Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [pv la Reine Blanche] Emmaline et Aleph, ou quand massacre rime avec piano.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Ven 28 Aoû - 22:30
A droite, tout droit, encore tout droit, monter les marches, les...redescendre ? Quel plan tordu.
Cela faisait maintenant quinze bonnes minutes qu'Aleph vagabondait dans les couloirs de l'Organisation à la recherche de l'Amphithéâtre. Le jeune homme commençait à en avoir marre de chercher h24 des trucs. Aux thermes, fallait trouver le hammam, son appart quand il avait débarqué à Chantilly, Ethan lors de la partie de paintball. Et puis je ne vous parle pas de son téléphone ou de son argent qu'il perd dans le bordel de sa chambre. En effet il faisait partit des gens capables de paumer un objet en moins de 10 secondes dans un mètre carré.
Le jeune homme s'arrêta une énième fois devant l'un des plans du couloir qu'il arpentait depuis quelques temps. Alors là je vais à gauche, je redescend les marches je prend la deuxième à droite pis c'est la porte à l'autre bout du hall. Raaaaah ça me gave de marcher !
Le rose soupira. Certes il avait parlé à quelques employées de l'Organisation mais c'était vraiment une perte de temps de trouver cette salle. Quand je vous dit qu'il perd tout. Même son temps, Fortiche le gamin.

Ce n'est qu'après cinq minutes de marche que le Roi de Cœur poussa enfin la porte de l'Amphi.
Coucou c'est moua que voualàààà !

-Roi de Cœur, cela fait vingt minutes que nous vous attendons ! Veuillez prendre place au piano s'il vous plaît, vous enchaînerez sur le violon de suite après si tout se passe bien.

Aleph exécuta sans broncher les ordres du chef d'orchestre. Bien qu'il avait perdu ses partitions, le jeune homme était doué pour mémoriser les morceau qu'il interprétait. Osef s'il les oubliait en plein milieu d'une pièce de théâtre, l'impro c'est son truc de toute manière.

Il commença à jouer les premières notes. D'abord douces et légères. Le rythme monta progressivement. Crescendo. La suavité laissa place à la tempête, au déluge des émotions. Haine, horreur et domination régnaient maintenant en maître. Aleph était le marionnettiste, et le piano, les touches étaient son pantin. C'était à lui de jouer avec sa marionnette, à lui de transmettre ses sensations, à lui de faire part des émotions qu'il donnait aux notes qu'il manipulait. Ses sentiments il les partageaient avec son public. Sa mère qui était sa professeur lui disait souvent que le talent et l'entraînement était quelque chose d'indispensable. Mais il ne fallait pas seulement jouer avec les mains. Le cœur aussi avait son mot à dire dans l'histoire. A l'époque le jeune homme ne comprenait pas vraiment ces mots mais il avait grandi et compris.
Bien qu'Aleph faisait de son mieux, il n'était pas au meilleur de sa forme. La rage qu'il devait ressentir se faisait petite par rapport à l'inquiétude. En effet, Milliana, sa sœur, avait eu un accident ce matin. Rien de grave apparemment. Mais il n'empêche que le Roi de Cœur s'inquiétait, et cela, le chef d'orchestre s'en était rendu compte lorsqu'Al avait exécuté son morceau. Il ordonna une pause et s'approcha de lui.

-Roi de Cœur, veuillez ne pas vous laisser distraire par vos émotions. Vous avez droit à deux minutes de pause, revenez en forme.
Revenir en haut Aller en bas
La Reine Blanche
Messages : 129
Arme de prédilection : Magie des ombres
Arme non maitrisée : Armes blanches / Arts martiaux
Populace en sucre de Cooki
Populace en sucre de Cooki
Sam 29 Aoû - 13:17
Pour je ne sais qu’elle raison, je me suis levé beaucoup plus tôt. Pourtant, mes volets étaient fermés et aucune lumière ne passait au travers. Une subite envie de faire le ménage dans ma demeure, s’était plutôt amusante. Une fois mon ménage terminé, j’étais jeté un coup d’œil à mon miroir et c’est avec effroi que j’ai découvert que mes cheveux étaient dans tous les sens. Un petit rire s’était échappé de mes lèvres, il fallait que je remédie à tout ça, me débarbouiller et me coiffer, c’était la chose primordiale que je devais faire avant de me rendre à l’Organisation.

Une fois que ma toilette quotidienne était fin prête, je me suis vêtit d’une robe rouge. Un dernier coup d’œil avant de sortir. Mes cheveux étaient bouclés et attachés, j’étais resplendissante comme toujours. Ce n’était pas très loin, je pouvais me rendre à l’Organisation à pieds, ce n’était pas très loin de chez-moi. Fallait tout de même marcher un peu, mais, c’était faisable.

Après avoir marché bien vingt-cinq bonnes minutes, j’étais enfin arrivé à destination. J’avais envie de me changer les idées et pourquoi pas venir ici rencontrer les autres agents.. Une mélodie était parvenue à mes oreilles. J’étais une grande fan de musique, surtout celle au piano, mais aussi au violon. Même si à dire vrai, je ne pratiquais nullement ces instruments. Comme un papillon attiré par la lumière, je me dirigeais vers cette musique agréable et si mélodieuse. Cette partition, m’avait conduit jusqu’à l’amphithéâtre. Il y avait un attroupement de demoiselles… Qui avait l’air hypnotiser non pas par la mélodie, mais, bien par cet homme !

-Roi de Cœur, veuillez ne pas vous laisser distraire par vos émotions. Vous avez droit à deux minutes de pause, revenez en forme.

Il faisait quelques petites erreurs, mais pas très grosse non plus. J’avais une bonne ouïe et les musiques ne me trompaient pas.. Même si je ne composais pas moi-même. Il avait une pose et j’avais vraiment envie de lui tordre le coup. Il m’avait pris ce que je convoitais… Le Nom de « Reine de Cœur ». Au lieu de ça.. Je me suite retrouvé avec le nom de « Reine Blanche » rien que d’y penser, j’avais envie de lui jeter mon sceptre en pleins visage… Mais il fallait l’avouer qu’il jouait vraiment bien. Pour cela.. Je ne pouvais rien dire. Je m’avançais lentement sentent certain regard sur moi dû à la façon à laquelle je m’habille.

Je me trouvais à quelques pas de la scène et légèrement à côté de cet homme.. Cet imposteur de roi… oui, je sais, je l’ai légèrement de travers, néanmoins, bon.. Ce qui est fait est fait entrouvrant mes lèvres pour lâcher au roi de cœur.

« Alors… On est distrait par des émotions ? »

Son fan-club me regardait de travers.. Qu’est-ce que j’en avais à faire d’elles et surtout de lui.. J’allais simplement avoir une conversation des plus normal avec un homme. Un sourire s'affichait au coin de ma lèvre. affichant une émotion dès plus rayonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendarium.forumrpg.org/
Anonymous
Invité
Dim 30 Aoû - 19:59
Heureusement que ces agentes sont là pour me remonter le moral.
Al, bon dragueur qu'il était, envoya un bisou fictif sur les membres de son fan club. Une d'entre elles s'évanouit même, certainement sous le coup de l'émotion. Puis elle commencèrent à s'insulter et à se tirer les cheveux parce que : ''C'est à moi qu'il a envoyé se baiser !!! Kyaaa comment il est trop booow il me regarde encore... Tu gueule c'est moi qu'il regarde. Yaaaahhhh !!'' Elles faisaient une belle brochette d'idiotes.
Le jeune homme tourna la tête en retenant un ricanement. Heureusement que toutes les filles de l'agence n'étaient pas comme elles...du moins il l'espérait.

-Alors… On est distrait par des émotions ?

Il pivota une nouvelle fois ça tête en direction du public. Une jolie damoiselle aux jolies boucles violettes avait prit la parole. Elle s'était vêtu d'une sublime robe rouge qui mettait ses formes en valeur. Le genre de fille que le pianiste pourrait draguer.
D'ailleurs, ce dernier recommença à jouer de son instrument en ignorant la question de l'arrivante. Tintintintinnnnn. Oui, ceci est le bruit d'une musique du style ''essaie encore tu vas voir''...

Quant aux groupies, Elles avait un air de dédain gravé sur le visage envers cette dame. Elles avaient arrêté leurs chamailleries de gamines immatures afin de ce concentrer sur la conversation qu'allait avoir les deux agents. Elles fixèrent longuement la demoiselle avant de river leur regard sur le Roi de Cœur. Celui-ci rabattis un couvercle coulissant sur les touches de son piano. Il croisa ses bras sur cet opercule, et posa sa tête dessus. Toujours regardant la nouvelle arrivante, il lui demanda à son tour.

-A qui ai-je l'honneur ?

Il lui sourit comme pour lui dire que ses remarques ne l'affectait pas plus que ça et qu'au final, il lui posait cette question par pur respect. Il aimait bien connaître le nom des personnes auxquelles il parlait. Il pouvait tout de suite être formel et cela apaisait l'atmosphère. C'est l'expérience qu'il avait acquis depuis qu'il avait commencé à s'intéresser aux filles.

La jeune femme n'avait pas l'air très... comment dire, joyeuse ? En effet, on aurait dit qu'elle souhaitait juste égorger Aleph et garder ses boyaux en trophée. Le jeune homme déglutis. Déjà qu'il n'aimait pas se battre de base alors contre une fille... ça promettait d'être galère.
Revenir en haut Aller en bas
La Reine Blanche
Messages : 129
Arme de prédilection : Magie des ombres
Arme non maitrisée : Armes blanches / Arts martiaux
Populace en sucre de Cooki
Populace en sucre de Cooki
Dim 30 Aoû - 20:36
Qu’est-ce que ces hommes pouvaient être insupportables parfois, la moindre des choses auraient été de répondre au lieu de cela, il continuait à jouer. Enfin, le problème s’était les mégères qui étaient en train de me regarder de la tête aux pieds à croire que j’allais le voler ce morceau de viande. Ça n’allait pas être le cas loin de là, je ne dis pas qu’il était moche au contraire c’était même un très beau garçon que mère nature avait gâté. Y en a qui en avait de la chance, c’est peut-être pour cette raison qu’il avait cette réputation de draguer.. ; pff.. Petit joueur. Je l’aurais plus appelé « Casanova » ou « Don Juan » plutôt que « Roi de cœur ». Ce qui est fait ne pouvait pas être défait, ce qui est bien dommage à moins peut-être de lui tordre le coup. Ces demoiselles commençaient sérieusement à me monter les nerfs. Dans peut-être moins de dix minutes une ombre allaient surement en frapper une, pour que l’autre la frappe et que ça parte dans une magnifique guerre sanglante.. Et ensuite… Je pourrais étrangler le charmant petit cou de « Casanova ». Moi sadique ? Non pas du tout seulement, je n’arrivais peut-être pas à me faire à l’idée qu’il porte le nom de code que j’ai convoité.


-A qui ai-je l'honneur ?


Qu’est-ce que je pourrais bien lui dire ? Je ne savais pas si ces personnes faisaient partie de notre agence, personnellement, je ne regarde pas tout le monde non plus donc, je pouvais ne pas me souvenir de tout le monde. J’allais donc lui donner mon véritable nom, et puis je n’étais pas vraiment apte pour lui dire que je suis la « Reine Blanche » ? Quoi que, autant donné mon nom de code au point où j’en étais. Oh que suis-je étourdie, c'était un nom de scène pour elles.  Et puis ces femmes allaient surement de frapper dessus dans moins de dix minutes.


« Je suis la Reine Blanche ,Monsieur le Roi de Cœur.. »


Comme par hasard, les dernières syllabes avaient tout de même eu du mal à sortir.. Comme si j’avais vraiment du mal à échapper ce mot. Je continuais à le fixer, mais pas avec des yeux de merlan fris. Nan plus avec un regard froid et dénué de la moindre émotion. Quoi que peut-être si une celle du massacre. Voilà maintenant que je devenais mauvaise ? Oh non ça risque de me donner la migraine, jouons plutôt avec un soupçon de ruse, « Casanova » avait surement remarqué que j’étais passé d’une émotion à l’autre. Passant de mauvaise à plutôt amical ? Un petit sourire s’était montré pour paraître plus gentille.. Une des filles était en train de m’approcher un peu de trop près pour avoir osé lui adresser la parole, sans vraiment attendre, j’avais discrètement bougé ma main pour que l’ombre d’une de ces amis lui mette une frappe derrière la tête. Ce qui enchaînant bien entendu, un conflit général l’une qui accusait l’autre de l’avoir frappé et l’autre qui accusait l’une et ainsi de suite.


« Bon où en étions-nous… À oui.. Je disais que j’étais la Reine Blanche, cela fait longtemps que vous composez des mélodies Casanova ? »


J’affichais l’un de mes plus beaux sourires, qui pour moi était bien faut, mais pour les autres, ils paraissaient vrais. Néanmoins, je devais le reconnaître qu’il jouait plutôt bien si on oubliait le fait qu’il était ailleurs.. D’ailleurs pourquoi l’était-il ?


« Quelques choses vous tracassent monsieur ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendarium.forumrpg.org/
Revenir en haut Aller en bas
 

[pv la Reine Blanche] Emmaline et Aleph, ou quand massacre rime avec piano.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on joue avec le feu, on se brûle.
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]
» La presse haïtienne mal formée et affamée
» Sauvetage in-extremis et fouille en duo [Paul Nyllis][Terminé]
» La Reine me recevera-t-elle ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-