AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Libre] Vamos a la playa !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Mer 9 Avr - 13:09
- Enchanté monsieur Valshe !

Monsieur Valshe ? Je fais si vieux que ça ? Je mets ça sur le compte de la politesse mais ça prête à sourire. Je ne me souviens pas qu'on m'ait un jour appelé de la sorte, enfin bon, y a une première fois à tout. J'éviterai tout commentaire supplémentaire sur l'arrivée de Green en catastrophe ainsi que sa remarque sur Charmant. On va pas s'étaler, le ridicule tue pas mais ça amoche fortement quand même.

-Vous voulez qu’on aille manger quelque chose ? Mais avant, il serait préférable de rendre ce pauvre chat à son propriétaire. Il appartient bien à la mère Michelle? Sa maison n'est pas très loin, on y sera vite.

Étrangement, Green jugea nécessaire d'enfiler des... lunettes de soleil ? What ?

-Tu m’éblouis trop … nan j'déconne ! Ouais, bonne idée. J’ai la dalle. Attendez moi-là, je me charge de ramener Felix. Vous me ralentirez plus qu’autre chose.

Il ne mit à vrai dire pas si longtemps que ça à le ramener. Mais ce qui se mit à aller très mais alors très vite, ce fut quand il revint : Pour une raison inconnue, Yellow semblait un peu... sur les nerfs, énervée, enfin... Je ne comprenais pas franchement la situation. Peut être que le brun avait fait quelque chose qui avait déplu à la jaune pendant qu'il était parti rendre le chat de la Mère Michelle. Ou avant. Ou après. Oh et puis, on s'en fiche.

- Vous en voulez ? C’est une offre non renouvelable hein.

- ETHAN ! TU ES MOOOOORT !

J'avais à peine eu le temps d'attraper le churos proposé que l'autre débarquait en hurlant après lui. Ca avait l'air assez grave pour qu'elle lui hurle dessus comme ça. Ca ne m'empêchait pourtant pas de savourer mon churos d'un air blasé. Je crois que je commence à avoir l'habitude de tous ces gueulards, en fait.

- Noooon, je ne te laisserai pas le tuer ! J’en ai besoin pour rencontrer madame la Faucheuse !

- Et moi j'ai besoin de toi, Yellow : Et de Blue et Red, aussi, y a Mémé qui nous appelle. Donc je t'embarque et à plus les gens !

Oui je sais qu'il y a des façons de faire plus douces pour calmer les gens et s'en aller. Pas ma faute si avec la jaune, ça se passe toujours comme ça : Lui empoigner le bras pour l'empêcher de causer un meurtre est un des rares moyens que j'ai trouvé pour la trainer jusque l'Agence.


Dernière édition par Agent Gray le Ven 11 Avr - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 9857
Arme de prédilection : Sniper
Arme non maitrisée : Arts martiaux / Armes de poings / Armes de jet
Membre souvenir
Membre souvenir
Mer 9 Avr - 13:58
- Noooon, je ne te laisserai pas le tuer ! J’en ai besoin pour rencontrer madame la Faucheuse !

A peine son amie eut-elle fini sa phrase qu'elle s'empressa de tirer Ethan avec elle. La petite blonde toujours aussi furieuse, quoique sonnée par la remarque d'Alice, voulut les poursuivre mais en fut empêchée par une main qui la saisit et la traina dans la direction inverse. La poigne était ferme, impossible de s'en dégager. Normal, vu que c'était celle de Gray.

- Et moi j'ai besoin de toi, Yellow : Et de Blue et Red, aussi, y a Mémé qui nous appelle. Donc je t'embarque et à plus les gens !
- Quoi, maintenaaaant ? Mais j'ai même pas fini ce qu'elle m'a demandé à cause de l'aaaautre là-baaas ! se plaignit-elle tout en trépignant à sa suite et en insistant fortement sur "l'autre" et "là-bas"

Néanmoins, elle ne tenta pas de se débattre. Pas avec Gray. Fallait être maso pour se débattre avec Gray. Certes ce n'était pas aussi dangereux qu'avec Blue, mais presque. Ainsi se résigna-t-elle à le suivre sans faire d'histoire. Elle éclaircirait son affaire plus tard, en ramenant Blue si nécessaire. La seule chose qu'elle trouvait pour le moins étrange était l'envie d'Alice de rencontrer... la faucheuse. A part si Mme Lafocheuze était vraiment une agricultrice de la région, c'était tout de même fichtrement bizarre de vouloir rencontrer la mort. Moins on la voit, mieux on se porte. Ethan a encore dû lui sortir des bêtises. Cela ne l'étonnait même pas de lui !

- J'espère que ça te fait plaisir ! Par ta faute c'est mon weekend qui va finir en heures sup ! Y a intérêt à ce que ta mission soit bien !

La petite blonde soupira. Sa colère de tout à l'heure avait disparu avec le jeune brun derrière un coin de rue. Tant mieux, elle n'aimait pas spécialement crier sur les autres - contrairement à Blue, douce Blue -. Décidément, il fallait s'attendre à en voir de toutes les couleurs lorsqu'on était agent secret. Encore plus à proximité de... l'autre. Il avait ce don de vous mettre en rogne avec tant de facilité, c'en était presque agaçant de pouvoir être manipulé aussi facilement.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mlleyellow.tumblr.com/
avatar
Invité
Dim 13 Avr - 13:03
Alors qu'elle attendait de pied ferme Maelyss à proximité du chariot ambulant, son amie reçut soudainement un appel et lui fit signe d'avancer devant, lui suggérant sans doute de prendre les devants et de ne pas l'attendre plus longtemps. Elle hésita pendant plusieurs secondes, tandis que le vendeur qui la fixait avec des yeux ronds, devait se demander ce qu'une fille pouvait faire à camper à côté de son chariot sans daigner rien prendre. Enfin bon, une cliente est une cliente et autant en profiter pour faire tourner les affaires.

- Mad'moiselle, vous voulez des chouchous à 1 euro ? J'ai des beignets aussi qui sont tous frais ainsi que des glaces avec tous les parfums disponibles : vanille, chocolat, pistache etc... J'peux même vous faire un prix si vous voulez...

- Euuh non merci. J'attendais juste une amie en fait.

Elle se décala sur le côté, laissant la place à une mère et à ses enfants et abandonna définitivement l'idée de se cacher derrière le chariot. Elle revint doucement vers son amie qui lui tournait le dos et qui semblait prise dans une conversation assez... houleuse.

... Non je ne mens pas ! ... Mais il n'est pas à côté ! Comment je peux vous le passer s'il n'est pas là ?! ... QU... ... C'est la survie de mon weekend qui en dépend, ouais j'ai compris. ... Oui je vais le trouver et vous le passer pour prouver que je mens pas ! ... Oui je vais le faaaaaaire ! ... Oui j'ai diiiit ! ... Oui c'est ça, à toute.

D'accoord. D'après ce qu'elle venait d'entendre, on ne pouvait pas dire que le ou la correspondante au bout du fil soit très très sympathique. Plutôt menaçante oui. Dommage qu'elle soit arrivée en plein milieu et qu'elle n'ait pas pu écouté la conversation depuis le début, elle aurait pu certainement entendre certaines choses et mieux comprendre dans quel bourbier s'était mise son amie. Boucle d'Or ou comment toujours vouloir mettre son nez dans les affaires des autres. Eh oui, on ne perd jamais les bonnes habitudes...

- Qu'est ce qu'il se passe ? Il y a un problème ?

- Je vais le tuer, je vais le tuer, je vais le tuer... répétait-elle tout en marchant d'un pas furibond

La jeune fille fronça les sourcils. Ce n'était pas dans les habitudes de Maelyss de s'emporter de la sorte. Il devait s'être passé quelque chose de vraiment grave pour qu'elle se mette dans un état pareil. Elle la connaissait suffisamment pour affirmer qu'elle était tout sauf facilement irritable. Elle se dépêcha de la suivre, bien qu'elle commençait déjà à la distancer. Ses spartiates blanches s'enfonçaient et se remplissaient de sable à chaque pas qu'elle effectuait, l'empêchant de progresser comme elle le voulait.

- ETHAN ! TU ES MOOOOORT !

Bien qu'elle était à vingt mètres derrière elle, elle l'entendit aussi distinctement que si elle s'était trouvée à ses côtés. Moi qui comptais arriver en douce, je crois bien que c'est raté pour le coup... Je vais essayer me faire oublier, pour pas que l'autre imbécile vienne me sauter dessus dès qu'il m'aura aperçue... Au lieu d'arriver en ligne droite comme son amie, elle contourna les parasols et se rapprocha du bord de l'eau avant de revenir par la gauche vers l'endroit où ils se trouvaient. Sauf qu'il n'avait plus vraiment personne. Elle pouvait distinguer Alice et Green qui couraient dans la direction opposée et Maelyss qui était amenée de force par Valshe vers la sortie de la plage. La blondinette lâcha un long soupir. Elle commençait à en avoir marre de toujours courir éternellement après quelqu'un. Au lieu de chercher à les poursuivre, elle resta immobile, bien en vue, et cria de toute la force de ses poumons :

- ALIIIIIICE ! J'AI LE SAC, ON Y VAAA !

Elles n'avaient plus rien à faire ici, puis surtout elle ne voulait plus voir la tête d'Ethan ni avoir un avant-goût de sa vengeance, si vengeance il y avait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Ven 18 Avr - 19:05
Alors que la blondinette déclinait sa proposition, Gray accepta le churros, ce qui fit grimacer Green intérieurement. Raaah mais t’étais pas censé accepter ! M’en fiche il m’en reste encore euh … Le jeune brun plongea sa tête dans le paquet pour compter les gâteaux restants … Un, deux ... gnégna … Cinq ! Ahaha bam dans taggle, je peux encore satisfaire ma faim -qui ressemble plus à de la gourmandise qu'autre chose.

- ETHAN ! TU ES MOOOOORT !

Ethan est demandé à l’accueil, Ethan est demandé à l’accueil, merci. Ah le nombre de fois qu’on m’a sorti c’est trois petits mots en hurlant, à la fin ça me fait plus rien. Parce que devinez quoi ? Je suis toujours en vie ! Hahaha vous vous attendiez pas à ce tournant décisif hein ? Bah ouais, mine de rien je pète encore la forme, et jusqu’à preuve du contraire je ne suis pas en décomposition corporelle. Tout en avalant son énième churros, le jeune homme se retourna pour voir Maelyss lui pointer un flingue imaginaire. Bang bang, she shot me down, bang bang.

- Noooon, je ne te laisserai pas le tuer ! s’écria Alice, prise soudain d’un élan de courage ridicule.

Toujours statique, Green, la bouche encore pleine -lui donnant un air de hamster- regarda la petite blonde se mettre entre lui et sa "tueuse". Boh ch'est chou. J’en ai prechque les larmes aux yeux. Prechque.

- J’en ai besoin pour rencontrer madame la Faucheuse !

Green déglutit. ... Ca c'est moins chou par contre. OK donc la prochaine fois on évite l’exposition au soleil et on met un graaaand chapeau pour ne pas attraper une méchante insolation qui vous fait dire des trucs digne de la fondatrice du cheloutisme. OK ? La blondinette lui attrapa le poignet et l’emmena loin de tout ce monde. Lui, il s’en foutait, tant qu’il continuait de manger son dernier churros en paix, ça allait. 'fin "en paix", entre guillemets parce que manger et courir en même temps c'était déconseillé si on ne voulait pas finir bleu comme un Schtroumpfs.

Haletant, les deux ados s’arrêtèrent enfin, dans un coin reculé où il était interdit de se baigner. Koule, le danger attire inconsciemment Alice. Intéressant. Green retira sa main de celle de la jeune fille pour fourrer le paquet en carton vide dans son sac, et se dirigea vers les rochers sur lequel se jetaient violemment les vagues. Il sauta sur un, puis sur un autre, et ainsi de suite jusqu’à s’approcher dangereusement des rochers les plus pointus, mouillant au passage ses tennis. Il suffisait qu’une simple vague le balaye contre la paroi rocheuse pour qu’il ait les os brisés en deux. Fallait être inconscient pour faire pareil que lui, c’est pourquoi il fit signe à Alice de le suivre, avec un grand sourire tentateur. Un jeu. Il était en train de lui proposer un jeu. Attrape-moi si tu peux petite Alice.

- ALIIIIIICE ! J'AI LE SAC, ON Y VAAA !

Alors que les vagues persistaient à le déséquilibrer, Ethan mit sa main devant ses yeux noirs pour voir qui appelait sa petite compagne. Roh nan pas encore cette vache à lait ! Qu’est-ce qui lui prend à meugler comme ça ? A croire que toutes les blondes ne savent que gueulaient comme des poissonnières. Aucune classe.

- J'me demande ce qu'il y a derrière cette falaise ! s'exclama-t-il, en se reconcentrant sur sa dangereuse progression, pour attiser la curiosité de sa proie. Allez viens Alice, on s’amuse un peu, puis t’iras la rejoindre après.

Sa voix était parfaitement chaleureuse. Vous vous doutez bien que c’est parce qu’il la voulait chaleureuse. Il était en train de berner la blondinette et il s’en délectait. Le jeune brun adorait jouer avec les innocentes, c’était absolument amusant de les voir se faire rouler par son sourire d'ange. Ne commençait pas à croire qu’il lui voulait du mal. Naaan, son plan était plus subtile … Bad bad bab ♪



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Sam 26 Avr - 13:23
Haletante telle une biche poursuivie, Alice s’arrêta enfin quand ils eurent atteint le bout de la plage, près de la falaise qui encadrait de sa grandeur démesurée, la baie de Chantilly. Tandis que le brun s’aventurait sur les rochers glissant à cause de la mousse et des algues vertes, renforçant ainsi la dangerosité des récifs, la damoiselle regardait au loin à la recherche de son amie. Dieu du ciel, Élise où es-tu ?

- ALIIIIIICE ! J'AI LE SAC, ON Y VAAA !

Alice plissa ses magnifiques yeux azurs et repéra enfin son amie, derrière la masse de personne habituée au après-midi plage, qui secouait énergiquement la main afin qu’on puisse la voir facilement. Alice le lui rendit, en lui faisant signe à son tour, le sourire aux lèvres. Élise tenait en main une jolie petite sacoche féminine et un gros lapin blanc en peluche qui n’était que le sac d’Alice. On fait dans l’originalité avec cette dernière. Elle s’abstint de crier qu’elle allait bien et qu’Ethan ne l’avait pas poussé dans un ravin comme ce qu’elle pensait. Mais oui, Ethan était quelqu’un d’absolument pas dangereux. C’est pourquoi le petit brun continuait sa folle expédition dans le dos de la jolie anglaise. Parce qu’il n’était absolument pas dangereux.

- J'me demande ce qu'il y a derrière cette falaise !
s'exclama-t-il soudainement.

Alice se retourna et écarquilla les yeux en le voyant tenir difficilement en équilibre sur les pics de  roque. Mon dieu mais il va se tuer ! A moins qu’il voulait l’accompagner voir la Mort puis ensuite ils iraient manger une glace ? Oh chouette alors ! Puis elle aussi voulait savoir ce qu’il y avait derrière cette grande falaise sur laquelle se jetaient de puissantes rafales larges entrainant les immenses vagues dans cette danse mortelle.

- Allez viens Alice, on s’amuse un peu, puis t’iras la rejoindre après.

Son sourire tentateur et sa main tendue vers elle, la convainquent  de le suivre sans aucune hésitation. Elle avait le sentiment qu’il savait ce qu’il faisait … Ou du moins qu’il avait un apriori sur les dangers possibles, et qu’il saurait aviser sans problèmes, s’ils venaient à en rencontrer. Encore faut-il que cela soit envisageable. La demoiselle retira son paréo bleu qu’elle avait autour de la taille, découvrant ainsi son corps parfait, et le posa délicatement sur le sable chaud. Elle avait gardait ses spartiates car si elle les enlevait, elle risquait de se faire extrêmement mal aux pieds. Elle sauta habilement sur le premier rocher tout comme le jeune homme un peu plus tôt, se stoppa pour garder un équilibre parfait et recommença son manège sur les rochers suivants qui formaient une sorte de chemin, assez torse, vers Ethan. Les vagues prenaient un malin plaisir à s’abattre sur elle, pour l’emporter vers les récifs mais Alice se protégeait de temps à autre avec son bras et recracha l’eau salée qu’elle avait pu ingurgiter. Essoufflée, elle sauta dans les bras du beau brun et s’agrippa fermement à lui pour ne pas tomber. Elle cacha sa pitite bouille dans le T-shirt de celui-ci car le vent lui fouettait le visage.

- Après ça, nous irons manger une glace avec Élise, d’accord ? demanda-t-elle en levant ses grands yeux cobalt vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Mar 29 Avr - 14:31
HRP:
 

Placée entre deux rangées de parasols afin qu'Alice la repérât au premier coup d’œil, Boucle d'Or agitait désespérément la main en l'air, espérant que son cri avait porté au delà du périmètre de la plage. Elle avait reçu plusieurs regards noirs de la part de quelques badauds et vacanciers qu'elle avait sûrement réveillés de leur sieste, mais elle n'avait pas daigné broncher et continuait son manège jusqu'à ce que son amie finisse enfin par l'apercevoir.

Alice la salua de la même façon, mais ne revint pas vers elle comme elle l'escomptait. Son attention était focalisée sur Ethan, qui, une fois de plus, faisait l'intéressant et se tenait debout sur un rocher, défiant la mer de l'emporter vers le large. Ah celui-là... « Regarde comme je suis le plus beau et le plus fort, je défie la mer dans toute sa splendeur... » Pff qu'il est énervant franchement... Il a pas autre chose à faire non ? Ça serait trop lui demander. Faisant écho à ses pensées mais plutôt dans le mauvais sens, le jeune homme s'aventura plus loin, en direction de la grande falaise, là où les vagues de plusieurs mètres venaient se fracasser violemment contre la gigantesque paroi. Alice le suivit presque instantanément, inconsciente du danger. Et voilà ! Il lui fait les yeux doux et elle le suit parce qu'elle est persuadée que c'est sans danger et qu'ils maîtrisent la situation ! Il va la tuer plutôt et moi je vais devoir ramasser son cadavre au fond de la mer. Génial.

Elle se décida enfin à bouger, lasse d'être spectatrice d'une scène qu'elle sentait aller très mal tourner et rejoignit rapidement la zone d'où partaient les premières roches. Elle déposa soigneusement les deux sacs qu'elle cacha dans une crevasse et enleva sa robe et ses spartiates qu'elle entreposa avec le reste. Elle risquait de se faire mal et savait par expérience qu'elle se ferait de nombreuses égratignures aux pieds, mais elle avait peur en les gardant de glisser et de perdre l'équilibre au plus mauvais moment. De toute façon, vu dans quel état elles étaient - les attaches à moitié coupées et les semelles pleines de sable - elles seraient sans doute inutilisables pour la ville. La prochaine fois, elle achètera des tongs, ça coûtait bien moins cher. La jeune fille sauta sur le premier rocher, testant son équilibre et avança prudemment en évitant le plus possible les arêtes saillantes des roches. Elle s'arrêta à mi-chemin, et ce malgré les bourrasques de vent qui s'intensifiaient et rendait la houle encore plus impressionnante. Elle mit ses mains en porte-voix et les appela, évitant de s’esquinter la voix comme la dernière fois :

- Ethaaaan ! A quoi tu joues ?! Tu veux la tuer, c'est... ?

Une vague déferla à ce moment-là et elle dut se cramponner à une roche voisine pour ne pas être emportée par le courant. Elle allait finir par croire qu'elle avait définitivement la poisse. Elle toussa, évacuant l'eau des bronches et se releva doucement, étourdie par le choc. Elle attendit quelques secondes pour reprendre ses esprits et chemina lentement un peu plus loin, au cas où une autre vague arriverait.

- Aliice, appela-t-elle une nouvelle fois, reviens, c'est trop dangereux ! On reviendra ici, je te le promets mais quand il y aura moins de vent !

Et aussi quand il n'y aura pas Ethan dans les parages... 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Lun 12 Mai - 20:47
HRP:
 

Inutile de préciser que quand la petite blonde retira son paréo, Ethan se rinça correctement les yeux un énorme sourire perché à ses lèvres. Ahaha ! Alice m’offre tout sur un plateau d’argent alors pourquoi ne pas en profiter ? C’est pas comme si c’était moi qui lui avais déchiré sauvagement son paréo pour la mater. C’est vrai que vu comme ça, tout paraissait innocent. Green finit par se lasser du spectacle et attendit qu’elle le rejoigne en trépignant sur place. C’est qu’il commençait à faire frisquet avec tout ce vent plutôt glacé. Le jeune brun se mit à faire du jumping jack sur le rocher pour se réchauffer, tout en veillant de ne pas glisser. Oui, drôle de façon d’attendre patiemment l’arrivée d’Alice. En parlant du loup, la blondinette se débrouillait plutôt bien et avait déjà parcouru la moitié du chemin sans être tombée une seule fois. Shit. Elle est coriace. Ethan se contenta alors de l’encourager et l’attrapa de justesse lors de son dernier saut vers lui. Il faillit perdre l’équilibre lorsqu’elle s’agrippa à son T-shirt trempé.

- Après ça, nous irons manger une glace avec Élise, d’accord ? demanda-t-elle en levant ses grands yeux cobalt vers lui.

- Oui c’est ça, tout ce que tu voudras,lâcha-t-il dédaigneusement en détournant le regard. Il observa  le chemin hard qui les attendait pour atteindre l’autre rive, un tantinet inquiet. Ca va être du lourd. Bon à partir de maintenant faut qu’on soit parfaitement synchro. Donc quand je te dis de sauter, tu cherches pas à comprendre le pourquoi du comment, tu sautes.

C’était direct mais mine de rien il savait ce qu’il faisait. Vous voyez les vagues sont un incessant déferlement d’eau, rythmé par un intervalle de temps régulier. Si on savait bien comptait -bah oui c’était pas donné à tout le monde- et bien on pouvait contourner les puissantes vagues creuses, produites par la houle. Et aujourd’hui tous les éléments étaient rassemblés pour que des vagues scélérates se forment. On est chanceux pas vrai ? Un parfait spot pour les surfeurs confirmés sans limite. Mais certainement pas pour des amateurs comme eux.

- Ethaaaan ! A quoi tu joues ?! Tu veux la tuer, c'est... ?

Bingo. Et comme une bleue elle s’était faite avoir. Ah, un jour Elise aura un cerveau fonctionnel… mais ce jour n’est pas encore arrivé. Il essaya de masquer sa joie en voyant la peste s’en prendre plein la gueule. Bouuuh même l’océan ne veut pas de toi. Malgré les violentes bourrasques de vents, le jeune brun remarqua qu’elle était pied nu. Mauvaise idée. Ne jamais s’aventurer pied nu sur les récifs parce que primo, les rochers sont extrêmement coupants et secundo, les oursins ne sont jamais bien loin par ici. Pis pour vous guérir d’une piqure d’oursin faut uriner sur la blessure. Je vous promets c’est pas des conneries. C’est la seule méthode efficace quand t’es pas à côté d’un hôpital. Meuh oui que je me ferais un plaisir de pisser sur Elise pour la soigner… Nan en fait. Allez crevez. Cordialement.

- Aliice, appela-t-elle une nouvelle fois, reviens, c'est trop dangereux ! On reviendra ici, je te le promets mais quand il y aura moins de vent !

- Mais c’est le jour PARFAIT pour clamser !

La vague qui s’abattit sur Alice et lui, brouilla le dernier mot empêchant Elise d’entendre ce qu’il avait dit. Que c’est bête. Ethan s’était tourné à temps pour que ça soit son dos qui prenne le ressac. Il avait en même temps protégé la blondinette de ses bras puissants en l’enlaçant exprès devant Elise. Mais son dos maintenant le brulait. Il grimaça de douleur et retira rapidement son T-shirt découvrant ainsi l’horrible marque rouge qui venait d’apparaitre. Ça se corse. Et je crois que les trois ados n’étaient pas au bout de leur peine… A l’horizon. Regardez... On pouvait apercevoir la naissance d’un cumulo nimbus. Le temps tournait vite et le ciel sombre annonçait une puissante tempête. Pas étonnant vu la chaleur insupportable qu’il y avait eu toute l’après-midi qu’un lourd orage éclate. Presque tous les baigneurs étaient sortis de l’eau sous l’ordre des maitres-nageurs qui avaient hissé le drapeau rouge. Sauf qu’eux étaient beaucoup trop éloignés pour qu’on puisse les voir.

- Oh putain de merde… La déferlante. Lâcha Green pétrifié, sur un ton vachement bas et angoissant. Les filles faut qu’on évite la déferlante sinon on est cuit ! hurla t-il.

Qui dit orage dit grandes vagues, c’était connu. Mais la déferlante était la pire. La plus sournoise. Fallait qu’ils regagnent au plus vite la rive sinon ils allaient finir broyés contre les rocheuses et rencontrer la Faucheuse plus vite qu’ils n’y croyaient. Et là c’était pas une blague histoire de délirer… mais l’horrible vérité. Ça vous dit toujours de suivre Ethan dans ses conneries maintenant ?! Bandes d’inconscientes ! Malheureusement ils étaient trop engagés. S’ils faisaient demi-tour ils n’y échapperont pas. La déferlante se formait déjà.

- Faut continuer !

Ethan prit fermement la main d’Alice, fit signe à l’autre blonde de les suivre sans discuter et sauta sur le rocher suivant essayant de ne pas se faire balayer par les rafales et les trombes d’eau qui croulaient sur eux. Le pire scénario qu’on puisse réaliser. Les trois masos allaient-ils s’en sortir indemnes ? To be continued…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Mer 14 Mai - 12:17
HRP:
 

- Oui c’est ça, tout ce que tu voudras, se contenta-t-il de dire sur un ton parfaitement dédaigneux. Bon à partir de maintenant faut qu’on soit parfaitement synchro. Donc quand je te dis de sauter, tu cherches pas à comprendre le pourquoi du comment, tu sautes.

Cassant. Cassant comme ceux qui ne sont vraiment pas obligés de vous expliquer le pourquoi du comment, et ont autre chose à faire que d'attendre patiemment que vous ayez compris. Mais … pourquoi ne pas me donner la raison ? D’accord c’était tout juste ce qu’il venait de lui demander de ne pas faire mais c’était bien plus fort qu’Alice. Mais pour la demoiselle il y avait toujours une explication. Sinon c’est qu’il n’y avait pas de questions. Or là, la question était bien présente. Pourquoi singer le jeune brun ? Un danger potentiel pointait-il le bout de son nez ? Probablement, car si leur gestes devaient être coordonnés c’est que le moindre faux pas de la part de l’un, nuirait certainement à l’autre. Sans se détacher d’Ethan qui, il fallait l’avouer, avait un plutôt bon équilibre, la petite blonde observa le reste du chemin rocheux extrêmement scabreux à parcourir. Je me demande comment nous allons atteindre l’autre grève sans se blesser ? Finalement j’aurais peut-être mieux fait de ne pas me laisser tenter par la proposition d’Ethan… Non il ne faut jamais regretter. Puis quelques rochers de plus et d’après lui, nous rencontrerons la Faucheuse ! Obstinée.

- Ethaaaan ! A quoi tu joues ?! Tu veux la tuer, c'est... ?

- Eliiise !

Et une énorme vague déferla sur son amie qui tentait tant bien que mal de lutter contre la puissance de cette jetée d’eau incroyablement dangereuse. Affolée, Alice se hissa sur la pointe des pieds et essaya de voir si elle allait bien. Visiblement elle n’avait pas été emportée par le courant. Dieu du ciel merci… Mais elle semblait étourdie et épuisée.

- Aliice, reviens, c'est trop dangereux ! On reviendra ici, je te le promets mais quand il y aura moins de vent !

- Ui mais…

- Mais c’est le jour PARFAIT pour clamser !

Voilà c’est exactement ce à quoi elle songeait. Enfin Alice l’aurait quand même clamé avec un peu plus de subtilité et de finesse. Mais elle doutait fortement qu’Elise est pu ouïr la déclaration sordide d’Ethan à cause de la gigantesque lame qui venait cette fois, de s’abattre sur les deux adolescents enlacés. Green avait juste eu le temps de tourner le dos au rouleau destructeur et de couver Alice en l’entourant de ses bras. La jolie jeune masochiste, qui regrettait en son for intérieur d’avoir suivi le beau brun, se cramponna de toute ses forces à lui. Une fois la vague brisée, Alice s’écarta de son poteau de secours mais lorsqu'il retira son T-shirt, elle réprima un hoquet de stupeur en voyant le dos musclé du jeune homme, complétement calciné par le bistouri. Elle s’apprêta à tâter la blessure de ses fins doigts mais s’abstint, car elle voyait bien qu’il souffrait déjà bien assez comme ça. Seule de la pommade pourrait le soulager… Mais que faire quand on était éloignés de tout ? Attendre patiemment que le temps se calme ? Non.  Les rafales de vents prenaient déjà de plus en plus d’ampleur et agitèrent dans tous les sens ses longs cheveux blonds, qui se mêlèrent à ceux d’Ethan. Quel brusque changement… Des anges avaient-ils laissés le robinet couler et une fenêtre ouverte ? Avec un peu de chance, ils laisseraient la lumière allumée et feraient tomber leur palette de couleur… Après le vent, la foudre. Un lumineux éclair fendit le ciel noirâtre en deux pendant un court instant et laissa place à un terrible grondement sourd. La jeune fille prise de peur, se réfugia une nouvelle fois dans les bras d’Ethan, collant sa tête sur son torse nu. En plus d’être mouillée de la tête aux orteils et frigorifiée comme un chaton trempé, elle était terrorisée par la tournure des événements.

- Oh putain de merde… La déferlante. murmura dangereusement son ami statufié, en regardant droit devant lui.

- Qui y’a-t-il Ethan ? demanda Alice au bord des larmes en le secouant.

Elle suivit alors le regard d’ombre du jeune homme en tournant lentement la tête vers l’horizon. Mon dieu… Elle porta une main tremblante à sa bouche entrouverte. Le spectacle cataclysmique qui s’offrait à eux peignait le scénario de la fin du monde dans toute sa splendeur. Chantilly se voila de ses ténébres. Aux rafales larges s’alliaient les vagues subversives, à la foudre meurtrière se combinait le tonnerre de Zeus en colère, au ciel obscure se mêlaient la peur des trois compagnons.

- Les filles faut qu’on évite la déferlante sinon on est cuit ! Faut continuer !

Eh bien qui avait dit qu’Ethan ne connaissait pas la formule d'appel de l'entité encapuchonée ? Tandis que l’anglaise paniquée se retourna vers Elise qui était encore au même endroit, le jeune homme agrippa sa main et entreprit sa progression tumultueuse. Elle n’eut pas le temps de contester et de lui crier qu’il fallait non pas poursuivre leur quête mais regagner la plage, qu’il sauta sur le premier rocher coupant. Alice, qui avait malgré tout retenue les instructions précédentes, bondit en même temps que lui et atterrit sur le rebord tranchant du rocher in extremis. Heureusement qu’elle avait gardé ses spartiates sinon ses pieds auraient ressemblé à de véritables chipolatas. Cependant, il allait très vite. Beaucoup trop vite pour les petites jambes de la demoiselle. Elle n’avait pas la capacité physique du beau brun et encore moins son mentale. Alors à bout de force, elle rata de peu le rocher suivant…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Dim 6 Juil - 14:26
HRP:
 

- Ui mais…

Elle savait qu'Alice la contredirait. Rien n'était trop beau pour son amie que de faire de nouvelles découvertes partout où elle allait, même si ça frôlait souvent l'inconscience. Élise n'avait pas été non plus un exemple pour elle, petite, elle l'avait entraînée dans un bon nombre de bêtises, bravant à chaque fois les interdictions de leurs parents. Sauf que maintenant, elle s'en mordait les doigts. Parce que trop naïve et innocente pour voir clair dans le jeu d'Ethan, Alice l'avait suivi sans opposer de résistance. A son grand regret.

- Mais c’est le jour PARFAIT pour...

M'embêter ? Elle ne saurait jamais ce qu'il avait voulu dire car une gigantesque vague s'abattit au même moment sur les deux adolescents à environ une vingtaine de mètres devant elle. Accroupie, la tête appuyée contre une pierre voisine, pas encore tout à fait remise de sa "baignade" forcée, elle s'accrocha tant bien que mal à l'arête rocheuse, et observa le spectacle, sans les quitter un seul instant du regard. Ethan avait, semblait-il, pris la vague de dos de plein fouet et avait protégé Alice avec son corps en la tenant serrée contre lui. Ce geste, un peu plus que protecteur ne la dérangeait pas dans ces circonstances. Au contraire, s'il ne l'avait pas protégée, elle lui aurait fait clairement comprendre ce qu'elle pensait de lui et de son attitude irresponsable. Même si une voix intérieure lui soufflait qu'il profitait peut-être aussi de la situation et elle ne put s'empêcher de grincer des dents à cette pensée.

Au prix d'un grand effort - car elle avait les muscles comme ankylosés-, elle finit lentement par se redresser sur ses deux jambes et contempla le ciel qui s’obscurcissait de plus en plus, prenant une teinte noire d'encre qui n'augurait rien de bon. Des éclairs commencèrent à zébrer le ciel, éclairant pendant un court instant la scène chaotique qui se jouait au dessous, suivi quelques instants après par le grondement tonnerre, lourd et menaçant. Les bourrasques de vent, déjà très fortes gagnaient désespérément en puissance, et rendaient la mer totalement déchaînée. Les vagues semblaient prêtes à les engloutir au moindre faux pas qu'ils effectueraient et qui les entraîneraient irrémédiablement vers la mort.

- Les filles faut qu’on évite la déferlante sinon on est cuit ! hurla-t-il. Faut continuer !

Ethan empoigna la main d'Alice, lui faisant signe de les suivre sans discuter et s'engagea plus loin sur le chemin escarpé au lieu de faire demi-tour. C'est du suicide ! Les deux adolescents progressaient à vive allure et Alice tenait malgré tout la cadence imposée par Ethan. Mais Élise connaissait bien son amie et savait qu'elle ne tiendrait pas indéfiniment. Alors quand elle la vit rater de peu un rocher, son premier réflexe fut de...

- ALIIIIIICE !

...crier. Oubliant sa fatigue, elle courut jusqu'à elle, s'entaillant et manquant à plusieurs reprises de passer par dessus-bord. Mais elle s'en fichait. Seule Alice comptait à cet instant et rien ne pouvait la détourner de son objectif. Arrivée à sa hauteur, elle se pencha vers elle et l'éloigna du bord. Par chance, elle s'était rattrapée in extremis et n'était pas tombée à l'eau, comme elle avait pu le craindre au début. Mais elle était épuisée et elle la voyait mal reprendre sa course comme si de rien n'était.

- Ça va aller Alice, on va s'en sortir, dit-elle d'une voix qu'elle voulait rassurante mais qui en réalité trahissait son trouble. Je suis là et... Ethan aussi. On va s'en sortir.

Son cœur devait avoisiner les 200 pulsations par minute, elle était morte de peur et trempée jusqu'aux os et pourtant son cerveau carburait à la recherche d'une solution pour son amie. Instinct de survie oblige. 

- Ethan, fit-elle en se tournant vers lui entre deux coups de tonnerre, faut que tu la portes, elle peut plus suivre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1953
Arme de prédilection : Katana / Arts martiaux
Arme non maitrisée : Armes à feu / Armes lourdes / Arc
Membre souvenir
Membre souvenir
Mer 6 Aoû - 21:48
Pourquoi dans un quelconque groupe, y’a toujours un boulet ? Comme si le scénario n’était pas assez catastrophe il fallait qu’elle se taule pour rajouter une couche dramatique au tableau. Si Alice était le boulet, lui il serait sans aucune hésitation le parfait connard qui n’hésiterai pas à trahir ses coéquipiers pour sauver sa peau. FAUX. J’opterai pour un plan tordu et si mes camarades ne veulent pas me suivre, je les abandonnerai à leur triste sort. Un semi connard, u see ? Bon, il serait peut-être temps de réagir à moins que ton souhait soit de voir ses deux filles se noyaient sous tes yeux ? Noooon... Sachant parfaitement que quoi qu'ils feraient ils allaient tous y passer, Ethan revint sur ses pas pour venir en aide à Elise qui tenter d'hisser Alice sur un rocher. Qu'il est adorable.

- On peut pas dire que vous soyez endurantes, râla-t-il de mauvaise foi entre deux bourrasques de vents. Je sais pas si vous êtes au courant, mais s'poser ici c’est pas la meilleure idée qu’on aurait pu avoir. En même temps, venant de vous, fallait pas s'attendre à des miracles à la Chuck Noris.

Adorable vraiment.

- Ça va aller Alice, on va s'en sortir, dit-elle d'une voix rassurante ignorant complétement Ethan qui n’arrangeait pas les choses. Je suis là et... Ethan aussi. On va s'en sortir.

En disant qu’Ethan était là, c’était comme lui dire « Hey meuf, ton bourreau est là ! Alors heureuse ? ». Graaave... Sérieux, Elise devait vraiment être perturbée par les évènements pours dire ça. D’ailleurs on lisait bien la peur sur son visage, qui se transformait petit à petit en panique. La prochaine fois elle saura qu’il ne faut pas se frotter au jeune brun car malheureusement ce type, quand il s’y met, n’a aucune limite. Ca ne l’empêchait pas malgré tout de regretter un p’tit chouia ce qu’il venait de faire comme connerie. Je n’étais pas censé savoir qu’il y allait avoir un orage moi ! Au début de l’après-midi le soleil tapait à nous cuire les neurones et là on fait un véritable remake du film 2012. Et sur cette pensée, le tonnerre gronda tellement fort que Green grimaça, pensant très certainement qu’il allait finir par devenir sourd. Belle fin non ?

- Ethan, faut que tu la portes, elle peut plus suivre...

Loin d’être touché par ce ton déplorant qu’elle venait de prendre, Ethan s’apprêtait à ouvrir la bouche pour - encore fois - lui cracher son poison à la gueule, mais il la referma de suite lorsque qu’un éclair s’abattit de toute sa puissante sur la tour de sauvetage. Bon… Qui veut des merguez ? C'est moi qui offre. Il ne réfléchit pas une seconde de plus parce que oui, finir grillé comme une côtelette était l'une de ses dernières envies, et prit Alice dans ses bras comme on aurait pris un nourrisson. Il serra son corps trempé contre lui et gémit quand il sentit les mains de la jeune fille glisser sur son dos brulé. Toutes sortes de frottements lui infligeaient une douleur atroce. Malgré ça, il lui chuchota à l’oreille de s’accrocher de toutes ses forces et de fermer très fort les yeux.

- Bon essaye de suivre, je ne pourrais pas vous porter toutes les deux si tu venais à flancher, lâcha-t-il froidement à Elise.

Il n’attendit pas qu’elle soit prête pour s’élancer sur les premiers rochers à sa portée pour atteindre l’autre rive. Chaque saut était contrôlé, et même s’il allait beaucoup moins vite que tout à l’heure à cause du fardeau qu’il portait, il gardait une bonne allure. Ca c’est d’l’entrainement. Les vagues continuaient de se déchainer sur eux et en une fraction de seconde une pluie battante fit de même. Ah ah… Mère Nature se fout de notre gueule.

- PUTAIN ! hurla-t-il en continuant de rush. Comme si tout ça ne suffisait pas ! Bel après-midi ensoleillé qu’ils avaient prévu, mon cul oui !

La douceur des mots avec Ethan. Il se mordit tellement fort la lèvre inférieure pour ne pas lâcher, qu’elle se mit à saigner. Holly shit. Ses jambes avaient du mal à suivre le mental d’Ethan, et ses poumons lui brulaient littéralement la cage thoracique. Il s'en rendait pas compte, mais peu de mecs aurait fait ça pour quelqu'un qu'ils ne connaissaient à peine. Va crever pour une quasi inconnue toi. Allez encore un dernier rocher et on y est Alice.... Mais au moment où il allait poser son pied sur le sable la déferlante déferla - c’est logique – violemment sur eux, les envoyant ainsi dans l'décors...

~~~

Après plusieurs minutes dans les vapes, le jeune homme ouvrit difficilement les yeux et fut éblouit par l'absence de soleil. Lawl. Le premier reflexe qu'il eut c'est de se palper le corps pour vérifier s'il était toujours en un seul morceau. A priori tout aller bien. Enfin presque. Soudainement pris par une nausée, il se redressa et se mit à quatre pates pour recracher l'eau salée, le sable, et les trucs non identifiés qu'il avait pu ingurgiter. Argh... Bon appetit Ethan. Il toussa un bon coup en se tapant la poitrine du poing et essaya de reprendre son souffle en se laissant basculer sur le côté. Deuxième phase : il commença à ressentir les douleurs habituelles d'une chute un peu partout sur son corps : jambes, dos, fesses... Mon booty est endommagé les gens. Ca fait très mal. Il avait l'impression que la vague lui avait broyé les os puis retourné quinze fois l'estomac et ensuite fouetté plusieurs fois le derch. Troisième phase :Elles sont où les deux autres ? Ah enfin ! On commençait à croire que tu t'en fichais d'elles. Ethan se frotta la tête et balaya du regard la plage qui semblait abandonnée et désertique. En effet, en plus d'avoir mis le brun dans un sale état - ça aurait pu être pire s'il avait percuté la falaise -, la tempête avait complétement retourné cet endroit. Eh beh putain... Remettant correctement son short-parachute qui partait en cacahuète - même s'il en avait un autre en dessous (Ben oui, comme ça si le premier se barre l'autre et là pour sauver la mise. L'intelligence je sais. (Tout mec qui se respecte devait connaitre la technique du deuxième short)) - il se leva doucement, une fine pluie lui tombant sur le visage et aperçu une masse noire allongée au loin. Alice. Il courut, des goutelettes d'eau glissant le long de son torse musclé, sa chevelure de jais dans le vent de l'est comme les sauveteurs de Alerte à Malibu et... Nan en fait on arrête les clichés. Green tituba vers le corps immobile de la blonde et une fois à sa hauteur, il passa deux doigts dans le creux de son cou pour vérifier son poul. Il battait toujours. AAAALELUIA ! AAALELUIA ! Alléluiaalléluia ! C'était la séquence craignos. Il repéra ensuite Elise un peu plus loin et fit la même chose. Pareil. Dommage. /PAN/

- Bilan plutôt positif. J'ai tué personne, conclut-il en voulant s'étirer sauf que tous ses muscles avait décidé de le plier en 42 parce qu'il avait jouer au con. Argh sa mère, ça craque ! gémit-il en se tenant le bas du dos. Plus jamais je m'engouffre dans un plan aussi wtfesque que celui là. Plus jamais.

Laissant les deux jeunes filles reprendre leur esprit, il quitta les lieux sans demander son reste. Ah là là... Bref, heureusement que y'avait presque personne dans les rues à cause de la tempête, sinon il aurait eu de sérieux problèmes avec sa dégaine de naufragé.

HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Jeu 21 Aoû - 15:51
A travers les énormes vagues se jetaient violemment sur la demoiselle blonde, elle sentit une main bénite la tirer de ce cauchemar malheureusement bien réel. Les paupières closes, la respiration saccadée, les poumons baignés de flammes dû à l’eau salée qu’elle avait ingurgitée en grande quantité, elle était à bout de force. De plus son ouïe, fine habituellement, était complétement  inutilisable à cause le vacarme incessant que produisait le tonnerre. Elle percevait cependant quelques bruits. Des éclats. Des détonations. Des grésillements. Et à travers ce boucan : deux voix. Une grave. Une autre plus aigüe. Cette cacophonie perpétuelle l’immergeait dans une peur profonde…

Crispée sur elle-même, elle sentit cette fois ci deux bras forts entouraient sa taille et la soulevaient du rocher froid et humide. Machinalement elle s’agrippa à ce corps chaud du peu de force qui lui restait. Ce parfum. Même si l’un de ses sens n’était plus fonctionnel, son odorat ne la trompait pas. Il s’agissait du parfum d’Ethan. Malgré ses grosses larmes chaudes qui coulaient le long de ses joues, elle était rassurée, resserrant ainsi son étreinte sur lui. Le parfum d’Élise vint se mêler à celui du jeune homme, ce qui la soulagea encore plus.

Le trajet vers la rive lui sembla interminable, mais ce qui la frustrait encore plus c’est qu’elle soit un véritable poids pour Ethan. Elle le sentait souffrir mais pourtant il ne lâchait pas, il continuait d’avancer, toujours et encore. Et quand l’énorme vague s’abattit sur eux, elle s’évanouit.
Beaucoup plus tard, quand elle reprit connaissance, il n’y avait plus personne sur la plage. Seulement Élise à côté d’elle. Ethan s’était volatilisé. Un gout amer en bouche, elle peina à se relever sans vomir, puis passa le dos de sa main sur son front brulant en soupirant. La Faucheuse n’est pas vraiment chaleureuse comme je le pensais bêtement… Alice passa un bras sous l’épaule de son amie et se dirigea vers la ville.

- On rentre à la maison, et on se prépare un thé après avoir pris un bon bain chaud, d’accord ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
 

[Libre] Vamos a la playa !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Version n°11 : Vamos a la playa, oh oh oh
» Vamos a la playa (Pv Zarathos)
» Vamos a la playa, a mi me gusta bailar... ♫ [Bastien]
» Vamos à la playa !
» [Libre] Vamos a la playa !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agence Cooki :: Section privée :: Archives :: Anciens RPs-