Forum Fermé

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Cousin? [Pv: Lapinou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Ven 16 Jan - 22:49
Allez, dernière lettre et j'ai fini ma journée. Soupir. On dirait pas comme ça mais c'est fatiguant de devoir se lever très tôt pour distribuer des lettres à un peu tout le monde. J'arrive à l'Otelo, je pose mon vélo contre un poteau en prenant bien soin de mettre la chaîne avec le cadenas à code. Je prends ma sacoche, toute légère par rapport au début. Quelle idée d'envoyer un pack de bière par la poste... Je monte à l'étage pour voir la porte en bois... défoncée?! On voit une grosse empreinte de baskets dessus... Pauvre gens qui vit ici, tu as dû avoir affaire à une drôle de visite... Je frappe la porte doucement, elle semblait fragile... régulièrement, trois fois à la suite. J'attends. La porte s'ouvre, découvrant une grande silhouette bleue, enfin c'était sa combinaison. Des cheveux blonds barrant la moitié du visage. Ca me rappelle quelqu'un. Je replace d'ailleurs la mienne pour bien cacher ce jhjdhdjh d'œil rouge, puis d'une main, je lis le nom inscrit dessus imprimé en lettres noires:

-Bonjour! Vous êtes bien...

Je reste bouche bée devant ce nom. Gosh. GOSH. GOOOOOOSH. Si c'ets une blague elle est de TRES mauvais goût. Je lève les yeux vers l'homme, puis je les baisse vers la lettre. Puis vers l'homme, puis vers la lettre, puis vers l'homme...

-Ma... Matthew MacFly....

Matthew MacFly. Sa famille complètement détruite par mon propre père. Gosh. J'ai tellement envie de pleurer. Je retiens mes larmes. Désolé Matthew, si tu savais comme je suis désolé... Ma lèvre inférieure tremble légèrement. So sorry Matthew... So so soooooo sorry... Des petites, toutes petites larmes perlèrent sur les coins de chacun de mes yeux, et d'une voix hésitante je lui dis:

-Matthew... Si tu savais How much I'm sorry... I'm Sooooooo Sorry Matthew... Ta famille... Je suis désolé... tellement désolé... Je sais que tu ne doit rien comprendre à ce que je te dis Matthew... Tu ne dois pas me connaître. Du sang \o/

GAAAAH! Pourquoi cette fichue maladie viens m'embêter dans les moment qui sont censés être MAGIQUES? Je fouille dans ma poche de droite, en sortant un paquet de mouchoirs. Vide évidemment sinon c'est pas drôle. GREUH.

-GAAAAH TABARSHIT! Matthew! Je suis désolé tu n'aurais pas un mouchoir par hasard? S'il te plait? A moins que tu préfère que je te vouvoie enfin, je... je ne sais pas... WELL! Have you got a Tissue please?

Quand quelque chose ne se passe pas comme prévu ça part toujours en tirades... Hein Andy? CHUT LA VOIX! Il doit certainement me prendre pour un fou à peine sortit d'une asile maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 17 Jan - 1:32




Cousin ?
« Let's make a genealogic tree together ! »


Une journée tout à fait banale. Du soleil illuminant la ville, un cadre tranquille et agréable. Tout ce qui pourrait faire passer à Matthew une très bonne journée.
Aujourd'hui, il ne travaillait pas et consacrait alors la totalité de sa journée à la réalisation de pancakes, du fait de la vitesse à laquelle ceux-ci étaient engloutis par ses deux colocataires. Non point ravis de cette constatation, il décida de préparer, en dehors de la vue des autres, une grande quantité de pancake qu'il mangera avant l'arrivée des autres. Il en était alors à au moins sa deuxième assiette, lorsque la sonnerie de la porte d'entrée s'enclencha. Il éteignit alors la gazinière et s'élança à grandes enjambée vers le hall d'entrée pour déverrouiller la porte.
Devant lui, un petit garçon mesurant une tête de moins que lui tenait une lettre à son nom. Cela devait être le facteur. Mais Matthew trouvait cela étrange qu'il ait à délivrer une lettre en sonnant au porte des gens au lieu de livrer dans sa boîte au lettre d'une part, et ensuite que ce fameux facteur soit aussi petit. Il semblait avoir à peine 12 ans.

-Bonjour! Vous êtes bien...

Stop. Le garçon s'arrêta, relisant le nom inscrit au dos de la lettre, avant de relever la tête vers Matthew, puis vers la lettre, puis vers Matthew. Il semblait ne pas en revenir de voir le nom de Matthew inscrit sur la lettre.

-Ma... Matthew MacFly....

Soudainement, il se mit à trembler, ses yeux devenant humides formant des larmes qui coulaient le long de ses joues.
Matthew resta perplexe devant le comportement du garçon. Quelque chose n'allait pas ? Il essaya de lui poser la question, mais rien n'y faisait. Ses larmes ne cessèrent pas. Serais-ce un de ces enfants travailleurs obligés, sous le joug de leur parents, de travailler contre leur gré pour gagner un salaire potable afin que sa famille puisse vivre ? C'est la première idée qui parvient à Matthew lorsqu'il constata l'état du garçon devant lui.

-Matthew... Si tu savais How much I'm sorry... I'm Sooooooo Sorry Matthew... Ta famille... Je suis désolé... tellement désolé... Je sais que tu ne doit rien comprendre à ce que je te dis Matthew... Tu ne dois pas me connaître.


Alors là, oui, il n'avait rien comprit.
Ce garçon connaissait sa famille ? Matthew fit une grimace de dégoût. Encore cette famille... Il avait l'impression que plus il essayait de l'oublier, plus la réalité des choses la lui mettait devant le nez. Cela le mettait de forte mauvaise humeur mais avant de déblatérer un interminable coup de gueule à l'encontre de cette situation, Matthew se recentra sur la réalité et décida de se concentrer sur la situation présente : un enfant qu'il ne connaissait pas lui parlait de sa famille et s'excusait. Que se passait-il ? L'esprit de Matthew en devint trouble.

- Heeeeey heyheyheyhey dude, calm down ! What's going on ? Tell me ! Un problème avec ma personne ? Mon nom, mon prénom ? Ou alors est-ce vous qui avez un problème ? Vous n'avez pas de mouchoir, et cela vous fait encore plus pleurer ? Damn it ! Il n'y a pas à pleurer pour cela voyons... Oh, ou alors... Waitwaitwaitwait. Vous ne seriez pas ce genre d'enfant travaillant pour un salaire miséreux ? Dans ce cas, il est normal que vous perdiez tellement de larmes dans vos yeux scintillants. Hm, yes. Pauvre de vous n'est-ce pas ? Dans ce cas...

Matthew continuait sa tirade malgré l'absence totale d'écoute du garçon et fut soudain coupé lorsque celui-ci cria, fondant en larme.

-GAAAAH TABARSHIT! Matthew! Je suis désolé tu n'aurais pas un mouchoir par hasard? S'il te plait? A moins que tu préfère que je te vouvoie enfin, je... je ne sais pas... WELL! Have you got a Tissue please?

Il hoqueta, et se retourna dans la direction du garçon. L'utilisation peu usuelle de cette expression québécoise l'étonna plus que tout. Serait-il possible que l'enfant vienne de cette région canadienne en particulier ?
L'enfant demandait un mouchoir ? Par chance, il lui en restait quelques uns déposés dans le salon. Il proposa alors au garçon d'entrer et l'entraîna dans le salon où il prit place sur le canapé.

-Have a sit have a sit ! Je vais vous chercher un mouchoir tout de suite ! J'en ai un paquet posé sur l'étagère, là bas. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi ces choses se retrouvent ici... Je ne penses pas que Tutur oserait mettre un tel désordre alors cela doit être, en toute logique, encore notre chère Willow ! So voilà, here is a tissue. Ne vous en faite pas pour l'hospitalité, c'est la moindre des choses, haha !

Le sourire au lèvres, Matthew avait une attitude totalement opposé au garçon qui pleurnichait toujours devant lui. L'odeur des pancakes encore chauds embaumait la pièce entière et donnait un petit côté calme et convivial à l'appartement.
Après être passé en un éclair à la cuisine, Matthew revint s'asseoir sur le canapé, une assiette de pancakes et une bouteille de sirop d'érable à la main.

- Soooo my dear, tell me. Quel est donc cet emportement soudain ? Ne pleurez-donc pas comme ça, voyons ! Nous ne sommes pas là pour raconter des sad stories, understand ? Mon nom est-il aussi atroce que ça ? Yeah, c'est vrai que je porte avec douleur le nom de famille de mon père et... gah, so contraignant, mais au fur et à mesure... On s'y habitue, y'see ? Soooo, stop crying like that ! Je me sentirai presque gêné, si la joie et l'excitation de cette mystérieuse rencontre ne me rendait pas totalement absorbé par votre personne ! Hm ! Vous aussi avez une mèche cachant votre oeil ! Déjà cela est une belle coïncidence, isn't it ?!

Il attrapa un pancake de l'assiette et fit s'écouler une grosse dose de sirop d'érable dessus. Il fallait essayer de ne pas en mettre partout non plus : C'était sa toute nouvelle combinaison bleue, et en plus, auprès d'un invité, ce n'est jamais très glorifiant !




© Kibara sur Epicode..

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 17 Jan - 10:59
- Heeeeey heyheyheyhey dude, calm down ! What's going on ? Tell me ! Un problème avec ma personne ? Mon nom, mon prénom ? Ou alors est-ce vous qui avez un problème ? Vous n'avez pas de mouchoir, et cela vous fait encore plus pleurer ? Damn it ! Il n'y a pas à pleurer pour cela voyons... Oh, ou alors... Waitwaitwaitwait. Vous ne seriez pas ce genre d'enfant travaillant pour un salaire miséreux ? Dans ce cas, il est normal que vous perdiez tellement de larmes dans vos yeux scintillants. Hm, yes. Pauvre de vous n'est-ce pas ? Dans ce cas...

Je crois que c'est l'une des premières personnes qui laisse entrer des inconnus chez lui. Il parle beaucoup, mais il a vraiment l'air gentil... Enfin, tout dépends de sa réaction. Si ça se trouve il va me détester? Au pire je lui demanderais de dessiner un mouton...

-Have a sit have a sit ! Je vais vous chercher un mouchoir tout de suite ! J'en ai un paquet posé sur l'étagère, là bas. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi ces choses se retrouvent ici... Je ne penses pas que Tutur oserait mettre un tel désordre alors cela doit être, en toute logique, encore notre chère Willow ! So voilà, here is a tissue. Ne vous en faite pas pour l'hospitalité, c'est la moindre des choses, haha !

Je m'assoie sur le canapé et essuie soigneusement le sang qui coule, et par la même occasion ces fichues larmes qui roulent vivement sur mes joues. Il avait décidé de ma raconter sa vie, autant l'écouter... Soudainement, une odeur délicieusement familière me mis l'eau à la bouche. DES PANCAKES! Avec du sirop d'érable en plus. Et dire que je n'avais rien de plus qu'une lettre pour le remercier...

- Soooo my dear, tell me. Quel est donc cet emportement soudain ? Ne pleurez-donc pas comme ça, voyons ! Nous ne sommes pas là pour raconter des sad stories, understand ?

- Matthew...

- Mon nom est-il aussi atroce que ça ? Yeah, c'est vrai que je porte avec douleur le nom de famille de mon père et... gah, so contraignant, mais au fur et à mesure... On s'y habitue, y'see ?

-Matthew.

- Soooo, stop crying like that ! Je me sentirai presque gêné, si la joie et l'excitation de cette mystérieuse rencontre ne me rendait pas totalement absorbé par votre personne !

-Matthew!

- Hm ! Vous aussi avez une mèche cachant votre oeil ! Déjà cela est une belle coïncidence, isn't it ?!

Il semblait absorbé par ses propos. Il a dit... "Aussi"? Aussi? AUSSI? Je cligne plusieurs fois des yeux. Ne pleure pas ne pleure pas ne pleure pas. Pas de conclusions hâtives. Autant balancer le sac d'un coup, comme quand on retire un pansement. On le fait vite, ça fait mal, mais ça passe ensuite.

-Tu vas certainement avoir du mal à me croire mais... Je suis ton cousin. Andy MacFly. Ce... C'est ... raclement de gorge C'est mon père qui a... complètement détruit ta famille à cause de cette histoire d'héritage... You know, après ça il s'est complètement ruiné, il a eu beaucoup de dettes et pour se faire plus d'argent, il a essayé de nous vendre, moi et ma sœur. C'est donc ma mère qui nous a envoyé ici, en France loin de Montréal. Ce... C'est pour ça que je m'excuse... Quand à la mèche... Je relève légèrement la mienne, laissant apparaître mon  iris rouge. Si je ne me trompe pas... Tu as le même?

Replacement de mèche. Si ça se trouve c'est juste un sosie qui viens aussi du Québec qui a le même nom, mais qui ne comprends ABSOLUMENT rien à ce que je raconte. Je nage dans un doute profond. Un sosie absolument parfait ne exister. Je tâte mon petit carnet, toujours dans ma sacoche. Pas encore, le mouton n'est pas pour tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 17 Jan - 12:06




Cousin ?
« Let's make a genealogic tree together, with a very very sad story... »


Ah, ces merveilleuses crêpes et leur doux goût sucré lorsqu'il sont arrosés de délicieux sirop d'érable ! Matthew ne s'en lasserait pour rien au monde. Il en avait déjà avalé deux, et proposa au garçon d'en prendre aussi, lui tendant l'assiette avec un grand sourire.
Mais celui-ci semblait encore trop occupé à pleurer... Ou à essayer d'arrêter de pleurer.

-Tu vas certainement avoir du mal à me croire mais... Je suis ton cousin. Andy MacFly.

Matthew scrutait maintenant Andy des yeux, les yeux exorbités.

-Ce... C'est ... C'est mon père qui a... complètement détruit ta famille à cause de cette histoire d'héritage... You know, après ça il s'est complètement ruiné, il a eu beaucoup de dettes et pour se faire plus d'argent, il a essayé de nous vendre, moi et ma sœur. C'est donc ma mère qui nous a envoyé ici, en France loin de Montréal.

- WHAAAT ?


Il n'en croyait pas ses oreilles. Etait-il vraiment le fils de cette crapule sans nom, responsable de tant de ses malheurs et, visiblement, ceux de son prétendu cousin ? Ses mains tremblaient peu à peu, et son visage lumineux commença à s'assombrir, ses sourcils se fronçant et déformant sa bouche dans une grimace de dégoût.

- Ce... C'est pour ça que je m'excuse... Quand à la mèche... Si je ne me trompe pas... Tu as le même?

Surprise sur surprise.
Matthew n'en croyait pas ses oreilles, ainsi que ses yeux.
Cette série de révélation le faisait bouillonner intérieurement. Il ne pouvait retenir ses tremblements quand soudain, il se leva et d'un coup, et empoigna le col de Andy.

- WHAT WHAT WHAT WHAAAAT ? What did you say ? ARE YOU KIDDING ME ? Shitshitshit... shiiiit. Sommes-nous bien COUSINS ? Êtes-vous bien le fils de CE CRISS DE MARDE ? Aaaah ! Nononononono ! Alors que la journée commençait bien, me voilà encore à m'emporter sur des histoires de famille ! WHY ? WHY ? Comment OSEZ-VOUS mettre en désordre mon esprit de tranquillité ? COMMENT OSEZ-VOUS VOUS PRESENTER A MOI ALORS QUE VOTRE PERE A CAUSE MA PERTE AINSI QUE CELLE DE MES PARENTS ? HEIIIIN ? TELL ME THAT. TELL ME ! Tabarfuck. Me voilà maintenant sombrant peu à peu dans la tristesse et le désespoir... C'EST VOTRE FAUTE ! Pourquoi faut-il que vous ayez, en plus, vous aussi un oeil rouge ?! Ah, temps de tristesse ! Temps de douleur ! POURQUOI ME FAIRE RAPPELER CA ? GAAAH.

Il secouait Andy en même temps qu'il criait, mais le lâcha instantanément une fois sa tirade terminée.
Il baissa ensuite la tête, et tomba à genoux. Sa tête tomba alors sur ceux de Andy, sur lesquels il posa aussi ses bras comme si il mettait sa tête entre ses bras.

- That damned family... That damned red eye... Jeez, why ? Pourquoi faut-il que cette story soit si sad ? Une happy story, cela n'existerait plus dans ce monde ? Ah, tristesse... Elle m'enivre peu à peu. Le monde s'écroule, nous sommes perdus ! Nos parents nous ont TOUS détruits. Toustoustoustouuuuus sans exceptions ! Le monde est détruit ! Rien ne peut nous sauver ! Fatality ! Waah... Andy. Moi aussi, mon oeil est rouge. Rouge comme le sang et la mort, yeah. That damned thing...

Il quitta les genoux de Andy pour le regarder en face, et, à son tour, souleva sa mèche de cheveux blond pour y dévoiler son oeil rouge écarlate. Cela ne dura que quelques secondes. A peine 5, si sa montre est à l'heure. Une fois ce temps écoulé, il finit bien vite par remettre sa mèche en place et planter son regard bleu dans celui de Andy.

- You see ? C'est ça, la source de mon malheur. Mais celui qui tenait les ficelles était vraiment ton père... Gah, je... j'espère que tu n'es pas aussi atroce que ton père... I'm sorry. Je me suis un peu emporté mais... Dammit. Ces histoires sont tellement, teeeellement douloureuses ! Comment pourrions-nous nous en sortir si elles continuent à nous poursuivre de jours en jours ?




© Kibara sur Epicode..

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 17 Jan - 16:56
Il tremblait de tout son corps. Un mélange de tristesse et de colère semblait s'emparer de lui, il me pris par le col et se lancer dans une tirade, comme à son habitude.

- WHAT WHAT WHAT WHAAAAT ? What did you say ? ARE YOU KIDDING ME ? Shitshitshit... shiiiit. Sommes-nous bien COUSINS ? Êtes-vous bien le fils de CE CRISS DE MARDE ? Aaaah ! Nononononono ! Alors que la journée commençait bien, me voilà encore à m'emporter sur des histoires de famille ! WHY ? WHY ? Comment OSEZ-VOUS mettre en désordre mon esprit de tranquillité ? COMMENT OSEZ-VOUS VOUS PRESENTER A MOI ALORS QUE VOTRE PERE A CAUSE MA PERTE AINSI QUE CELLE DE MES PARENTS ? HEIIIIN ? TELL ME THAT. TELL ME ! Tabarfuck. Me voilà maintenant sombrant peu à peu dans la tristesse et le désespoir... C'EST VOTRE FAUTE ! Pourquoi faut-il que vous ayez, en plus, vous aussi un oeil rouge ?! Ah, temps de tristesse ! Temps de douleur ! POURQUOI ME FAIRE RAPPELER CA ? GAAAH.

Il me lâcha, une sorte de colère s'emparait de moi, mais je ne laissait rien transparaître. Comment LUI, osait-il insinuer que tout était de notre faute? EST-CE QUE J'AI VOULU D'UN PERE COMME CA? Non, bien sûr que non, mais pour les adultes c'est toujours pareil: C'est les plus jeunes qui ne comprennent rien à la vie, qui sont immatures et qui font des conneries. La maturité ici? A la poubelle. Cet homme n'est peut être pas aussi gentil qu'il en avait l'air, si ça se trouve il est comme les autres: égoïste, accro à l'argent, et ne veut que prendre, prendre et prendre! Alors que j'étais affalé au sol, Matthew a posé sa tête sur mes genoux, avant de la prendre avec ses deux mains.

- That damned family... That damned red eye... Jeez, why ? Pourquoi faut-il que cette story soit si sad ? Une happy story, cela n'existerait plus dans ce monde ? Ah, tristesse... Elle m'enivre peu à peu. Le monde s'écroule, nous sommes perdus ! Nos parents nous ont TOUS détruits. Toustoustoustouuuuus sans exceptions ! Le monde est détruit ! Rien ne peut nous sauver ! Fatality ! Waah... Andy. Moi aussi, mon oeil est rouge. Rouge comme le sang et la mort, yeah. That damned thing...

Au moins pour cette chose là j'étais d'accord. Fucking red eye. Et encore, son autre œil est bleu, le mien est presque aussi rouge que l'autre, mais avec des nuances marron. Il releva la tête, me fixa droit dans les yeux et écarta légèrement sa mèche. Red like the blood. Like the fire. Like the destruction. Rouge. C'était court, il prend le temps de la remettre en place, comme je l'avais fait. Puis il me fixe quelques millièmes de secondes avant de dire:

- You see ? C'est ça, la source de mon malheur. Mais celui qui tenait les ficelles était vraiment ton père... Gah, je... j'espère que tu n'es pas aussi atroce que ton père... I'm sorry. Je me suis un peu emporté mais... Dammit. Ces histoires sont tellement, teeeellement douloureuses ! Comment pourrions-nous nous en sortir si elles continuent à nous poursuivre de jours en jours ?

Même pas en rêve. Me comparer à mon père? J'ai bien envie de vomir... Après courte réfléxion je finis par répondre:

- Doesn't matter, j'aurais fais la même chose... These sad stories sont certes très tristes mais... Enfin c'est mon avis je n'ai que 12 ans, mais ça fait toujours du bien d'en parler, surtout à quelqu'un qui comprends. Ah et euh.. pendant que j'y pense...

Je sors le cahier de ma sacoche avec un crayon à papier:

- Ca va te paraître bizarre. Mais s'il te plaît... Tu peux me dessiner un mouton?

Oui, dessine moi un mouton!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 17 Jan - 18:56




Cousin ?
« Black sheep of doom »


- Doesn't matter, j'aurais fais la même chose... These sad stories sont certes très tristes mais... Enfin c'est mon avis je n'ai que 12 ans, mais ça fait toujours du bien d'en parler, surtout à quelqu'un qui comprends.

Un petit sourire illumina le visage triste de Matthew. Il enviait Andy d'avoir, lui, quitté aussitôt le domicile familial pour préserver encore un peu de son enfance. Matthew l'a fait à 16 ans, lui. Mais encore au Canada les marques de son passé terrible continuait à le suivre même à son travail. Il avait décidé de cacher son oeil par dessus une mèche de cheveux et essayer de penser à autre chose, mais un jour, il finit par craquer et le voilà ainsi dans la situation présente...
Il n'aimait pas vraiment parler de son passé, mais celui-ci finissait toujours par le rattraper quoi qu'il arrive. Et rien le fait d'y penser le faisait tôt ou tard entrer dans une humeur dépressive...
Matthew finit par se relever et s'assit sur la place qu'il avait quittée plus tôt sur le canapé, regardant toujours Andy de ses yeux humides.

- Ah et euh.. pendant que j'y pense...

Que voulait-il ? Le garçon commençait à fouiller son sac afin d'en sortir un petit carnet, et Matthew n'avait absolument aucune idée de ce qu'il attendrait de lui.

- Ca va te paraître bizarre. Mais s'il te plaît... Tu peux me dessiner un mouton?

Matthew releva la tête. Un mouton ? Il regarda Andy, perplexe. C'était bien la première fois qu'on lui demandait de dessiner quelque chose, et encore plus un mouton !

- Un mouton... ? Ha, et pourquoi donc ? Pourquoi choisir de dessiner cet animal ? Pourquoi pas un autre, hm ? Un mouton... Un mouton !... Enfin, anyway, why not. Ca me fera penser à autre chose... Gimme your notebook.

Il tendit la main vers le cahier de Andy en attendant qu'il le lui donne, accompagné d'un crayon à papier semblant avoir été beaucoup utilisé. Il demandait ce genre de choses aux autres, aussi ?
Il posa le cahier sur ses genoux et commença la réalisation de l'animal. Il ne s'était jamais vraiment consacré au dessin avant aujourd'hui et craignait alors  le rendu final. Mais finalement, il ne s'en sortait pas trop mal, bien que le mouton ait vraiment l'air plus déprimé qu'autre chose. Mais il fallait le comprendre, Matthew n'était vraiment pas d'humeur à dessiner un mouton.
Une fois l'animal terminé, il rendit son carnet et son crayon à Andy. Soupirant tout en regardant le garçon, il se demandait vraiment ce qu'il allait en faire. Peut-être en faisait-il la collection ? QUel en était le sens caché ? Il y réfléchit un instant encore, avant de prendre un nouveau pancake dans l'assiette posée sur la table, devant le canapé.

- Dessiner un mouton... A quoi cela peut vous servir ? Tell me... Pourquoi un mouton ? N'y a-t-il pas plus déprimant que ce pauvre animal, condamné à finir, déjà jeune, entre les dents des humains ? Ah, de toute façon, les humains sont des monstres... Je suis un monstre. Nous sommes tous des monstres ! Toi aussi Andy ! C'est tellement, teeeellement saaad... MAlheureusement, il n'y a plus rien a faire. Plus rien ! Même les pancakes ne réussiront pas à nous rendre meilleurs, même si ces crêpes sont très bonnes... Nous ne méritons pas tout cela !

Matthew avait besoin de quelque chose pour le calmer.
Il scruta des yeux les alentours de l'appartement, et finit par apercevoir, à pas plus de 2 mètres du canapé, sa belle clé à molette. C'était ce qu'il cherchait, alors il se leva, et marcha en traînant des pieds en direction de l'étagère où elle était posée. Il la prit en souriant, et se rassit sur le canapé. Mais il finit bien vite par baisser la tête, amenant quelques mèches de ses cheveux d'or cacher ses deux yeux, avant de serrer sa clé à molette, sans un mot.



© Kibara sur Epicode..

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 18 Jan - 0:44
La machine se met en marche, comme à son habitude.

- Un mouton... ? Ha, et pourquoi donc ? Pourquoi choisir de dessiner cet animal ? Pourquoi pas un autre, hm ? Un mouton... Un mouton !... Enfin, anyway, why not. Ca me fera penser à autre chose... Gimme your notebook.

Il pose quelques questions mais le dessine quand même. Il est peut être gentil finalement. Gentil, mais bipolaire. Il me rend mon cahier,il soupire. Son mouton est tout gris, et il a l'air blasé. Mais un mouton est un mouton. L'intention compte plus que tout. Il l'a dessiné juste pour me faire plaisir, alors que ça ne lui faisait perdre que du temps. Et pour les adultes le temps c'est de l'argent. Mais pas pour lui. Je fixe le mouton, et souris pendant qu'il entame une tirade longue comme la longueur de l'équateur.

- Dessiner un mouton... A quoi cela peut vous servir ? Tell me... Pourquoi un mouton ? N'y a-t-il pas plus déprimant que ce pauvre animal, condamné à finir, déjà jeune, entre les dents des humains ? Ah, de toute façon, les humains sont des monstres... Je suis un monstre. Nous sommes tous des monstres ! Toi aussi Andy ! C'est tellement, teeeellement saaad... Malheureusement, il n'y a plus rien a faire. Plus rien ! Même les pancakes ne réussiront pas à nous rendre meilleurs, même si ces crêpes sont très bonnes... Nous ne méritons pas tout cela !

Il se retourna, pris une... clé à molette géante? Hm. Chacun ses trucs après tout... et se rassit, laissant des mèches lui tomber sur le visage. Je réfléchis longuement à ses paroles avant de dire:

- Nononono! Le mouton, c'est l'innocence, la paix, la douceur... Et puis si ça se trouve... Ce sont eux qui sont tous des monstres, et nous qui somment humains...

Ce raisonnement était plausible. Et puis c'est gentil les moutons, je ne vois rien de déprimant en eux... Quand au terme "monstre", je ne peux m'empêcher de penser à Amy. Née avec des mains griffues et des yeux de chats d'un bleu pourtant magnifique... J'ai parfois l'impression qu'une malédiction plane au dessus de la famille. Non, impossible... enfin pourtant j'ai déjà vu un loup qui parle, donc une malédiction ne serait pas bizarre. Pas bizarre mais injuste, INJUSTE... Je ne peux plus retenir ma rage, de nouvelles larmes, plus petites cette fois perlèrent délicatement au bout de mes yeux, sans couler.

-C'est pas juste... Why? Why ces pauvres gens qui ont une vie plutôt normale viennent gâcher encore plus celle de ceux qui en ont une POURRIE? Les seules choses qui planent sur ce pays censé être basé sur l'égalité, sont L' ÉGOÏSME ET L'INJUSTICE! Evidemment c'est bien moins drôle de vivre sa petite vie tranquillement comme elle est, NOOOO It's more funny to have money! L'ARGENT voilà le problème! Tout est basé sur ces stupides morceaux de papiers de toutes les couleurs! DEPUIS LE DEBUT Ce n'est que l'argent le source de nos problèmes! JUST FOR A FUCKIN' HERITAAAGE Et quand on en a plus il en faut encore évidemment! Toujours prendre, prendre PRENDRE! Et évidemment quand un petit garçon vous demande de dessiner un mouton, juste un mouton, JUST A SHEEP! Bah non, "J'ai des trucs à faire", "J'ai pas le temps!", "Vas jouer avec ta sœur Gamin!" IL NE CONNAISSAIT MÊME PAS MON NOM! Can he be a father? I mean, a REAL Father? Nononononono, Absolutly not. Whathever... Il faut que je me calme... désolé de m'emporter c'est juste que... C'est trop pas juste... On a rien demandé nous...

Soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 25 Jan - 12:50
HRP:
 

Coffee stain of life

Feat. Le Petit Prince

- Nononono! Le mouton, c'est l'innocence, la paix, la douceur... Et puis si ça se trouve... Ce sont eux qui sont tous des monstres, et nous qui somment humains...

L'innocence ? La paix ? La douceur ?
Il se moquait de lui ou bien ?
Pourquoi serais-ce eux les monstres ?
Matthew serrait toujours sa clé à molette, regardant le sol d'un air déprimé.
C'était lui le monstre. Son oeil rouge faisait peur aux gens. C'est pour ça qu'il a subit tant de souffrance dans sa jeunesse.
Ce n'était en aucun point les moutons qui, eux, le regardaient par derrière la fenêtre de sa chambre alors qu'ils étaient en train de brouter, libres de faire ce qu'il leur souhaitait.
On lui avait privé sa liberté parce que c'était un monstre, rien de plus !
Les monstres sont mauvais. Alors les battre et les enfermer est tout à fait normal et sensé !

La tête de Matthew semblait lourde.
Il posa la tête de sa clé à sol, pour la tenir comme une canne, et posa sa tête contre le manche. Releva la tête, la reposa contre le manche.

bambambambam.

Son front se cognait contre le manche de sa clé à molette.
Sa pensée était trouble. Les pensées négatives lui arrachait le coeur.

- Howsadhowsaaad...

Autour de lui, plus rien n'existait. Même Andy, qui était toujours assis sur le canapé, semblait invisible pour lui.
Il arrêta son manège et les larmes finirent par couler de ses yeux hétérochromes.

-C'est pas juste... Why? Why ces pauvres gens qui ont une vie plutôt normale viennent gâcher encore plus celle de ceux qui en ont une POURRIE? Les seules choses qui planent sur ce pays censé être basé sur l'égalité, sont L' ÉGOÏSME ET L'INJUSTICE!

La voix de Andy semblait aussi trouble que la sienne.

- Evidemment c'est bien moins drôle de vivre sa petite vie tranquillement comme elle est, NOOOO It's more funny to have money! L'ARGENT voilà le problème! Tout est basé sur ces stupides morceaux de papiers de toutes les couleurs! DEPUIS LE DEBUT Ce n'est que l'argent le source de nos problèmes! JUST FOR A FUCKIN' HERITAAAGE

Ah, l'argent ! Et cette histoire d'héritage. Tout avait commencé avec cette histoire, en fait.
Matthew se demandait souvent ce qu'il serait devenu si l'héritage s'était passé comme convenu et que chacun avait prit sa part sans broncher. Peut-être ne serait-il pas à l'instant présent emplit d'une telle colère ?
Matthew serra les dents. Il haïssait vraiment sa famille. Même si Andy avait l'air d'être quelqu'un qui n'était pas encore souillé par le vice...

- Et quand on en a plus il en faut encore évidemment! Toujours prendre, prendre PRENDRE! Et évidemment quand un petit garçon vous demande de dessiner un mouton, juste un mouton, JUST A SHEEP! Bah non, "J'ai des trucs à faire", "J'ai pas le temps!", "Vas jouer avec ta sœur Gamin!" IL NE CONNAISSAIT MÊME PAS MON NOM! Can he be a father? I mean, a REAL Father? Nononononono, Absolutly not. Whathever... Il faut que je me calme... désolé de m'emporter c'est juste que... C'est trop pas juste... On a rien demandé nous...

- Ah, yes ! Donc vous comprenez ce que je ressens... Cette famille et ce freaking heritage... Si cet héritage n'avait pas tourné au drame... Gah. Pourquoi pourquoi POURQUOI ? Pourquoi temps de bêtises, qui nous ont conduit au drame, HEIN ? Pauvre de vous... Pauvre de nous ! Qu'avons-nous demandés, nous ? Rien ! Et c'est nous qui payons le prix de leur bêtise ! Aah... Si mes oncles n'étaient pas aussi cupides, si mon père avait pu se défendre... Gosh, la vie aurait été tellement plus heureuse ! Mais là, rien. Non, vivre une vie heureuse pour les MacFly est impossible, évidemment ! Il faut toujours qu'ils rejettent la faute sur nous ! ... Gosh, tout cela... c'est une malédiction. La malédiction des yeux rouges ! Qui attise la haine de tous ! Quel malheur ! N'y a-t-il alors aucune issue ? Nous mourrons tous dans le désespoir ! Les yeux rouges nous auront tous !

Matthew, grimaçant de dégoût, serra ses mains tenant le manche de sa clé à molette.
Encore cette histoire des yeux rouges. Matthew en avait marre. Au bout d'un moment, son oeil rouge finira par le rendre encore plus fou qu'il ne l'est pas déjà.
Il fallait qu'il penses à autre chose. Autre chose, autre chose ! Même si il n'était pas d'humeur à parler de happy story, il essayait de penser à quelque chose de plus positif. Comme par exemple...
L'envie de boire un café.
Il se leva et marcha d'un pas lourd en direction de la cuisine. Il fit chauffer l'eau de la cafetière et prépara son café en moins de deux. Il prit une tasse dans un placard ainsi qu'une cuillère avant de revenir aux côtés de Andy.
Cela lui faisait d'ailleurs penser que, au départ, son cousin était là pour lui apporter une lettre.

- Au fait, Andy... Il me semble que vous êtes venus ici tout d'abord pour m'apporter une lettre à mon nom... Je peux l'avoir maintenant ?

En espérant que cette lettre lui délivrera une bonne nouvelle !
Matthew bu une gorgée de café en attendant que Andy lui donne la lettre qu'il lui avait demandé.

Code par ZokuPengin sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 30 Jan - 18:10


- Ah, yes ! Donc vous comprenez ce que je ressens...

C'est maintenant qu'il s'en rend compte? Je suis de son côté depuis le début moi. C'est presque vexant qu'il me compare au monstre qu'est celui que j'ai un jour apellé "Father".

- Cette famille et ce freaking heritage... Si cet héritage n'avait pas tourné au drame... Gah. Pourquoi pourquoi POURQUOI ? Pourquoi temps de bêtises, qui nous ont conduit au drame, HEIN ? Pauvre de vous... Pauvre de nous ! Qu'avons-nous demandés, nous ?

C'est ce que je viens de dire. Il a tendance à se répéter... En fait il est vraiment étrange comme adulte. Enfin si on peut le qualifier comme ça. Il a l'air perdu, dans sa tête, comme un enfant auquel on aurait pris quelque chose d'important. Pourtant, il fait aussi peur qu'un adulte et a une allure d'adulte. Mais on pourrait dire que c'est un moitié d'adulte. Matthew la moitié d'adulte. Une moitié d'adulte, car parfois il se comporte comme un mais parfois on dirait vraiment un gamin. Il doit être un peu fou tout de même. Mais c'est pas grave, ça reste un moitié d'enfant aussi.

- Rien ! Et c'est nous qui payons le prix de leur bêtise ! Aah... Si mes oncles n'étaient pas aussi cupides, si mon père avait pu se défendre... Gosh, la vie aurait été tellement plus heureuse ! Mais là, rien. Non, vivre une vie heureuse pour les MacFly est impossible, évidemment ! Il faut toujours qu'ils rejettent la faute sur nous ! ... Gosh, tout cela... c'est une malédiction. La malédiction des yeux rouges ! Qui attise la haine de tous ! Quel malheur ! N'y a-t-il alors aucune issue ? Nous mourrons tous dans le désespoir ! Les yeux rouges nous auront tous !

Une malédiction? Je n'y aurais jamais vraiment songé. En même temps, il existe des loups qui parlent et des espèces de mâchoires sur pattes, donc des malédictions, pourquoi pas. Mais dans ce cas pourquoi sur les MacFly? Qu'est ce qu'on a fait pour mériter ça? Ou alors c'est juste Dieu qui s'est dit: "Bon je me fais chier donc je vais balancer une malédiction sur une famille qui a un nom de famille pourri... MACFLY?! Comme dans Retour vers le futur? Ce film était nul. Et si je leur balançais une malédiction? Oh ouais ça va être marrant" Si c'est le cas, Dieu t'es qu'un connard. Retourne dans tes nuages s'il te plaît. C'est fous ce que les nuages ressemblent à des moutons. Ou alors c'est les moutons qui ressemblent aux nuages... Il faut que j'y réfléchisse. Car les nuages sont tout mouillés alors que les moutons sont tout doux, mais vu qu'ils sont blancs et d'une forme irrégulière, leur ressembance est vraiment étrange. Pour deux choses complètement différentes, c'est vraiment...

- Au fait, Andy... Il me semble que vous êtes venus ici tout d'abord pour m'apporter une lettre à mon nom... Je peux l'avoir maintenant ?

Ne m'interrompt pas quand je réfléchis... Ah oui la lettre. Je tend la lettre en disant:

-Ah euh bien sûr! Mais tu peux me tutoyer tu sais... I'm younger than you et puis ça me met mal à l'aise d'être vouvoyé... Et puis t'as de beaux yeux tu sais. Plus que moi en tous cas, ils sont presque aussi rouges l'un que l'autre... Enfin, voici ta lettre.

Je regarde sur l'ouverture de la lettre pour regarder le nom de l'envoyeur, Melody Leroy. Ah, en plus la lettre n'est pas destinée qu'à lui... Il y a aussi le nom de Willow ori... Oribu... GAH ce nom est trop compliqué à lire...

- Ca vient d'une certaine Melody Leroy, la lettre est aussi destinée à une certaine Willow machintrucmuche.

CAP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 31 Jan - 14:15
Back to the past

Feat. Le Petit Prince


-Ah euh bien sûr! Mais tu peux me tutoyer tu sais... I'm younger than you et puis ça me met mal à l'aise d'être vouvoyé...

Matthew tourna la tête vers Andy et le scruta des yeux. Il avait pour habitude de vouvoyer un peu tout le monde, du moment qu'il ne connaissait pas bien la personne ou qu'il souhaitait en prendre distance. Il n'aimait pas tout de suite passer à la proximité, mais si cela dérangeait son cousin d'être ainsi vouvoyé, alors il utilisera le tutoiement. Cela ne le dérangeait pas.
Buvant une autre gorgée de café, Matthew ne quitta pas les yeux de son cousin.

- Et puis t'as de beaux yeux tu sais. Plus que moi en tous cas, ils sont presque aussi rouges l'un que l'autre... Enfin, voici ta lettre.

De beaux yeux, hm ?
C'est vrai que Andy n'a pas été gâté lui non plus. Mais il n'en reste que, même si l'oeil bleu de Matthew se révélait être magnifique, son oeil rouge, lui, était le plus immonde de toutes les nuances qui puissent exister. Il est alors impossible de qualifier ses yeux de la sorte. Du moins, selon son point de vue.
Matthew émit un soupir méprisant avant de prendre la lettre que Andy lui tendait. A son dos était écrit son nom en belles lettres bleue, ainsi que l'adresse de l'auteur de cette lettre.
"Melody Le...

- Ca vient d'une certaine Melody Leroy, la lettre est aussi destinée à une certaine Willow machintrucmuche.

Melody Leroy ?
MELODY LEROY ?
Le sang de Matthew ne fit qu'un tour.
Il parlait bien de la Melody qu'il connaissait ?
Non, Matthew ne pouvait y croire. Cela faisait trop longtemps ! Cela devait faire 10 ans qu'ils n'avaient reprit contact. C'était impossible, impossible ! Elle avait déménagée et ils ne s'étaient plus jamais revus. C'était trop beau pour que Matthew puisse y croire...
Mais comment son nom aurait-il pu être écrit par une autre Melody que celle qu'il connaissait ? Leroy est un nom de famille très répandu... Non, Matthew n'y croyais pas. Mais pourtant, il continuait à fixer les courbes du prénom de l'envoyeur, et soudain dessina un sourire heureux sur son visage auparavant désolé.
Au fond de lui, il y croyais, et ça commençait à le faire devenir de plus en plus agité.

- No, nonononono... SERIOUSLY ? ARE YOU KIDDING AGAIN ? Y-You... Haha, ne me dit pas que tu es en train de faire jouer mes sentiments ! Déjà qu'ils sont instables de nature, les faire chavirer de la sorte n'est pas bon y'know ! Que se passerait-il si... Hm. AH ! MELODY. MELODYYY ! C'est réellement de celle-là qu'il s'agit ? CE NE SERAIT PAS UN DOUBLE MALEFIQUE OU UNE USURPATRICE ? Zut, zut zut... Here I am... Si mon coeur continue à battre aussi vite, il va finir par lâcher ! Ah ! ANDY ! Sais-tu à quoi elle ressemble ? A-t-elle les cheveux roux, bouclés comme des nuages ? TELL ME ! TELL MEEE. I WANT TO KNOW.

Et encore, agité était un grand mot. Car Matthew venait encore de secouer Andy dans tous les sens. Il ne tenait pas en place et, finissant son café d'une traite, commença à faire tournoyer sa clé à molette dans tous les sens.
Si c'était bien la Melody qu'il connait, il était bien possible qu'il mitraille Andy de mille et une questions, même si le pauvre ne devait en avoir aucune idée.

Voir que Melody lui avait envoyé une lettre était pour lui comme une projection onirique. Comment a-t-elle pu savoir qu'il habitait maintenant à Chantilly, à cette adresse ? Avait-elle déjà vu son nom écrit quelque part ? Ou alors... Connaissait-elle Willow ? Car sur la lettre était aussi écrit son nom. Il y a des chances pour que sa colocataire connaisse Melody et qu'elle ait décidé de lui envoyer une lettre !
Matthew était tellement bouleversé qu'il ne pouvait s'empêcher de trembler. Il en avait même perdu les mots. Il finit par ouvrir délicatement la lettre et la lire d'une traite. La Melody qu'il connaissait était aussi à Chantilly, ce qui ne pu l'empêcher de décocher un grand sourire joyeux.
Elle lui donnait rendez-vous au café, dans quelques jours, afin qu'ils puissent se revoir avec Willow. Matthew continua à fixer le papier pendant longtemps, relisant la lettre encore et encore. Il allait revoir sa seule amie d'enfance.
Ses yeux alors ne purent s'empêcher de s'humidifier...


Code par ZokuPengin sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 31 Jan - 20:56
Ses lèvres s'étirent pour former un sourire. Mais je ne peux pas déterminer si c'est un sourire heureux, ou un sourire "Je vais me faire un plaisir à torturer cette personne"

- No, nonononono... SERIOUSLY ? ARE YOU KIDDING AGAIN ?

Il me prends par le col et me secoue. Encore. Mes pieds ne touchent plus le sol, mais il a l'air de pas mal s'en ficher.

- Y-You... Haha, ne me dit pas que tu es en train de faire jouer mes sentiments ! Déjà qu'ils sont instables de nature, les faire chavirer de la sorte n'est pas bon y'know ! Que se passerait-il si... Hm. AH ! MELODY. MELODYYY ! C'est réellement de celle-là qu'il s'agit ? CE NE SERAIT PAS UN DOUBLE MALEFIQUE OU UNE USURPATRICE ?

Un double maléfique? Ce serait marrant. Comme un... Un Simili (oui j'ai un minimum d'éxpérience en jeux vidéos)

- Zut, zut zut... Here I am... Si mon coeur continue à battre aussi vite, il va finir par lâcher ! Ah ! ANDY ! Sais-tu à quoi elle ressemble ? A-t-elle les cheveux roux, bouclés comme des nuages ? TELL ME ! TELL MEEE. I WANT TO KNOW.

-M... Mais j'en sais rien!.... balbutiais-je, je ne vois pas les gens mettre les lettres dans les boîtes... M-mais peut être que cette Willow pourra te le dire? Enfin je... Je ne suis pas censé savoir ce qu'il y a dans les lettres je ne suis qu'intermédiaire...

Il me làche, mais continue de trembler en lisant la lettre. Ses yeux vont de la droite vers la gauche, enfin de mon point de vue. Il souriait. Des larmes perlèrent sur les coins de ses yeux. Cette Melody devait vraiment être importante à ses yeux pour se mettre dans cet état. Sans rien demander, je lui tends un mouchoir neuf, afin qu'il essuie ses larmes.  Il passait très rapidement de joie, tristesse, colère, tristesse, joie... Je le regarde, puis finis par demander:

- Dis, cette Melody est-elle VRAIMENT importante à tes yeux? Enfin je veux dire, est -ce que tu pourrais essayer de faire cinq fois le tour du monde à pieds en trois jours pour elle, même si tu sais que c'est impossible?

Question étrange certes, surtout sortie de ma bouche. Mais j'avais très envie de faire la morale à un adulte, je trouve ça marrant en quelques sortes. J'attends juste sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 1 Fév - 2:24
Happy time, happy coffee !

Feat. Le Petit Prince


Andy avait vu les larmes couler sur le joue de Matthew et lui tendit alors un mouchoir qu'il avait dû prendre de la boîte que Matthew avait apportée un peu plus tôt.
Après un bref remerciement, il essuya son visage et posa la lettre à côté de lui. Il devait la montrer à Willow quand elle rentrera. Il en profitera alors pour lui poser quelques questions à propos de Melody.
En 10 ans, beaucoup de choses changent. Et Matthew se demandait ce qui était arrivée à Melody une fois qu'elle avait déménagée.
Voyant l'état dans lequel Matthew s'était mit, cela ne passa pas inaperçu aux yeux de son cousin.

- Dis, cette Melody est-elle VRAIMENT importante à tes yeux? Enfin je veux dire, est -ce que tu pourrais essayer de faire cinq fois le tour du monde à pieds en trois jours pour elle, même si tu sais que c'est impossible?


Cinq fois le tour du monde en trois jour ? Matthew sourit à cette idée. C'était impossible, peut-être, mais si défi il y avait il le relèverai sûrement.

- Importante ? Andy, je peux te dire qu'elle est bien plus qu'importante à mes yeux. Tu ne sais combien j'ai subit de malheur et comment elle a essayée d'y mettre fin ! Cette... Cette Melody... Elle aimait les yeux rouges. Elle n'en avait pas peur, et ne le haïssait pas ! Elle a fait tellement de choses pour moi mais... Gah, cela doit bien faire 10 ans que je ne l'ai pas vue. Alors la voir m'envoyer une lettre et... organiser un rendez-vous pour se revoir... C-C'est... Oh, cela m'emplit d'une joie tellement immense ! Tellement grande que mes émotions en ont perdues toute leurs logique : J'en suis tellement réjouis que les larmes en ont coulées ! N'est-ce pas quelque chose de totalement paradoxal ? Ah, Andy ! Je ne penses pas qu'il faille faire cinq fois le tour du monde en trois jours tout en y allant à pied pour la revoir, mais si tel était le cas, je penses en être tout à fait capable, en le réussissant, bien évidemment ! Cela semble irréaliste que je puisses réussir un tel pari, mais revoir une personne aussi merveilleuse que Melody après 10 ans l'est d'autant plus !

Son grand sourire joyeux ne quitta pas son visage encore humide.
Toujours sa clé à molette en main, il tendit les bras vers Andy pour lui faire un gros câlinou.

- Ah ! Je suis tellement heureux ! What a happy story ! Cette lettre n'a été que porteuse d'une bonne nouvelle et donc, d'une nouvelle happy story ! Ah, Andy ! Comment pourrais-je te remercier pour avoir autant embelli ma journée, hm ? Tell me ! I'll give you every things you want !

Après cette déclaration, Matthew se leva, toujours sa clé à molette en main, et alla de nouveau dans la cuisine remplir sa tasse de café.
Regagnant le canapé, Matthew se tourna vers Andy, son café à la main, toujours souriant.

Code par ZokuPengin sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 3 Fév - 14:25
Il sourit. Soit il se moque de moi, soit l'idée l'amuse. Cinq fois le tour du monde en trois jours à pieds, c'était impossible certes. Mais au moins, essayer de le faire pour quelqu'un serait une grande preuve d'amitié. Ou même d'amour.

- Importante ? Andy, je peux te dire qu'elle est bien plus qu'importante à mes yeux. Tu ne sais combien j'ai subit de malheur et comment elle a essayée d'y mettre fin ! Cette... Cette Melody... Elle aimait les yeux rouges. Elle n'en avait pas peur, et ne le haïssait pas ! Elle a fait tellement de choses pour moi mais... Gah, cela doit bien faire 10 ans que je ne l'ai pas vue. Alors la voir m'envoyer une lettre et... organiser un rendez-vous pour se revoir... C-C'est... Oh, cela m'emplit d'une joie tellement immense ! Tellement grande que mes émotions en ont perdues toute leurs logique : J'en suis tellement réjouis que les larmes en ont coulées ! N'est-ce pas quelque chose de totalement paradoxal ? Ah, Andy ! Je ne penses pas qu'il faille faire cinq fois le tour du monde en trois jours tout en y allant à pied pour la revoir, mais si tel était le cas, je penses en être tout à fait capable, en le réussissant, bien évidemment ! Cela semble irréaliste que je puisses réussir un tel pari, mais revoir une personne aussi merveilleuse que Melody après 10 ans l'est d'autant plus !


Un large sourire ne quitte plus son visage. Toujours la clé à molette en main, le visage brillant par l'humidité, il s'approcha de moi. Encore des secousses? Non. Juste un gros câlin. Un câlin.... NAN NE PLEURE PAS ANDY. des petites, toutes petites perles de larmes se formaient aux coins de mes yeux. es larmes de joie pour une fois, que j'essuyais furtivement en rigolant.

- Ah ! Je suis tellement heureux ! What a happy story ! Cette lettre n'a été que porteuse d'une bonne nouvelle et donc, d'une nouvelle happy story ! Ah, Andy ! Comment pourrais-je te remercier pour avoir autant embelli ma journée, hm ? Tell me ! I'll give you every things you want !

Mes yeux s'ouvrirent en grand, par surprise.

- No! Nononono! You musn't give me anything! Je.. Je ne faisais que mon travail après tout... enfin je suis content de t'avoir rendu le sourire. C'est un peu ça mon cadeau on va dire. D'accord?

Je lui fis un sourire aussi radieux que le sien, et repris un pancake, l'air pensif, analysant un à un chaque mot qu'il avait dit à propos de Melody. C'est peut être un trois quarts d'enfant finalement. Réaliser des choses complètements impossible, au moins essayer, seulement pour revoir un personne... Elle devait VRAIMENT être importante à ses yeux. En parlant d'yeux... Il a bien dit: "Elle aimait les yeux rouges."? Cette idée me paraît... Impossible. Même Amy qui me dit toujours que mes yeux sont magnifiques ne le pense pas vraiment, je le sais, et j'en suis sûr. Mais si je lui dit ça, ça va lui gâcher sa bonne humeur. Et gâcher la bonne humeur d'un quart d'adulte n'était pas une bonne solution.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 7 Fév - 12:06
Wondering time

Feat. Le Petit Prince


L'état dans lequel Matthew se trouvait à se moment-là pouvait-être comparé à une euphorie. Son trouble aurait pu lui faire voir le mauvais côté des choses, comme le temps à attendre ou les potentielles péripéties auxquelles il devra peut-être se confronter avant le rendez-vous, mais il n'en fut rien : La joie avait l'avait déjà gagné et rendait son comportement envers cette lettre presque surjoué. Cela pouvait durer trente seconde comme une journée entière, mais il en résulte un fait identique : voir cette lettre le rendait heureux.
Après un câlin remplit d'émotion, Matthew, qui n'avait pas quitté son air enjoué, reprit une gorgée de café.

- Ha, si tu ne veux rien, no worries, je ne t'en voudrais pas ! Il y a des moments où les gens ne veulent saisir l'occasion d'obtenir ce qu'il leur plait... Je comprends cela ! Si l'on avait toujours tout de suite ce que l'on veut, la vie en deviendrait bien plus longue, une fois tous nos objectif atteints... Certes, ce n'est qu'une perte de temps d'essayer d'obtenir -parfois en vain- ce que l'on désire, mais laisser traîner les choses alimente aussi le suspense, et la joie obtenue en obtenant enfin l'objet de nos désirs ! That's a bit strange, et assez perturbant. Il arrive des fois où je n'en comprends plus le sens, car laisser traîner les choses signifie aussi la possibilité de ne plus les avoir du tout ! Alors, il faut choisir... Je déteste faire des choix. Cela me rends malheureux de savoir que je n'ai pas fait le bon ! Car malgré mon air enjoué, je cache aussi une part d'ombre... Cela peut survenir à n'importe quel moment y'see ? So, ce n'est pas un problème pour moi de voir que tu ne veux rien obtenir de ma part pour le moment ! De toute façon, tu es encore un enfant, alors même si le temps passe parfois trop vite, tu as encore un peu de temps !

Après avoir déblatéré son énième discours, Matthew s'enfonça dans son canapé, prenant ses aises tout en terminant sa tasse de café. Mais il se releva bien vite lorsqu'une interrogation lui arriva soudain à propos de Andy : Si celui-ci était bien son cousin, alors, (même si ne pas le remarquer pourrait relever d'une certaine stupidité, surtout que Matthew l'avait déjà déduis avant) cela voulait dire qu'il était le fils de l'un de ses oncles peu scrupuleux. Savoir lequel n'était pas sa question car, en réalité, sa famille aurait bien pu finir hachée dans un hacheur à viande et finir en lasagne que ça ne lui ferait ressentir pas le moindre petit sentiment minuscule d'émotion. Non, sa question résidait plutôt des conditions de vie de son cousin et de pourquoi il était là aujourd'hui. Il n'avait que 12 ans, et cela l'intriguait.

- Sooo, tell me, Andy. Si vous êtes bien mon cousin, alors vous devriez non pas habiter en France, à Chantilly, mais au Québec. Qu'est-ce que cela signifie ? Oh dammit, votre famille aurait-elle emménagée ici ? Oh no ! T'a-t-elle réduite en esclavage, Andy ? Tell me ! It's important ! Si tel est le cas je me ferai une joie de les démonter, really ! Pourquoi commences-tu déjà à travailler alors que tu n'as que 12 ans ? Surtout que ton boulot semble bien rude, avec toutes les autres lettres que tu portes dans ton sac ! Tu ne dois pas vraiment avoir de temps pour toi ! How sad !

Il est vrai que de retrouver par hasard de la famille dans une même ville alors que l'on vient d'outre-Atlantique relèverais presque du surnaturel. Matthew devait se sentir honoré d'être ainsi touché par une telle coïncidence, surtout que Andy n'était pas la seule connaissance qu'il avait de son pays d'origine : Il y avait aussi Melody, la jeune fille qui lui avait envoyé, à lui et à Willow, une lettre pour organiser un rendez-vous !
A croire que Chantilly est, malgré sa petite taille, d'une attractivité hors normes !

Code par ZokuPengin sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 8 Fév - 14:46
Mon expression changea totalement, mes pupilles rétrécissent, ma gorge se sèche, et j'ai une boule dans la groge. Je n'avais AUCUNE envie de parler de ça, mais il fallait bien que je le dise à un moment. Je fixais le bout de mes chaussures, ai croqué dans un pancake, et d'une voix involontairement vacillante j'ai soupiré:

- That's not a very happy story... Pour résumer... Mon père a fait faillite après avoir obtenu l'héritage. Mais il voulait toujours plus alors...

Je racle ma gorge, espérant ne pas faire couler mes larmes.

- Alors il a tenté de vendre nos organes, à moi et à Amy... Amy est ma soeur jumelle. Mais notre mère nous a fait fuir, elle nous a donné de l'argent pour qu'on puisse partir loin du Québec, en France. Nous nous sommes installés dans un petit appartement, avc un locataire très gentil, mais pour payer nos frais il fallait tout de même qu'on trouve du travail... Donc je distribue des lettres.

Je travaille aussi pour un loup qui parle et qui bave devant mes dessins de mouton mais c'est hors sujet.

- Et puis, j'ai quand même du temps pour moi je ne travaille que le matin... Enfin après je dois aller en cours mais c'est autre chose.

Je viens de me rendre compte. En fait il a raison, mise à part les soirs de nuit blanches je n'ai quasiment aucun moment pour moi, ou pour Amy... D'abord le matin je dois distribuer des lettres, ensuite je dois aller à l'école et parfois je dois passer à l'Organisation... Non je n'ai vraiment pas de temps pour moi. Si ça se trouve, sans le savoir, je deviens... Adulte? Nonononononononon. NON JE VEUX PAS. Je dois profiter un maximum de ce qu'il me reste d'enfance. Sinon ça sera trop tard. Je deviendrais comme une coquille vide, cloitré dans mon travail. Plus de moutons, plus de dessins, tout ce qui comptera c'est le travail. Je frissonne. C'est pour ça que je pleure souvent. Quand je pleure on me traite comme un enfant, les adultes me laissent tranquille. Il me traitent comme ce que je suis, ce que j'ai envie d'être et ce que j'éspère, je serai toujours. Plongé dans mes pensées, je ne remarqua pas tout de suite les larmes douces qui coulaient sur mes joues. Oui parce qu'il y a deux sortes de larmes, les larmes violentes qui coulent rapidement sur les joues et qui te rougissent le visage. Puis il y a les larmes douces. Elles coulent lentement sur les joues, avec douceur, caressent la peau et tombent sur le sol. Je pleurais, mais je rigolais en même temps. Pour une raison complètement inconnue. Je riais, mais j'étais triste à la fois. Si ça se trouve je suis schizophrène /PAN/. J'essuya mes larmes, puis je dis à Matthew, histoire de changer de sujet:

-Mais tu sais, ton mouton même s'il a l'air déprimé, il est joli quand même. Je suis sûuuuuur qu'il est très gentil!~

Ouais c'est un dessin, mais il se plaira certainement avec tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 8 Fév - 16:01
Happy time, happy coffee !

Feat. Le Petit Prince


Alors que Matthew continuait à sourire en direction de Andy, attrapant un nouveau pancake sur l'assiette posée sur la table, Andy, lui, ne sourirait plus du tout depuis que Matthew lui avait posé cette dernière question. Lui aussi avait connu une sad story avant d'arriver en France ? C'est la première chose que Matthew pensa lorsqu'il vit les larmes couler sur les joues de son cousin.

- That's not a very happy story... Pour résumer... Mon père a fait faillite après avoir obtenu l'héritage. Mais il voulait toujours plus alors...

Cette dernière nouvelle donna un petit rire moqueur à Matthew. Même si il avait gagné le procès contre son père et amassé la moitié de l'héritage avec son autre frère, cela n'empêcha pas le malheur lui retomber dessus. Bien fait pour lui. Le malheur finit toujours par retomber sur les gens malhonnêtes. Mais il savait ce qu'a pu endurer Andy dans ces conditions. Il avait vécu la même chose, alors il comprenait.

- Alors il a tenté de vendre nos organes, à moi et à Amy... Amy est ma soeur jumelle. Mais notre mère nous a fait fuir, elle nous a donné de l'argent pour qu'on puisse partir loin du Québec, en France. Nous nous sommes installés dans un petit appartement, avec un locataire très gentil, mais pour payer nos frais il fallait tout de même qu'on trouve du travail... Donc je distribue des lettres.

- WHATWHATWHAT ? Oh gosh, how sad !

Vendre des organes ? Ca y est, sa famille avait encore plus baissée en son estime. Ils sont inhumains. Il se disait même que les gens avaient raison de le traiter de monstre lui aussi. Peut-être en était-il aussi un ? Il soupira, son regard plein d'empathie regardant son pauvre cousin. Lui aussi avait vécu plein des malheur, mais heureusement, la France aussi était son refuge. Il lui souris, et hocha la tête.
Il avait aussi apprit que Andy avait une soeur. Cela voulait dire qu'il avait aussi une cousine ? Il se demandait à quoi elle pouvait bien ressembler. Vu qu'elle était aussi en France avec Andy, il ne faudrait pas attendre longtemps avec qu'ils ne se rencontrent. Matthew avait hâte.

- Et puis, j'ai quand même du temps pour moi je ne travaille que le matin... Enfin après je dois aller en cours mais c'est autre chose.

Matthew hocha la tête encore une fois. C'est vrai que ses journées devaient être bien remplies, même si lui disait qu'il avait quand même du temps. Matthew en doutait quand même.

- I see ! Temps mieux alors, non ? Si tu trouves parfois le temps de te reposer un peu, cela ne peut être qu'une happy story ! Ce n'est pas comme moi qui doit parfois organiser mon temps pour réussir à caser quelques heures de temps-libres... Heures qui y parfois absentes, d'ailleurs. Mais ce n'est pas très grave y'know ? Trop de temps libre tue le temps libre. Lorsque l'on en a peu, on apprécie plus cet instant que si l'on en avait beaucoup !

Tenant toujours sa clé à molette, Matthew continua de la faire tournoyer et de la lancer dans son autre mains. Andy, lui, pleurait. Mais Matthew voyait que ce n'était pas vraiment des larmes de tristesse.

- Mais tu sais, ton mouton même s'il a l'air déprimé, il est joli quand même. Je suis sûuuuuur qu'il est très gentil!~

Ah oui, le mouton qu'il avait dessiné lorsqu'il était dans sa phase dépressive... Il avait quand même une sale tête. Mais Matthew reconnu qu'il l'avait assez bien réussit. Surtout pour quelqu'un pour qui le dessin n'a jamais été sa vocation. Il sourit aux dires de Andy et le remercia gentiment, renchérissant ses dires.

- Il a dû être triste par son passé tragique. Mais qui a vécu une sad story n'est pas forcément mauvais pour autant ! You're true ! Je suis sûr que lui aussi pourra vivre un jour une happy story, malgré tout ses soucis. Il suffit d'y faire abstraction de ne plus y penser, comme je le fais ! Ne nous tracassons plus sur le passé et pensons au présent. C'est la meilleure des choses à faire pour être happy, am I right ? So, Andy ! Je suis vraiment heureux de t'avoir rencontré. Je me suis tout de suite dit que j'étais moins seul dans mon malheur, et cela ne peut être qu'une bonne chose ! En réalité, je ne savais même pas que mes oncles avaient eus des enfants. Enfin, en réalité je m'en contre-fout, mais c'est quand même une bonne chose ! Quand tu reverras ta soeur, en tout cas, tu lui passeras un bonjour de ma part, ok ?

Matthew prit le dernier pancake dans l'assiette et tapota ta tête de Andy.

- Si jamais tu souhaites repasser ici pour me rendre visite or something, tu seras le bienvenue, ainsi que ta soeur ! Alors n'hésites pas, je vous préparerai des pancakes si vous voulez !



Code par ZokuPengin sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

Cousin? [Pv: Lapinou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aether et Réprouvé (pv Lapinou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-