AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [PV La Belle Au Bois Dormant] Dans la comtemplation des vagues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Mar 15 Avr - 21:06
Le soleil était haut dans le ciel. Quelques nuages effilochés faisaient parfois un peu d'ombre, mais jamais bien longtemps. La plage était déserte, et c'est justement ce que cherchait Meredith. Elle n'avait rien à faire ce jour-là et comptait bien en profiter, d'autant plus qu'en semaine, à part les quelques vieux qui promenaient leurs (saletés de) chiens (qui défèquent partout), c'était plutôt désert. Parfait pour se reposer.

Comme à son habitude lorsqu'il y avait du soleil, Meredith avait mis son chapeau de paille. Son bord était si large que pas un rayon de soleil ne l'atteignait. En tout cas tant qu'il ne descendait pas trop. Après avoir étalé sa natte et d'être assise dessus, Meredith sortit son livre. Elle appréciait le bruit des vagues et du vent, bien plus agréables que le silence de mort qui régnait chez elle.
Et si je prenais une bestiole ? Non, trop chiant à s'occuper...
Elle adorait lire au calme, mais le silence l’oppressait. C'était certes contradictoire pour certains, mais elle s'y retrouvait, tant pis pour les autres.

Alors que Meredith venait de terminer un chapitre, elle ferma son livre quelques instants afin d'apprécier le décor. La mer n'était pas exactement bleue mais restait plaisante à regarder. Le vagues renvoyaient des reflets du soleil, ce qui les faisait briller. Alors que Meredith les regardait d'écraser sur le sable, elle se perdit dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mer 16 Avr - 8:55
Elle marchait sur le sable fin, ses chaussures dans une main et l'autre remontant sa longue robe bleue et or. Elle souriait bêtement à la mer, au soleil ou encore au sable, ses yeux brillants de plaisir. Aurore n'avait jamais vu la mer que de loin, lorsqu'elle avait quitté son pays, et c'était la première fois qu'elle s'approchait autant et pouvait profiter de ces belles plages. Il faisait beau, chaud, le ciel était clair et presque sans nuages, la plage était déserte, en tout cas, elle n'avait encore croisé personne, c'était donc le moment idéal pour se relâcher un peu, se détendre, et la jeune femme en avait bien l'intention.
Elle se promenait, observant de temps à autre les vagues se former et s'arrêter à seulement quelques centimètres de ses pieds. Elle s'arrêta un instant, mit sa main qui retenait sa robe au dessus de ses yeux et contempla le paysage, émerveillée. Si seulement il pouvait être là... Elle se mit à les imaginer sur cette plage, tous les deux, se poussant mutuellement à l'eau, et elle se mit à sourire. D'abord franchement, puis celui-ci se fit plus forcé. Cette scène ne se produirait jamais après tout, il n'était plus. Cependant, elle se força à ne pas tomber dans le profond gouffre qui s'ouvrait en elle, la journée était trop belle pour pleurer. Elle se reprit moralement puis continua d'avancer, la tête baissée, essayant d'oublier les situations merveilleuses qu'elle venait d'imaginer. Quand elle décida finalement de la relever, elle aperçu quelqu'un juste devant elle. Une jeune femme, blonde, était assise sur une sorte de planche de bois fins, un chapeau de paille sur la tête  et un livre à côté d'elle. Elle semblait perdue dans ses pensées et Aurore se demanda si elle allait bien. Elle décida de l'aborder pour en être sûre.

- Bonjour Mademoiselle. J'espère que je ne vous dérange pas dans votre réflexion, je me demandais si tout allait comme vous vouliez. demanda t-elle lentement, d'une voix claire et douce.

Aurore se tenait face à la jeune femme, lui cachant légèrement le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mer 16 Avr - 15:36
Meredith fixait le vide. Elle voyait mais ne regardait pas. Elle n'avait pas conscience de ce qui se passait devant elle.
...
Son cerveau était occupé à autre chose, et même le vent qui faisait parfois s'envoler ses cheveux devant son visage ne la dérangeait pas. Elle aurait pu être un rocher tant elle était immobile.

- Bonjour Mademoiselle. J'espère que je ne vous dérange pas dans votre réflexion, je me demandais si tout allait comme vous vouliez.

Hein ?
Quelqu’un lui faisait de l'ombre.
On m'a parlé ? Ça valait le coup de venir ici pour être seule...
Meredith leva alors les yeux pour voir qui lui parlait et fut éblouie. D'abord par le soleil, puis par la personne qui se trouvait face à elle. Elle avait de longs cheveux blonds magnifiques et des yeux dans lesquels on pourrait se noyer. Ce que fit Meredith un bon moment avant de s'en rendre compte. Elle bafouilla une réponse :

- Je, euh... Je vais bien, merci.

Meredith se frotta les yeux et remarqua alors les vêtements de la jeune femme qui lui faisait face. Ils étaient désuets mais absolument pas dénués de charme. Ils lui allaient à ravir.
Quelle classe... ne put s'empêcher de penser Meredith.
Car il était vrai qu'elle dégageait une prestance hors du commun. Cependant, Meredith ne voulait pas se démonter, si elle était là, c'était avant tout pour la solitude.

- Excusez-moi, mais... Venez-vous souvent ici ? demanda-t-elle alors.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Jeu 17 Avr - 15:37
Elle était inquiète. Inquiète pour la femme devant elle qui semblait être partie très loin dans ses pensées, elle ne voyait même pas Aurore qui se situait à quelques pas à côté d'elle. Mais pourquoi la jeune femme se mêlait-elle de choses qui ne la concernait en rien ? D'ailleurs, ne ressemblait-elle pas à cela quand c'était elle même qui partait ? Quand elle partait loin dans ses souvenirs, loin dans son passé. De quel droit se permettait-elle de s'introduire dans les problèmes des autres alors qu'elle n'était même pas capable de résoudre les siens ? Elle n'avait aucun droit, mais elle avait des raisons. Elle voulait que les autres soient heureux. Elle ne voulait pas qu'ils connaissent les souffrances qu'elle subissaient au quotidien. Elle ne voulait pas qu'ils se perdent dans leurs pensées, oubliant le reste du monde jusqu'à ce que quelqu'un les ramènent à la réalité de l'existence. En fait, peut-être que c'était ce qu'elle cherchait. Peut-être qu'elle voudrait que quelqu'un la sorte de ses souffrances, qu'une âme charitable accepte de l'aider. Non. Ce n'était pas ce qu'elle voulait. La seule aide qu'elle désirait n'existait plus. Alors elle offrait la sienne aux autres. Simplement. Vivant parmi les vivants en attendant la mort. En attendant de le rejoindre. Ainsi, derrière ce charmant sourire qu'elle offrait au monde, se cachait des pensées tristes et sombres...
Finalement, la blonde au large chapeau réagit quand l'ancienne princesse lui demanda si tout allait bien, au grand soulagement de celle-ci. Cette dernière fut d'ailleurs plutôt surprise quand son interlocutrice leva ses yeux vers elle. Ils étaient roses. Roses ? Cela existe t-il seulement ? Mais bien sûr puisque une personne aux yeux de cette couleur se tient devant moi... Pendant qu'Aurore essayait de ne pas regarder un peu trop fixement les yeux de la jeune femme assise, elle ne remarqua absolument pas que celle-ci était en train de faire ce qu'elle se forçait à ne pas faire.

- Je, euh... Je vais bien, merci. répondit en bafouillant légèrement la femme assise.

Aurore lui sourit, puisque tout allait bien. Peut-être devrait-elle d'ailleurs reprendre sa promenade et laisser la jeune femme en paix. Elle devait sûrement la gêner non ? Quelle question de l'aborder ainsi aussi, même si c'était au nom d'une noble cause.

- Excusez-moi, mais... Venez-vous souvent ici ? demanda finalement la femme assise, empêchant toute retraite possible.

Aurore mit quelques secondes afin de comprendre la question posée, et également d'un certain temps de réflexion avant de répondre, doutant toujours de son français.

- Non, je ne viens jamais par ici, c'est la première fois. Pourquoi cette question ? demanda t-elle finalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Dim 20 Avr - 7:46
En attendant la réponse à sa question, Meredith détourna les yeux de son interlocutrice et observa les alentours pour ne pas paraître insistante. Elle vit un petit bateau à voile au loin, et quelques mouettes qui tournaient autour. Et le mouvement des vagues.
Meredith regarda à nouveau la jeune femme. Elle avait l'air perplexe. Elle n'a pas compris ce que je viens de dire ? Avant que Meredith ne puisse répéter sa question, le jeune femme répondit :

- Non, je ne viens jamais par ici, c'est la première fois. Pourquoi cette question ?

Parce que je suis venue pour être seule et que si tu te pointes ici régulièrement ça sera pas compatible. Non, Meredith ne pouvait pas répondre une chose pareille, surtout à une personne aussi jolie. Elle ressemble un peu à une poupée, pensa-t-elle. Mais pas ces poupées malsaines avec le regard fixe et qui, la nuit, semblent menacer de prendre vie pour étaler vos organes sur le sol. Cette femme semble être faite de porcelaine... Pourrais-je la casser si je la touchais ?

- Simple curiosité, répondit Meredith. Pour moi aussi, c'est la première fois. J'ai tendance à éviter la plage quand il y a trop de vent, à cause du sable, et comme Chantilly est au bord de la mer, il est assez rare que le vent se calme... Et il est encore plus rare que cela coïncide avec les jours où je n'ai rien à faire... acheva-t-elle dans un soupir.

Meredith se demandait si elle devait se lever puis décida que non, elle ferait une place sur sa natte à la jeune femme si elle voulait s'assoir, histoire de rester polie, mais pas question de se lever. Je suis bien ici, j'y reste, non mais. C'est pas parce que, sortie de nulle part, Madame... euh... tiens, Madame comment, au fait ? Meredith hésita quelques secondes avant de céder à la curiosité :

Au fait, je m'appelle Meredith Leroy. Vous pouvez m'appeler Meredith. Mais appelez-moi Madame Leroy. Non, ne pas donner une mauvaise première impression, on réserve ça pour la suite... et puis on ne sait jamais. Puis-je vous demander votre nom ?

En attendant la réponse, Meredith ne put s'empêcher de se dire que, malgré sa beauté et sa prestance, la femme qui lui faisait face avait l'air un peu à côté de la plaque. Mais quelle beauté...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mar 22 Avr - 10:09
Elle souriait. D'un sourire aussi éclatant que le soleil lui même, mais elle ne s'en rendait absolument pas compte. Aurore était contente d'échanger quelques mots avec une inconnue, elle avait l'air si gentille en plus. Peut-être pourraient-elles devenir amies ? La jeune femme était assez enthousiaste à cette idée, voilà longtemps qu'elle n'avait plus eu d'amies, celles-ci étant toutes restées au royaume... Mais elle l'avait choisie ! Ce pays, cette ville, c'était son nouveau départ. Même si ses pensées n'étaient pas toujours d'accord, elle allait faire un effort et s'adapter. D'abord, elle devait réussir à avoir une conversation normale avec cette inconnue. Néanmoins, la jeune femme avait tout de même l'impression de déranger, et, malgré le soleil qui illuminait le beau visage de son interlocutrice, et ses étranges yeux roses, elle avait remarqué les quelques regards inquisiteurs de celle-ci.

- Simple curiosité. Pour moi aussi, c'est la première fois. J'ai tendance à éviter la plage quand il y a trop de vent, à cause du sable, et comme Chantilly est au bord de la mer, il est assez rare que le vent se calme... Et il est encore plus rare que cela coïncide avec les jours où je n'ai rien à faire... répondit la blonde avec un soupir.

Aurore n'avait pas tout comprit mais elle avait remarqué que la femme assise était quelque peu... peinée ? Ennuyée ? Ce dont la jeune femme était sûre en tout cas, c'était qu'elle avait encore énormément de progrès à faire pour être capable de tenir une conversation. Si elle n'était même pas capable de comprendre ce qu'on lui disait, elle n'irait guère loin. Elle se contenta donc de sourire à la femme, tentant de lui exprimer son soutien pour quoi, elle ne savait pas, mais elle était bonne actrice et ne laissa rien paraître.

- Au fait, je m'appelle Meredith Leroy. Vous pouvez m'appeler Meredith. Puis-je vous demander votre nom ?

Le Roi ? crut comprendre Aurore, appartenait-elle à une famille de nobles ? Se posant cette question, elle se souvint que ce pays ne fonctionnait plus ainsi depuis plusieurs siècles et elle se rassura en se disant que ça ne pouvait être qu'une coïncidence. Elle avait eu peur. Peur que cette fille ne lui rappelle ce qu'elle essayait d'oublier : sa vie d'avant. Mais même sans cela, elle était incapable d'oublier, de l'oublier lui. Elle se souvenait de tout et n'hésitait pas à s'en rappeler à longueur de journée. Mais elle devait revenir à la réalité, ce n'était pas le moment de se perdre dans ces souvenirs d'un autre temps. Elle se ressaisit et répondit enfin à la blonde.

- Enchantée Meredith, je m'appelle Aurore Delacour. Mais appelez moi Aurore.

Elle avait retrouvé son sourire sincère et joyeux. Répondre n'avait pas été difficile cette fois, se présenter était une des premières choses qu'elle avait apprise aussi bien chez elle, dès son plus jeune âge, et une fois arrivée dans cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Jeu 1 Mai - 15:57
L'inconnue semblait troublée en entendant le nom de Meredith. Étrange, pensa-t-elle. Elle fait une drôle de tête... Meredith regarda son interlocutrice qui semblait être ailleurs.

- Enchantée Meredith, je m'appelle Aurore Delacour. Mais appelez moi Aurore. lâcha-t-elle enfin.

Elle sourit. remarqua Meredith. Pour une raison qu'elle ignorait, ce sourire était communicatif, et elle sourit à son tour. Elle est encore plus belle quand elle sourit... Meredith était comme fascinée. Elle secoua sa tête pour reprendre ses esprits. Aurore, hein ?

- J'aime beaucoup votre prénom... Aurore. Il vous va très bien.

Comme un lever de soleil... Mais Delacour... c'est loin d'être laid, seulement étrange... Inhabituel... Elle observa cette fameuse Aurore avant de se dire que cette dernière voudrait peut-être s'assoir... Pas forcément à son gout, mais la voir se tenir debout comme ça l'embêtait un peu.

- Vous voulez vous assoir ?

Elle se décala afin de lui faire une place, quitte à se ridiculiser en cas de refus. Ça peut arriver à n'importe qui, mais la plupart des gens préfèrent éviter. Meredith ne faisait pas exception et parvenait en général à se donner une contenance histoire de minimiser l'impact des situations embarrassantes, mais personne n'est infaillible... Enfin, on verrait bien ce qui allait arriver...
Une petite rafale de vent vint faire voler les cheveux de Meredith qui se retrouva alors aveuglée par sa propre masse capillaire. Le vent retomba aussitôt, mais pas sa chevelure, ce qui l'obligea à se recoiffer dans un petit rire nerveux. Je dois bien passer pour une andouille... Autant faire comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mer 7 Mai - 8:07
Elle avait retrouvé sa bonne humeur. Cela était tellement facile pour elle, de passer d'une émotion à l'autre en un rien de temps. Il suffisait que ses pensées s'égarent sur la voie qu'il ne fallait pas ou que quelque chose lui rappelle ce qu'elle enfouissait profondément en elle et c'était la fin. Mais Aurore avait décidé de faire des efforts, même si elle avait mal, elle combattrait ses propres pensées et ses fortes émotions qui la submergeaient dans ces moments là afin de rester elle même, présente dans la réalité et non perdue dans son monde de souvenirs. Mais elle avait du mal. Beaucoup de mal. Pourtant, dans le cas présent, sur cette plage, face à cette jeune femme, Meredith, Aurore arrivait à se contrôler et à maintenir un visage souriant et sympathique tandis que, parfois, elle avait seulement envie d'être seule et de pleurer. Elle était assez fière d'elle mais ce sentiment restait plutôt marginal dans son esprit car elle devait davantage se concentrer sur sa conversation avec Meredith.

- J'aime beaucoup votre prénom... Aurore. Il vous va très bien.

Tandis que son interlocutrice semblait réfléchir à quelque chose, Aurore, elle, retint une grimace. Sans doute par hasard, et sans aucune intention meurtrière, la jeune femme aux yeux roses venait de lui planter un poignard dans le coeur. C'était presque mot pour mot ce qu'il lui avait dit, ce jour là. Le jour de son réveil. Mais elle ne devait pas pleurer, ni s'effondrer, ni s'enfuir se cacher dans un coin. Non, elle respira doucement, essayant de reprendre ses esprits et de conserver ses pleurs pour plus tard, pour quand elle sera seule. Elle y arriva tant bien que mal mais son sourire se fit moins joyeux, ses pensées l'avaient finalement amené là où il ne fallait pas. Elle remercia tout de même la femme assise avant que celle-ci ne lui demande si elle voulait s'asseoir à côté d'elle. Elle s'était décalée afin de lui faire une place sur son étrange planche de bois et l'observait, attendant visiblement une réaction.

- Eh bien, volontiers, si cela ne vous dérange pas. répondit-elle après avoir quelque peu réfléchit à sa réponse, était-elle capable de retenir le torrent d'émotions négatives qui grondait en elle ?

Finalement prête à relever ce défi, elle posa ses chaussures sur le sable puis s'assit, une main retenant sa robe, à côté de la jeune femme dont les cheveux blonds s'étaient emmêler à cause du vent. Aurore ignora les quelques mèches de sa propre chevelure qui faisaient de même et contempla l'horizon, la mer, les vagues.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Ven 16 Mai - 23:14
- Eh bien, volontiers, si cela ne vous dérange pas.

Meredith la regarda s'assoir après avoir enlevé ses chaussures. Après avoir revissé son chapeau sur sa tête et replacé quelques mèches folles, Meredith observa Aurore quelques instants. Cette dernière regardait vers l'océan. Quoi de plus normal à la plage ? Mais Meredith percevait de la mélancolie sur le visage de la jeune femme. Je me demande ce qui la rend comme ça...

Meredith regarda elle aussi vers le large, avant d'ouvrir la bouche pour dire quelque chose, mais rien ne lui vint. Il lui semblait ne pas falloir déranger Aurore pour le moment. Meredith remarqua alors un nuage, juste au dessus de l'horizon. Il lui évoquait tantôt un dragon, tantôt un visage caricatural... Elle s'arracha très vite de sa contemplation quand elle y décela un loup. Elle observa de nouveau Aurore mais n'osait pas lui demander ce qui la troublait. Cependant, quelques instants plus tard, la curiosité l'emporta :

- Pardon de demander, mais... Depuis tout à l'heure vous semblez ailleurs... Quelque chose ne va pas ? J'espère que ce n'est pas ma faute au moins...

Meredith regrettait déjà d'avoir posé la question, mais s'étant déjà jetée à l'eau décida de se rattraper un peu, avant que son interlocutrice ne puisse dire quoi que ce soit.

- J'espère que ce n'est pas indiscret... Je comprends que chacun puisse vouloir garder ses secrets. dit-elle de la voix la plus douce qu'elle put pour ne pas la brusquer.

Pourvu qu'elle ne m'en veuille pas... Je comprendrais tout à fait mais ça me mettrait vraiment mal à l'aise... Meredith replia ses jambes contre elle, comme pour se protéger. Pas vraiment le genre de pose qu'elle aimait adopter, mais la plage était déserte et personne ne le remarquerait. Elle redoutait la réaction de la jeune femme mais il était trop tard, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mer 21 Mai - 9:22
Elle avait mal. Tellement mal. Son coeur la faisait souffrir, elle était en train de tomber dans ce gouffre sans fond à l'intérieur d'elle. Elle avait envie de crier, de pleurer jusqu'à ce qu'elle ai vidé toute l'eau de son corps. Alors, afin d'y échapper, Aurore regardait l'horizon, elle essayait de se concentrer sur le roulement des vagues, sur les cris des oiseaux et sur le vent qui faisait voler ses cheveux dorés. Elle ne devait pas penser à lui, elle était trop proche de l'explosion intérieure et tentait donc de rester calme et imperturbable. Elle n'avait pas oublié Meredith qui se trouvait juste à côté d'elle mais elle avait besoin de temps pour se reprendre. Celle-ci d'ailleurs avait l'air de le comprendre et ne troubla pas le silence qui régnait entre elles deux. Heureusement d'ailleurs, car Aurore avait dû mal à contenir ses pleurs et à conserver en même temps un visage serein qui contemple simplement la beauté du paysage. Ce combat qu'elle menait était devenu une routine. En effet, régulièrement, elle tentait de retenir ce torrent d'émotions qui grondait en elle. Elle y arrivait, mais rarement. Seule, il lui était impossible de maintenir la façade qu'elle conservait au quotidien et elle s'effondrait jusqu'à ce qu'elle se réveille, plusieurs heures plus tard, vidée et à demi-morte. Mais quand elle sentait la présence de quelqu'un à ses côtés, elle arrivait à jouer le rôle de la jolie et gentille jeune fille pendant quelques temps. Peu de personnes savaient ce qu'elle faisait seule, c'est à dire pleurer et s'apitoyer sur son sort, rêvant que la mort vienne la chercher et l'emmène aux côtés de son prince.

- Pardon de demander, mais... Depuis tout à l'heure vous semblez ailleurs... Quelque chose ne va pas ? J'espère que ce n'est pas ma faute au moins... demanda Meredith au bout de quelques minutes.

Aurore avait perdu le fil de sa concentration. La tristesse et la douleur l'atteignirent de plein fouet et elle retint un cri. Les quelques minutes de silence lui avait permis de réduire et de repousser ces émotions négatives qui l'assaillaient à présent. Le combat était dur, mais pas insurmontable, elle pouvait se contrôler.

- J'espère que ce n'est pas indiscret... Je comprends que chacun puisse vouloir garder ses secrets.

Aurore perçu une certaine tristesse dans la voix de la jeune femme. Elle avait l'impression qu'elle s'en voulait, d'abord, parce qu'elle avait brisé le silence puis parce qu'elle posait une question personnelle ? Oubliant sa souffrance intérieure, Aurore se concentra rapidement sur son interlocutrice, elle ne pouvait pas s'en vouloir pour des choses aussi ridicules. Elle n'avait rien fait, la jeune femme se devait donc de la rassurer, elle s'occuperait d'elle même une autre fois.

- Non, ce n'est pas ta faute ! commença t-elle, plongeant son regard vert dans celui, rose, de la jeune femme et passant au tutoiement sans s'en rendre compte. C'est vrai que ça ne va pas, mais ne t'inquiète pas pour moi. Mes problèmes ne sont pas aussi importants pour que tu leurs accorde ne serais ce qu'une seconde d'attention.

Aurore avait parlé sans réfléchir, elle avait sans doute dû dire des absurdités mais elle avait laissé parler son coeur. Meredith ne devait pas s'embêter avec ses problèmes à elle. Elle repensa à ce qu'elle venait de dire et se rendit compte qu'elle avait tutoyer la jeune femme. Ayant toujours employé des formules de politesse, se fut un choc pour elle. Mais elle ne trouva pas de façon de s'excuser sans paraître... folle ? Dans son pays, elle se serait mise à genoux et aurait supplié la personne jusqu'à ce qu'elle accepte de lui pardonner mais elle avait compris que ce royaume ne fonctionnait pas de la même façon. Elle ne pouvait pas se contenter d'un simple "désolée", ce n'était pas assez. Mais elle était à court de vocabulaire... Elle se contenta donc de laisser son regard rivé sur celui de Meredith, tentant de lui faire comprendre avec les yeux qu'elle était sincèrement désolée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Jeu 29 Mai - 18:06
- Non, ce n'est pas ta faute ! C'est vrai que ça ne va pas, mais ne t'inquiète pas pour moi. Mes problèmes ne sont pas aussi importants pour que tu leurs accorde ne serais ce qu'une seconde d'attention.

Meredith fut surprise par cette réponse. Elle n'aimait pas vraiment être tutoyée par des inconnus, mais ce n'était pas la raison de sa surprise. En général, même lorsqu'ils ont un problème, les gens prétendent que tout va bien, ou que ce n'est rien, mais là, son interlocutrice avait avoué qu'elle allait mal. À une inconnue.
Tout en répondant, la jeune femme avait regardé Meredith dans les yeux. Cette dernière eut beaucoup de mal a soutenir son regard. Elle a l'air si triste... Meredith avait envie d'aider la jeune femme, mais elles se connaissaient à peine, et elle prendrait probablement mal qu'une inconnue s’immisce dans ses affaires personnelles... À cause de cela, Meredith resta silencieuse, se contentant d'observer Aurore, qui faisait de même. La jeune femme semblait embarrassée, mais Meredith n'aurait pas su dire pour quelle raison. Elle n'a rien dit d'étrange, pourtant... Elle ne se met quand même pas dans cet état parce qu'elle m'a tutoyée ? Meredith était désarmée face à une telle réaction. Puis, ne sachant plus quoi faire - se fixer mutuellement étant assez gênant - elle dit alors ce qu'elle avait sur le coeur :

- Vous savez, si quelque chose va mal, il peut être bon d'en parler... Si vous connaissez une personne proche, cela peut peut-être vous aider...

Meredith continuait de vouvoyer Aurore, elle n'allait pas la tutoyer simplement parce que son interlocutrice le faisait... J'espère tout de même que je ne vais pas la mettre davantage mal à l'aise... Elle réalisa alors qu'elle avait probablement dit une bêtise, elle-même n'ayant personne à qui se confier, ce genre de phrase lui faisait à elle l'effet d'une gifle. Mais comment rattraper une telle bourde ? Meredith baissa alors le regard, espérant ne pas avoir fait de dégâts.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Lun 23 Juin - 11:21
Elle ne savait plus quoi faire à présent. Elle ne savait plus comment réagir. C'était la première fois que cela lui arrivait. Elle qui était toujours polie, distinguée et qui avait toujours respecté l'étiquette à la lettre... Elle avait été impolie, elle n'avait pas respecté l'étiquette, elle avait tutoyé quelqu'un. Voilà ce qu'apprendre une nouvelle langue entraînait. Aurore n'avait été distraite qu'une seconde et pourtant, elle avait réussi à confondre et à mélanger les mots. Ses mots. Elle était censée les connaître, les maîtriser, au moins le peu qu'elle connaissait. Mais à présent, ceux-ci se bousculaient dans sa tête. Elle perdait le fil, le choc la faisait douter d'elle même. Pourtant, cette erreur était sans doute insignifiante, Meredith n'y prêtait peut-être pas attention, mais Aurore n'arrivait pas à laisser cette erreur se faire oublier. Elle n'arrivait pas à tourner la page et à reprendre la conversation en s'excusant simplement. Elle arrivait à peine à soutenir le regard de son interlocutrice mais c'était sa façon de s'excuser, car elle avait perdu ses mots. Elle était à court de vocabulaire, les phrases n'arrivaient pas à s'emboîter dans son esprit  et elle commençait à se perdre au milieu de ce torrent de mots et bouts de phrases sans queue ni tête. La jeune femme n'osait pas ouvrir la bouche, de peur de se mettre à bégayer ou à bafouiller quelque chose d'incompréhensible. Alors elle se contentait de regarder Meredith, même si elle avait du mal à se retrouver face à elle dans cette situation des plus embarrassantes et inconvenantes. Elle ne savait pas comment réagir. Elle ne savait pas quoi faire.
Heureusement, Meredith brisa le silence.

- Vous savez, si quelque chose va mal, il peut être bon d'en parler... Si vous connaissez une personne proche, cela peut peut-être vous aider...

Peut-être qu'elle ne pouvait pas parler, mais elle comprenait encore. Enfin, elle ne comprenait pas tout, mais la globalité. Et, dans ce que la jeune femme venait de dire, quelque chose avait comme frappé Aurore et lui donnait envie de pleurer. Meredith avait sans doute voulu être gentille en disant cela, ce qui avait en plus briser le silence qui commençait à devenir gênant. Mais elle avait brisé plus qu'un simple silence. Le hasard semblait s'acharner sur la jeune femme, le sort avait donc décidé de la faire souffrir, tout devait toujours la ramener à lui. Elle avait beau penser toujours à lui, cette douleur était douce par rapport à ce qu'elle ressentait quand chaque détail de sa vie lui jetait son passé au visage, ramenant sur le devant de la scène ce qu'elle essayait de refouler. Aurore n'avait plus de personne proche, car la seule personne proche dont elle avait toujours eu besoin était morte.

Aurore ne répondit pas pendant quelques minutes. Le silence s'installa de nouveau mais il n'était pas aussi gênant que le précédent, il était plus lourd, plus triste. Meredith avait baissé les yeux, mais Aurore ne l'avait pas remarqué, son regard était fixé au même endroit. Finalement, au bout de ces quelques minutes, elle baissa également les yeux, essuya une petite larme qui se promenait sur joue puis releva la tête. Elle regarda son interlocutrice, un léger sourire au coin de la bouche puis dit simplement :

- Merci.

Elle ne savait pas quoi faire pour le tutoiement, pour les excuses qu'elle devait présenter mais elle pouvait au moins la remercier, car, même si elle avait mal, cela partait d'une bonne intention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mar 19 Aoû - 22:35
- Merci.

Meredith ne savait pas quoi répondre à cela. Elle avait beau se creuser la tête, rien ne lui venait. Peut-être qu'il n'y avait rien à répondre après tout. Merci d'avoir essayé, rien de plus. Estime-toi heureuse de t'en sortir comme ça. La prochaine fois réfléchis un peu avant de l'ouvrir.
Mais Meredith se sentait triste. Plus elle regardait Aurore, plus elle se sentait triste. Comme si sa mélancolie était communicative. Meredith aurait aimé pouvoir la réconforter mais comment faire ? Dans le doute... Il vaut mieux éviter de faire davantage de casse...

Cependant, Meredith avait vu Aurore sourire en disant cela. Mais son sourire ne dégageait aucune joie. Il était triste. Comme un simple sourire nerveux qui se serait frayé un chemin parmi la tristesse. À moins que ça ne soit juste une simple politesse, une façon de dédramatiser sans tomber dans le comique.

Meredith tentait de perdre son regard dans le paysage, mais l'atmosphère était très pesante. Le silence était oppressant, et même le bruit des vagues ne suffisait pas à enlever cette impression à Meredith.

- Tu aimes cette plage ?

Le tutoiement n'était pas la chose favorite de Meredith, surtout si tôt, mais elle voulait détendre un peu l'atmosphère, et un peu d'ouverture ne peut pas faire de mal. Enfin, pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV La Belle Au Bois Dormant] Dans la comtemplation des vagues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~
» Comme t'es la belle au bois dormant maintenant je peux t'appeler Aurore ? {Ipiu ♥}
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» La belle au bois dormant est enfin réveillée ! [terminé]
» KAY NIELSEN (1886-1957)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agence Cooki :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-