Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Salle de Bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Ven 21 Fév - 14:56

EVENT SPECIAL


La salle de bal




Un peu à l'image de l'endroit où dansent la Belle et la Bête, la salle de bal est toute d'or vêtue. Si l'intention du maître des lieux était d'en mettre plein la vue à ses invités, c'est réussi. Les hauts murs décorés de gravures dignes de Versailles s'étendent jusqu'au plafond. De larges portes-fenêtres donnent une vue imprenable sur le jardin et le ciel nocturne, tandis que des lustres de verre et de cristal diffusent une lumière blanche en continu. Ca et là, quelques chaises contre les murs pour les danseurs fatigués, sans oublier l'orchestre qui jouera toute la nuit.


Principe de l'évent

- Vous postez dans le sujet du lieu où se déroule l'action de votre personnage
- Ne changez pas de lieu / sujet tous les deux posts
- Evitez les sujets saturés (où le RP sera difficile à suivre) et privilégiez des lieux avec moins de monde (c'est peut-être moins drôle mais cela permet de faire du RP sans problème)
- Lorsque votre personnage change de lieu (donc de sujet), signalez-le explicitement dans un spoiler à la suite de votre message (voir exemple 1)
- Lorsque vous décidez de fouiller un lieu (un tiroir, une pièce ou un placard), le Maitre du Jeu (dirigé par les admins) postera alors un message pour vous guider dans vos recherches et si des objets se trouvent dans l'endroit fouillé (voir exemple 2)

>> Les personnes ne suivant pas ces règles (existant pour maintenir ordre et cohérence au sein du RP) seront sanctionnées ! Bon RP à tous et toutes ;)


1/ Exemple pour changer de sujet

Bidule marchait dans la pièce. [...] Mais il ne trouvait toujours rien. Il décida alors de tenter sa chance ailleurs.
Spoiler :
 


2/ Exemple pour fouiller une pièce

>> J1
Bidule arriva alors face à un placard. [...] Curieux de son apparence, il se décida à l'ouvrir.
Spoiler :
 

>> Maitre du Jeu
Sur les étagères sont entreposées bibelots et dossiers papiers, mais nulle trace d'un quelconque objet ayant une véritable valeur. Néanmoins, tout en haut du placard, un curieux coffre attire l'œil. Mais celui-ci est verrouillé, il manque une clef pour l'ouvrir.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Ven 21 Fév - 15:03
La jeune fille jubilait. La ponctualité lui avait permis de se rendre au château légèrement en avance, ainsi avait-elle eu le temps d'admirer celui-ci. Elle n'était pas venue pour rien. Le château en lui-même avait des apparences de palais, ceux que l'on rencontrait souvent aux détours de contes de fées. Néanmoins, il ne possédait ni donjon, ni murailles, ni oubliettes. En y prêtant plus attention, il avait plus des airs de pavillon de chasse ou de palais d'été, ce château. Mais Maelyss s'en fichait, il était quand même incroyablement beau. Et incroyablement grand. A vu d'œil, la jeune fille jurait qu'il y avait au moins un bon millier de pièces pour remplir ces quatre étages. Voire plus si sous-sols, caves et sous-terrains il y avait. Génial, dix heures pour fouiller un château. Du gâteau, ou du bavarois à l'orange et au pain d'épice vu la situation.

Une brise souffla avec l'arrivée du propriétaire des lieux. Celui-ci remercia la poignée de personnes déjà présentes de leur venue. Il était 19h30, le reste des invités n'allait pas tarder à influer. Ainsi M. de Vaubigny, ou "Cher Alphonse" comme il les pria de l'appeler, même si ça sonnait complètement ridicule dans l'esprit de l'agente blonde, ouvrit les grandes portes et leur permis d'entrer. Ce fut à couper le souffle. Surtout parce qu'en réalité, il leur aurait fallu des jours et des jours pour tout fouiller, vu l'immensité de l'endroit. Mais heureusement, les agents de Cooki étaient plus malins que ça. Ça restait à voir pour les agents de GML, si ceux-ci daignaient se montrer, même s'il ne fallait absolument pas les sous-estimer. Non, vraiment pas. Maelyss se tint légèrement en retrait dans l'entrée, tandis que ce "cher Alphonse" contait déjà à ses invités l'histoire des lieux et vantait la beauté et la finesse des gravures, et porta la main à son oreille droite, celle qui était cachée par le voile de dentelle noire de sa coiffe. Elle appuya sur un bouton, le bleu à un point en relief, et murmura d'une voix presque inaudible.

- Blue ? Blue c'est Yellow. Je suis dans le château. Essaye de ne pas arriver en même temps que le gros des invités pour être plus discrète. J'attends le signal. Terminé.

Où qu'elle fût, Blue entendrait le message car rien n'obligeait à garder un quelconque bouton appuyé pour écouter un message depuis une oreillette. Red aussi entendrait le message d'ailleurs, mais c'était tout. Les trois agentes s'étaient concertées avant la mission et savaient qu'elles la faisaient en commun, du coup s'étaient-elles arrangées pour rester en contact. Et à la vue de leurs nombreuses missions effectuées en coopération, c'était forcé qu'elles aient un secret pour si bien réussir celles-ci. Le secret, c'était l'oreillette. Avant, Blue et Yellow avaient toujours eu un talkie-walkie entre elles. Mais quand elles avaient commencé à faire des missions à trois avec Red, le talkie-walkie devint rapidement un obstacle, principalement parce qu'il fallait rester sur la bonne séquence et appuyer sur le bouton au bon moment pour entendre le message. Alors Red était intervenue et avait bataillé fort auprès de sa mamie. Depuis, les trois agentes avaient hérité d'oreillettes d'agents secrets - les vraies qu'on voit dans les séries ! - et avaient développé un fort esprit d'équipe. C'était d'ailleurs à peu près la seule chose positive dans leur équipe. Parce que Red passait son temps à manger des cookies, Blue son temps à tenter d'essayer de tuer Gray ou de tout faire pour lui rendre la vie infernale et Yellow... Yellow, que faisait-elle déjà ? Ah oui, elle passait son temps à finir la mission et à tenter de sauver Gray et les cookies. 'fin les cookies et Gray ensuite plutôt.

- Red, y a des cookies, souffla Maelyss dans son micro

La jeune agente sourit discrètement et passa sa main sur les tissus mauves de sa tenue. Ainsi vêtue, il fallait vraiment prendre du temps avant de la reconnaitre. Profitant de cette invitation au bal, la jeune fille s'était retaillé légèrement la frange, cette partie de la chevelure qu'elle plaquait toujours sur le côté comme une mèche. Du coup, elle était méconnaissable. A ses risques et périls d'ailleurs... Mais l'heure n'était pas à la contemplation de ses cheveux, la jeune fille devait se concentrer sur la raison de sa venue. Une recette. Encore. Décidément, la patronne adorait collectionner les trucs inutiles. Oui bon, moyennement inutiles, car c'était tout de même diantrement bon. La petite blonde remit sa coiffe correctement, de peur à ce que l'on découvrît son micro. Même si le plus important était qu'elle se tût, sinon cela aurait fait très schizophrène de parler tout seul. On la prenait déjà assez pour une fille bizarre à son goût... Il ne restait plus qu'à attendre l'arrivée des autres invités, en plus de celle de Red et Blue. Ah ah, la soirée s'annonçait longue et pleine de surprises...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Sam 22 Fév - 19:47
Un sifflement admiratif s’échappa des lèvres du jeune homme à la vue de l’immense château. Eh ben ! Il a pas lésiné sur les moyens le proprio ! Mon dieu, qu’est-ce que c’est … pompeux. Nan sérieux, je m’adresse à tous les cambrioleurs qui lisent dans mes pensées – ce qui est peu probable m’enfin …- abandonnaient vos projets du genre  « braquage de la banque de France », c’est ici qu’il faut aller. On revend tous ce qui a de la valeur (donc à peu près tout) et on se barre au Brésil avec l’argent qu’on aura gagné. Fini la vieille tordue et ses idées toutes aussi tordues ! A moi la liberté ! … C’est beau l’espoir n’empêche. Bon. C’est pas tout ça, mais faudrait peut-être que je bouge. On va me prendre pour un attardé si je reste planté comme un con dans la grande allée.

Ethan ou plutôt « Lord Mc Cooper » - ben ouais je suis Lord maintenant ça vous pose un problème ? Nan ? Paaaaarfait - venait d’arriver sur le site de M. de Vaubigny pile à l’heure. Je peux être super ponctuel moi quand je le veux. Nan en fait, c’est parce que MG les avait tous menacé en leur donnant les instructions et les invitations. Si un seul avait le malheur, la pensée douteuse, la folle idée, d’arriver en retard elle le fera disparaitre de la surface de la terre. Ou du moins, s’il avait survécu même par analyse, ses propres parents ne le reconnaîtront pas. Cela avait franchement rebuté Green de jouer au plus malin. Même s'il doutait fortement que des morts puissent le reconnaire.

Tsss, tous ces gars et leur tenue de Dandy à quatre sous me donnent la nausée. En effet, une tenue élégante et un loup étaient exigés. Alors Green avait aussi était prié de faire un effort. Si ça ne tenait qu’à lui, il serait venu en pyjama. Le jeune brun avait opté pour un costume noir deux pièces, simple mais très classe, se lissant parfaitement avec sa taille, et des gants blancs très chics. Pas besoins de fanfreluches de chochotte pour se fondre dans la masse. Un loup noir et blanc cachait le pourtour de ses yeux, lui donnant un air assez mystérieux. Mais le plus grand changement était sans nul doute … ses cheveux. Nan nan je vous rassure, il ne s’était pas fait les boucles de Louis XIV, c’est seulement qu’il avait réussi – avec beaucoup de mal – à leur donner une forme. Une coiffure impeccable pour un homme impeccable ! … Ok je sors. Du coup, il fallait le regarder avec beaucoup, beaucoup, d’attention  pour deviner qu’il s’agissait de Green. Le tout lui donnait énormément de charme. Oui bon, encore plus que d’habitude.

Enfin arrivé dans la grande salle de bal, le jeune brun laissa trainer un de ces regards de beau garçon sur les jeunes filles déjà présentes. On ne perd pas les bonnes habitudes. Filles assez chelou au passage. Evidemment, elles étaient toutes masquées et « enroulées » dans des robes à froufrou plus ou moins élégantes. On avait l’impression qu’elles étouffaient dans leur corset serré au max pour gainer la taille et remonter leurs poitrines. Bref. Etablissons une liste exhaustive des invités … Nan. Allons vers les personnes, les plus intéressantes.  Alors déjà il y avait notre hôte : Alphonse de Vaubigny. Un homme très modeste, très discret et ouais nan je déconne. Ce mec, sur l’échelle de la modestie allant de zéro à cent, il était à zéro. Et encore je suis gentil. Plus guindé et empathique tu meurs. D’ailleurs en parlant du loup, M. de Vaubigny vint le saluer, lui demandant au passage ce qu’il pensait des lieux.

- Très … théâtral, répondit Ethan, en lui offrant un sourire poli.

Le genre de réponse qui ne laisse paraître aucun avis objectif. Et voilà, il est parti pour me bouffer mon temps de repérage à me parler de l’histoire de son palais. Green tacha de rester le plus courtois possible en faisant mine que ce qu’il disait, le passionnait « énormément ». Oui oui, la Comtesse de Chartres, oui, une femme très bien ... Argh si seulement il pouvait me dire où était cette fichue recette. Mais nan ! Lui, il me parle de ces amourettes printanières avec qu’il a fait des affaires fortes enrichissantes.

D’autres personnes conviées à la fête, affluaient dans la grande salle, attirant ainsi l’attention de M. de Vaubigny, ce qui permit à Ethan de s’éclipser. Qu’est-ce qu’il est bavard ! Il s’entendrait bien avec Maelyss lui alors. D’ailleurs, Green n’avait pas croisé un seul de ses collègues. Bizarre. En même temps, il était impossible de reconnaitre qui que ce soit avec tous ces masques vénitiens … Ethan entreprit alors de repérer toutes les ouvertures de la grande salle. Purée, on n’y arrivera jamais. Ça va nous prendre toute une vie de fouiller ce châte … Bouyachaka, ça y est je suis amoureux … ‘fin non quand même pas. En effet, l’attention d’Ethan fut attirée par une jolie demoiselle qui attendait patiemment la venue de son prince charmant vers l’entrée. Bats-les pattes les gars, je l'ai vu le premier. Le jeune brun se dirigea d’une marche élégante vers sa belle inconnue aux cheveux d’or, n'ayant d'yeux que pour elle. Elle était, effectivement à couper le souffle dans sa robe violette.

- Mademoiselle, dit-il d’une voix parfaitement voluptueuse, vous attendez quelqu’un ?

On dira ce qu’on voudra, il n’y a pas meilleure approche pour engager la conversation. Et ça, Green l’avait appris lors des nombreuses soirées mondaines auxquelles il s’était incrusté avait été convié. Le jeune brun fréquentait la jet set de l’art, comme la jet set du crime.

- Je me présente, Lord Mc Cooper, pour vous servir.

Ethan, se penchant légèrement en avant, prit la main de la jeune demoiselle et y déposa un baiser des plus délicats, humant au passage, le parfum exquis qui s’en exhalait. Délectable … mais ... j’ai l’impression de le connaitre. Il leva ses intenses yeux noirs, et les plongea dans ceux de la jeune fille. Voilà, il est parti pour lui jeter des regards excitants toute la soirée. On se refait pas comme on dit. Cependant, il n'arrivait pas à savoir qui se cacher derrière ce masque violet. Au pire, ce n'était pas très important.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Dim 23 Fév - 14:14
Eric Beauregard. Un bel homme. Habitué aux réceptions de grandes importances. Mais sa condescendance masculine lui portera préjudice.  Je ne supportais pas sa désinvolture à l’égard des femmes. Amandine de Vincennes. Toujours aussi superficielle et hautaine. Elle passait son à temps à me toiletter come une poupée et à essayer de me faire enfiler ses robes de midinette. Anastasia Praznikov. D’après ce que m’a dit mon cousin Flavien, elle vous décroche ses portes jarretelles avant même que vous n’ayez le temps de dire « thé ». Une jeune femme pleine de ressources. Plongée dans la débauche. Et cela se voit à sa façon de regarder tous les gus présents.

La jolie anglaise rapprocha ses lèvres rouges du verre de cristal pur et reprit une lampée de la divine liqueur aux teintes pourpres. Pensant naïvement, qu’il s’agissait d’une sorte de grenadine désuète … Mais c’était tout autre. Du vin rouge. Echezeaux de 1952 … Et plus elle en prenait, plus sa personnalité candide, s’altérait. La bière la plongeait dans la folie. Le vin la rendait irritable. D’où son discours interne, critiquant et délivrant des potins sur toutes les personnes présentes, qu’elle connaissait de vue. Issue de la bourgeoisie dite « british », la demoiselle était accoutumée à ce genre de galas princiers. Elle avait vu bien plus faste et bien moins somptueux. Donc rien ne l’étonnait. Les domestiques étaient plutôt serviables ; apportant sur de magnifiques plateaux d’argent quelques boissons rafraîchissantes pour les nouveaux arrivants. A ce rythme-là, ils allaient vite être à court, car la petite blonde passait son temps à commander toute sorte de rafraichissements. Et hop, elle demanda un verre d’hydromel à la saveur d’été. Hmmm, délicat. Gourmande comme pas deux.

Alice était arrivée l’une des premières au château ne voulant rien rater de la soirée qui s’annonçait … divertissante. Elle avait eu le temps de palabrer avec le maitre des lieux, « Cher Alphonse », un charmant homme au gout prononcé pour le luxe. Elle était vêtue d’une sublime robe bustier bleu et d’un loup dans les mêmes tons. Elle avait relevé ses longs cheveux blonds en un chignon d’altesse, laissant glisser quelques mèches sur ses épaules satinées.

- Il y a de la concurrence ce soir, lâcha-t-elle dans un soupir amusé.

Les jeunes filles étaient plus belles les unes que les autres. Chacune essayait d’attirer l’attention des jeunes hommes, et vice versa. Gloussements coquin, sourire en coin, baisemains de gentleman, et éventail de gourgandine, Alice s’amusait déjà en toisant chaque personne. Bien évidemment,  il ne fallait pas perdre en vue la mission que GML avait confié à ses agents. La recette qu’il fallait trouver au plus vite. Car des espions de l’Agence adverse étaient également sur le terrain. Le Grand Méchant Loup les avait tous équipé d’oreillettes sophistiquées pour la mission. Question de pratique d’après lui. Ainsi, ils pouvaient tous rentrer en contact et prévenir leurs coéquipiers de la situation. Alice, pour l’instant, avait débranché son oreillette, parce qu’elle voulait être tranquille. On aussi là pour s’amuser naméoh ! Mais elle n’allait pas tarder à la reconnecter car la Salle de Bal commençait à se remplir petit à petit. Elle savait qu’Elise (alias Boucle d’Or) était de la partie, mais ne l’avait pas attendu car, de un ; Elise n’était pas encore prête, et de deux ;  Alice voulait découvrir le château la première, na !

Tiens. Cette fille à l’air d’avoir un gout prononcé pour le vert. En effet, une fille aux cheveux verts (ça me rappelle quelque chose pas vous ?) venait saluer « Cher Alphonse » puis repartit aussi vite qu’elle était venue, sur la Terrasse … Trêve de plaisanteries, la concentration, déjà minime, de la jolie anglaise commençait à se dissiper. Oooh, quel beau spécimen que voilà ! Un jeune homme, surement âgé de 18 -19 ans venait de faire son entrée dans la salle. Brun, grand, magnifiquement taillé, surement professeur titulaire de la chaire du Sourire en Coin le plus jouissif et celle de la voix qui fait frissonner la peau des jeune filles. Il parlait à M. de Vaubigny mais Alice le perdit de vue avec l’entrée des autres invités. Dommage.
Elle connecta son oreillette, probablement pour voir combien d’agents étaient déjà sur place.

- Elise ! Je viens d’apercevoir un magnifique spécimen ! Il nous le faut … Enfin il me le faut.


Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 23 Fév - 16:50
Les portes s'ouvrirent.

''Wouah …''

Estomaqué. Choqué. Émerveillé. Trois mots pour décrire ce que ressentait le Cendreux à ce moment-là. Il s'arrêta sur le seuil, et se déporta sur le coté, laissant les invités passer. Il leva les yeux et son œil papillonna un instant face à la lumière aveuglante des lustres recouverts de cristaux et de verre. Il sentit une bouffé d’excitation le parcourir : c'était sa toute première mission après tout !

''Quelle beauté !''

Il était complètement ahuri. Leur hôte, M. de Vaubigny, (ou encore, ''cher Alphonse'' ... C'est complètement ridicule !) était en train de discuter avec un jeune homme qui portait un loup blanc et noir, les deux couleurs se rassemblant un moment pour former comme un point d'interrogation. Le Cendreux, lui, avait opté pour un costume entièrement blanc. Pas pour se faire remarquer, loin de là. Il aimait la simplicité. Bon, d'accord, c'était raté. Et alors ? Il réajusta son loup qui ne cessait de pencher à cause de son pansement. Il n'avait pas voulut mettre de bandage, de peur d'être trop … trop … Bref. Il avait donc mit un pansement à la place. Il avait aussi enlevé la perle, de peur (encore une fois) qu'Ashes ne débarque suite à un faux mouvement de langue. Finalement, il se décolla de la porte et entra. Il faillit se prendre les pieds dans une robe qui traînait par terre. Le Cendreux se tourna vers la personne et s'inclina pour s'excuser :

''Veuillez m'excuser, je ne regardais pas devant moi.''

Il sourit et retourna à sa découverte des lieux. L'orchestre jouait un air qui lui était inconnu, mais il ne s'en étonna pas. Il n'était pas féru de musique classique et cela n'était pas une priorité. La piste de danse était encore vide. Le Cendreux soupira et réajusta ses cheveux blond qu'il avait lâché pour l'occasion, les laissant descendre en-dessous de ses épaules. Il s'était juste amusé à faire une petite tresse, presque invisible, qui pendouillait devant son oreille gauche. Il sortit un objet de sa poche et faisant mine de mettre une mèche de cheveux derrière son oreille, il mit en place l'oreillette qui lui avait été donné par son patron. Il l'avait prise et était aussitôt parti, ayant compris que le loup pouvait être de mauvaise humeur. Il l'alluma, juste pour pouvoir être disponible au cas où. Un serveur arriva et lui proposa des petits fourrés au fromage. En souriant, le Cendreux le remercia et prit le feuilleté sur une assiette en carton. Une coupe de champagne lui fut servie, mais il la refusa avec politesse : il n'avait jamais goutté d'alcool et il n'était pas près de commencer. Il alla s’asseoir sur une des chaises qui était adossée au mur et savoura le feuilleté. Une note de Beethoven résonna dans la salle. Relevant la tête, Le Cendreux savoura ce bel air. Il ne savait pas quel était ce morceau, mais il avait reconnu du Beethoven. Son sourire s’agrandit. Cette soirée, bien qu'étant une mission se déroulait plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Dim 23 Fév - 20:09
Nayomi était entrée dans le manoir de ce cher M. Alphonse. Qui se rapprochait plus d'un palais, il fallait se l'avouer. La jeune fille avait traversé la cour pour finalement entrer dans le hall grandiose. Des dorures scintillantes à vous en faire perdre la vue. Ayant prit un verre dans la luxueuse salle de bal, à l'image que la jeune fille se faisait de l'aristocrate, elle s'était finalement décidée à chercher des collègues ou des adversaires.

Nayomi agita doucement les longs cheveux rubis, rassemblés en une tresse, lissa élégamment la soie de sa robe dorée. Une sorte de rose faite de perles blanches plissait et retenait le tissu au niveau de sa taille. Tenant délicatement son verre d'une main gantée de blanc, Nayomi observait les alentours de son regard vert, seule couleur visible à travers son masque vénitien doré, sur lequel de légères arabesques blanches étaient figées. De fines montures d'or fixées au loup entouraient son regard. La jeune mage écouta la clameur des conversations et l'orchestre, qui jouait un air de valse et tentait vainement de recouvrir le babillage incessant des convives. D'autres dansaient. ou encore draguaient. Nayomi eut un bref coup d'oeil pour l'invité faisant la cour à une jeune femme dans une magnifique robe violette.

La magicienne vérifia l'emplacement de sa micro-oreillette rapidement, reposa sa coupe de champagne avant de se faire accoster par un parfait inconnu.

-Bonsoir Mademoiselle, c'est un plaisir de voir une personne à l'air aussi charmante ici.

Elle retint un soupir et sourit légèrement, crispée lorsqu'il posa ses lèvres sur son gant immaculé.

-Bonsoir Monsieur. Nous ne nous connaissons pas il me semble?
-Je serais ravi de pouvoir faire votre connaissance alors. Mais, tout d'abord, m'accorderez-vous cette danse?


Un échappatoire, vite!

-Il se trouve que j'attends déjà mon cavalier, vous m'en voyez désolée.
-Juste pour une danse, votre fiancé ne m'en voudra pas n'est-ce-pas?
-Je n'ai jamais parlé de fiancé! Et laissez-moi tranquille!


Espèce de psychopathe!

L'inconnu se révéla très insistant, malgré les refus qu'il essuyait de la part de la rouquine. A cause de lui, elle ne pouvait même pas faire sa mission! Elle ne venait pas pour s'amuser, elle. Un soupir d'ennui franchit ses lèvres légèrement rosées pour l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Sam 1 Mar - 21:19
Spoiler:
 

- Je suis dans la salle à manger. Je vais migrer discrètement vers la bibliothèque.
- Ok, je vais essayer de t'y rejoindre.

Tout à attendre Blue et à repérer les passages, la jeune agente jetait des coups d'œil fréquents aux invités présents. Il y avait beaucoup, beaucoup, beaucoup de jeunes femmes qui gloussaient, caquetaient... bref, imitaient des poules. Et tout ceci à cause de la présence de charmants jeunes hommes à proximité. Tant qu'ils me laissent tranquille, ça va. Malheureusement, tout le monde n'avait pas forcément envie de la laisser faire sa mission en paix.

- Mademoiselle, vous attendez quelqu’un ?

Un jeune brun venait de surgir en plein dans son champ de vision. Vu qu'elle était seule dans son coin, c'était vraisemblablement à elle que celui-ci s'adressait. A moins qu'il ne parlait au pilier, allez savoir. Le monde était plein de mystère. Mais bon, cela la dérangeait un peu et allait la ralentir pour rejoindre Red. Surtout qu'avec lui à ses côtés, impossible d'utiliser l'oreillette sans se faire remarquer. Géniaaaaal...

- Je me présente, Lord Mc Cooper, pour vous servir.

Sa voix suave fit frémir Maelyss. Bordel, ça devait être interdit d'être aussi désirable. Le jeune homme se pencha pour quérir sa main et... il faisait quoi là ? Depuis quand on embrassait des gens sur les mains ?! ... ah oui, depuis qu'on était à un bal. Stupides traditions. Les joues de la petite blonde prirent un ravissant teint rose - voire carrément rouge pivoine - tandis que sa respiration se bloqua. Le contact avec sa main lui fit un drôle d'effet, et cela ajouté au fait qu'il respirait - ou reniflait, allez savoir - son parfum, elle s'en retrouva perturbée. Très. Posant sa main libre sur sa poitrine, Maelyss fixait l'inconnu à travers son masque. Elle remarqua au passage une vague de regards négatifs à son égard ainsi que des lueurs de jalousie dans les regards et attitudes des autres demoiselles. Bah quoi ? Elle n'avait rien demandé elle ! Pas sa faute si un mec plus que trop beau venait lui faire la cour ! Puis sincèrement, c'était la dernière chose dont elle avait besoin en ce moment-même.

- Je...

Diantre, allait-elle jouer la comédie de j'attendais-quelqu'un-mais-t'es-plus-beau-que-le-quelqu'un-donc-je-te-garde ou celle du tu-me-fais-très-très-peur-et-j'ai-une-mission-à-faire-donc-lâche-ma-main-inconnu-chelou ? Indécise, elle finit par opter pour un mix des deux.

- J'attendais une personne qui aurait la bienveillance d'être mon cavalier pour au moins une danse, mais vous semblez assez... demandé my lord.

Ouiiiii, elle avait oublié son nom et alors ? Il n'allait pas lui en vouloir parce qu'elle avait montré une marque de proximité ! Même si elle l'avait fait juste pour éviter de lui redemander son nom. Qui n'était sûrement pas Mc Chicken ou Mc Nuggets. Haaan, ça devait être classe d'être Lord Mc Donald's... Mais là on s'éloignait carrément. Pour appuyer ses propos, la jolie blonde lui montra un sourire amusé, quoique légèrement timide. Elle n'avait pas tellement envie de finir assassinée par les autres groupies la pauvre.

- Puis... je doute fortement d'être à la hauteur, lui confia-t-elle

Sous-entendu : je ne sais pas danseeeeeer ! Elle risquait surtout de s'emmêler les pieds puis bam, sur le carrelage. Ca serait un peu beaucoup la honte. La jeune fille n'aimait pas beaucoup l'humiliation ou le ridicule, comme à peu près les trois-quarts de la planète. Maelyss tourna la tête en direction du couloir. Elle avait cru apercevoir la chevelure de Red, mais vu le nombre de rousses présentes, elle s'était sûrement trompée. Elle se sentait étrangement seule, même avec la présence de Mc Arena - pas sûre sûre pour le nom - à ses côtés. Elle aurait voulu savoir si au moins un collègue se trouvait à proximité, pour pouvoir lui parler et fuir cette foule de gens superficiels. Même Ethan lui aurait suffit. Il aurait sûrement critiqué tout le château et les invités, elle comprise, puis se serait joué des demoiselles là-bas, qui ne pensaient qu'à parader au bras de beaux jeunes hommes. Elle aurait ri au moins, ce n'était pas drôle ce genre de réception où l'on ne faisait que danser et s'empiffrer. Si au moins elle avait le droit de faire ce qu'elle voulait...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 2 Mar - 15:18
- Je...

Je … ? Je suis folle de toi ? Oui je sais, moi aussi. Ça vous direz de quitter cette réception à chier pour qu’on parte vous et moi ? ... A votre avis les gens, je risque quoi si je lui sors ça ? Un bon coup de pied au cul par MG si elle apprend que j’ai abandonné la mission pour aller flirter avec une beauté qui … argh ce qu’elle est belle à rougir comme ça putain. Hmm, elle frémit, ça veut dire que je lui fais de l’effet. Un bon point pour moi. Cette fille c’est un gros challenge que j’accepte. Oh que oui, j’accepte sans hésiter.

- J'attendais une personne qui aurait la bienveillance d'être mon cavalier pour au moins une danse, mais vous semblez assez... demandé my lord.

My Lord ? Héhé je suis son lord. Demandé ? Qui ? Moi ? Ethan finit par percuter et jeta un bref regard par-dessus son épaule. Des jeunes filles. Des jeunes filles qui le scrutaient comme des vautours. Nan nan nan, là elles ne sont plus au stade « je te scrute » … elles en sont au niveau « je te déshabille et je te verrai bien dans mon lit avec un caleçon léopard ». Un frisson parcouru l’échine du jeune homme au même moment où une vision d’horreur vint flasher son esprit. Yerk. J’ai intérêt à surveiller mes fesses si je ne veux pas finir dans un coin sombre avec ces groupies qui m’arrachent la peau. Tout compte fait, la boite de nuit c’est vachement moins dangereux que les fêtes de richos. Les filles là-bas sont peut-être bourrées, mais au moins elles font semblant de ne pas te regarder comme des dalleuses. Pis en parlant de bourrées, y’en a une qui n’arrête pas de se resservir du champagne. Les pauvres domestiques, de vrais larbins à son service. Et l’autre en blanc là ? T’avais peur qu’on ne te remarque pas assez ? La prochaine fois, ramène-toi en combi de pompier avec les bandes fluo, tu vas voir ça va être su-per. Pas discret j’te jure … Comme ces filles autour de Mr-je-suis-milliardaire. T’sais, limite on les entend crier intérieurement « Eat-me ! Mange-moi ! Mange-moi, Monsieur Riche ! »… Eh Monsieur Riche ça ne vous fait pas penser au dessin-animé Monsieur-Madame ? Okjemetais. Pis là, t’en a une qui se fait harceler par un zozo. Tu ne lui plais pas à la rouquine, t’acharne pas voyons. J'imagine bien ce qu'elle est entrain de lui dire "-Oh Bryan ! Leave me alone ! -Melissa, I love you ! -Oh Bryan !" Oui, Green aimait bien imiter les scènes à l’eau de rose des feuilletons de Milliana et Tigrou. Ahaha c’est à mourir de rire ! Ethan se mordit les lèvres pour ne pas exploser de rire. Mais on le fit vite redescendre sur terre.

- Puis... je doute fortement d'être à la hauteur, lui confia-t-elle

- Je suis persuadé du contraire, lâcha-t-il en lui offrant un sourire de tombeur. Et puis …

Le jeune homme attira doucement la jolie blonde vers lui par la main qu’il tenait depuis tout ce temps. Il enroula alors une des mèches dorées, qui retombait sur l’oreille de la demoiselle, autour de son doigt pour lui murmurer quelque chose.

… Et puis je serai là pour vous rattraper si vous veniez à tomber.

Green pouvait vraiment se montrer mielleux quand il le voulait. Mais vraiment. Et la recette dans tout ça ? Oseeeeeef !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Mar 11 Mar - 11:28
Pourquoi Elise ne répondait-elle pas ? Ce n’est point dans ses habitudes de venir en retard. Peut-être qu’elle était encore en train de se pouponner ? Sa coquetterie lui portera préjudice. Sur ces pensées, Alice reprit une coupe de champagne malgré le tournis qui persistait à lui brouiller la vue. Qu’est-ce qu’il fait chaud, ç’en est presque étouffant. En effet, plus les invités affluaient dans la Salle de Bal, plus l'air manquait. Et son corset ne l’aidait. La demoiselle essaya de respirer du mieux qu’elle pouvait. Je n’aurai peut-être pas dû le mettre et écouter Elise. En même temps, elle, elle ne voyait pas la nécessité de s’en acquitter vu que sa poitrine était déjà avantageuse. Tout en caressant le rebord du verre de son index, elle continua d’observer les convives de son magnifique regard bleu, à la recherche du jeune brun de tout à l’heure. Mais il n’a pas pu se volatiliser comme ça … A moins que l’une de ses bécasses lui ait sauté dessus telle une lapine en chaleur. Alice décida de se mouvoir à travers la foule de bourgeois pour mettre la main sur celle (ou celui) qui lui avait dérobé son divertissement de cette nuit. Sans faire attention, elle heurta une petite rouquine qui essayait tant bien que mal de se débarrasser d’un volatile déplumé. A priori, elle n’avait pas remarqué sa maladresse car elle continua son chemin sans s’excuser. L’alcool altérait tous ses sens. Oh le voilà ! Il était en compagnie d’une jeune blonde et la façon dont il la regardait, révélait pas mal de ses intentions plus ou moins romantiques. La jolie anglaise s’approcha du couple et laissa au passage sa coupe de champagne, à moitié vide, dans les mains d'un homme vêtu de blanc, assit sur l’une des chaises dans un coin. Elle l'avait surement pris pour un serveur qui était en train de chômer. Ce n'était pas de sa faute, il avait la posture type d'un domestique, puis le vin qui embaumait son esprit ne l'aidait pas à faire la distinction. Une fois à leur niveau, et avec toute l’impolitesse du monde, elle passa ses deux bras autour du cou du jeune brun et le tira doucement en arrière, les dérangeant ainsi dans leur grande discussion. Sans aucune gêne.

- Veuillez m’excuser, mais je vous l’emprunte pour le reste de la soirée, sussura-t-elle à la jeune fille en face d’elle, ne vous inquiétez pas, il y aura bien un dindon qui voudra danser avec vous.

Son sourire enjôleur s’accentua quand elle croisa le regard étonné du jeune homme. C'est adorable, il paraissait aussi perdu que sa compagne. Enfin son ex compagne. Vertige. Alice s'appuya au bras de celui-ci par peur de tomber devant tout le monde. Ses joues se mirent à chauffer brutalement et la température de son corps à augmenter. Il fallait qu'elle quitte cette salle et au plus vite ! Pas dans les jardins, il y a avait trop de monde. La terrasse ? Non, elle risquait de se faire remarquer. Une idée lui traversa alors l'esprit. La demoiselle ne laissa aucune chance au jeune brun de s'en aller et l'attira avec elle, vers ce Cher Alphonse, afin de demander à ce dernier une faveur. La visite de son château. C'était une bonne occasion pour explorer les lieux de fond en comble, à la recherche de la recette, qui plus est en très bonne compagnie. Le coupant dans sa discussion, elle joua sur tous ses atouts féminins pour le convaincre de les laisser monter à l'étage. Elle rajouta une couche en faisant papillonner ses longs cils ce qui fit plier leur hôte. Le seul inconvénient c'est qu'il avait insisté pour leur refouler un domestique qui les guidera avec prestance tout au long de leur visite. D'après Mr. de Vaubigny il était facile de s'y perdre. Tant pis, le semer ne sera pas un problème pour la petite blonde qui avait la facheuse habitude de se perdre et donc de perdre les personnes qui l'accompagnaient. Pas de soucis a se faire. Si toutefois le jeune brun se tenait tranquille. Pour l'instant, il ne pouvait pas dire grand-chose avec tout ce monde autour d'eux. On ne pouvait demander mieux.
Sur cette demande, leur guide arriva derechef et les conduisit en dehors de la Salle de Bal, prenant donc les magnifiques escaliers de marbre qui mener au premier étage. Son oreillette bourdonna soudainement puis une voix féminine qu'elle connaissait bien, se fit entendre. Elise !

- Déjà ! Tu es où, Alice ?

La demoiselle, toujours au bras du jeune brun, regarda autour d'elle. Où était-elle ? Dans un endroit plus qu'aveuglant. L'abondance de dorures commençait à l'étourdir. A moins que cela soit les verres de vin qu'elle s'était enfilée ...

- Je monte à l'étage, murmura-t-elle le plus discrètement possible, avec mon spécimen. Tu devrais venir, il est à croquer …

Un gloussement s'échappa de ses fines lèvres rouges, résonnant de part et d'autres dans l'immense escalier. Le guide qui leur expliquait la façon dont a été sculpté les diverses inscriptions et motifs sur les marches, fronça légèrement les sourcils voyant bien que la demoiselle ne l'écoutait pas. Alice cessa ses pitreries enivrées, et se concentra non pas sur ses explications, mais sur la montée de ces marches. Eh ho ! Elle était en talon, elle ! Ses petits souliers rouges confortables et pratiques lui manquaient déjà.

- Ne soyez pas si crispé mon ami, vous déformez votre joli minois.

Effectivement, elle le sentait assez ... Tendu. Voyons, pas de mondanités avec Alice ! Elle n'était pas méchante. Non juste ivre ... en plus d'être folle. Mais ce n'était qu'une question de point de vue et d'habitude.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Mar 11 Mar - 12:39
- Je suis persuadé du contraire. Et puis… Et puis je serai là pour vous rattraper si vous veniez à tomber.

Il l'avait approchée de lui grâce à sa main qu'il tenait toujours. Elle était maintenant très près. Trop près. Elle n'allait plus pouvoir tenir la comédie longtemps, déjà qu'elle hésitait entre rester plantée là et se mettre à courir le plus loin possible. Sa posture, son visage, sa voix, tout était une prison qui l'empêchait de réfléchir correctement. Elle aurait voulu qu'on lui soufflât à l'oreille quoi dire, quoi faire. Ca n'aurait tenu qu'à elle, elle aurait fermé les yeux et serait restée dans ces bras accueillants jusqu'à la fin de ces jours. La petite blonde croyait encore au conte du prince charmant. Et là, tout semblait se dérouler comme dans les livres, comme dans un rêve. Et comme dans tous les livres, il y avait toujours marraine la fée pour nous redescendre sur Terre. Ou ici, Blue.

- Yel, tu te trouveras un mignon jeune milliardaire plus tard.

... Aaaaaaaah !! C'était un cauchemar ! Comment était-elle au courant de ça ?! Le visage de la jeune fille vira au blanc. Là... c'était l'horreur. Blue l'avait sortie de ces rêves et l'avait faite entrer dans un cauchemar. L'agente restait pétrifiée. Elle pria fort pour que quelqu'un la sorte de là avant qu'elle ne fasse un malaise ou se mette à s'enfuir en criant. Quelle humiliation... c'était assez ridicule pour qu'elle ait envie de s'enfermer dans un couvent à vie. Cette fois-ci, plus question de pavaner. L'avenir de la mission dépendait d'elle, il pouvait aller se faire cuire un oeuf ce... cet... owh... ce mec absolument, complètement et divinement parfait. Hum, ça allait être dur d'avoir la force de quitter ces bras. Puis qu'est-ce qu'il lui disait qu'il allait la laisser filer comme ça ? Que c'était compliqué... Mais heureusement une... fille parut entendre son appel au secours et arriva pour la tirer de ce mauvais pas. En se mettant à draguer ouvertement le pauvre jeune homme, qui de toute façon l'avait mérité. Youhou, encore quelqu'un de parfaitement normal à ce bal.

- Veuillez m’excuser, mais je vous l’emprunte pour le reste de la soirée, ne vous inquiétez pas, il y aura bien un dindon qui voudra danser avec vous.

Mais qu'est-ce qu'elle empestait l'alcool ! Quelle horreur ! La jeune fille grimaça. Bien qu'en ce moment, elle avait plutôt envie de se prosterner devant la fille bizarre en la remerciant de la tirer de ce mauvais pas. Merci, merci fille absolument cheloue. Ce fut à ce moment que la fin de sa phrase arriva jusqu'aux oreilles de la petite blonde. Qui la regarda d'un oeil mauvais. Ah ah, elle l'avait sa porte de sortie ! Il lui suffisait de jouer la fille vexée et de partir loin d'eux à cause de sa jalousie. Quel plan formidable !

- Il est vrai que si vous arrivez à vous trouver un cavalier, je n'aurais aucun mal à m'en retrouver un autre, sordide gourgandine.

Et sur ces mots, elle se détourna et s'éloigna d'eux d'une démarche blessée. Au contraire, elle jubilait. Oui bon, elle non plus ne savait pas ce que signifiait la fin. Elle avait lu le terme dans un et l'avait trouvé drôle par sa prononciation. Ca se trouve, ce n'était même pas une insulte et elle lui avait fait un compliment. Tant pis, c'était trop tard pour revenir sur ses pas désormais. La jeune fille partit dans un couloir secondaire du château. Maintenant qu'elle était seule, plus rien ne l'empêchait de rejoindre Red. Normalement, la salle à manger était dans cette direction, mais elle n'était absolument pas sûre. Maelyss porta sa main à l'oreillette, toujours en place. Il ne lui restait plus qu'à prévenir Red et Blue qu'elle s'était débarrassée de son prétendant. Ou plutôt qu'on le lui avait volé, mais bon. Au final elle était libérée de lui. Tant mieux, ses neurones avaient commencé à disjoncté à cause de sa voix de séducteur et de son sourire de tombeur.

- Trêve de plaisanterie, j'ai failli être coincée, c'est tout. Red, je te rejoins tout de suite et on commence les recherches dans le château. Blue, fouille le parc, il doit forcément y avoir des trucs dehors.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Anonymous
Invité
Mar 11 Mar - 13:26
Dans sa rêverie, le Cendreux reçu quelque chose dans les mains. Il regarda la jeune fille qui venait de lui déposer une coupe à moitié ... Vide ou pleine ? Enfin bref ! Une coupe de champagne dans les mains. Elle le prenait pour un serveur ou quoi ? Non mais, oh ! Il avait un masque lui, contrairement aux serveurs. Il se leva d'un coup. Il regarda le fond du verre, puis le posa sur une table. Bon ... Il faut que je trouve cette recette. Il vit toutes les personnes qui affluaient comme des abeilles à la recherche du miel. Il fallait qu'il sorte d'ici ... Bon ...Que fais-tu mon grand ? Le Cendreux regarda autour de lui, perdu ... Il fallait qu'il demande de l'aide. Il activa son oreillette et demanda, complètement perdu :

“Euh ... À tous ceux qui peuvent m'entendre, est-ce que vous auriez une idée d'où se trouve cette recette ? Comment s'organiser ?”

Il regarda une nouvelle fois autour de lui ... C'est pas le moment de stagner ! Raaaaah ... Il pinça l'arrête de son nez entre son pouce et son index. Pourquoi ne pas interroger directement la foule ? Indirectement ? Il releva la tête, cherchant ... il ne savait pas. Mais bon sang ... Si t'as pris ce boulot, c'est pas pour ne rien faire ! Dans un élan de désespoir, il fit un pas ... Pour se prendre un autre homme qui parlait avec une jolie fille aux cheveux roux étincelants, réunis en une tresse. Gêné, le Cendreux se releva et aida l'homme qui était tombé. Les joues en feu, il s'inclina :

“Je suis vraiment désolé, excusez-moi.”

Il s'inclina également devant la fille :

“Je suis désolé, je ne voulais pas vous importuner mademoiselle ...”

Blanc ... Il ne savait pas son nom, ça allait être difficile de la nommer ... Une nouvelle fois, le Cendreux sentit le rouge monter à ses joues. Il se couvrait de ridicule ...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mar 11 Mar - 20:42
“Euh ... À tous ceux qui peuvent m'entendre, est-ce que vous auriez une idée d'où se trouve cette recette ? Comment s'organiser ?”

Nayomi entendit la voix qu'elle reconnut comme celle du Cendreux dans son oreillette. Vite, se débarrasser de cet importun! Mais comment? La jeune femme réfléchissait sans écouter l'homme en question quand vint son sauveur. Qui la sortit de son problème en bousculant le faux gentleman. "Merci Monsieur l'inconnu, mon merveilleux sauveur! La rousse n'écouta pas quand il s'adressa à l'inconnu numéro un mais sursauta légèrement quand il lui parla :

““Je suis désolé, je ne voulais pas vous importuner mademoiselle ...””

Nayomi tiqua. "Cette voix me dit quelque chose..."

-Koto, Nayomi Koto, sourit la magicienne.

Profitant de la diversion qui venait d'être faite, elle entraîna son mystérieux sauver plus loin, abandonnant l'indésirable à son sort et le laissant planté dans le sol, incapable de comprendre ce qu'il venait de se passer.

Merci beaucoup Monsieur...

Ah ah, ignorance, quand tu nous tiens... La rousse ne connaissait pas son nom non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mer 12 Mar - 20:50
"Euh ... "

La jeune rousse l'avait pris par le poignet et entraîné plus loin. Elle le lâcha et le remercia :

"Merci beaucoup Monsieur...

"Heum ... Je ..."

Dira, dira pas ?

"Je ... Je m'appelle Floorcloth. Enchanté."

Il s'inclina pour la saluer. Il vit derrière son masque des yeux émeraudes d'une grande beauté. Ça lui rappelait ...

"Mage"

Il murmura. Pourvu qu'elle n'ait pas entendu ... Il se releva et sourit. Il n'y avait pas grand chose à faire, à part attendre des réponses de ses coéquipiers.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Jeu 13 Mar - 19:25
Aight elle a l’air plus qu’emballé ! Je sens son petit cœur battre la chamade et … pourquoi je ne l‘entends plus subitement ? Ethan s’écarta un peu de la jeune fille qui était … pale comme un cadavre. Aaaah mais qu’elle nous fait ?! Qu’est-ce qui se passe ? C’est moi ? C’est ma faute ? Je lui ai fait peur ?! Mais non non non ! Ça ne doit pas se passer comme ça ! Elle est censé succomber à mon charme et ensuite on serait allés au Bahamas se dorer la pilule main dans la main ! Mais bien sur … Green s’apprêta à lui demander si elle allait bien mais deux bras sorti de nulle part virent se glisser sur ses épaules.

- Veuillez m’excuser, mais je vous l’emprunte pour le reste de la soirée.

De … HEIN ?! Non mais ça va pas bien ou quoi ?! Une autre blonde venait de le stopper dans son petit rêve. Youpi. Je commence en avoir marre des blonds sérieux (complot ?). Elle était presque aussi jolie que celle qui venait de lui faire tourner la tête sauf que ... Sauf que cette fille sentait le vin à plein nez. Ah c’est la bourrée de tout à l’heure ! … ‘tendez … Comment ça « je vous l’emprunte » ? Eh j’suis pas un livre ! Green essaya de se détacher d’elle sauf que s’il se mettait à la repousser, il allait attirer l’attention sur lui. Quelle peste elle a tout prévue !

- Ne vous inquiétez pas, il y aura bien un dindon qui voudra danser avec vous.

… Ca c’est méchant.

- Il est vrai que si vous arrivez à vous trouver un cavalier, je n'aurais aucun mal à m'en retrouver un autre, sordide gourgandine.

Ca c’est encore plus méchant. Green faisait des allers retour entre sa jolie inconnue et … cette autre inconnue. Euh j’ai pas franchement envie d’être en plein milieu de ce round de blondes. J'vais vous laissez régler ça entre vous hein. Entre les regards noirs et les piques qu’elles venaient de se lancer, le jeune homme tenta encore une fois de se détacher de la folle qui tanguait à son bras, complétement déchirée. Mais … mais elle m’emmène où ?! Aaargh nan laisse-moi avec cette merveilleuse créature qui … Qui s’en va. Nan mais reeeste ! T’es censée te battre pour m’avoir -en disant j'ai la forte impression d'être une paire d'escarpins en solde- et t’enfuir avec moi, pas te barrer à l'opposé ! … Bien évidemment la blonde continua son chemin vers la sortie. Elle s'en fout mais complètement. Merci ça fait toujours plaisir. En attendant, la petite ivre demanda l’autorisation à Mr. De Vaubigny de monter à l’étage. P-pourquoi à l’étage … Doux Jésus Marie Joseph, elle veut me violer. Green dégluti en voyant que leur hôte venait d’accepter. Comme par hasard. Moi on m’aurait refusé l’accès j’en suis sûr. En même temps tout le monde aurait accepté. Elle avait deux arguments de chocs : ses deux gros boobs que je n’ai pas. Un guide. Alléluia ! Je ne serais pas seul à me faire violer ! Le jeune homme ne se sentait vraiment pas bien pour le coup. Je serais obligé de les éliminer tous les deux, d’accuser le jardinier puis de m’exiler loin d’ici. Ils quittèrent ainsi la grande salle, pour gravir les énormes marches du château. Dans quoi je me suis encore embarquer moi ? Pis où sont mes coéquipiers ?! Je serai presque ravi de voir Yellow surgir comme elle le fait si bien.

- … Tu devrais venir, il est à croquer …


Pardon ? Parce qu’en plus d’être alcoolique c’est une schizophrène. Elle est possédée … elle va bouffer mes tripes, les vomir, et nager dedans pour servir le tout à son chien. Green eut un haut le cœur suivi d’un frisson. Le guide prenait très au sérieux sa présentation ennuyante sauf que ni Green ni la schizo l’écoutaient. C'est pas grave Jean Paul ou quel que soit ton prénom. Reconverti-toi dans l'agriculture, tu verras les radis seront plus réceptifs à tes explications.

- Ne soyez pas si crispé mon ami, vous déformez votre joli minois.

Naaaan jure ?! Le jeune brun avait la gorge nouée en deux et se contenta de rester silencieux. Applaudissez c'est beau de le voir en état de stress intense. J'vais pas craquer, j'vais pas craquer, j'vais pas craquer, j'vais pas craquer ...

- Argh fous-moi la paix ! JE SUIS GAY ! cria-t-il en se détachant violemment d'elle.

Il a craqué. Bon. Maintenant tous ceux qui se baladaient par-là (donc au final pas grand-monde, voire personne) connaissaient l'orientation sexuelle du jeune brun. Orientation fausse bien sûr. Espérons juste qu'elle gobe ça.

- Gay t'entends ?! Gay gay gay ! J'adore les hommes, leur virilité, leur pilosité corporelle tout ça, c'est ma passion !

Oui. Oui c’est bien de la consternation que vous lisez sur le visage du jeune brun en voyant le guide reculer prudemment. Génial je passe pour quoi moi maintenant ? Un mec avec de gros problèmes psychologiques et une sexualité en vrac. Ouais c’est ça barre toi ! Au moins je ne l’aurais pas dans mes pattes. Manque plus qu'à faire fuir c'te folle … Le jeune homme monta les dernières marches et s'engagea dans le vaste couloir du premier étage. Faite qu'elle me suive ...

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Dim 16 Mar - 19:05
"Je ... Je m'appelle Floorcloth. Enchanté."

Nayomi le salua à son tour.

-De même, et encore merci pour m'avoir fait échappé à cet homme, Mr Floorcloth.

Bref, trêves de civilités, l'Apprentie-Mage devait chercher la recette et, au passage, répondre au Cendreux qui devait toujours attendre une réaction de la part de ses coéquipiers. "Sauf qu'avec ce Mr Floorcloth, c'est juste impossible, à moins de passer pour une schizophrène. Et là, ça me tente vraiment mais vraiment moyennement. Bon, désolée mon merveilleux sauveur mais je vais devoir te fuir parce qu'un travail m'attend! Et une récompense à la clé, j'espère... Parce que je fais pas tout ça pour rien!" Elle retint un soupir d'ennui.

La rousse s'inclina une nouvelle fois.

-Je m'en excuse, mais je dois retrouver certaines personnes. J'espère vous revoir et, si nous ne nous revoyons pas d'ici la fin du bal, je vous souhaite une bonne soirée.

Elle se dirigea vers la sortie d'un pas tranquille mais douloureux à cause de ses talons. "Quelle idée de mettre ça aussi! Pff..."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 7 Avr - 12:43
La jeune fille l'avait planté là, elle était pressée. Au moins, si quelqu'un répondait à son appel, il pourrait répondre sans passer pour un schizophrène. La jeune fille quitta la salle, allant dans le parc. Le Cendreux s'assit, réfléchissant aux endroits où les ingrédients pouvait se trouver. Il faudrait tout visiter, cette demeure est immense, il faut être stratégique mon vieux ... Bon, si tu vas à l'étage, il doit y avoir trois tonnes d'endroits à visiter ... Et dans le parc, chaque arbre peut cacher la recette dans ses racines ... Raaaaaaaaaah !!! Et personne ne répondait à son appel. C'était agaçant ... Mais soudain, une jeune fille passa devant lui, trébucha, renversant son assiette garnie. Le tout vint s'étaler sur le costume blanc ...

"Oh ! Veuillez m'excuser ! Je n'ai pas fait exprès !

-Ce n'est rien."

S'inclinant pour s'éclipser, le Cendreux cacha de sa main la tache et se fraya un chemin dans la foule pour rejoindre dehors. Là, il pourrait trouver un coin d'eau et se nettoyer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 18 Oct - 20:26
- Je n'ai pas d'ordres à recevoir...

Blue bugua. Complètement. Puis sa main vint se poser sur son front et glissa jusqu'à son oreille.

- C'est Blue, j'ai eu un petit problème... Comment dire... Le livre vient de s'envoler. Littéralement. Et j'ai pas pu récupérer le code. Il est avec un genre d'homme-oiseau, je crois qu'il se trouve au château maintenant.

L'espace d'un instant il cru qu'elle s'adressait à une éventuelle personne qu'il n'avait pas vu. Puis il se souvint de l'oreillette et avant même qu'il n'ai pu faire un geste elle lui saisit la main, l'entraînant sur un chemin parsemé de fleurs et de quelques lanternes, direction la terrasse, ou plus exactement la salle de bal. Tentant d'éviter les pieds et adressant des sourires désolé aux quelques regards qu'il croisait, il suivait Nora. Puis s'arrêté, gardant sa main au creux de la sienne.

- Avec un peu de chance, Yel va trouver une solution. Elle trouve toujours une solution. Et elle ne dira pas que ce sera ma faute. Bon, elle m'a déjà vendue plusieurs fois, mais bon...  Heu... Je vais y aller, t'as sans doute mieux à faire. J'suis sûre qu'il y a plein de filles qui cherche un prince charmant pour la soirée.

Elle semblait totalement paniquée. Vraiment. Alors il fit la première chose qui lui vint à l'esprit. L'attirant vers lui, il lâcha sa main et la prit dans ses bras. A vrai dire, il n'avait pas envie qu'elle s'en aille, loin de là. Premièrement parce qu'il était loin d'être un prince charmant pour les demoiselle qui les épiaient - honnêtement, elles étaient presque flippante - et deuxièmement parce qu'il ne voulait pas qu'elle parte. Tout simplement.
Il la serra un peu plus contre lui, comme pour tenter de la rassurer, puis se détacha lentement. Comme le parfait prince des contes de fée, il fit une révérence à la dame, espérant qu'elle accepterait son invitation à danser. Il se serrait bien passé d'une telle mise en scène au vue des regards jaloux que lançaient les petites bourgeoise à Nora, mais il se voyait très mal sortir sa flûte au milieu de tant de monde. Si il fallait que quelqu'un court après cet agent, ce n'était pas obligé qu'il s'agisse de Blue.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Piriou
Messages : 872
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 30 Nov - 19:54
C'était agréable. Depuis combien de temps quelqu'un ne l'avait pas enlacée comme ça ? Viktor peut-être... Elle colla sa tête contre son épaule dans un petit soupir venant du fond du cœur. C'est sans doute ça qu'elle cherchait depuis le début de cette soirée maudite : un temps mort, une pause. Qu'est-ce que lui avait dit Yellow déjà ? Trouver le prince charmant... Le prince en question s'écarta et elle comprit pourquoi : au fond de la salle, les violons entamait une nouvelle mélodie, lente et douce, qui voulait faire vibrer toute la salle tant elle atteignait au cœur.
Le brun semblait un peu mal à l'aise et fit une petite révérence maladroite, qu'elle imita avec un grand sourire, avant de poser une main sur l'épaule du jeune homme et de saisir sa main. Il sentait bon, elle le savait maintenant. Une bonne odeur de caramel mélangée à celui de la sève. Mais elle avait du mal à quitter des yeux ses pieds : elle savait à peine danser, la vieille leur avait payé une heure de cours la veille, rien qui ne permette d'assurer à un bal remplit de gens qui faisaient ça depuis leur plus tendre enfance. Les autres couples semblaient évoluer avec une telle fluidité qu'elle se sentait comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.
Pour ne pas y penser plus longtemps, elle se concentra sur la musique, essayant de calquer ses pas sur le rythme bien que ce ne soit pas facile. Elle évita le pied de son cavalier de justesse.

- Pardon, je ne suis pas très douée..., souffla-t-elle, le nez dans son cou.

Elle leva deux yeux pleins de malice vers le visage de son ami. Ami. Plus pour très longtemps, elle l'espérait. Une fille, une petite bourgeoise avec une robe au décolleté indécent vint tenter de la bousculer, avec un grand sourire pour Flûte. Nora l'écarta de suite pour revenir dans les bras de son compagnon. Na. C'était son sien et personne d'autre n'allait le lui piquer.
Un nouveau soupir s'étouffa dans le tissu de son costume noir. Elle sentait contre sa main droit le ruban de son masque, il semblait là juste pour la tenter de tirer dessus. Elle tira un tout petit peu, puis arrêta, amusée. Voilà qu'il était drôle de jouer avec le mystère de ce bal. Elle lui fit un petit clin d'oeil. Tirer, ne pas tirer...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/user/Eraelle
Anonymous
Invité
Sam 20 Déc - 20:53
Elle lui répondit par une révérence et tandis que le jeune homme passait une main autour de sa taille, elle posa la sienne sur son épaule et saisit l'autre. Elle semblait relativement mal à l'aise et fixait leurs pieds. Une danseuse inexpérimentée, apparemment. Il lui aurait volontiers murmuré de juste se laisser guider, et éventuellement danser plus doucement que ne le dictait la musique. Il avait appris à danser avec la vielle femme qui l'avait recueilli, elle avait mis un point d'honneur à lui enseigner certaines danses de salon, dont la valse et la java. Il n'était certes pas l'un des meilleurs danseurs au monde mais se débrouillait relativement bien. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle manqua de lui écraser le pied.

- Pardon, je ne suis pas très douée..., souffla-t-elle, le nez dans son cou.

Il haussa les épaules. Rien que le fait de sentir son souffle chaud dans son cou le faisait frissonner, elle pouvait bien lui marcher sur les pieds avec des semelles métalliques qu'il n'aurait laissé sa place pour rien au monde. Surtout lorsqu'il plongeait dans ses yeux bleus. Lorsqu'une demoiselle poussa Nora il s'empressa de l'attirer à nouveau dans ses bras.
Tournant toujours, elle s'amusait à titiller la ficelle de son masque avec un petit clin d'oeil. Une lueur de amusée s'alluma dans le regard du jeune homme, comme pour la mettre au défi. Tirer, ne pas tirer ? Tournant toujours il l’entraîna un peu plus à l'écart des autres danseurs. Il tait comme happé par ses yeux, et la tête commençait presque à lui tourner. Ralentissant petit à petit le rythme, il fini par s'arrêter.
Appuyant légèrement dans son dos pour la serrer un peu plus contre lui, il caressa doucement sa joue de son autre main. Là tout de suite, il avait juste envie de l'embrasser. C'est ce qu'il fit, approchant doucement son visage de celui de la jeune fille jusqu'à frôler ses lèvres, sentant son souffle sur les siennes. Il n'ignorait pas que même en se tenant un peu à l'écart des autres convives, nombres d'yeux devaient être posés sur eux. Il s'en fichait.
Elle pouvait toujours facilement reculer si elle le désirait, il ne lui en aurait pas voulu. Il espérait fortement qu'elle n'en ferait rien. De plus il aurait l'air vraiment idiot si cela arrivait, heureusement que personne ici ne le connaissait.

Pendant ce temps, le chat aux étranges yeux bleus était planqué sous une table. Loin de prêter attention aux amourettes de son maître, ni même à sa présence dans la salle, le félin surveillait le buffet en se léchant les babines. Sa queue fouettant le sol -faisant légèrement bouger la nappe au passage- il s'apprêtait à bondir.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

Salle de Bal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» choix de la salle
» Salle pour Melrose !
» Contrées du jeu : Salle de jeu
» Salle 216
» salle de méditation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Missions & events :: Bal masqué-