcastique, mais s'en moquait bien. Son visage était toujours aussi hermétique et ne trahissait aucune émotion.

- Elle me rappelle quelqu'un. Avant.

Elle fit tourner entre ses fins doigts la tige de la fleur, avant de la briser net. Elle, son passé, la petite fille qu'elle était avant, avant "tout ça". Ca faisait toujours mal d'être brisé. Comme cette fleur.

- Et pourtant je n'hésiterai pas une seconde à lui couper le fil de la vie. Je n'aime pas ce genre de méthodes mon mignon. Mais si je veux que l'on m'écoute, c'est le seul moyen.

Elle leva ses grands yeux bleus vers lui, le défiant de dire le contraire de ce qu'elle venait de déclarer. Elle savait pertinemment que sans ses tendances meurtrières, rien n'aurait pu être fait. Il fallait faire des choix dans la vie. Tuer n'était pas glorieux, mais tant que cela lui permettait de faire ce qu'elle désirait, la jolie damoiselle s'en fichait.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 2 Mar - 20:31
- C'est mignon. De voir l'attachement que tu lui portes à cette petite fleur.

Eh bien... Je ne sais pas si c'est "mignon" ou pas mais... C'est vrai que je suis attaché à elle depuis qu'elle m'a aidé. J'imagine qu'on s'attache toujours aux personnes qui nous aident... Lorsqu'on est au courant. Après tout, je me vante d'aider les autres sans qu'ils s'en rendent compte mais peut être ai-je détesté certaines personnes m'ayant déjà aidé aussi. Qui sait. Mais j'espère que non. Parce que ça fait mal, au moins dans les débuts. Puis on finit par s'habituer. Je ne sais pas ce qui est pire...

- Tu sais, je suis différente de ce que tu crois.
- Ah, tu penses ? C'est bien possible.

Eh oui, pas de remarque sarcastique habituelle. Surprise ! Je ne suis pas ce que les gens pensent non plus après tout. Je ne sais pas pourquoi mais elle semble sur le point de me faire un aveux. Je suis tout ouïe. En espérant ne pas finir comme la fleur. La tête coupée.

- Elle me rappelle quelqu'un. Avant.
- Tu m'effraies. On commence à avoir de plus en plus de points communs.


Remarque sarcastique mais je lui ai aussi fais un aveux. Donnant donnant. Pas toujours vrai mais là c'est certain.

- Et pourtant je n'hésiterai pas une seconde à lui couper le fil de la vie. Je n'aime pas ce genre de méthodes mon mignon. Mais si je veux que l'on m'écoute, c'est le seul moyen.

Son regard me défie de la contredire. Je suis très tenté de le faire. Extrêmement tenté même. Parce que j'adore contredire les gens. Même si ça signerait peut être mon arrêt de mort. Vu que c'est le "seul moyen" de se faire "écouter" selon elle. Mais c'est un point de vue qui se vaut, je crois. Alors, même si ce n'est pas une contradiction, je réponds le plus sincèrement du monde.

- Ouais. Le monde est mal fait. Quelqu'un de gentil, personne ne fait attention à son avis. Quelqu'un de méchant. Quelqu'un qui fait peur. On l'écoute...

Seulement, la mort de Red, je ne vois pas trop ce que ça pourrait lui apporter. Je veux dire, elle signale qu'elle ne fait pas ça pour le plaisir. Peut être ne l'a-t-elle laissé sauve, alors... ? J'ose espérer un peu plus fortement que Red n'a rien. Parce qu'il n'y a aucune raison pour qu'elle soit morte pour que Vass' se fasse écouter.

- J'adore écouter les gens. Depuis toujours. Mais Red est tellement innocente qu'elle finira brisée un jour ou l'autre. J'aimerai que le jour où je devrais écouter ses peines arrive le plus tard possible...

Seulement ce n'est pas à moi de le décider quand ce jour arrivera. Ce serait trop facile.

- Je ne sais pas ce que sa mort ou ses blessures pourraient t'apporter. Qui t'écoutera à ce moment-là. Mais je sais que je ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Alors s'il y a moyen de l'aider... Je ferai tout pour.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 2 Mar - 21:36
- Ah, tu penses ? C'est bien possible. Tu m'effraies. On commence à avoir de plus en plus de points communs.

Un fin sourire orna les lèvres de la jeune fille sans qu'elle ne fasse aucun commentaire. Elle avait l'habitude d'effrayer les gens, ça... la divertissait en un sens.

- Ouais. Le monde est mal fait. Quelqu'un de gentil, personne ne fait attention à son avis. Quelqu'un de méchant. Quelqu'un qui fait peur. On l'écoute...

- Pas seulement. Ce sont toujours les gentils qui partent en premier. Restent en dernier ceux qui sont restés pour les venger.

C'était normal. Il était beaucoup plus facile de faire du mal que d'aider les gens. Dure réalité, dure vérité. Ceux qui avaient la prétention de penser qu'ils pouvaient y changer quelque chose étaient les premiers à mourir.

- J'adore écouter les gens. Depuis toujours. Mais Red est tellement innocente qu'elle finira brisée un jour ou l'autre. J'aimerai que le jour où je devrais écouter ses peines arrive le plus tard possible...

- ...

Elle lui rappelait vraiment son passé la petite. Innocente, fragile. Brisée. Avec des peines plein le coeur. Amitié, joli nom. Joli dessein qu'était celui d'écouter les peines des autres. Même si pour la plupart, ils ne faisaient cela que par intérêt. Ils n'étaient jamais là quand on avaient vraiment besoin d'eux.

- Je ne sais pas ce que sa mort ou ses blessures pourraient t'apporter. Qui t'écoutera à ce moment-là. Mais je sais que je ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Alors s'il y a moyen de l'aider... Je ferai tout pour.

Nina sourit et se rapprochait du jeune homme jusqu'à être devant ses yeux, assez pour voir qu'il était sincère, surtout sur la dernière partie de phrase.

- Sa mort ne m'apportera rien. Sa souffrance ne m'apportera rien. Mais si c'est l'une des choses qu'il me reste pour me faire entendre dans ce monde, je veux bien la tuer autant de fois que cela sera nécessaire.

Elle n'était pas cruel pour autant, juste farouchement déterminée à éliminer ceux qui l'ont fait souffrir. Et ceux qui l'en empêchaient par la même occasion. Dire qu'elle voulait qu'on s'intéresse à elle était faux. Elle n'aurait pas eu besoin de le faire si tous ses ennemis étaient morts. D'ailleurs, la question que l'on pouvait se poser était quoi. Que ferait-elle quand cela sera fini ? Car elle arrêterait de tuer, cela ne lui servirait plus à rien. Et après. Morte ? Sûrement, juste l'idée de vengeance la maintenait en place.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 7 Mar - 19:30
- Pas seulement.

Logique, c'est de mon avis dont je parle, p'tite demoiselle. Mais ça tu ne peux pas le deviner et j'en suis bien soulagé. J'aimerai la comprendre un peu mieux. C'est toujours intéressant de mieux comprendre les autres même si dans la vie en générale on passe souvent à côté de cette idée-là et qu'on se concentre sur soi. Je trouve ça... dommage.

- Ce sont toujours les gentils qui partent en premier. Restent en dernier ceux qui sont restés pour les venger.

- Ah... Oui. C'est vrai. Encore un truc mal foutu. Gentils avant, vengeurs ensuite, méchants en dernier... C'est un ordre plutôt stupide. Ba, selon l'avis général, on partira ainsi en dernier au moins...


Après tout, on fait parti des deux dernières catégories. Quoi que je ne fais pas vraiment parti de l'avant-dernière contrairement à elle -enfin selon ses dires c'est ce que ça laisse croire. Peut être était-ce une de ces âmes devenues vides, maintenues seulement en vie par un désir important. Vengeance ou autre. Enfin tout du moins c'est possible. Je ne chercherai pas à jouer à l'indiscret, je me doute bien que c'est désagréable. Alors je me contente de l'observer, gardant mes questions trop curieuses et donc trop dangereuses pour moi-même. Je ne saurai sans doute jamais ce qui l'a amené à devenir ce qu'elle est à présent. Alors je me contente du présent.

- Sa mort ne m'apportera rien. Sa souffrance ne m'apportera rien. Mais si c'est l'une des choses qu'il me reste pour me faire entendre dans ce monde, je veux bien la tuer autant de fois que cela sera nécessaire.

Sur le point de lui répondre, je suis interrompu par un pas. Deux pas. Et puis elle est là, devant moi et... Et elle me regarde dans les yeux. Droit dans les yeux. Comme si mes souvenirs de gamin me revenaient immédiatement à l'esprit, un sourire joueur étire mes lèvres et un éclat sauvage traverse mon regard.

~ Imbécile ! Le regarder droit dans les yeux, quand tu es aussi proche de lui, c'est le meilleur moyen pour un loup de prendre ça pour un défi s'il a envie de jouer au con ~
Pourtant ça ne dure qu'une fraction de seconde. Mais c'est juste assez pour me rappeler combien certains gestes restent graver à l'esprit, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on vive par la suite. Je ferme les yeux deux secondes. Puis les ouvre à nouveau. Mon sourire revient à la normal, mon regard toujours aussi blasé qu'il l'est d'habitude mais je ne détourne pas le regard pour autant. Après tout j'ai appris à faire la part des choses et à garder mon sang-froid. Les règles ne sont pas les mêmes partout, je ne peux pas me permettre d'interpréter le comportement de Vassilissa que j'aurai immédiatement pris comme un défi étant plus jeune et sans me poser de questions.


- Pour ça... Oui, d'accord.

Elle impose ses règles. Donc sauver ce qui reste de sa peau, peu importe les moyens. Oui, d'accord. Je comprends ce point de vue. Mais ça ne veut pas dire que je vais lui laisser Red, loin de là. J'ai mes conditions à moi aussi. Et mes conditions, c'est : Ne pas toucher à ceux que je connais, surtout ceux que j'apprécie -que ce soit réciproque ou non, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 8 Mar - 14:51
- Ah... Oui. C'est vrai. Encore un truc mal foutu. Gentils avant, vengeurs ensuite, méchants en dernier... C'est un ordre plutôt stupide. Ba, selon l'avis général, on partira ainsi en dernier au moins...

Il avait oublié les dettes, les pactes. Promesse de vie, promesse de mort. Voeu de souffrance. Vivre ou survivre, Nina ne comptait pas rester éternellement à attendre. Sa dette terminée, elle s'en irait, par les terres et les mers. La retrouver, renouer avec le passé. Faire enfin son deuil, accepter ses souvenirs. Retourner dans ce lieu maudit que les autres appelaient communément leur enfance, ce qu'elle appelait un enfer. Elle ne devrait plus rien à personne, tentant. Vivre au jour le jour, ne plus dépendre des autres.
Trop dangereux pour le moment. Dommage.

- Pour ça... Oui, d'accord.

Il avait presque voulu jouer le petit loup... Presque. Dommage qu'elle n'avait pas le temps d'insister plus pour qu'il jouât avec elle. Sans rancune petit loup ?

- Tu vois quand tu veux...

Elle le fixa encore quelques secondes avec ce sourire de gamine à qui on venait de promettre un joli cadeau. Et avec des yeux froids qui interdisaient à la personne d'en face de se dérober. Sinon ce ne serait pas très gentil de sa part, et elle risquait de ne plus être aussi gentille et patiente. Et gare au premier qui ne la croyait pas capable de s'énerver. Contrairement à beaucoup, la jeune fille ne renonçait jamais à attendre le but qu'elle s'était fixée. Même si elle y passait sa vie.

- Je vais devoir te laisser.

Elle s'inclina légèrement, aucunement désireuse de l'embrasser ou autre comme il était coutume chez elle, avant de se retourner et de repartir, les bras dans son dos. Il y avait des choses que même les désespérés et les suicidaires ne faisaient pas. Et des choses qu'ils ne devaient même pas être tentés de faire. Comme faire confiance à quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 8 Mar - 20:35
- Tu vois quand tu veux...

Non, pas vraiment, je ne vois pas trop. Mais c'est Vass'... Donc c'est toujours difficile de comprendre le sens de ses paroles au premier abord. C'est sûr qu'être sur la même longueur d'onde qu'elle, c'est rare. Et sans doute plutôt dangereux. J'en suis même venu à me demander si une personne capable de la comprendre existe vraiment. J'image que non... De toute manière, qui est assez présomptueux pour se permettre de comprendre entièrement l'autre à part un idiot ?

- Je vais devoir te laisser.

Elle s'incline légèrement et par réflexe, je ne peux m'empêcher d'en faire autant. Doucement, elle se détourne et part. Je la regarde faire sans un mot mais avec un léger sourire néanmoins.

- Tu t'es trompée, Vass'... Parce que tu n'es pas si différente que ce que je pensais.

Et c'est sur cette note joyeuse que je quitte la forêt. Vivant. En un morceau. Quand je dis que j'ai le c*l bordé de nouilles... Vous me croyez, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que il faut bien ce lancer ! [ouvert à qui le veux ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Il faut bien des voleurs, sinon à quoi serviraient les gardes ?
» Il faut bien gagner sa croute - [Livre II - Terminé]
» Parce que nous le valons bien... ♥
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-