Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [PV : Lapin] T'es borgne ou c'est pour le style ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Dim 12 Oct - 17:19
J'essuyais les larmes coulant de mes yeux. Je me retrouvais encore une fois sans logis, sans endroit où dormir. Mais surtout, j'avais fait mal. Le gout du sang de Nayomi dans ma bouche était encore présent dans ma bouche. Le regard qu'elle m'avait lancé, si touchant, si pitoyable ... Oui, mais elle l'avait cherché ! Cette petite peste savait à quoi s'attendre avec moi ! Qu'elle ne dise pas que je ne l'avait pas prévenue ! Nan mais ho ! Je m'asseyais, rageuse sur un banc, mettant en avant mes formes. Les jeunes mères chuchotaient entre elles. C'était compréhensible, du sang tachait encore mes habits et j'avais oublié de reprendre mes affaires. Je ne voulais pas y retourner. Une chose attira mon oeil, comme un éclat doré. Je relevais la tête. Devant moi venait de passer un magnifique homme, canon au maximum qui aurait certainement plu à mon double. Je remarquais la clé à mollette qu'il portait sur son épaule. Elle était incrustée de rouge par endroit. Du sang ? Je me levais d'une traite. Il m'interressait ce gars là. Je trotinais derrière lui, comme une gamine. Je l'observais sous toutes ses coutures. Il était habillé en mécanicien. Mais le TYPIQUE mécanicien : la salopette bleue et la casquette avec les boots pleines de cambouie. La totale quoi ! Pis ses cheveux aussi, il faut dire qu'un mec avec des cheveux pareils, ça se remarque. Oui, y'a ce fé d'Obéron, mais lui, c'est un fé, alors c'est normal, sauf que lui, il est parfaitement humain ! Et pis, il est plus petit que moi ! Donc des cheveux longs, plus long que les miens même, et blond platine, ça se remarque et voilà ! Il fit tourner un instant sa clé, manquant de m'éborgner. Il n'a pas dû me voir. Remarque, il avait l'air tellement pressé qu'il n'a pas du tout me remarqué. Une chose m'intrigua. C'était sa mèche. Il avait une mèche complètement plaquée sur son oeil droit. Elle était tellement longue que même un coup de vent n'aurait pas pû la faire bouger. Je rageais. Je VOULAIS savoir ce qu'il y avait sous cette mèche. Je pris la rue qui tournait du coté droit et qui faisait un petit détour de quinze mètres. Je débarquais devant lui et faisait mine de le pousser sans faire exprés. Seulement, je le poussais assez fort pour le faire tomber et que sa mèche se retrouve à coté de lui, et non pas sur lui. Je tombais à califourchon Comme je suis douée moi ... et le regardais. Il avait l'air surpris, comme s'il ne captait pas bien ce qui se passait. Je regardais ce qui m'interressait ... Un rictus crispa mon visage. J'enfonçais mon doigt dans sa peau, sous la poche de l'oeil :

“C'est bizarre ça. Mais c'est marrant. Pourquoi tu le caches mon grand ?”

Vu de plus près, il semblait un peu plus agée que moi, il devait avoir un peu plus de vingt ans. Je me relevais et lui tendais ma main pour qu'il se relève :

“Désolée de t'être rentrée dedans. T'es un mécano, c'est ça ?”

Le rictus avait disparut pour un petit sourire poli et un poil moqueur.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 12 Oct - 21:49
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Vite, vite, vite.
Matthew marchait d'un pas rapide. Il était pressé, aujourd'hui.
Il n'avait pas le temps de s'arrêter. Il continuait à marcher. Il aurait pu courir, mais cela paraissait trop suspect.
Il avait fait quelque chose qu'il ne fallait pas : il avait teinté le bout de sa clé à molette en rouge.

Cela s'est passé en un instant.
Un homme, qui le dépassait aisément de plus de 2 têtes, s'était opposé à lui.
Il avait répondu à une annonce que Matthew avait faite passer comme quoi il louait ses services dans la réparation de voiture contre de l'argent à qui le contacterai. L'homme l'a appelé, et ils ont conclu un rendez-vous. Il était fixé à aujourd'hui, à 14h35 précise.
Il était arrivé chez lui à l'heure pile, sonna à sa porte, et se présenta comme il se le doit. Il fut conduit à la voiture de l'homme et commença à faire son travail.
Pendant ce temps, le géant le regardait, et pendant un tout petit moment, il fit quelque chose qui n'a pas DU TOUT plu à Matthew.
Il tenta de lui voler sa montre.
Il l'avait posée près de lui afin qu'elle ne puisse pas la déranger dans ses manipulations, et lui, avait posé sa main dessus.
D'un coup, Matthew s'arrêta, et brandit sa clé sur la tête de l'homme.

- Rendez-moi ça, s'il vous plaît. Je ne veux pas qu'il vous arrive des ennuis.

L'homme, étonné, ria aux éclats, et rangea la montre dans sa poche. Reculant doucement, il fini par piquer un sprint en direction de la porte menant à sa maison.
Mais il ne fut pas assez rapide.
Matthew lança sa clé à molette qui tournoyait à une vitesse fulgurante, avant d'atteindre l'homme en pleine tête.
Il perdit l'équilibre, tomba sur les genoux. Matthew se rapprocha, ramassant sa clé à terre, et la brandit, prêt à lui donner un grand coup si il ne faisait rien. Le géant ne dit rien et posa sa grosse main sur son crâne, se leva sur ses grandes jambes, et arma son poing. Il s'apprêtait à le frapper au ventre, mais il ne fut pas assez rapide : Matthew lui avait déjà assainit un coup de clé dans le torse. Du sang s'échappait des lèvres de l'homme, qui tenta de riposter encore une fois.
S'en suivit un combat entre les deux hommes. Matthew demandait à l'homme de lui rendre sa montre, mais à chaque réponse négative de l'homme, il haussait la voix et devenait de plus en plus violent.

- RENDEZ-MOI CETTE MONTRE.

Il le frappa tellement fort qu'il fut projeté en arrière, perdant l'équilibre pour tomber sur les fesses. Matthew s'approcha de lui, et le frappa frénétiquement sa clé à molette. L'homme continuait à cracher du sang, sa voix devenant de plus en plus torturée et essoufflée. Mais Matthew continuait. Jusqu'à ce qu'il perdit conscience.
Il n'était pas mort. Il s'approcha de l'homme à terre, et fouilla dans sa poche pour y récupérer sa montre. Après avoir un peu nettoyé la scène et tranporté le corps de l'homme inconscient à l'abris des regards, il prit ses affaires et s'élança hors du quartier résidentiel.
Il ne fallait surtout pas que des gens voient ça !
Alors il marchait d'un pas rapide, et arriva dans le centre ville.
Il sorti la casquette qu'il s'était acheté la veille et la posa sur sa tête. Cela lui donnait un certain style, en plus de le protéger du soleil qui illuminait Chantilly à cette heure-ci.
Maintenant, ce qu'il avait à faire, c'était de rentrer chez lui.
Mais cela ne sera pas pour tout de suite. Car une jeune fille pas très aimable venait de le pousser au point où il perdit l'équilibre. Tombant à terre, il regarda la fille d'un air surprit. C'était vraiment elle qui l'avait fait tomber ? Elle se pencha vers lui, enfonçant un de ses ongles sous son oeil droit.

“C'est bizarre ça. Mais c'est marrant. Pourquoi tu le caches mon grand ?”

QUOI ?!
Oh non... Elle l'avait vu. Elle l'avait vu !
Son oeil rouge, elle l'avait vu !
Quand il avait chuté, sa mèche de cheveux s'était décalée sur le côté et laissait visible son oeil rouge sang !
Il tentait de nier le fait qu'elle l'avait vu, se répétant juste qu'elle avait mal vu.
D'un geste brusque, il frappa la main de la fille et remit sa mèche blonde en place.

- Ce... cela vous regarde-t-il... ? Je n'ai pas de temps à perdre avec ça. SURTOUT si c'est pour parler de cette chose immonde. Je ne veux pas en parler. D'ailleurs, de quoi vous mêlez-vous ? Je ne vous connais pas, mademoiselle !

Son ton était un brin énervé, mais cela ne fit rien à la jeune fille : elle se releva et lui tendit la main, lui souriant d'un air moqueur.

“Désolée de t'être rentrée dedans. T'es un mécano, c'est ça ?”

Matthew prit sa main et se releva, plissant les yeux et fixa la blonde d'un regard noir.

- Désolée ? DESOLEE ! Vous avez intérêt, oui ! Parce que je comprends bien que vous n'avez aucunement fait exprès de me rentrer dedans ! Oh que non ! Alors, si vous permettez, j'ai autre chose à faire. JE N'AI PAS LE TEMPS. Oui ! Je suis bien mécano, mais en être un ne signifie pas toujours avoir du temps à perdre !

Il était tout de même bien patient comparé à ce que le pauvre voleur géant avait subit. Mais c'était différent : ils étaient dans un lieu public. Et Matthew n'avait aucunement envie d'avoir des ennuis alors qu'il était à peine arrivé à Chantilly.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 14 Oct - 17:25
Chose immonde ?

- Désolée ? DESOLEE ! Vous avez intérêt, oui ! Parce que je comprends bien que vous n'avez aucunement fait exprès de me rentrer dedans ! Oh que non ! Alors, si vous permettez, j'ai autre chose à faire. JE N'AI PAS LE TEMPS. Oui ! Je suis bien mécano, mais en être un ne signifie pas toujours avoir du temps à perdre !

Il s'énervait tout de suite, me criant dessus. J'avais beau être plus grande d'une tête, je me sentie toute petite quand il se mit à crier. Les gens s'arrêtaient, se retournaient, nous dévisageaient. Je soupirais.

“Bon, mon grand, je ne sais pas si on t'a déjà prévenu, mais hurler en pleine rue est fortement déconseillé, sinon ...

- Jeune homme ?

- Qu'est-ce que je te disais ... fais pas ton difficile et laisse toi faire.”

Je pris sa main, la tenant fermement pour qu'il la passe sur ma taille tandis que j'entourais son cou de mon bras. Le policier débarqua.

“Puis-je savoir pourquoi vous faites tout ce bruit ?”

Je le regardais innocemment et lui offris mon plus beau sourire.

“Désolée monsieurs l'agent, mais mon petit-ami n'a pas digéré le fait que je veuille ces chaussures.”

Je désignais la vitre en face de nous. Le magasin de chaussure le plus cher de tout Chantilly, j'avais fait fort.

“Vous le voyez par vous même, ça ne sert à rien de crier quand je demande si peu ?”

L'étiquette était tellement longue et il y avait tellement de chiffre qu'on aurait cru à un numéro de téléphone. Le policier regarda dans la vitre. Nous regarda. Retourna à la vitre. Soupira et lacha finalement :

“Bon, désolé du dérangement les jeunots.”

Je l'entendis murmurer à mon “petit-ami” : “Courage mon vieux, les femmes, c'est toujours comme ça.” Puis il lui tapota la tête avant de repartir. Je dégageais la main qui était toujours sur ma taille et me plantais en face de lui.

“Je disais donc avant d'être interrompue, d'une, ça ne sert à rien de crier, je ne suis pas sourde, et je pense même avoir une excellente audition. De deux : pourquoi tu cries justement ? Et enfin ... pourquoi “chose immonde” ? Tu as bien vu ce que j'ai à mon oeil moi ?”

Je pointais du doigt mon oeil gauche ... celui fait avec l'objectif d'un appareil photo.

“Toi, encore, c'est classe un oeil rouge, et pis, des yeux vairons, c'est encore plus classe ! Alors de quoi tu te plains ?!”

J'avais commencé à hausser le ton moi aussi. Les gens se retournaient encore. Exaspérée, je me retournais, leur tirais la langue, pris le blondinet par la main et l'entrainais dans une rue. J'en avais marre du regard des autres au bout d'un moment. Arrivés à un cul-de-sac, je lui lachais la main et lui demandais à nouveau :

“Pourquoi chose immonde ?”

Cendrillon oeil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 17 Oct - 20:21
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Il n'avait sûrement pas envie d'avoir des ennuis maintenant, cependant, Matthew n'avait pas du tout imaginé qu'il avait crié aussi fort pour qu'un agent de police vienne vers eux.
Alors que la jeune fille commençait à le sermonner, l'agent l'abodra.

- Jeune homme ?

Oups... Matthew se tourna vers l'homme en uniforme, se rendant compte de sa bêtise.

- Qu'est-ce que je te disais ... fais pas ton difficile et laisse toi faire.”

Il tourna les yeux encore une fois vers la jeune fille pour lui poser un regard terrifiant. Mais soudain, elle lui prit la main et la fit s'enrouler autour de sa taille, en toute humilité. Matthew fut surpris par cette démarche soudaine, très inhabituelle pour une jeune fille. Il la laissa faire, mais lorsqu'elle posa sa mais autour de son cou, là, c'en était trop.
Déjà qu'elle avait commencé à le faire tomber au sol, de manière totalement voulue et qu'elle lui posait maintenant des questions totalement indiscrètes sur son oeil rouge, elle se permettait en plus de le mettre dans des situations totalement humiliantes !
Matthew n'aimait pas du tout que des gens les touchent de ces manières aussi câlines. Normalement, il aurait dû réagir au car de tour, mais avec l'agent de police qui était déjà en face d'eux, il se contint son irrésistible envie de donner à la fille un bon coup de clé.
A cause de l'incident survenu un peu plus tôt, Matthew n'était pas du tout d'humeur à rigoler.

“Puis-je savoir pourquoi vous faites tout ce bruit ?”

Cette question mettait Matthew mal à l'aise. Qu'allait-il pouvoir bien répondre ? Il se mordait les lèvres. Il préférait ne pas se lancer dans des explications inutiles et faussée, et laissa la jeune fille répondre à sa place.

“Désolée monsieur l'agent, mais mon petit-ami n'a pas digéré le fait que je veuille ces chaussures.”

PETIT AMI ?
Matthew écarquilla les yeux, surpris. C'était donc pour cela qu'elle le tenait de manière sur proche ! Il ferma les yeux deux secondes avant de secouer la tête. Il devait remettre de l'ordre dans sa pensée. Ce n'était qu'un jeu, c'est sûr ! Alors il releva la tête et montra à l'agent un sourire fade un poil blasé. Il ne devait plus penser au bras de la fille s'enroulant à son cou, non. Il fallait qu'il joue le jeu ! Il n'est pas employé dans une troupe de théâtre pour rien quand même !

“Vous le voyez par vous même, ça ne sert à rien de crier quand je demande si peu ?”

Il fit la moue, observant la vitrine de chaussures aux prix exorbitants d'un air énervé.

“Bon, désolé du dérangement les jeunots.”

L'agent souriait, amusé par la situation. Cela n'avait pourtant rien de comique pour Matthew. Surtout que ce dernier venait de lui tapoter la tête et qu'il n'aimait pas cela du tout. Il lui avait murmuré un petit message d'encouragement, qui était bien sûr totalement inutile pour lui : il n'avait aucune envie de draguer qui que ce soit, et encore plus avoir une petite amie.
Lorsque le policier parti vaquer à ses occupations quotidiennes, Matthew replongea son regard haineux dans les yeux de la fille.

“Je disais donc avant d'être interrompue, d'une, ça ne sert à rien de crier, je ne suis pas sourde, et je pense même avoir une excellente audition. De deux : pourquoi tu cries justement ? Et enfin ... pourquoi “chose immonde” ? Tu as bien vu ce que j'ai à mon oeil moi ?”

Après sa déclaration, elle pointa du doigts son étrange oeil bionique. C'est vrai que ceci n'était pas du tout commun. Elle haussa la voix. Elle aussi commençait à s'énerver.

“Toi, encore, c'est classe un oeil rouge, et pis, des yeux vairons, c'est encore plus classe ! Alors de quoi tu te plains ?!”

Matthew s'apprêtait à lui répondre, mais sa main fut soudainement saisie par la fille, l'entraînant à grande vitesse dans la rue. Après quelques minutes, elle finit par arriver à un endroit plus reculé de l'animation du centre-ville. Tant mieux pour lui, c'était ce qu'il comptait faire, de toute façon.
Dans un coin isolé comme ce cul-de-sac, il n'y avait aucune chance pour qu'on les repères.

“Pourquoi chose immonde ?”

L'air que Matthew prenait devint soudain sombre.
Il souleva sa clé à molette, la maintenant fortement, et la fit heuter le sol goudronné dans un choc surprenant.
Il réajusta sa casquette, basculant sa tête devant le nez de la fille, et lui déclara, menaçant :

- Ecoutez-moi, mademoiselle... Je vous le répète, mais je n'ai rien à vous dire. Vous semblez bien trop indiscrète et je ne suis pas d'humeur. J'ai quelque chose de très important à faire... ALORS J'AIMERAIS BIEN POUVOIR LE FAIRE TRANQUILLEMENT, ET MAINTENANT, SANS ME FAIRE AGRESSER.

Il la plaqua au mur, et cogna violemment sa clé dessus, à quelques centimètres de la tête de la pauvre blonde.

- Je n'ai pas du tout apprécié la façon dont vous m'avez fait tomber, tout à l'heure. Et peu importe que vous soyez cyborg, que votre oeil soit étrange lui aussi ! Mon oeil droit est rouge. Oui, rouge. Mais je ne vous en dirai pas plus. C'EST COMPRIS ? Maintenant, oubliez tout cela. Je ne veux pas que vous ayez d'ennuis, oh non, pas du tout. Moi non plus d'ailleurs !

Il se redressa, reculant d'au moins deux pas, et lui donna un grand coup dans le ventre.
Après quelques seconde, il releva la manche qui recouvrait son poignet et regarda sa montre.

- Et voilà ! Regardez-moi ça ! Quel heure est-il ? 15H00. 15H00 ! 15H00 ET 40 SECONDES ! Vous vous rendez compte ? Je vais être en retard... A CAUSE DE VOUS. Je suis quelqu'un de très occupé, sans blague ! Je penses que vous l'avez deviné. L'après-midi vient peut-être de commencer pour vous, mais pour moi... IL EST SUR LE POINT DE S'ACHEVER ! Alors... Je dois rentrer... oui, RENTER ! Alors, excusez-moi...

Il recula encore, laissant la fille, et détourna la tête.

- Je m'en vais, donc ! Le temps n'attemps pas, n'est ce pas ? Alors je dois y aller, et vous laisser écouler votre temps inutilement. Car je doute bien que vous n'avez rien à faire, vous, à part mettre en rogne les passants occupés et leurs poser des questions indiscrètes !

Il fit un premier pas, puis un second, puis un troisième, en direction de la sortie de ce cul-de-sac.
Il aurait normalement dû être apitoyé par le pauvre sort de cette jeune fille et son oeil bionique, mais il n'avait pas réagit. Il était trop énervé pour y penser ne serais-ce qu'une seconde. Trop d’événements en même temps, trop de perturbations dans son programme de la journée. Déjà que son rendez-vous avait tourné en bagarre, celui-ci lui avait fait perdre pas moins de 10 minutes, ce qui le mettait en retard sur tout son programme de fin de journée. Il avait prévu, après s'être changé, d'aller faire un petit tour au parc ou alors continuer à déambuler dans le centre ville, mais non. Il fallait que cette fille arrive ! Maudite soit-elle !


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 18 Oct - 13:11
HRP:
 

Le bruit de sa clé à molette me fit à peine sursauter. Son visage s'assombrissait rapidement et des rides de frustration plissaient son nez ... On aurait dit un lapin ...

- Ecoutez-moi, mademoiselle... Je vous le répète, mais je n'ai rien à vous dire. Vous semblez bien trop indiscrète et je ne suis pas d'humeur. J'ai quelque chose de très important à faire... ALORS J'AIMERAIS BIEN POUVOIR LE FAIRE TRANQUILLEMENT, ET MAINTENANT, SANS ME FAIRE AGRESSER.

... Il pète rapidement les plombs celui-là ...

- Je n'ai pas du tout apprécié la façon dont vous m'avez fait tomber, tout à l'heure. Et peu importe que vous soyez cyborg, que votre oeil soit étrange lui aussi ! Mon oeil droit est rouge. Oui, rouge. Mais je ne vous en dirai pas plus. C'EST COMPRIS ? Maintenant, oubliez tout cela. Je ne veux pas que vous ayez d'ennuis, oh non, pas du tout. Moi non plus d'ailleurs !

Il m'avait plaqué contre le mur et sa clé à molette retentit au-dessus de ma tête. J'avais dû me baisser pour l'éviter. Mais un coup de poing me reçut au ventre. Après la dose d'émotion que j'avais eu avant de rencontrer ce petit lapin (décidément, je n'arrivais plus à le détacher de cette image), je ne pus rien faire, je commençais presque à me vider de mon énergie. Je me laissais tomber au sol tandis qu'il continuait à s'énerver.

- Et voilà ! Regardez-moi ça ! Quel heure est-il ? 15H00. 15H00 ! 15H00 ET 40 SECONDES ! Vous vous rendez compte ? Je vais être en retard... A CAUSE DE VOUS. Je suis quelqu'un de très occupé, sans blague ! Je penses que vous l'avez deviné. L'après-midi vient peut-être de commencer pour vous, mais pour moi... IL EST SUR LE POINT DE S'ACHEVER ! Alors... Je dois rentrer... oui, RENTRER ! Alors, excusez-moi...

T'excuser de quoi ? De m'avoir mis un coup de poing dans le ventre ? De vouloir me défigurer avec ta clé à molette ?

- Je m'en vais, donc ! Le temps n'attemps pas, n'est ce pas ? Alors je dois y aller, et vous laisser écouler votre temps inutilement. Car je doute bien que vous n'avez rien à faire, vous, à part mettre en rogne les passants occupés et leurs poser des questions indiscrètes !

Il fit demi-tour et s'en alla ... Frustration ... Enervement ... Colère ... Rage ... Je me levais d'un bond, lui courais après et sautais sur son dos, faisant pleuvoir des coups sur ses omoplates. Des larmes de colère pure se mirent à couler sur mes joues, je me mis à hurler :

“T'ES EN RETARD POUR QUOI ? POUR CRIER ENCORE ? POUR BALANCER DES COUPS DE CLE A MOLETTE ? POUR T'ENERVER DES QUE QUELQU'UN TE BOUSCULE DANS LA RUE ? NON MAIS TU TE RENDS COMPTE DE CE QUE TU RACONTES ?”

Je devais l'avoir à peine égratigné, mais je devais quand même lui faire mal. Je me laissais tomber sur son dos. J'étais vidée ... J'avais blessé Nayomi, je venais d'aggresser un parfait inconnu, j'étais tellement instable. Je me laissais tomber à la renverse ... je ne tombais pas de bien haut de toute façon. Je reçus un petit choc à la nuque, ce qui me fit voir quelques étoiles. Je me redressais. J'étais en colère.

“T'es chiant ... T'es tellement chiant petit lapin ...”

Je m'accrochais à son bras pour qu'il ne parte pas. Je le regardais droit dans les yeux, y faisant passer tout mon dégout.

“T'es en retard pour quoi ? Un mécano doit faire quoi ? Réparer des voitures, faire des vidanges, non ? En quoi tu es en retard, tu n'avais pas du tout l'air pressé tout à l'heure, il suffit de te faire effleurer pour que tu retrouves la notion du temps ? Vas te faire soigner dans ce cas-là, tu vas avoir des soucis plus tard ...”

Je lui fis ensuite mon plus beau sourire, toujours accrochée à son bras, et je soulevais sa mèche de cheveux :

“Mais une chose ... Dis moi pourquoi tu t'énerves à propos de ton oeil ? Il est beau et classe, tu n'as pas à t'énerver pour si peu ... En tout cas, si tu t'arrêtes sur les préjugés des gens, ça va te porter malheur, et tu ne seras jamais heureux ... pourquoi vivre si c'est pour être un mouton noir ?”
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 19 Oct - 19:50
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Matthew avait détourné la tête de la jeune fille et s'avançait en direction de la sortie de la ruelle. Il allait arriver au bout, mais une masse noire tomba sur lui et le roua de coup sur les omoplates : c'était la jeune fille, qui lui hurlait maintenant dans les oreilles.

“T'ES EN RETARD POUR QUOI ? POUR CRIER ENCORE ? POUR BALANCER DES COUPS DE CLE A MOLETTE ? POUR T'ENERVER DES QUE QUELQU'UN TE BOUSCULE DANS LA RUE ? NON MAIS TU TE RENDS COMPTE DE CE QUE TU RACONTES ?”

La vive douleur qu'il ressentait au haut du dos le fit grimacer. Elle frappait plus fort qu'il ne l'avait pensé ! Et ce qu'elle disait, il n'en comprenait pas un mot. Ca n'avait aucune logique !
Elle arrêta soudain, tombant à la renverse. Matthew profita de ce court moment de répis pour se frotter l'endroit où il a été blessé.

“T'es chiant ... T'es tellement chiant petit lapin ...”

PETIT LAPIN ?
Alors là, ça allait trop loin. Cette fille faisait tout pour le pousser à bout. Explosant de colère, rouge comme une tomate, il arma sa clé à molette, prêt à lui redonner un coup. Mais la fille attrapa un de ses bras et pressa dessus pour l'empêcher de partir.

“T'es en retard pour quoi ? Un mécano doit faire quoi ? Réparer des voitures, faire des vidanges, non ? En quoi tu es en retard, tu n'avais pas du tout l'air pressé tout à l'heure, il suffit de te faire effleurer pour que tu retrouves la notion du temps ? Vas te faire soigner dans ce cas-là, tu vas avoir des soucis plus tard ...”

Elle se moquait de lui, il en était sûr. Aussi sûr que cette fille n'allait pas repartir entière de cette ruelle. Il essayait de dégager son bras, mais en vain : la fille le tenait toujours et l'empêchais de bouger. D'ailleurs, celle-ci le regardait d'un air moquer et, de sa main libre, souleva encore une fois la mèche platine de son visage, révélant encore une fois son oeil sang.

“Mais une chose ... Dis moi pourquoi tu t'énerves à propos de ton oeil ? Il est beau et classe, tu n'as pas à t'énerver pour si peu ... En tout cas, si tu t'arrêtes sur les préjugés des gens, ça va te porter malheur, et tu ne seras jamais heureux ... pourquoi vivre si c'est pour être un mouton noir ?”

Matthew ne l'écoutait plus. Il en avait assez. Assez de cette fille. Chaque mot, chaque bêtise qu'elle prononçait sonnait pour lui comme un son désagréable. Qu'elle se taise. C'était la seule chose qu'il voulait qu'elle fasse. Son oeil rouge faisait remonter trop de mauvais souvenir à Matthew. Il ne voulait pas en parler. Alors, si elle ne comprend pas, il devra y procéder par une autre manière qu'avec des mots...
Il tentait tant bien que mal de dégager son bras, et s'y reprit à plusieurs fois avant de réussir à la libérer. Il frappa sa main, et plongea un regard haineux dans les yeux de la fille. Il serra sa clé à molette, tentant tant bien que mal de contenir sa colère explosive.

- Ne pas vouloir en parler... EST-CE INTERDIT ? Je... j'ai trop de mauvais souvenirs à cause de cet oeil. Et... sachez que je ne suis en AUCUN POINT un lapin, ou je ne sais quoi d'autre. Je n'aime pas les surnoms, et votre voix m'est insupportable. Selon vous, je ne suis pas occupé, et je ne marchais pas vite ? QUE NENI. Mon pas était rapide, OUI, RAPIDE ! VIF ! JE FENDAIS L'AIR ! MAIS VOUS ! Vous m'avez arrêté. VOUS NE SAVEZ PAS CE QUE J'AI A FAIRE. ET MÊME SI CELA N'A AUCUN RAPPORT AVEC MON METIER, JE PENSES QUE JE PEUX ME PERMETTRE DE PREDEFINIR MES HORAIRES ! Et votre venue a tout chamboulé. TOUUUUT.

Il arma sa clé à molette et, d'un coup rapide mais puissant, l’asservit d'un grand coup au ventre. Le deuxième.

- Si... si vous voulez savoir le pourquoi du comment du parce j'ai pas envie de le dire, alors je vous déclare que cet oeil ne m'a causé que des malheurs jusqu'à maintenant ! Même si il était "beau et classe", comme vous osez le dire ! Youpi, hourra ! Enfin ! Alors, vous êtes contente, maintenant, d'en avoir appris temps sur cet être mystérieux qu'est ma personne ?! Si oui, alors laissez-moi tranquille !


Dernière édition par Le Lapin Blanc le Dim 19 Oct - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Dim 19 Oct - 19:50
Le membre 'Le Lapin Blanc' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque fort' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Lun 20 Oct - 19:58
Il se dégagea violemment, me faisant tomber par terre.

- Ne pas vouloir en parler... EST-CE INTERDIT ? Je... j'ai trop de mauvais souvenirs à cause de cet oeil.

Et bien ... Autant que je sache, en parler, ça aide ... surtout si tu te mets dans un état pareil ...

- Et... sachez que je ne suis en AUCUN POINT un lapin, ou je ne sais quoi d'autre. Je n'aime pas les surnoms, et votre voix m'est insupportable.

- C'est une première ça ... Pourquoi ma voix t'insupporterait-elle ?

Selon vous, je ne suis pas occupé, et je ne marchais pas vite ? QUE NENI. Mon pas était rapide, OUI, RAPIDE ! VIF ! JE FENDAIS L'AIR ! MAIS VOUS ! Vous m'avez arrêté. VOUS NE SAVEZ PAS CE QUE J'AI A FAIRE. ET MÊME SI CELA N'A AUCUN RAPPORT AVEC MON METIER, JE PENSES QUE JE PEUX ME PERMETTRE DE PREDEFINIR MES HORAIRES ! Et votre venue a tout chamboulé. TOUUUUT.

Je reçu un choc au ventre. La clé à molette s'enfonça dans mes cotes, une onde de douleur se propagea dans mes os. Le coup porté était fort, mais pas assez pour que j'en sois assomée. Je me relevais, crachai le sang qui était remonté à ma bouche.

- Si... si vous voulez savoir le pourquoi du comment du parce j'ai pas envie de le dire, alors je vous déclare que cet oeil ne m'a causé que des malheurs jusqu'à maintenant ! Même si il était "beau et classe", comme vous osez le dire ! Youpi, hourra ! Enfin ! Alors, vous êtes contente, maintenant, d'en avoir appris temps sur cet être mystérieux qu'est ma personne ?! Si oui, alors laissez-moi tranquille !

Je le regardais. Dans ma tête, la folie tentait de prendre la place, c'était presque un dialogue. Je me mis à parler à haute voix s'en m'en rendre compte.

“Laisse le moi, laisse le moi, au moins pour un combat !
Si je te le laisse, je ne sais pas ce qui va se passer, je ne sais pas ma force, je ne sais pas ce que je fais là.
J'ai voulu savoir ce qu'il y avait sous sa mèche, c'est pas un crime, non ?
Mais si tu t'étais retenue ma fille, tu ne serais pas en train de vomir ton sang.
T'éxagères pas un chouïa là ?
À peine ...”


Je lui laissai la place ... Je me relevais. Il était vraiment mignon, dommage qu'il ne m'interresse pas. Il venait d'assister un changement total de personnalité, pauvre chou ... Je me mis à sautiller comme un gamine :

“Chouette, chouette, chouette, je vais pouvoir utiliser mon arme de prédilection !”

Je déboutonnais ma chemise d'en bas jusqu'à un bouton en-dessous de la poitrine. Aguicheuse ? À peine ! Je décrochais mon petit bébé, il servait de ceinture à l'occasion, mais je l'avais toujours sur moi. J'en attrapais la poignée qui était coincée dans mon soutient-gorge. Il ne pouvait toujours pas le voir. Finalement, tel un serpent, il s'enroula autour de son cou, et je l'attirais contre moi. Je m'étais trompée, nous faisions la même taille, il était même un peu plus grand. J'avais oublié de retirer mes chaussures à talons, aussi, me voilà pieds nus. Je soufflais, faisant voler sa mèche, découvrant à nouveau son oeil.

“Voilà ce qu'on va faire ... Si je gagne, tu devrais mettre une barette pour montrer cet oeil pendant une journée. Toi qui est si pointilleux avec le temps, tu sais ce que cela signifie, non ? Vingt-quatre heures, petit lapin ... Et nous verrons qui a raison ... Moi qui dit que c'est classe, ou toi qui semble prétendre que c'est une malédiction ...”

Je léchais sa joue de manière provocatrice avant de lui mettre un coup de poignée violent près de l'entre-jambe. Mais pas à l'endroit stratégique, ça n'aurait pas été marrant de gagner tout de suite. Je faisais claquer mon arme de prédilection. Mobile à souhait, le bruit du fouet contre le marbre de la rue retentit comme le début de l'affrontement.[/b]


Dernière édition par Cendrillon le Lun 20 Oct - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Lun 20 Oct - 19:58
Le membre 'Cendrillon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque fort' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Lun 20 Oct - 22:36
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Elle venait de cracher du sang.
Le coup que Matthew lui avait porté était fort, cependant, il aurait pu lui faire bien plus mal si il avait visé un peu plus haut. Il recula, foudroyant toujours la fille du regard. Celle-ci le regardait aussi, les yeux vide.

“Laisse le moi, laisse le moi, au moins pour un combat !
Si je te le laisse, je ne sais pas ce qui va se passer, je ne sais pas ma force, je ne sais pas ce que je fais là.
J'ai voulu savoir ce qu'il y avait sous sa mèche, c'est pas un crime, non ?
Mais si tu t'étais retenue ma fille, tu ne serais pas en train de vomir ton sang.
T'éxagères pas un chouïa là ?
À peine ...”


Matthew la regardait, les yeux ronds. Après avoir craché le sang qui lui était monté à la gorge, elle venait de s'écrouler, et commençait à raconter des choses étranges. C'était son coup dans le ventre qui la mettait dans cet état ? Il recula, surpris par ce que venait de dire la jeune fille. Il n'en avait pas compris un mot. C'était comme si deux personnes se parlaient dans un même corps. C'était étrange... Matthew serra sa clé à molette.

“Chouette, chouette, chouette, je vais pouvoir utiliser mon arme de prédilection !”

Une arme ? Il la scrutait toujours, au aguets. Elle commençait à sautiller sur place. Ca en devenait presque effrayant. Mais Matthew n'avait pas peur. La seule chose qu'il voulait, c'était de la faire taire, et qu'elle le laisse tranquille.
Elle déboutonna sa chemise, laissant seulement un bouton voiler sa poitrine, et décrocha sa ceinture. Celle-ci s'enroula autour de son cou, et la jeune fille tira dessus pour projeter sa tête vers la sienne.
Elle soufflait, faisant voler la mèche de Matthew. Lui, était en train d'essayer de dénouer la corde qui s'enroulait à son cou.

“Voilà ce qu'on va faire ... Si je gagne, tu devrais mettre une barette pour montrer cet oeil pendant une journée. Toi qui est si pointilleux avec le temps, tu sais ce que cela signifie, non ? Vingt-quatre heures, petit lapin ... Et nous verrons qui a raison ... Moi qui dit que c'est classe, ou toi qui semble prétendre que c'est une malédiction ...”

Elle lui léchait la joue d'un air provocateur. Porter une barrette pour montrer son oeil pendant 24h ? Ca... Il ne pourrait jamais le faire. Il acquiesça, de rage. De toute façon, il était bien obligé d'accepter. Partir maintenant serait impossible, et puis, il n'allait pas s'enfuir alors que sa seule envie, était de régler son compte à cette furie !
Soudain, il reçu une vive douleur près du point faible. La jeune fille venait de le frapper près de l'endroit où il ne fallait surtout pas toucher. Il se retenait pour ne pas s'effondrer et se tordre de douleur, mais l'adrénaline et la rage qui l'enivrait le faisait passer outre la douleur. Il arma sa clé à molette et fonça sur la jeune fille. Il visait la tête, cette fois.

- JAMAIS je ne vous laisserai faire une telle chose. J'accepte votre proposition, mais ne soyez pas si sûre de gagner ! Je ne retiendrai sûrement pas mes coups contre une personne comme vous !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Lun 20 Oct - 22:36
Le membre 'Le Lapin Blanc' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque fort' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Jeu 23 Oct - 18:29
HRP:
 

Il devenait rouge à force de vouloir se dégager. Je le regardais se tordre de douleur après mon coup au-dessus de son entre-jambe, c'était tellement amusant !

- JAMAIS je ne vous laisserai faire une telle chose. J'accepte votre proposition, mais ne soyez pas si sûre de gagner ! Je ne retiendrai sûrement pas mes coups contre une personne comme vous !

Aussitôt dit, aussitôt fait. Sa clé à molette arrivait dangereusement sur ma tête. Je me protégeais et mettant mes bras en croix, le choc me faisant reculer de quelques centimètres, commençant à me déchirer l'épiderme de la plante des pieds. Quelle idée j'avais eu de me mettre pieds nus ... Enfin bon, mes chaussures étaient loin dans la rue, tant pis pour moi. Je regardais mes bras. La trace de sa clé à molette semblait s'y être imprimée pour au moins quelques jours. Je léchais mes lèvres et je reculais de quelques pas. Une furieuse envie de fumer me pris à la gorge. Je sors alors de mon soutient-gorge (bah, oui, il est très grand) une pipe qui n'a pas servi depuis plusieurs mois. Je sors une allumette de ma poche (pour une fois, hein ?) et la craque contre le mur. Le tout s'est déroulé en quelques secondes. Je prend une grosse bouffé et la rejette presque aussitôt, le feu envahissant mes poumons. Je le regarde. Dans sa tête, je m'imagine un dialogue entre sa raison et lui-même ... Je lui demande :

”Tu penses quoi 'tit lapin ? 'Que fait cette folle ? Pourquoi fumer à cet endroit ? Pourquoi alors qu'un combat est engagé ?' et plein d'autres questions encore ? Alors, pour être la plus honnête avec toi, sache que j'en ai aucune idée ... J'avais juste envie de fumer ... Mais ça ne m'empêche pas de me battre ...”

J'ai certe pas autant de force qu'un homme, malgré un certain entrainement, mais assez de force pour manier le fouet. Je claquais le fouet contre le mur de droite, attrapais un vase placé en hauteur grâce à la lanière de cuir et l'explosais au sol avant de me projeter en avant, fis une roulade et envoyais mon pied au niveau de la nuque de mon adversaire. Toujours la pipe à la bouche, je lui envoyais d'entre mes dents la fumée pour l'aveugler et m'échappais au cas où il voudrait répliquer.


Dernière édition par Cendrillon le Ven 24 Oct - 9:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Jeu 23 Oct - 18:29
Le membre 'Cendrillon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque faible' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Ven 24 Oct - 19:10
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Sa clé approchait dangereusement de la tête de la jeune fille mais, de ses deux bras, en fit un bouclier, protégeant le choc contre la zone vitale.
Ce coup la fit reculer de quelques centimètres, faisant se frotter ses pieds nu sur le sol goudronneux. Matthew retira sa clé à molette, la fixant maintenant d'un air malicieux. Cette jeune fille était beaucoup plus forte qu'il ne l'aurait pensé. Evidemment, ce n'était pas à son avantage, mais ça aurait été dommage de gagner tout de suite, comme il l'avait fait avec le géant de tout à l'heure. Au moins, ça lui permettra de se défouler un peu, lui qui commençait à sentir l'adrénaline monter.
Lui aussi recula de quelques pas, près à une riposte, lorsque soudain, la fille sorti quelque chose de son soutien-gorge.
Une pipe ?!
Il la dévisagea, surpris. Elle venait d'allumer sa pipe et en inspira quelques bouffée... En plein combat !

”Tu penses quoi 'tit lapin ? 'Que fait cette folle ? Pourquoi fumer à cet endroit ? Pourquoi alors qu'un combat est engagé ?' et plein d'autres questions encore ? Alors, pour être la plus honnête avec toi, sache que j'en ai aucune idée ... J'avais juste envie de fumer ... Mais ça ne m'empêche pas de me battre ...”

Et puis, toujours la pipe à la bouche, elle fit claquer son fouet et sauta. Expirant la fumée nauséabonde de sa pipe pour aveugler Matthew, elle tenta un coup de pied, mais en vain. Ratant son coup de peu, elle se releva. Matthew profita de cet ouverture pour tenter un deuxième coup à la tête.
Maintenant derrière la jeune fille, il brandit sa clé et frappa de toute ses forces.
Raté.
Le combat continua alors. Matthew ne faiblissait pas, et il en était de même pour la jeune fille. Elle, ne risquait pas grand chose à part se retrouver gravement blessée par Matthew, mais lui, par contre, risquait de devoir faire quelque chose qu'il ne supporterait pas. C'est pour cela qu'il se battait de toute ses forces et, malgré ce raté, restait sur ses gardes quant à la suite du combat contre cette étrange fille fumeuse de pipe.


Dernière édition par Le Lapin Blanc le Ven 24 Oct - 19:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Ven 24 Oct - 19:10
Le membre 'Le Lapin Blanc' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque fort' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Sam 25 Oct - 17:12
Je sentis un coup de vent dans mes cheveux. Je tournais la tête pour voir mon petit lapin et la déception dans ses yeux ... Je le regardais avant de m'élancer. Depuis plusieurs minutes, les coups et les esquives se suivaient, ça devenait presque ennuyant. Il n'y avait rien à faire ... ou presque. Je commençais à lui tourner autour, comme un vautour qui sait que sa proie devient une charogne. Je rentrais ma tête entre mes épaules, montais mes bras à auteur de mes omoplates de manière désordonnée, comme s'ils étaient retenus par des fils. Je pliais les genoux. J'étais prête ... Dans ma tête, la voix qui m'insupportait refit surface.

“Tu vas faire quoi ma jolie ?
Je vais essayer de lui faire comprendre qu'avoir un oeil rouge n'est pas la mort ...
Et si tu perds ?
Il me mettra sans doute K.O.
Et si IL perd ?
Je le suivrais pendant 24h, pendant qu'il mettra une barrette pour montrer cet oeil.
Et s'il refuse ?
Je lui forcerai la main.
Pourquoi ?
MAIS PARCE QU'IL CROIT ÊTRE LE SEUL REJETE DANS CET UNIVERS ?!”


J'avais encore parlé à haute voix. Nayomi ... Nayomi ... Je me suis rejetée moi-même pour toi, je ne veux pas que tu sois blessée ... je ne veux pas qu'il t'arrive ce qu'il va lui arriver ... Je balançais ma tête de droite à gauche ... puis de gauche à droite ... encore, encore ... Je bloquais mes mouvements, comme une statue, articulations bloquées, respiration retenue. La pipe à la bouche, comme une caricature, je reculais contre le mur. En une seconde, mon pied s'était posé sur le mur, et dans cette même seconde, je m'étais jetée contre mon adversaire, le renversant à nouveau. Nous étions dans la même position que tout à l'heure, lui, dos au béton, et moi, à califourchon sur lui. Je fis claquer mon fouet à nouveau.

“C'est quoi cet oeil pour toi ? Qu'est-ce-qu'il t'a fait pour que tu détestes tant une partie de toi-même ? C'est rouge, c'est tout ... Tu n'as quand même pas une queue d'animal en bas du dos, où des écailles sur le corps ? Remarque, au vu de ce que je connais, ce serais normal. Mais là, c'est de ne pas accepter ce que TU es ...”

Leçon de moral, je connais ... mais s'il en a besoin, si ça peut l'aider, pourquoi pas.

“Dis moi petit lapin. Pourquoi tu te bats pour ça ?”

Je clignais des yeux avant de lui balancer mon poing dans la machoire ... J'y mis toute mes forces, et je savais que si ça ratait ... mon poing ne serait plus utilisable pendant quelque temps.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Sam 25 Oct - 17:12
Le membre 'Cendrillon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque faible' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Dim 26 Oct - 0:42
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

La jeune fille, après avoir évité le dangereux coup de Matthew, tournait maintenant autour de lui dans des gestes désarticulés. C'était encore une fois une chose étrangement anormale. Matthew se demandait même si il n'avait pas trouvé plus fou que lui dans cette ville. Surtout quelle recommençait son monologue bizarre avec son autre elle...

“Tu vas faire quoi ma jolie ?
Je vais essayer de lui faire comprendre qu'avoir un oeil rouge n'est pas la mort ...
Et si tu perds ?
Il me mettra sans doute K.O.
Et si IL perd ?
Je le suivrais pendant 24h, pendant qu'il mettra une barrette pour montrer cet oeil.
Et s'il refuse ?
Je lui forcerai la main.
Pourquoi ?
MAIS PARCE QU'IL CROIT ÊTRE LE SEUL REJETE DANS CET UNIVERS ?!”


Matthew se mordait les lèvres, serrant ses mains sur sa clé à molette. Sa colère était sans limite envers cette fille, mais la dernière phrase qu'elle avait dit l'avait fait réfléchir.
Il l'avait faire réfléchir, mais que pendant un court instant. Car à peine s'était-elle adossée au mur qu'elle renversa Matthew à terre, refaisant claquer son fouet dans le vide.

“C'est quoi cet oeil pour toi ? Qu'est-ce-qu'il t'a fait pour que tu détestes tant une partie de toi-même ? C'est rouge, c'est tout ... Tu n'as quand même pas une queue d'animal en bas du dos, où des écailles sur le corps ? Remarque, au vu de ce que je connais, ce serais normal. Mais là, c'est de ne pas accepter ce que TU es ...”

Matthew grimaçait. Elle lui faisait la morale. Sans même le connaître et prendre en compte son histoire.
Finalement, lui raconter, ou non ? Matthew hésitait. Et pourquoi donc lui raconterait-il ? Pour elle, cet oeil n'a rien fait, rien ! C'est normal, après tout. Elle ne connait pas ce qu'il s'est passé après, rien, rien du tout.

“Dis moi petit lapin. Pourquoi tu te bats pour ça ?”

Après cette question, elle envoya son poing en plein sur la mâchoire de Matthew.
Celui-ci resta silencieux, sa main posée sur sa joue pendant un court moment.
Ensuite, sa bouche se tordit dans un sourire amusé, et il se mit à rire.

- HAHAHAHAHA ! Pourquoi ? POURQUOI ? En voilà, une bonne question ! Pourquoi cet homme se battrait, juste pour ne pas porter une barrette pendant 24 petites heures ? Hm ? POURQUOI ? 24 heures, oui, c'est peu ! Exactement ! Alors pourquoi ? C'est étrange, n'est-ce pas ? Oui, TRES étrange ! Hahahaha...

Il attrapa ses deux bras et pressa ses mains dessus pour les maintenir sans bouger et les tordre.

- L'être humain est étrange, n'est-ce pas ? Une chose, une SEULE chose peut les rendre malheureux. Rien qu'une toute petite chose ! Une simple couleur d'oeil, n'est-ce pas AFFLIGEANT ? Stupide ! Grotesque ? ET POURTANT ! Voyez ! Comment une simple couleur peut devenir un malheur. Voyez ! Par les stupidités d'autrui, comment cette couleur peut-elle être MASSACREE ! Voyez comment cette couleur peut faire rappeler le sang, les flammes et la destruction. L'ENFER ! Aux gens qui veulent bien le faire penser ! Comment voulez-vous être heureux, FIER, de présenter cela aux autres, en toute impunité, si cela peut-être pris comme AUSSI MAUVAIS ? La voilà, la vraie question ! HAHAHAHA !

Après un rire, Matthew lâcha ses bras et lui rendit son coup de poing.

- Mais cette couleur, oui ! Tiens ! Le rouge qui envahi peu à peu votre joue ! Celui qui que vous avez craché, tout à l'heure ! Est-ce le même qui a coloré mon oeil droit à la naissance ?  Est-ce celui que vous autre folles, trouvez "CLASSE" ? Il n'y a là aucun doute ! Alors ? Peut-on être fier d'arborer cette couleur et de la présenter aux autres ? Oh, je ne parle pas de se vêtir de rouge, ni même que notre vie tiennent seulement par la présence de ce rouge ! L'histoire est là d'être IMPREGNE VISIBLEMENT de cette couleur ! Que cette blessure fasse partie intégrante de votre physionomie ! Voyez comme, avec les croyances et les préjugés, cette couleur peut-être discréditée !

Il se releva, essuyant le sang qui voulait de sa bouche.

- Voilà, pourquoi je me bat ! Pour ne plus souffrir d'avantage ! Pour ne pas subir l'affront de cette présence aux yeux des autres, organisé par vous, inconsciente de ce que cela peut représenter pour autre que vous !


Dernière édition par Le Lapin Blanc le Dim 26 Oct - 1:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
Messages : 603
Maitre du Jeu et des Dés
Maitre du Jeu et des Dés
Dim 26 Oct - 0:42
Le membre 'Le Lapin Blanc' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé d'attaque fort' :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Dim 26 Oct - 11:08
Je le vis. Ce petit tic qui lui déforma la bouche, ce rictus informe qui se forgea sur ses lèvres. Je savais ce qui allait sortir du fond de sa gorge. Ce rire me transperça les oreilles.

- HAHAHAHAHA ! Pourquoi ? POURQUOI ? En voilà, une bonne question ! Pourquoi cet homme se battrait, juste pour ne pas porter une barrette pendant 24 petites heures ? Hm ? POURQUOI ? 24 heures, oui, c'est peu ! Exactement ! Alors pourquoi ? C'est étrange, n'est-ce pas ? Oui, TRES étrange ! Hahahaha...

Il prit mes deux bras et les serra tellement fort que je les entendis craquer. Je serrais les dents.

- L'être humain est étrange, n'est-ce pas ? Une chose, une SEULE chose peut les rendre malheureux. Rien qu'une toute petite chose ! Une simple couleur d'oeil, n'est-ce pas AFFLIGEANT ? Stupide ! Grotesque ? ET POURTANT ! Voyez ! Comment une simple couleur peut devenir un malheur. Voyez ! Par les stupidités d'autrui, comment cette couleur peut-elle être MASSACREE ! Voyez comment cette couleur peut faire rappeler le sang, les flammes et la destruction. L'ENFER ! Aux gens qui veulent bien le faire penser ! Comment voulez-vous être heureux, FIER, de présenter cela aux autres, en toute impunité, si cela peut-être pris comme AUSSI MAUVAIS ? La voilà, la vraie question ! HAHAHAHA !

Je voulais qu'il me lache. Je gigotais. Il me rendit mon coup de poing, m'éjectant. Un coup de poing. En “atterrissant”, je me cognais contre le mur. Je frottais mon crâne endolori.

- Mais cette couleur, oui ! Tiens ! Le rouge qui envahi peu à peu votre joue ! Celui qui que vous avez craché, tout à l'heure ! Est-ce le même qui a coloré mon oeil droit à la naissance ? Est-ce celui que vous autre folles, trouvez "CLASSE" ? Il n'y a là aucun doute ! Alors ? Peut-on être fier d'arborer cette couleur et de la présenter aux autres ? Oh, je ne parle pas de se vêtir de rouge, ni même que notre vie tiennent seulement par la présence de ce rouge ! L'histoire est là d'être IMPREGNE VISIBLEMENT de cette couleur ! Que cette blessure fasse partie intégrante de votre physionomie ! Voyez comme, avec les croyances et les préjugés, cette couleur peut-être discréditée !

Il se releva, essuya sa bouche et me toisa d'un regard ... j'eus presque pitié de lui ...

- Voilà, pourquoi je me bat ! Pour ne plus souffrir d'avantage ! Pour ne pas subir l'affront de cette présence aux yeux des autres, organisé par vous, inconsciente de ce que cela peut représenter pour autre que vous !

Je me relevais à mon tour. Quand il m'avait balancé son coup de poing, ma pipe s'était envolée et fracassée contre le mur. Je regardais le tabac s'envoler et les cendres s'éparpiller. J'en eu marre pendant un moment. J'allais faire quoi ? Abandonner pour ne pas être davantage meurtrie par ce mécano qui semblait être borgné comme une noix de coco, ou le tabasser jusqu'à ce que le message rentre ?

“Mais t'as rien compris au fait ...”

C'était sorti tout seul. Je me mis à rire, mais à rire tellement fort que j'en avais presque mal au ventre. Je me tordais de rire, j'en avais les larmes aux yeux.

“Comme tu l'as si bien dit, il y a des “folles”, mais aussi des “fous”, n'exclue pas ton genre non plus ! Ils voudront comme moi savoir à quoi sert cette mèche qui te rend borgne, ils seront autant curieux que moi, et tu te battras encore ? Tu vas être borgné encore ? Tu vas frapper toujours pour NE PAS assumer ce que TU ES ? QUI TU ES ?”

Je lachais mon fouet et je m'avançais, les mains bien en évidence. Au final, j'en avais vraiment marre.

“Remarque, si je cachais mon oeil, on me ferait sans doute la même remarque. Chacun ses secrets. Le mien est aussi très compliqué et tu as le tien. Sauf que, pour certains, il y a des solutions. Toi, par exemple, je suis sûre que tu n'as jamais entendu parler des lentilles de contacts. Sache qu'il en existe de plusieurs couleurs, ça peut t'aider à cacher cette ... Tu avais dit ça comment au début ? Chose immonde ? Moi, cette chose, je ne peux rien y faire, à part la cacher ... ce que je ne fais pas, parce que les gens ne risquent pas de m'arrêter dans la rue, sauf s'ils sont comme moi. Et il n'y en a peut-être pas beaucoup, mais il y en a ... Et s'ils m'arrêtaient, je réagirais comme toi. Enfin, peut-être plus gentiment au début, parce qu'hurler, c'est pas une solution. MAIS VOILA ! Il n'y a rien à faire, à part accepter.”

J'étais devant lui.

“Tu m'as donné des coups de clé à molette, tu m'as rendu mon coup de poing. Tu vas faire quoi ? Me tuer pour t'aider à ne pas accepter que tu n'es pas IMMONDE à cause de cet OEIL ? Tu vas frapper, frapper, frapper jusqu'à ce que je ne sois plus qu'un tas informe, ROUGE ?”

Je levais les bras vers lui.

“Mais si tu me tues, il y aura quoi à faire après ça ? Te poser des questions parce que je t'aurais fait réfléchir un minimum ? Te retourner sans rien penser ? M'oublier dès que tu auras bifurqué au tournant qu'il y a au bout de la rue ?”

Je l'enlaçais. Fort.

“Et bien vas-y, frappes-moi, tues-moi, fait ce que tu veux.”

Dans ma tête, je pensais Si avec ça tu n'arrives pas à réfléchir et tu vas plus loin .. je te promet une leçon de plus, mais avec un peu plus de jugeotte ...
-Résumons ... Tu le séquestres jusqu'à qu'il comprenne ?
-Tout à fait.
Et cette fois, je n'avais pas parlé à haute voix.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 26 Oct - 22:00
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Son coup de poing avait été si puissant qu'il avait projeté la jeune fille au mur, lui faisant perdre sa pipe qui roulait maintenant à quelque pas de la scène, près de la casquette de Matthew qu'il avait perdue lors de son combat.
Elle se releva, et rit a son tour.

“Mais t'as rien compris au fait ...”

Matthew arrêta de rire, toisant la fille du regard, souriant. Elle aussi ne semblait pas prête à lâcher le morceau.

“Comme tu l'as si bien dit, il y a des “folles”, mais aussi des “fous”, n'exclue pas ton genre non plus ! Ils voudront comme moi savoir à quoi sert cette mèche qui te rend borgne, ils seront autant curieux que moi, et tu te battras encore ? Tu vas être borgné encore ? Tu vas frapper toujours pour NE PAS assumer ce que TU ES ? QUI TU ES ?”

Son sourire ne le quitta pas. Encore en toujours des bêtises ! Il avait l'impression de tourner en rond avec cette fille. Ca le faisait rire, beaucoup rire. Elle avait lâché son fouet, et s'avançait vers lui.

“Remarque, si je cachais mon oeil, on me ferait sans doute la même remarque. Chacun ses secrets. Le mien est aussi très compliqué et tu as le tien. Sauf que, pour certains, il y a des solutions. Toi, par exemple, je suis sûre que tu n'as jamais entendu parler des lentilles de contacts. Sache qu'il en existe de plusieurs couleurs, ça peut t'aider à cacher cette ... Tu avais dit ça comment au début ? Chose immonde ? Moi, cette chose, je ne peux rien y faire, à part la cacher ... ce que je ne fais pas, parce que les gens ne risquent pas de m'arrêter dans la rue, sauf s'ils sont comme moi. Et il n'y en a peut-être pas beaucoup, mais il y en a ... Et s'ils m'arrêtaient, je réagirais comme toi. Enfin, peut-être plus gentiment au début, parce qu'hurler, c'est pas une solution. MAIS VOILA ! Il n'y a rien à faire, à part accepter.”

Des lentilles de contacts ?
Matthew pouffa. Elle croyait vraiment le persuader avec CA ?

“Tu m'as donné des coups de clé à molette, tu m'as rendu mon coup de poing. Tu vas faire quoi ? Me tuer pour t'aider à ne pas accepter que tu n'es pas IMMONDE à cause de cet OEIL ? Tu vas frapper, frapper, frapper jusqu'à ce que je ne sois plus qu'un tas informe, ROUGE ?”

Il n'en pouvait plus.
Ce quelle disait... Ca le faisait tellement rire !
Tellement qu'il avait sa main posée devant ses yeux et sa bouche et qu'il était à deux doigts de basculer en avant à cause de son fou rire.

“Mais si tu me tues, il y aura quoi à faire après ça ? Te poser des questions parce que je t'aurais fait réfléchir un minimum ? Te retourner sans rien penser ? M'oublier dès que tu auras bifurqué au tournant qu'il y a au bout de la rue ?”

Elle l'enlaça contre lui, et Matthew continuait à rire.
Ses zygomatiques et son ventre lui faisait mal tellement il riait. Il posa sa tête sur l'épaule de la jeune fille, voilant son visage crispé par le rire.

“Et bien vas-y, frappes-moi, tues-moi, fait ce que tu veux.”

Ca y est, c'était bon. Il l'avait achevé. Tellement achevé qu'il lâcha son arme à terre et éclata de rire. Relevant la tête après quelques secondes, il plaça ses mains sur les épaules de la femme et se mit à la secouer violemment, continuant toujours à rire.

- DES LENTILLES DE CONTACT ? VOUS TUER ? HAHAHA ! Je n'en crois pas mes oreille, qu'est ce que je viens d'entendre ?! Oh ! Arrêtez ! Je meurs, je ris aux larmes ! C'est tellement hilarant ! Vous avez réussis à me faire pleurer de rire ! HAHAHAHAHA ! Ah, you made my day, girl ! HAHAHAHAHA ! SERIEUSEMENT !

Il la lâcha et recula, toujours pris dans son fou rire. Il ramassa sa clé à molette, s'accroupis et cogna sa tête dessus.

- Je ne vous comprendrai jamais ! Il n'y a pas d'issues ! AUCUNE ! Des lentilles ? Hahahah ! Laissez-moi rire ! En quoi ça m'arrangerai d'en avoir ? Vous croyez que j'ai le temps d'aller en choisir la couleur ? Pfffft ! HAHAHAHAH ! Ce n'est qu'une perte de temps ! Et le fait de vous tuer aussi ! Pourquoi vous tuer, sérieusement ? POURQUOI ? Alors que vous pourriez bien souffrir toute votre vie d'une blessure ne pouvant être guérie ! HAHAHAH !

Il se redressa, toujours pris dans son rire hystérique, et alla s'accouder au mur.

- Aaah ! Non non non, non ! Je ne vais pas vous faire de mal ! Vous me faites tellement rire ! Hahahaha ! Ce serait idiot ! Vraiment idiot ! Bien que vous m'ayez mis en rogne tout à l'heure ! Hahaha ! Ha...

Il s'arrêta de rire progressivement, pointant la fille du regard.

- Cela ne m'empêche pas de vivre que de cacher cet oeil ! Oui, immonde, ça, il l'est ! Et vous ne pouvez pas savoir a quel point ! Si vous souhaitez, vous, présenter votre oeil bionique au monde, faites ce qu'il vous plaira ! Mais, dans mon cas, ma réponse sera négative. NON ! Je n'ai pas envie de montrer cet oeil aux autres ! Et j'ai encore moins envie de le cacher grâce à cette invention stupide que sont les lentilles de couleur !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 2 Nov - 15:36
Ma tête menaçait de se décrocher tant elle était ballotée, comme s'il voulait l'arracher.

- DES LENTILLES DE CONTACT ? VOUS TUER ? HAHAHA ! Je n'en crois pas mes oreille, qu'est ce que je viens d'entendre ?! Oh ! Arrêtez ! Je meurs, je ris aux larmes ! C'est tellement hilarant ! Vous avez réussis à me faire pleurer de rire ! HAHAHAHAHA ! Ah, you made my day, girl ! HAHAHAHAHA ! SERIEUSEMENT !

Il arrêta de me secouer et je mis ma tête entre mes mains pour calmer les bruits de verre brisés qui retentissaient comme cristaux malades.

- Je ne vous comprendrai jamais ! Il n'y a pas d'issues ! AUCUNE ! Des lentilles ? Hahahah ! Laissez-moi rire ! En quoi ça m'arrangerai d'en avoir ? Vous croyez que j'ai le temps d'aller en choisir la couleur ? Pfffft ! HAHAHAHAH ! Ce n'est qu'une perte de temps ! Et le fait de vous tuer aussi ! Pourquoi vous tuer, sérieusement ? POURQUOI ? Alors que vous pourriez bien souffrir toute votre vie d'une blessure ne pouvant être guérie ! HAHAHAH !

Tandis qu'il s'accoudait au mur, je m'asseyais contre le mur et me bouchais les oreilles pour ne pas entendre les idioties qu'il déballait, encore, encore ...

- Aaah ! Non non non, non ! Je ne vais pas vous faire de mal ! Vous me faites tellement rire ! Hahahaha ! Ce serait idiot ! Vraiment idiot ! Bien que vous m'ayez mis en rogne tout à l'heure ! Hahaha ! Ha...

J'enlevais mes mains de mes oreilles, il me regardait d'un air presque sérieux, et un rictus faisait tiquer par moment le coin de sa bouche.

- Cela ne m'empêche pas de vivre que de cacher cet oeil ! Oui, immonde, ça, il l'est ! Et vous ne pouvez pas savoir a quel point ! Si vous souhaitez, vous, présenter votre oeil bionique au monde, faites ce qu'il vous plaira ! Mais, dans mon cas, ma réponse sera négative. NON ! Je n'ai pas envie de montrer cet oeil aux autres ! Et j'ai encore moins envie de le cacher grâce à cette invention stupide que sont les lentilles de couleur !

“ET POURQUOI ÇA ?! QU'EST-CE QU'ON T'A FAIT ?! Si des gens t'ont rejeté pour ce que tu es ... Ce sont sans doute des ordures, xénophobes, qui ne supportent pas quelque chose qui LEUR semble ANORMAL, ou même ETRANGER ... Qui serait assez IMMONDE pour rejeter une personne qui n'a rien demandé ?..”

Je secouais ma tête, entendant par moment les bruits de verre ...

“Tu as frappé trop fort, je crois ...”

Je me relevais et époussetais mes habits ... Je regardais sur mon haut où les taches de sang de Nayomi semblait s'être incrustées ... Comme le sang sur la clé à molette :

“J'ai une dernière question ... Pourquoi ta clé à molette est pleine de sang plutôt que du cambouis ?”

Je penchais ma tête sur le coté tandis que la voix protestait dans ma tête T'avais dit que tu le séquestrais et qu'on le bastonnait !
Vi, bah nan ...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 7 Nov - 23:26
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Toujours prit dans son fou rire, il secouait la jeune fille avec une attention semblable à celle dont on pouvait se permettre avec une poupée de chiffon. Il n'avait même pas entendu les éclats de verre s'entre-choquer dans l'oeil bionique de la jeune fille tellement il s’esclaffait. Il continuait à la secouer, toujours à parler, jusqu'à ce qu'il se décide d'arrêter, calmant son fou rire qui, malgré cela, menaçait de revenir d'un instant à l'autre. Un sourire finement dessiné sur son visage moqueur, il déclara à la blonde :

- Cela ne m'empêche pas de vivre que de cacher cet oeil ! Oui, immonde, ça, il l'est ! Et vous ne pouvez pas savoir a quel point ! Si vous souhaitez, vous, présenter votre oeil bionique au monde, faites ce qu'il vous plaira ! Mais, dans mon cas, ma réponse sera négative. NON ! Je n'ai pas envie de montrer cet oeil aux autres ! Et j'ai encore moins envie de le cacher grâce à cette invention stupide que sont les lentilles de couleur !

“ET POURQUOI ÇA ?! QU'EST-CE QU'ON T'A FAIT ?! Si des gens t'ont rejeté pour ce que tu es ... Ce sont sans doute des ordures, xénophobes, qui ne supportent pas quelque chose qui LEUR semble ANORMAL, ou même ETRANGER ... Qui serait assez IMMONDE pour rejeter une personne qui n'a rien demandé ?..”

Celle-ci avait répondu immédiatement. Cela l'avait un peu surpris, au départ. Il scruta la jeune fille, tournant autour d'elle.

- Exact ! Vous avez totalement raison ! Et, malheureusement, ces genres d'individus sont partout. PARTOUT ! Absoooolument partout ! Où que vous soyez ! En Alaska comme en Australie, tiens ! Ils vous guettent, vous narguent, se moquent ! Tous le temps ! En toute circonstance ! J'en ai temps souffert, dans ma vie d'avant ! Des coups de pieds, de poings et d'armes, des humiliations, des lynchages, même ! C'est pour cela que j'ai envie que cela change ! Oui ! Alors, depuis ce jour, mon oeil rouge n'est plus ! ... A quelques nuances près. Vous voyez, il ne voit juste plus souvent la lumière du jour... Et je suis très bien ainsi !

Voilà, le sujet était clos, à présent. Matthew était une vraie tête de mule quand il s'y mettait, et aucun arguments, qu'ils soient plein de bon sens ou non, ne pourraient modifier ou ne serait-ce mettre en cause son point de vue : pour lui, les yeux rouges étaient une tare qui continuerait à le hanter toute sa vie. Ils n'apportent que la misère et, même si certaines personnes trouvent le rouge ardent de ses yeux magnifiques, ils sont trop peu nombreux pour pouvoir le convaincre de quoi que ce soit. Certains arrivent à vivre avec un, voire deux yeux de sang, mais lui, non, et ça en sera toujours ainsi.
Pendant qu'il était en train de parler, la jeune fille s'était secouée la tête, grimaçante.

“Tu as frappé trop fort, je crois ...”

Matthew la regarda, étonné. C'était à cause de son coup de poing ? C'est vrai qu'il avait une grande force physique pour un homme de sa carrure... Mais il ne s'en rendait pas vraiment compte, vu qu'il était tout de même assez rare qu'il utilise la force pour résoudre ses problèmes... sauf quand cela devenait trop grave... comme avec cette fille, par exemple. Et vu qu'il s'énervait vite, il finissait tôt ou tard par frapper si la personne persistait. Le sang séché qu'il y avait par endroit sur sa clé à molette présentait comme un exemple de ce qu'il pouvait arriver si on se frottait à lui. D'ailleurs, la jeune fille avait remarqué ce sang depuis le début mais ce fut seulement maintenant qu'elle lui posa la question et qu'il voulu bien répondre.

“J'ai une dernière question ... Pourquoi ta clé à molette est pleine de sang plutôt que du cambouis ?”

Cette fameuse question, dont il n'avait pas voulu répondre au début de leur rencontre... Il ne pouvait tout de même pas lui avouer qu'il venait de massacrer un géant qui avait tenté de lui voler sa montre avec cette clé à molette !

- Tss... Vous m'en posez une belle, là !

S'accoudant pour une énième fois au mur, il se mit à balancer sa clé à molette en l'air.

- Disons que...

Il attrapa sa clé, puis la relança en un seul geste.

- C'est assez difficile à expliquer...

Il la rattrapa encore une fois, continuant son manège, pinçant son sourire.

- Devrais-je vraiment vous le raconter ? Hm. Non, je ne sais pas... Non, non. Ce serait... Trop embêtant ! Mais... D'ailleurs, je vois que vous aussi, vous en avez qui tâchent vos habits ! Alors, je vous retourne moi-même la question ! Pourquoi ce sang ? Car il ne me semble pas que cela soit de la sauce tomate, ou une autre substance rougeâtre autre que le sang...


Il venait de remarquer les quelques tâches rouges qui coloraient le vêtement de la jeune fille. Il était sûr que cela ne venait pas de lui, vu qu'il n'avait pas perdu de sang durant cette bataille, quoique certains coup ont dû lui faire quelques plaies supplémentaires sur son corps...
Il attendit quelques secondes avant de déclarer, d'un coup :

- Bah, je sais que vous allez insister alors... C'était un homme. Un géant, si j'ose dire. Il s'est opposé à moi et... je lui ai simplement réglé son compte ! Et sans le tuer, bien entendu ! Je ne suis point un criminel ! Cela s'est passé dans le contexte du travail. J'avais à peine commencé qu'il a...

Il se reprit, hésitant.

- ...Qu'il m'a provoqué. Et je ne pouvais pas le laisser faire, voyez-vous ?

Rattrapant la clé à molette qu'il avait encore une fois lancée, il la tint maintenant à deux mains, observant les tâches rouges moucheter sur sa belle aux reflets d'aciers. On voyait par endroit des traces de rouilles, montrant qu'elle avait sûrement beaucoup servit, et contenait quelques petites traces de choc sur la tête. Mais heureusement, il n'y avait là rien de bien endommagé. Du moins, il l'espérait. Car cette clé à molette est l'une des choses les plus importantes à ses yeux, et il se mettrait dans un état épouvantable si il venait à la perdre !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 8 Jan - 18:34
- Tss... Vous m'en posez une belle, là !

Je décidais de jouer la carte de la patience … J'attendais qu'il continue.

-Disons que... C'est assez difficile à expliquer...

Il faisait tourner sa clé à molette, encore … Encore … ENCORE ! J'allais péter mon câble quand il répondit, me faisant presque sursauter :

- Devrais-je vraiment vous le raconter ? Hm. Non, je ne sais pas... Non, non. Ce serait... Trop embêtant ! Mais... D'ailleurs, je vois que vous aussi, vous en avez qui tâchent vos habits !

Je sursautais vraiment … Je regardais mon haut … Nayomi … Le sang de Nayomi … Celle

- Alors, je vous retourne moi-même la question ! Pourquoi ce sang ? Car il ne me semble pas que cela soit de la sauce tomate, ou une autre substance rougeâtre autre que le sang...

Un rictus commençait à me faire tiquer … Il ne continuait pas … Le silence était presque pesant … J'allais répondre mais il lacha d'une traite :

- Bah, je sais que vous allez insister alors... C'était un homme. Un géant, si j'ose dire. Il s'est opposé à moi et... je lui ai simplement réglé son compte ! Et sans le tuer, bien entendu ! Je ne suis point un criminel ! Cela s'est passé dans le contexte du travail. J'avais à peine commencé qu'il a...

Je penchais ma tête sur le coté, l'incitant à répondre :

- Qu'il a quoi ?
- ...Qu'il m'a provoqué. Et je ne pouvais pas le laisser faire, voyez-vous ?


Il attrapa ensuite sa clé en plein vol. Il la regardait comme un objet précieux et chéri … J'étais perplexe, comment une telle chose pouvait avoir autant d'importance ? Puis je me rappelais … Ma perle … Peut-être insignifiante pour le monde, mais pour moi… Le moyen de ne pas flancher … De faire une pause … Cette perle …

- Tu m'as demandé pourquoi j'avais du sang sur moi ?

J'avais laché cette phrase, sans contexte … Peut-être juste envie de parler …

- J'ai mordu violemment quelqu'un … Je l'ai mordu jusqu'au sang … Pourquoi ? Parce que je voulais m'enfuir et qu'elle était étalée sur moi, m'empêchant de partir … Pourquoi je voulais m'enfuir ? Parce que je l'aime … Je l'aime si fort … On se connaît car on travaille au même endroit, je viens d'arriver, je n'avais pas d'endroit où loger … Elle m'a alors proposé une collocation, j'ai accepté … Mais voilà, il semble que je sois un peu plus … qu'amie avec elle … A cause d'une déficience, je peux être dangereuse, et je ne le comprend pas moi-même …

Dans ma tête, une petite voix m'interrompit 'Au contraire, tu le sais … Tu as besoin de cette violence, parce que cet autre crétin avec qui on partage ce corps ne ferait pas de mal à une mouche, et tu es une personne qui bouleverse tout … Ou plutôt, nous sommes une personne qui bouleverse tout …' Sans faire attention, je continuais :

- Et pour éviter de la blesser davantage … Je suis partie … Et ton œil caché m'a intrigué alors que je voulais penser à autre chose … T'es bien tombé on peut dire !

Un grand sourire illumina mon visage et elle lui tendit sa main :

- On est parti sur de mauvaises bases … On recommence à zéro ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 17 Jan - 12:48
T'es borgne ou c'est pour le style ?
Cendrillon

Il posa la clé à molette sur son épaule et observa la fille, attendant impatiemment sa réponse.
Bien que Matthew maintenait toujours le sourire à ses lèvres, il était, heureusement pour la jeune fille, beaucoup plus calme que tout à l'heure, ou il aurait pu tout détruire si elle avait continuée les provocations.

- Tu m'as demandé pourquoi j'avais du sang sur moi ?

Il retira sa clé à molette de ses épaule et la bascula vers le sol, la tournant maintenant encore et encore comme si elle était un tournevis.

- J'ai mordu violemment quelqu'un … Je l'ai mordu jusqu'au sang …

Oh.
Matthew s'arrêta et s'étira un moment, toujours sa clé en main. Cela devenait vraiment de plus en plus intéressant...

- Pourquoi ? Parce que je voulais m'enfuir et qu'elle était étalée sur moi, m'empêchant de partir … Pourquoi je voulais m'enfuir ? Parce que je l'aime … Je l'aime si fort … On se connaît car on travaille au même endroit, je viens d'arriver, je n'avais pas d'endroit où loger … Elle m'a alors proposé une collocation, j'ai accepté … Mais voilà, il semble que je sois un peu plus … qu'amie avec elle … A cause d'une déficience, je peux être dangereuse, et je ne le comprend pas moi-même …

Hochement de tête. Okokokokok.
Matthew continuait de sourire, tout en écoutant les dires de la jeune fille.

- Et bien et bien ! C'est une bien triste histoire...

Sourire. Matthew continua à faire tournoyer sa clé tout en écoutant le discours de la jeune fille.

- Et pour éviter de la blesser davantage … Je suis partie … Et ton œil caché m'a intrigué alors que je voulais penser à autre chose … T'es bien tombé on peut dire !

Ah oui, son oeil rouge oui. Matthew grimaça à l'énonciation de ce terme. Bien tombé, il ne pensait pas. Mais il est vrai que son oeil attirait, après réflexion, beaucoup l'attention sur les autres. Il n'est pas rare que des gens qu'il croise le dévisagent à cause de son oeil caché.

- On est parti sur de mauvaises bases … On recommence à zéro ?

Recommencer de zéro ?
Matthew souria, se releva et s'approcha de la fille.

- Recommencer de zéro ? Là est un projet bien ambitieux ! Souhaitez-vous vraiment vous lier à moi ou est-ce un subterfuge pour assouvir votre désir de voir ce qu'il se cache derrière mon oeil ou something like that ? Well, je ne penses pas que cela irait aussi loin mais je ne penses pas que nous nous entendrons. Yes, nous nous sommes battus. J'en ai encore des marques y'know ? Vous êtes violente, je n'aime pas la violence. Je vous méprise, alors comment pourrais-je réussir à me lier d'amitié avec vous ? La question est bien difficile à répondre... Vous m'en posez une belle, là encore ! La balance de choix ne se décide pas à basculer vers un côté. Hm ! Let me think let me think... Perhaps we will become friends, mais cela ne sera sûrement pas pour tout de suite ! Car le temps m'appelle, et je n'ai sûrement pas plus de temps à accorder à cet étrange dilemme et à votre personne... Oh yes, que ce dilemme est étrange... Peut-être pourrions-nous tenter un petit pile ou face pour en décider de l'issue ? Ou non, whatever. On verra cela plus tard right ?

Il sourit en direction de la fille et alla chercher son chapeau avant de revenir pour la dépasser, en direction de la sortie du cul-de-sac.

- Weeell my dear little bastard, je vous souhaites une agréable journée tout de même, c'est la moindre des choses ! Et peut-être nous reverront-nous d'une façon moins brutale, who knows ? La ville est petite alors nous revoir ne sera pas si rare qu'on ne le pense !

Il posa sa casquette sur la tête et la salua d'une main avant de s'élancer vers le fond de la rue dans une marche rapide.
15h41. Cette rencontre avait durée plus de temps que prévue, finalement.
Matthew soupira. Il fallait maintenant qu'il se dépêche si il ne voulait pas être trop en retard sur son emploi du temps !
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV : Lapin] T'es borgne ou c'est pour le style ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Civet de lapin aux épices
» FENOUIIIIL! Oh désespoir, le pauvre lapin imaginaire est mort! [Libre mon ami =)]
» Le lapin sanglant!
» Mi homme mi lapin
» PATE DE LAPIN en chti !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-