Forum Fermé

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [PV Ombre + Alice + Peter Pan] Une soirée au bar ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Mer 19 Juin - 17:39
Cette nuit là, la lune se dévoila brillante entre les nuages cendreux qui couvraient le ciel de la ville de leur épaisse masse sombre.

A l'ombre d'une ruelle sans charme, au coin d'un lampadaire clignotant, se trouvait un bar aux allures bien chaleureuse malgré tout. Un peu de vie dans ce monde qui meurt. Alors que l'éclairage défectueux clignotait pour la énième fois, une ombre se dessina sur le sol. Au second éclair du lampadaire, Ombre apparut, en chair et en os.

Ce soir là ne changeait pas des autres pour Ombre, il avait vêtu son cadavre de pantin de beaux habits blancs, un costume deux pièces surmontant un haut immaculé de matière de luxe. Un foulard, bien que clair, assombrissait le haut de son corps. Ses chaussure de grande marque effleuraient le sol au fil de ses pas légers, il ouvrit la porte du bar d'une main, et salua de suite le tenancier de l'autre.

A peine entré, Ombre avait déjà repéré chaque individu qui sillonnaient les deux pièces composant le bar. Dans la première, assez vaste, au plancher ciré et aux longs rideaux de velours, il n'y avait qu'un jeune couple assis à une table dans le fond, un homme qui jouait aux cartes face à lui-même, et le tenancier au comptoir. S'en suivait une deuxième salle, accolée et reliée par deux petites marches, elle était composée de deux tables de billard et de quelques banquettes éclairées à la faible lueur de chandelles à moitié consumées.

L'élégant jeune homme qu'était le cadavre que manipulait Ombre prit place dans la première salle autour d'une petite table ronde entourée de trois chaises bancales. Il ôta ses gants gris et les déposa sur un coin de la table. Ensuite, il leva les yeux en direction du comptoir et passa en revue toutes les boissons servies dans le bar.

( Thème musicale correspondant à la rencontre de L'Ombre et à la soirée au bar : https://www.youtube.com/watch?v=s8ju8tTN6uk )
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 14:13
Tac-tac tac-tac tac-tac ...

Mais quel est ce bruit qui retentit cette nuit? Celui d'une horloge défectueuse qui essaye malgré tout, de fonctionner? Ou encore celui d'un poney au galop mal assuré? Nan. Rien de tout ça. C'est simplement celui d'une jeune fille, arpentant les rues sombres de la ville. C'est simplement celui d'Alice. Mais ... elle? Dehors à cette heure si tardive? N'ayant pas vu le temps passer, celle-ci était restée toute la journée au parc à bouquiner. Étourdie, et insouciante, c'est maintenant qu'elle rentre à l'agence, pour demander au Grand Méchant Loup ce qu'elle doit faire. Encore faut-il retrouver son chemin dans cette pénombre ...frustrante.

La demoiselle s'arrêta, et fixa le ciel poivré. Le temps est comme figé ... mais plus pour très longtemps. Une gouttelette argenté vint s'éclater sur le nez fin de celle-ci. Puis deux... et enfin des millier.

Quelle magnifique changement ... Je ferais mieux de m'abriter ou cette ondée va m'emporter!

Elle pressa le pas, accéléra, et finit par courir à en perdre haleine. Les flaques s'éclater sur ses pas, la pluie ne cesser de tomber. Elle plissa les yeux et aperçut non loin, de la lumière. Celle d'un bar. Grâce au ciel. Elle s'arrêta au porche, et poussa délicatement la porte, bien que trempée.

Ses longs cheveux dorés, plaqué sur son jolie visage satiné, laissés trainer de petites gouttelettes sur le sol. Ses habits, chaussures, tout était trempé. Même son magnifique livre, dont les pages étaient racornis et froissées par la pluie.

Elle balaya la pièce de son regard bleu et finit par s'avancer. Un silence régnait, seule le claquement des petits souliers rouges d'Alice se faisait entendre. Le barman la dévisageait, comme un loup et sa proie en cage. La jeune fille, loin d'être gênée s'assit gracieusement, près d'un mystérieux individu, aux allures sombres. Une table à côté.

N'ayant jamais mit les pieds dans un bar, elle croyait qu'un serveur allait venir à sa rencontre, pour lui demander de quoi avait-elle besoin. Naïve ... Elle patienta calmement, son livre sur les genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 14:45
Ombre avait finit de passer en revue les boissons dont le contenu était détaillé sur la pancarte au dessus du bar, il s'apprêta à aller passer sa commande quand il aperçu une jeune demoiselle trempée pénétrer dans le bar. Il resta assis à la contempler.

Alors qu'elle venait s'asseoir à côté de lui sans même jeter un œil aux boissons proposées, l'homme au délicat habillement arqua un sourcil, comme si un fil invisible le lui tirait vers le haut. L'ombre de l'individu qu'Alice ne regarda que du coin de l’œil en venant prendre place s'allongea sur le sol comme pour mieux observer la jeune fille, qui sans qu'elle ne sache pour quoi, l'intriguait.

Alors l'homme se leva et se dirigea vers le comptoir pour passer commande. Son ombre resta figée sur le sol. Elle prit soin de se déplacer de chaises en chaises, toujours plaquée au plancher, sans qu'Alice ne puisse l'apercevoir. Elle se rapprocha de la jeune fille, restant dans les ombres projetées sur un mur par la lueur dansante d'une bougie de cire. Elle l'observa, le temps que son pantin passe la commande de deux boissons.

L'ombre s'enquit de scruter chaque détail de la jeune fille aux longs cheveux mouillés, ainsi que le livre qu'elle avait déposé sur ses genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan
Messages : 83
Arme de prédilection : La Faux
Arme non maitrisée : Armes à distance / Armes de jet
Populace en sucre de Cooki
Populace en sucre de Cooki
Jeu 20 Juin - 15:20
Peter recracha la fumée qu'il avait dans la bouche et posa sa cigarette dans le cendrier. Le silence régnait dans le bar, il faisait nuit et les orages éclataient. Une fille entra dans le bar trempée jusqu'aux os. Vous savez comme dans les films où il y a deux trois clients dans une auberge insalubre et qu'un gros bonhomme trempé entre faisant peur aux rares clients. Sauf que là c'est une charmante jeune fille blonde qui avait ouvert la lourde porte. Elle paraissait tellement enfantine que c'en était drôle. Elle s'assit à une table à côté d'un sombre monsieur qui faisait un peu flipper. Mais pas lui. Non, lui il n'avait peur de rien.
La jeune fille restait à la table sans regarder la carte ou aller commander sa boisson avec un livre dans la main. C'était pas le genre de fille à fréquenter un bar. Alors il comprit. Il rigola intérieurement. Non, il faut aller au comptoir pour aller boire, un bar n'est pas un restaurant. Quelle innocence... Allez, on va jouer un peu. Le monsieur à côté d'elle se leva ce qui l’arrangeait beaucoup. Il se dirigea vers elle et lui fit un sourire mi-amicale mi-charmeur.

- Que voulez-vous  boire ?


Il remarqua en coin qu'une ombre humaine se mouvait à côté sans qu'il n'y ait personne. Là où était le monsieur avant. Intéressant, c'était sûrement un agent de GML...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 16:33
Silencieuse, elle baissa les yeux vers son livre, et esquissa une moue dégoutée. Si maman voyait l'état dans lequel j'ai mis ce beau roman, elle serai surement très énervée. Elle releva la tête et le mystérieux monsieur se leva. Il s'avança vers le comptoir, parlant avec le barman. Elle pencha la tête sur le côté, sceptique. Est-il entrain de se plaindre de cette attente interminable? Faut-il prier pour se faire servir ici?

Alice ne comprit toujours pas qu'il fallait commander. Elle soupira, et fut secouer par un frissonnement. L'ambiance chaleureuse n'était pas vraiment au rendez-vous. Et ... elle avait la désagréable impression d'être observé. Par une présence ... pesante et sombre.

- Que voulez-vous  boire ?

Alice était surprise et ravie, en même temps, que quelqu'un daigne à prendre, enfin sa commande. Elle leva ses magnifiques yeux bleus vers le jeune homme, souriant. Charmant. Le prenant pour un quelconque serveur, elle réfléchit un instant, puis finit par déclarer d'une voix claire.

- Je voudrais bien une tasse de thé. Sans sucre, je vous prie. De préférence, gout réglisse. Merci bien.

Alice est une Lady. Ou du moins le début d'une parfaite Lady. Toujours d'excellentes manières, le doit droit, le regard fixe ... mais innocent.

La présence de tout à l'heure se faisait encore sentir. Une ombre s'agita furtivement, puis disparu. La demoiselle secoua la tête, croyant avoir affaire à une sorte d'hallucinations.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 20 Juin - 16:47
L'homme aux cheveux décolorés revint avec en main deux ... Sirops de fraise. Il les déposa au centre de la table qu'il avait choisit en arrivant, puis s'assit et posa ses mains bien à plat sur le bois. Il avait fixé ses yeux clairs et vides d'expression sur la surface encore en mouvement du liquide rosé.

Alors qu'il resta dans cette position, immobile, durant presque deux minutes, il releva brusquement la tête, comme si quelque chose l'avait fait tiquer. Puis, lentement, il tourna le regard vers Alice et l'homme qui venait de lui poser une question. Il connaissait ce dernier, il l'avait déjà observé rôder dans les couloirs de l'agence. Mais ce n'est pas lui qui l'intriguait tant. C'est la jeune fille dont il ne savait rien, qui attisa sa curiosité. Son ombre restait au milieu des autres, sur le mur.

L'homme se leva, se tint bien droit.

- Mes sincères salutation, monsieur.


Les mots résonnèrent sans intonation particulière, il n'avait fait que le saluer en lui adressant un signe de tête courtois. Puis, il s'intéressa à la jeune fille au roman.

- Mademoiselle.


Ombre mit sa main sur le cœur (oui il devait en avoir un, quelque part), et s'inclina quelque peu, respectueusement.
Puis, il releva la tête et examina la jeune femme.

- Vous êtes trempée. Vos cheveux dégoulinent, laissez-moi vous offrir ce mouchoir de tissus rare, il aura pour qualité d'absorber l'eau qui parcourt votre nuque délicate et vos cheveux si soyeux.


L'homme tira cet épais mouchoir de la poche de son costume, et le tendit à la jeune Lady.
Puis, il se tourna vers le second gentleman qui leur faisait face et s'adressa à lui d'un ton tout à fait neutre, à nouveau.

- Vous avez proposé de servir madame, je n'ai plus à le faire. Il n'y a plus qu'à l'exaucer.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan
Messages : 83
Arme de prédilection : La Faux
Arme non maitrisée : Armes à distance / Armes de jet
Populace en sucre de Cooki
Populace en sucre de Cooki
Jeu 20 Juin - 18:15
HRP:
 

- Je voudrais bien une tasse de thé. Sans sucre, je vous prie. De préférence, gout réglisse. Merci bien.


Ouais c'est bien ce qu'il disait: innocente et naïve. L'homme revint s'asseoir à côté et, au bout d'un moment, leva la tête brusquement et se leva.


- Mes sincères salutation, monsieur.



C'est à quelle époque qu'on a arrêté de dire bonjour de cette manière ? XIXe siècle ?... Lui, n'était pas du genre à être poli et gentleman. Sauf avec les femmes parfois, quand il les trouve jolies et sympathiques. 


- Bonsoir.


Clair, net, précis. Ni trop, ni moins. Faudrait lui dire u gars, apparemment il ne sait pas dire bonjour.


- Mademoiselle. Vous êtes trempée. Vos cheveux dégoulinent, laissez-moi vous offrir ce mouchoir de tissus rare, il aura pour qualité d'absorber l'eau qui parcourt votre nuque délicate et vos cheveux si soyeux.



Il se retint de lever les yeux au ciel. Allez c'est reparti, franchement les bars c'est pas fait pour des gens comme ça quoi ! Et que je lui fait une révérence, et que je lui donne un mouchoir en soie, et que je la complimente... 


- Vous avez proposé de servir madame, je n'ai plus à le faire. Il n'y a plus qu'à l'exaucer.



Madame ? Elle a même pas dix huit ans et "madame" ?? Allez on va se marrer.


- Tout de même. Cette jeune personne n'est pas assez âgée pour être appelée Madame, cela ce voit à son doux visage. Et je vais de ce pas servir cette jeune fille.


Et toc ! Certes, il n'avait pas mieux pour le jeu des belles paroles mais c'était plus d'époque. Il se pencha vers la jeune fille et lui murmura pour pas que l'homme n'entende. Ca ne se fait pas d'afficher une jeune fille tout de même.


- Pour avoir sa boisson, il faut aller au comptoir. Mais comme vous m'avez donner votre commande, je vais aller la chercher. Puis il reprit un ton normal. Je ne suis pas sûr qu'il en reste mais je vais prendre ce qui ressemble le plus.


Il se dirigea vers le comptoir et commanda la boisson de la jeune fille
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 21 Juin - 13:21
L’homme revint deux boissons dans les mains, et s’assit là, où il était auparavant. Puis soudain se leva, et salua le jeune homme. Quel brusque changement … comme le temps.
 
-Mes sincères salutations, monsieur.

- Bonsoir.

Il fit une belle référence digne du plus grand gentlemen, à Alice.

-Mademoiselle.

Elle se tourna vers son interlocuteur, un sourire naturel et aimable aux lèvres, qui continuait de la contempler sous toutes ses coutures.

-Bonsoir.

- Vous êtes trempée. Vos cheveux dégoulinent, laissez-moi vous offrir ce mouchoir de tissus rare, il aura pour qualité d'absorber l'eau qui parcourt votre nuque délicate et vos cheveux si soyeux.

-Oh, je …

Alice était dans un état pitoyable. Et cet individu lui avait fait remarquer avec la plus grande politesse qui soit, tout en incluant des compliments.  Il tira de sa poche un joli mouchoir en soie, brodé surement avec beaucoup de finesse et d’adresse.

-Et bien j’accepte avec plaisir, je vous remercie infiniment.

Elle prit délicatement le linge que lui tendait le monsieur, et le glissa sur sa peau lisse et velouté, de son visage d’ange à son parfait décolleté. Elle coula sa chevelure blonde sur le côté, qui cascadait sur sa poitrine, puis passa habilement le mouchoir sur sa nuque, pour chasser les quelques gouttes patinant le long de son dos. L’homme se tourna de nouveau vers le gentil serveur.

- Vous avez proposé de servir madame, je n'ai plus à le faire. Il n'y a plus qu'à l'exaucer

Oh ! Lui aussi est serveur ? Pour si peu de monde, n’est-ce pas exagérer ?

- Tout de même. Cette jeune personne n'est pas assez âgée pour être appelée Madame, cela ce voit à son doux visage. Et je vais de ce pas servir cette jeune fille.


Que de beaux compliments ce soir! Alice avait l’habitude de recevoir ce genre d’éloge. Étant fille de nobles riches, elle avait affaire à de nombreux prétendants lui faisant la cour, la complimentant, et même la demandant en mariage ! Mais, beaucoup trop jeune, cela lui était complétement égale, et parfois elle ne remarque pas ce genre de choses. Naïve.
Alice arbora son habituel sourire doux, et charmant pour le remercier. Le jeune homme se baissa vers elle, et lui glissa doucement  à l’oreille :

- Pour avoir sa boisson, il faut aller au comptoir. Mais comme vous m'avez donner votre commande, je vais aller la chercher...

Alice se figea et crispa sa main sur sa robe bleue. Elle leva la tête, et regarda le jeune homme, honteuse.

... Je ne suis pas sûr qu'il en reste mais je vais prendre ce qui ressemble le plus.

-Je … je suis navrée. Je vous ai pris pour un serveur. Ne vous dérangez, je vous en prie, je vais y aller.


Mais le jeune homme, dont elle ignorait le nom,  ne laissa pas le temps à la jeune fille de se lever qu’il était déjà partit en direction du comptoir, chercher sa demande.
Si ce n’est pas un domestique, pourquoi m’a-t-il demandait ce que je voulais gouter ? Et … cet homme, a agi de la même façon ?
Curieuse et perplexe, elle baissa les yeux sur son livre, le déposa sur la table en bois face à elle, puis se tourna vers l’autre individu.

-Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur ? demanda-t-elle, tout en souriant. Oh, et dois-je vous rendre ce précieux linge ? Que j’ai malheureusement souillé ... j’en suis désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Ven 21 Juin - 13:50
- Tout de même. Cette jeune personne n'est pas assez âgée pour être appelée Madame, cela ce voit à son doux visage. Et je vais de ce pas servir cette jeune fille.

Ombre ne réagit pas à la remarque de l'autre homme. Il avait tellement l'habitude de dire "madame" qu'il ne sut pas adapter son vocabulaire en conséquence avec cette jeune fille. Il ne se sentit pas du tout gêné. Il avait été suffisamment poli et un seul défaut lui pouvant être reproché, il n’allait pas en faire une maladie.

-Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur ?

Ombre sourit humblement.

- Appelez-moi Ombre. Je suis enchanté de faire votre connaissance.


Oh, et dois-je vous rendre ce précieux linge ? Que j’ai malheureusement souillé ... j’en suis désolé.

Ombre mit à nouveau sa main sur le cœur et regarda la jeune fille avec un semblant de tendresse.

- Cela n'est qu'un détail, je vous l'offre.


L'élégant jeune homme, du moins en apparence, s'aperçut de la présence d'une autre chaise autour de la table de la jeune fille.

- Excusez-moi mademoiselle, cette place est-elle occupée ? Je suis nouveau dans cette ville, et je souhaite faire connaissance avec ses habitants. Vous voyant entrer ici sans que je vous connaisse, vous m'avez donc intrigué. Aussi je souhaite vous faire la discussion. Puis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan
Messages : 83
Arme de prédilection : La Faux
Arme non maitrisée : Armes à distance / Armes de jet
Populace en sucre de Cooki
Populace en sucre de Cooki
Ven 21 Juin - 16:41
-Je … je suis navrée. Je vous ai pris pour un serveur. Ne vous dérangez, je vous en prie, je vais y aller.

- Vous n'avez pas à avoir honte, ça ce voit tout de suite que vous ne fréquentez pas souvent les bars. Mais il est hors de question que vous vous leviez. J'ai proposé de vous servir, je tiens ma promesse.

Il se dirigea vers le bar et se mit face au barman en commandant la boisson de la demoiselle. Il reprit sa cigarette et en fuma une bouchée. Une fois la boisson arrivée, il la reposa et amena la boisson à la table.

- Un thé sans sucre goût réglisse pour la demoiselle.

Il posa le verre devant la jeune fille.

- Faites attention, il est encore chaud.

- Appelez-moi Ombre. Je suis enchanté de faire votre connaissance. [...] Excusez-moi mademoiselle, cette place est-elle occupée ? Je suis nouveau dans cette ville, et je souhaite faire connaissance avec ses habitants. Vous voyant entrer ici sans que je vous connaisse, vous m'avez donc intrigué. Aussi je souhaite vous faire la discussion. Puis-je ?

Oh mon dieu, quelle discrétion... En une minute, il venait d'avouer qu'il était un agent GML, qu'il ignorait tout d'ici et, donc qu'il était vulnérable, qu'il appréciait la jeune fille et qu'il était amicale. Enfin pour le dernier point c'était pas sûr. Parce que certains aiment la tromperie et la petite fille qu'elle était s'y tromperait facilement. Sauf si elle aussi faisait semblant. Mais là ça devenait compliqué. Tout le monde trompe tout le monde ou il n'y a qu'une personne qui trompe. Ou sinon c'est moi qui me trompe... Aïe, ma têêêête... Réfléchir est très mauvais pour la santé.
Il retourna au comptoir, s'assit et reprit sa cigarette. Il passa sa main dans son dos. Oui, elle était bien là. C'était au cas où, hein. On sait pas si le type là bas était dangereux ou pas. Mais s'il l'utilisait il allait falloir changer de bar. Rhaaaa, la flemme...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 24 Juin - 14:12
- Vous n'avez pas à avoir honte, ça ce voit tout de suite que vous ne fréquentez pas souvent les bars …
 
Le jeune homme avait tout à fait raison, Alice n’est pas ce genre de fille, à trainer dans les bars et à y sortir complétement pompette. D’ailleurs, maman avait un mauvais a priori sur ce genre d’endroits … je me demande bien pourquoi ? J’y ai bien rencontré ces deux hommes, tout à fait charmants et respectueux envers moi.
 

… Mais il est hors de question que vous vous leviez. J'ai proposé de vous servir, je tiens ma promesse. Un thé sans sucre goût réglisse pour la demoiselle. Faites attention, il est encore chaud
 

-C’est très aimable à vous, merci bien.


La demoiselle lui sourit, la bouche entrouverte laissant découvrir de magnifiques dents blanches parfaitement droites. Elle joignit ses mains devant sa poitrine, les yeux pétillants de joie. Elle ferma ceux-ci, pour humer plus plaisamment ce parfum si suave et délicat qui chatouillait l’odorat. L’élégant individu qui l’avait sauvé un peu plus tôt grâce à son tissu, la tira de sa rêverie.
 

- Appelez-moi Ombre. Je suis enchanté de faire votre connaissance.  Cela n'est qu'un détail, je vous l'offre.
 
Ombre ? Quel drôle de prénom ? Alice plissa les yeux et se tourna vers l’ombrage de la chandelle dansant sur le mur … Y’aurait-il un rapport avec cette ombre tout à l’heure, qui s’amusait à piquer ma curiosité ? Cette fois, ce n’était pas mon imagination …
Qui l’eut cru ? Alice était peut-être naïve, mais loin d’être stupide. C’est ça qui fait d’elle, un atout important chez le GML.
 
 
-Alice.  Je m’appelle Alice. Ravie également et comblée par votre générosité.
 

Après tout ce n’est qu’un mouchoir … mais connaissez-vous beaucoup d’étrangers, bien qu’habitué au bar, aider une jeune fille trempée ? … Je ne pense pas, non.
 

-Excusez-moi mademoiselle, cette place est-elle occupée ? Je suis nouveau dans cette ville, et je souhaite faire connaissance avec ses habitants. Vous voyant entrer ici sans que je vous connaisse, vous m'avez donc intrigué. Aussi je souhaite vous faire la discussion. Puis-je ?
 
-Oh mais ce sera avec plaisir. Je vous en prie, prenez place.
 
Le sourire d’Alice ce soir était radieux, et chaleureux. Oui, un peu de chaleur dans cet endroit ne faisait pas de mal. Elle écarta son livre de la table, tout en regardant le jeune serveur, qui en fait n’est pas un serveur, accoudé au comptoir. Je ne connais même pas son nom. Elle ne réfléchit pas une seconde de plus, et s’adressa à Ombre.
 

-Vous m’excuserez deux minutes, je n’en ai pas pour longtemps.
 
La jeune fille se leva, toujours dans la plus grande grâce, laissant découvrir sa silhouette … parfaite.
Sa robe, trempée, moulait  à présent le corps d’Alice, ce qui lui couta des paires d’yeux braqués sur elle. Elle essaya de ne pas faire attention à ces regards, plus ou moins pervers, et s’avança vers le jeune homme.
 
-Je tenais à vous remercier,  pour votre geste. Mais je ne sais pas comment vous rembourser …
 
-Paye le en nature, poulette. Je pense qu’il sera ravi, lâcha le barman, ricanant ouvertement derrière son comptoir, tout en essuyant les verres.
 
Alice l’observa, de son regard innocent, ne comprenant pas les propos du gérant. Elle se détourna aussi sec de lui, comme un enfant désintéressé par un jouet, et continua de parler.
 
-Que diriez-vous de vous joindre à nous ? Et votre note sera mienne.


 Elle sortit une bourse, dont l'intérieur était remplit de pièce sonnantes et trébuchantes.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Jeu 27 Juin - 6:15
-Oh mais ce sera avec plaisir. Je vous en prie, prenez place.

Ombre arbora un sourire de circonstance avant de s'asseoir.

- Merci bien.

-Vous m’excuserez deux minutes, je n’en ai pas pour longtemps.

L'homme hocha la tête, comme pour signifiait que cela ne le dérangeait pas. Il regarda la jeune demoiselle prendre direction du bar, puis échanger avec le tenancier et l'homme au physique important.

Au fond, dans cette ville ... Avec tous ses habitants si peu dangereux ... A quoi bon cacher faire partie de l'agence ? Tout le monde pourrait le savoir, cela ne ferait qu'arranger mes affaires. J'étendrais ainsi l'influence du Grand Méchant Loup en inspirant la crainte dans le coeur de ses ennemis. Ils ne peuvent pas se cacher de moi, personne ne le peut.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan
Messages : 83
Arme de prédilection : La Faux
Arme non maitrisée : Armes à distance / Armes de jet
Populace en sucre de Cooki
Populace en sucre de Cooki
Ven 28 Juin - 14:23
L'ombre - oui, il avait décidé de l'appeler comme ça - s'assit à la table de la jolie fille mais celle-ci se leva quelques instants après, sûrement en s'excusant vu sa politesse. Elle se dirigea vers lui d'une démarche gracieuse mettant en valeur sa silhouette svelte qui lui valut les rares regards masculins du bar. Dont le sien. Ben quoi ? Y en a pas que pour les autres, naméo !

-Je tenais à vous remercier,  pour votre geste. Mais je ne sais pas comment vous rembourser …

-Paye le en nature, poulette. Je pense qu’il sera ravi, lâcha le barman, ricanant ouvertement derrière son comptoir, tout en essuyant les verres.

Ce qui lui valut un regard noir de la part de Peter. Il croyait quoi lui ? On abusait pas des jeunes filles. Surtout que celle-ci n'avait sûrement pas l'âge des filles qu'il fréquentait d'habitude. Et encore, fréquenter est un bien petit mot. Il ne répondit pas au barman et au lieu de le gifler, l'ignora.

-Que diriez-vous de vous joindre à nous ? Et votre note sera mienne.

Elle sortit une bourse pleines de pièces. Non, il n'en avait pas besoin. Il avait assez cumulé ces dernières années et il avait toute sa vie pour devenir riche. Non, les informations c'est plus important.

- Discuter avec vous me suffirait. Je vous rejoins.

Tiens, tiens, il y a des avantages à aider les gens polis ! Il risquait pas d'être au courant, il aidait pas souvent...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Lun 1 Juil - 12:53
Le jeune homme lança un regard noir et glacial au barman. La jeune fille n’aurait pas aimé être à la place de ce dernier. Les adultes sont-ils toujours obligés de glisser des sous-entendus ou des propos tordus ? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer, n’est-ce pas ? Qui a inventé ce proverbe ? Et pourquoi ? Les questions fusaient dans le jeune esprit d’Alice, qui détestait ne pas trouver de réponses à toutes ses interrogations… au point d’en avoir peur.

- Discuter avec vous me suffirait. Je vous rejoins.

-Parfait.


Elle se pressa de rejoindre sa table. Là où, Ombre l’attendait, ainsi que son thé. Elle s’assit rapidement, et évita tous ces regards… oppressants. Elle porta la tasse brulante à ses lèvres, et but une lampée. Elle ferma les yeux et savoura sa boisson favorite.  Son regard bleu se tourna vers le jeune homme, dont le nom lui était inconnu.

-J’oublie les bonnes manières. Je m’appelle Alice, déclara-t-elle souriante.

Elle posa sa tasse dans la soucoupe, et engagea la conversation avec Ombre. Tout à l’heure,  il a bien précisé qu’il était nouveau. Alors qu’elle, vit ici depuis … enfin assez longtemps pour lui faire visiter les lieux.

- Mr. Ombre, je me ferais une joie de vous présenter la ville. Vous savez, il y a tellement d’endroits fascinants à explorer. Comme le parc, la plage ou encore la forêt…

Alice continua de parler, tournant sa cuillère dans son thé en une ronde hypnotique, le regard vide plongeait dans cette boisson… Comme si elle s’adressait à elle-même cette fois.

… Un bosquet mystique d’ailleurs, tout comme le loup que j’ai rencontré.

La jeune fille ne sait pas tenir sa langue, et serait capable de tout raconter. Même ce qui lui à était interdit de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Mer 12 Fév - 0:20
[ Je pense qu'on peut considérer ce RP comme abandonné >.> ]
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Ombre + Alice + Peter Pan] Une soirée au bar ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» soirée fraîche
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» ombre ailée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-