Forum Fermé

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Premier étage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Dim 31 Aoû - 11:43
- Non… Mais je le trouvais plutôt divertissant. Voyez-vous, il se démarquait plus que les autres hommes présents dans la grande salle. D’ailleurs, son entrée a fait son effet sur toutes les gourgandines présentes, notamment moi.

Gourgandine ? La jeune fille buta sur ce mot inconnu. Il lui faisait penser au premier abord à la grenadine mais elle se doutait bien qu'il désignait autre chose,- des personnes - puisque Alice l'employait dans ce sens. Ça devait être encore un de ces mots tordus qu'utilisait régulièrement la bourgeoisie pour se désigner entre eux, par rapport au reste de la société. Elle ne voyait pas d'autre solution possible, puis de toute manière, Alice connaissait ce mot, elle devait bien savoir de quoi elle parlait. Ah si seulement elle avait mieux suivi ses cours - ô combien ennuyeux - de son précepteur, elle n'en serait pas là à buter sur ce terme étrange. Elle détestait qu'on lui rappelait, même indirectement, son « manque d'éducation » et son ignorance. Bon, au point qu'elle en était maintenant, elle s'en fichait. Ce n'était pas comme si elle était invitée à des bals tous les jours.

- Je trouve qu’il possède un certain charme, pas vous ? Oh allez, ne faites pas la timide, je le vois bien dans votre regard qu’il ne vous est pas indifférent !

Elle se mordit la lèvre inférieure. La prochaine fois, elle éviterait de poser des questions de ce type surtout quand la personne concernée était dans la pièce, ça éviterait l'effet boomerang, qui au final, la mettait plus dans l'embarras qu'autre chose. Son amie salua le jeune homme qui lui rendit aussitôt son geste avant de reprendre, comme si de rien n'était, ses fouilles dans le bureau. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir qu'il se fichait d'elle.

- Je ne vois pas de quoi vous vous voulez parler, finit-elle par glisser à voix basse.

Certes, il était charmant, mystérieux mais de là à se jeter à son cou et faire tout le tralala, il n'y avait qu'un pas ! Il est vrai que, l'espace d'un instant, elle avait songé à l'inviter à danser mais à présent elle était réticente vu le peu d'attention qu'il leur portait. Et puis son comportement lui rappelait de plus en plus quelqu'un... Ethan. Non mais sérieusement qu'est ce qu'il viendrait faire ici ? Il n'est pas dans son élément ici, puis de toute façon tout ce qu'il sait faire, - avec attirer des ennuis aux gens-, c'est draguer les filles au Night's Club ! Enfin... à y réfléchir... ce n'est peut-être tout à fait pas impossible...

- Vous ne trouvez pas que la grenadine ici a un drôle de goût ? demanda Alice, qui avait décidément envie de faire la conversation. Tenez et dites-moi si je me trompe.

Elise prit la coupe entre ses doigts et la leva à la lumière pour examiner sa teinte, un peu comme à la manière des œnologues. Que je sache la grenadine a une couleur qui tire sur le rouge alors que le vin, en règle générale, c'est plus foncé... Huum c'est étrange parce que celui-là tire sur le rosé. Bon, je ne vais pas faire attendre Alice plus longtemps, j'ai plus qu'à la boire et je serai fixée. Elle porta le verre à sa bouche en buvant par petites gorgées – elle avait lu dans son manuel qu'il ne fallait surtout pas boire cul-sec – avant de le reposer finalement sur la table basse.

- Mesdames, je suis navré mais je dois vous quitter, dit-il en étirant les plis de sa veste, je vous souhaite une agréable soirée.

Le jeune homme se dirigea vers la porte d'un pas un peu trop rapide pour être naturel, et la referma derrière lui sans leur accorder un seul regard dans leur direction. Ce départ précipité était plus que suspect et ses dernières paroles, loin d'être creuses, sonnaient comme un mensonge. S'il est parti, c'est qu'on le gênait ou du moins qu'on l'embêtait. Avec la présence d'Alice, ce n'est pas étonnant, je ne préfère pas savoir ce qui s'est passé entre eux tout à l'heure... 'Fin si faudrait que je sache, histoire quand même de m'assurer qu'Alice va bien parce que ce type n'a pas l'air d'avoir toute sa tête. Mais je suis sûre au moins d'une chose, il n'est pas parti les mains vides. Elle se leva brusquement du sofa, ignorant Alice et se rendit jusqu'au bureau en faisant voler à son passage les feuilles éparpillées tout autour. Elle jeta un regard circulaire autour des meubles, avant de s'arrêter sur un tiroir fermé avec une petite serrure. Haaan je parie que j'vais pas trouver la clééé.... Et ce fut malheureusement le cas. Bon, tant pis. Le reste qui est par terre, ça doit pas être intéressant puis je n'ai pas le temps de chercher dans toute cette paperasse... Avec tout ça, elle oubliait qu'elle avait laissé Alice en plan sur le sofa. Son amie allait sûrement se demander ce qu'elle trafiquait de louche elle aussi. Elle fit donc demi-tour avant de se planter fermement debout devant elle. Elle retira doucement son masque doré - la supercherie était à présent finie - et plongea ses prunelles ambres dans celles cobalts d'Alice :

- Alice ! C'est moi, Elise ! Elle marqua une pause, le temps que son amie se fasse définitivement à l'idée. Je suis désolée par rapport à tout à l'heure mais fallait que je le fasse...

L'excuse bidon. C'est vrai, qu'elle ne l'avait pas reconnue tout de suite mais elle avait choisi de son plein gré de lui mentir ouvertement. C'est surtout qu'elle avait eu honte sur le coup, mais ça elle n'oserait jamais l'avouer.

- Pour ton information, continua-t-elle en désignant la bouteille du doigt, c'est du cidre rosé, pas de la grenadine ! Tu m'expliqueras en chemin ce qu'il t'est arrivée, on n'a pas le trop de rester ici... Si on se fait attraper, on est fichues ! Et cette fois, la fenêtre pourra pas me... nous sauver !

Haha ! Comment se retrouver dans le même cas de figure qu'il y a quelques années en arrière. Coincées comme des voleuses. Il manquait plus que des ours mal léchés débarquent et elles assisteraient au clou du spectacle ! Bon, le seul risque qu'elle courait, et pas des moindres, c'était de se faire surprendre par les majordomes ou pire par M. de Vaubigny en personne. Et sauter par la fenêtre était une très très mauvaise idée surtout lorsque cette dernière donnait sur l'avant du château.

- Bon, on y va ? s'impatienta-t-elle. Il faut que tu te trouves vite quelque chose à te mettre, tu vas attraper froid !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Sam 4 Oct - 11:36
La petite lady observa, de son regard océan, la jeune femme s’emparer de la coupe en cristal et la porter à ses lèvres pour gouter à la liqueur qui s’y trouvait. Elle semblait avoir un palet expert à première vue. Ne nous méprenons pas, les apparences sont trompeuses on a dit ! Les sorcières sont capables de tout pour jouer un tour aux mortels. Le vin présent dans l’organisme d’Alice s’estompait peu à peu, mais son esprit paraissait toujours aussi embrouillé et troublé. Depuis tout à l’heure, elle dévisageait le jeune homme mais à chaque fois qu’elle se rapprochait petit à petit de la réalité, son idée s’échappait et se désagrégeait comme un filigrane. Derrière ce masque qui cachait un mysterieux charme, derrière toute cette classe affolante et ce sourire hautain mais jouissif, elle était persuadée de le connaitre.

- Mesdames, je suis navré mais je dois vous quitter, dit-il tel un parfait gentleman en étirant les plis de sa veste, je vous souhaite une agréable soirée.

- Oh vous nous quittez déjà ? s’exclama Alice en affichant une mine peinée.

Loin d’être naturel, le jeune homme ne leur adressa pas un regard et quitta la pièce d’une rapidité absolue. Que diable avait-il de si important à faire pour partir si subitement ? Et puis, que faisait-il depuis tout à l’heure avec ce tiroir ? On avait l’impression qu’il cherchait quelque chose et qu’il avait trouvé ce qu’il cherchait désespérément. Et à présent, il s’en allait tel un voleur expérimenté... Comme pour faire échos à ses pensées intelligibles cette fois ci, la jeune femme avec qui elle discutait se leva du sofa et se précipita vers l’endroit où se tenait un peu plus tôt le soi-disant gentleman. Alice inclina sa petite tête sur le côté, cherchant à comprendre ce qu’elle faisait. Cherchait-elle quelque chose aussi ? La jeune blonde fit demi-tour puis se positionna devant l’anglaise et retira enfin son masque. C’est bien ce qui me semblait ! La sorcière a volé le visage d’Élise ! Alice retint un hoquet de stupeur et se leva à son tour pour être à la même hauteur de celle qu’elle croyait être un imposteur.

- Alice ! C'est moi, Elise !

- La vraie Elise ou une vilaine fée qui s’est emparée de l’apparence de mon amie ?

Question totalement enfantine et dénuée de sens. Elle ne pouvait pas former un filet de pensées cohérentes à cause des relents de vin qui bouillonnaient dans son organisme assez fragile. Cependant, même si elle ne pouvait guère le clamer, elle était rassurée de voir un minois familier près d’elle.

- Je suis désolée par rapport à tout à l'heure mais fallait que je le fasse...

Plus de doute, ce ton désolé, ce visage confus, cet air mépris, il s’agissait bien de son amie qui tentait de s’excuser. Elle la connaissait que trop bien. Alice lui fit signe que ce n’était rien, et lui offrit un doux sourire dont elle avait le secret.

- Pour ton information, continua-t-elle en désignant la bouteille du doigt, c'est du cidre rosé, pas de la grenadine !

- Vraiment ? demanda Alice en la regardant de ses grands yeux azurs. Pourtant, ça ressemblait en tout point à de la grenadine périmée…

Elle haussa les épaules. Encore une fois, elle se souciait malheureusement peu du fait qu’elle ait bu de l’alcool. Encore une fois en effet. La prochaine fois, je ne toucherais a plus rien c’est promis… Ce n’est pas ma faute si les aliments que je croise semblent me crier des « mangez-moi » et buvez-moi » à tout va ! La vilaine Tentation s’acharne sur ma pauvre personne, se plaignit Alice en son for intérieur.

-Tu m'expliqueras en chemin ce qu'il t'est arrivée, on n'a pas le trop de rester ici... Si on se fait attraper, on est fichues ! Et cette fois, la fenêtre pourra pas me... nous sauver ! Bon, on y va ? Il faut que tu te trouves vite quelque chose à te mettre, tu vas attraper froid !

Alice grimaça en jetant un coup d’œil à la tenue dans laquelle elle se trouvait. Nue comme un vers, seul ses sous-vêtements en dentelle fine la couvrait mais malheureusement, ils ne lui permettaient pas de la réchauffer. Pourquoi avait-elle abandonné sa robe oh là là ? Un frisson lui parcourue sa douce échine, et ses poils blond s’hérissèrent. Elle était frigorifiée.

- Allons au troisième étage, dit-elle soudainement éclairée par une idée. Un jour, mon cousin Flavien m’a dit que l’étage des domestiques était toujours le dernier. Allons-y, on trouvera surement une nouvelle tenue.

Alice quitta la pièce suivit d’Elise et prit l’escalier de droit afin de monter au troisième étage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 18 Jan - 16:43
Les pas de la jeune fille résonnaient sur les marches en marbre du grand escalier. Il n'y avait pas grand monde, voire personne. Tout le monde devait être en bas à se bourrer laggle devant les domestiques chaudasses. Coup d'oeil à sa tenue. M'okay elle était mal placée pour les juger. Ethan et ses idées de merde aussi. La descente fut relativement calme, à peine trois obsédés qui ont voulu lui mettre la main aux fesses et seulement une écervelée en train de courir en s'exclamant, rouge à lèvres à la main, "Ce soir, je serais la plus belle pour aller danser !". Gab en fille, normal. Enfin bref. Les couloirs se ressemblaient tous par ici, c'était compliqué pour la jeune fille de se repérer. Et encore plus pour ne pas se faire repérer. Désolée messieurs, elle n'était pas vraiment intéressée pour tremper le biscuit avec vous. Pis les granolas c'était quand même vachement mieux.

Au détour d'un couloir, la jeune fille tomba sur une porte richement ornée. Elle l'ouvrit. Lit à baldaquin avec de la dentelle un peu partout. Okay c'était pas la bonne porte. La jeune fille la referma puis se retourna. Et tomba sur une port encooore plus chargée. ... La salle de bain. La jeune fille entrouvrit la porte. Et non, c'était le bureau. Aaaah. Enfin. La jeune fille pénétra à l'intérieur de la pièce. Puis se mit à crier.

- Ethaaaan ? Elle se rappela alors qu'elle était en mission. Ethaaaan ?

Hrum, visiblement il n'était pas là. ... Et merde. Bon, la jeune fille se dirigea vers le bureau comme indiqué par le jeune brun. Et euuh, c'était quel tiroir déjà ? La petite blonde n'hésita pas. Elle les vida tous en moins de trois secondes dans un joli boucan. Puis elle trouva un joli gros bouton au fond de l'un deux. Elle tendit la main pour appuyer avant de sentir un contact au niveau de son épaule. BAM. Et un pain, un. La jeune fille porta ses mains à sa bouche quand elle se rendit compte qu'elle venait de frapper Ethan.

- Désolée désolée désolée, je ne savais pas que c'était toi !

S'il lui criait dessus, elle allait pleurer. Obligé.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Ethan Cooper
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Lun 2 Fév - 20:48
Il peut pas s'empêcher de laisser son regard s'accrocher à la moindre touche de couleur lorsqu'il traverse les couloirs immenses du premier étage, irradiés de lumières, monopolisés par tous les couples en train de se bécoter dans les coins. Y’avait tout le monde sauf celle qui cherchait, si c’était pas du foutage de gueule ça. Putain Yellow t’es où ? Il savait même plus où se trouvait le bureau de Vaubigny - amnésie quand tu nous tiens - , alors il avait opté pour l’option « random research ». Ouais parce qu'il pouvait pas demander où se trouvait le bureau de leur hôte comme ça, comprenez bien que ça serait grave suspect. Plus cramé tu meurs. Un gars aux airs efféminés l'interpella en sifflant. Ethan l'envoya chier à la Cooper. Fallait ABSOLUMENT garder son calme. Ce que Green ne possédait que très peu, voire pas du tout. Sérieux où j’suis tombé, putain y’a que des gens relou et zarb... Il atterrit dans la grande salle qui était surbondée de gens. Un domestique s’approcha de lui, avec des boissons rafraichissantes en main. Ah putain ouais, c'est c'qu'il me fallait. Besoin de décompresser. Boissons qui n’étaient pas pour lui évidement. Ils avaient besoin de personnels dans les caves, deux abrutis avaient fait exploser des barils de vins. Expression farouche qui s'esquisse sur son visage. Du personnel ? Il m’a pris pour qui sérieux ? Oh wait. J’ai oublié que j’étais en serveur. Consternation blasée puissance 4. Le brun, saoulé de tout ça, n’avait pas envie de passer par quatre chemins. Aucune manière il lui cracha cash dans la gueule son venin tout en s’emparant d’un cocktail pour faire baisser la pression qui montait en lui.

- Contente toi de me servir ma manzanita et m’fais pas chier c'est pas le moment.

Il est en rogne Ethan, il serre les crocs à chaque fois qu'on l'accoste, qu'on le bouscule, qu'on lui sourit, alors qu'il se fraie un chemin parmi la foule pour trouver la fameuse agente. Yellow c’est pas la fille la plus discrète au monde alors pourquoi j’la trouve pas. Ne faisant pas attention à ce qui l’entourait, il percute une fille sur son passage.

- Fais gaffe putain.

Un éclat bleu dans son champs de vision, une voix beaucoup trop familière, et au lieu de continuer sa route il s'arrête et se retourne. Sous son masque impassible, il tente de cacher une expression surprise, désemparée, bouche à peine entrouverte. Surpris de la voir ici maintenant comme ça. Putain j'suis pas présentable du tout !

- Fais gaffe... Poussin.

Clarisse. Ancienne connaissance de la section VIP, et meilleur bon plan de tous les temps. Cette fille était son faussaire personnel. C’est fou ce qu’elle était partout. Normalement il devrait pas s’étonner de la croiser à ce genre de réceptions mais sérieux vous avez vu dans quelle tenue il était ? Elle allait le prendre pour un pauvre négligé ! Avant qu’elle puisse engager la conversation et l’interroger sur sa tenue de domestique, il lui demanda à tout hasard si elle savait pas où était le bureau de leur hôte. Sans se douter de rien, elle lui indiqua docilement le chemin à prendre. 1er étage, tout au fond à droite, grande porte métallique, on pouvait pas la rater. Ouais ben lui il l’avait raté okay ? Bref, Don Juan qu'il était, il la quitta sur un baise main – parfaitement calculé - pour la remercier de son aide précieuse, et emprunta l’escalier principale. Pitié, faites que Maelyss y soit. Il ouvre la porte et voit une jolie blonde foutre un bazar pas possible. Ouais c’était bien elle. Il s’approcha mais la jeune fille semblait plonger dans ce qu’elle faisait, c’est pour quoi elle ne le remarqua pas. Et c’est pourquoi elle lui raya une bonne patate dans la gueule lorsqu’il posa une main sur son épaule. Après un cri de douleur étouffé, il porta une main à son nez qui saignait désormais.

- Putaaaaaaaain.
- Désolée désolée désolée, je ne savais pas que c'était toi !


Il serre les dents, Ethan, lui adressant au passage un regard électrique et plein de reproches. Il a plus la force de passer ses nerfs sur quelqu’un, preuve qu’il est extrêmement fatigué. Il pencha sa tête en arrière en se pinçant l’arête du nez, prit le mouchoir que lui tendait la blonde, et estompa le sang du mieux qu’il pouvait. Putain j’en ai trop marre… Les émeraudes lumineuses de la blonde le calmèrent. Un peu. Allez Ethan encore un effort c’est presque la fin de ce cauchemar.
Il s'approche du tiroir, appuie sur le bouton rouge, inséra le code qui se trouvait sur les pages difficilement trouvées. L’interface se souleva, laissant découvrir le SAINT GRAAL. La fameuse recette qu’il cherchait depuis tout ce temps. Tu les vois ces sourires victorieux qui s’esquissent doucement sur leurs deux gueules d’amour ? Après avoir glissé la recette dans sa veste en sureté, le jeune agent se tourna vers Maelyss, et comme dans les films, il lui tendit la main pour lui dire qu’ils avaient accompli un beau travail d’équipe. Mais visiblement, la blonde s’en tapait des conventions de collègues, et lui sauta au cou, surement ravi d’avoir achevé la mission. Enfin presque achevée.

- Reposez ça immédiatement.

Leur instant « hug amical » fut interrompu par le big boss de fin. Vaubigny en personne accompagné de ses sbires. Comment il a su qu’ils étaient dans son bureau… ? Y’a une taupe dans le château les amis. Une expression mi dédaigneuse mi méprisante fut la seule réponse qu’il obtenu du brun. Ethan il détestait qu’on l’interrompe quand il câlinait une fille. Ca n’allait pas changer aujourd’hui. Sans lâcher la blonde, il déversa son venin avec une assurance et une provocation digne de sa réputation.

- Admettons que j’refuse, il se passera quoi ? Vous comptez nous éliminer comment ? Pas par vos domestiques de basse-cour j‘espère. Ca serait terriblement pitoyable. Un peu comme vous en fait.

Vaubigny lui faisait pitié. Il exhibait sa richesse pour avoir des gens autour de lui, en fait il achetait ses amis. Ridicule. Ethan recula vers la fenêtre grande ouverte derrière lui, qui donnait sur la cour où se trouvait garées toutes les voitures de luxes, puis sauta sur le rebord avec agilité. Effet de théâtre, le long rideau rouge se souleva quand le vent du soir souffla, faisant voler les feuilles éparpillées. Maelyss le rejoint, faisant preuve de la même agilité. La classe. Les deux agents jetèrent un coup d’œil derrière eux en même temps, puis leurs regards se croisèrent. Ouais c’était faisable. Risqué mais pas impossible. Vaubigny écarquilla les yeux quand il vit le brun agripper le rideau rouge, et tenir la jeune blonde fermement par la taille.

- Si j’étais vous j’y réfléchirai à deux fois !

- Si vous étiez nous, vous seriez capable de réfléchir tout court. A la revoyure !


Il n’eut pas le temps de réagir, que les deux agents avaient déjà plongé dans le vide. Au fur et à mesure de leur descente, le rideau se déchira, jusqu’à les faire atterrir sur les graviers. THE BADASS U KNOW. Fallait trouvait un moyen de s’enfuir now. Ethan sourit. Lamborghini droit devant !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maelyss Haryn
Messages : 9858
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Dim 8 Fév - 16:28
EVENT CLOS

Merci aux gens qui sont restés du début à la fin (les mêmes toujours uhuh) et plein de bisous pour vous ! ♥
En espérant que cet évent vous ait plu !
Le prochain restera un mystère...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
Revenir en haut Aller en bas
 

Premier étage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Profil d'un futur Premier ministre
» Rouzier désigné Premier ministre
» premier pas dans la sculpture .
» Mon premier orignal à vie
» Gagner un objet du premier âge !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Fermé :: Section privée :: Archives :: Missions & events :: Bal masqué-